Lille-OM (1-0), la Canebière Académie a de quoi se la mordre

6

Nigerian wood

 

, déclarai-je à la fin du match.

 

Aioli les sapiens,

Octobre fut un long tunnel sombre qui ne sent pas très bon. Novembre nous a permis de nous passer les nerfs sur les victimes expiatoires de la Ligue 1. Voici maintenant décembre, époque bénie où les enfants du plat pays se font ouvrir leurs petites fenêtres pour aller y chercher leur chocolat, tandis que la Mer du Nord est le dernier terrain vague à la mode pour tous les parents à qui la misère sociale refuse l’achat d’un congélateur. Décembre, quand l’augmentation des carburants décime les rangs des associations de tuning et condamne ainsi les beaufs les plus désoeuvrés à tuer le temps en allant prendre une rouste à l’aéroport de Lesquin. Décembre, où le stade s’appelle toujours Pierre Mauroy, baptême peu crédible s’il en est vu que le bonhomme éprouvait pour le football une aversion à peu près similaire à celle que sa fille ressent pour la Cristaline.

Décembre. Le Nord. Le suicide. Mais pas tout de suite, d’abord il y a un match.

 

L’équipe

Fanni revient sur le banc tandis que Morel est préféré à Mendy. L’absence de ce dernier s’explique par une sanction selon l’Equipe, par une mise au repos selon la Provence, par sa participation à la marche pour la réforme fiscale en compagnie de 850 000 autres participants selon Jean-Luc Mélenchon. Cela donne :

Mandanda – Abdallah-Nkoulou-Diawara-Morel – Romao-Cheyrou – Payet-Valbuena-Thauvin – Gignac.

 

Le match

Avertissement : pour raisons informatiques, nous t’informons que ce match sera intégralement pas GIFé.

Deuxième avertissement : tu peux passer directement aux notes en cliquant ici.

L’intensité des duels le confirme dès les premières minutes : le niveau sera élevé mais, à la différence de la Ligue des Champions et sans respect pour les traditions locales, on n’est pas venus pour se faire violer. Pour autant, nous faisons preuve d’une fébrilité certaine, avec quelques relances bien foireuses mais sans grandes conséquences.

En possession du ballon, nous arrivons à créer quelques bonnes combinaisons même si l’organisation lilloise gêne souvent notre première relance. Défensivement en revanche, nous avons tendance à trop reculer et à laisser jouer les Lillois. Engagement physique, tension slipale en défense, espoirs dans le jeu : tout ceci donne une partie agréable à suivre pour qui sait suivre un match sans réclamer des occasions à profusion. De fait, les joueurs se procurent une seule réelle chance de marquer, lorsqu’après un excellent travail de Thauvin, Gignac souille son défenseur avant de buter sur l’excellente sortie d’Enyeama.

L’OM domine plus nettement en seconde période : le milieu de terrain perd de nombreux ballons, ce qui nous permet de jouer plus haut. La défense nordiste éprouve de grandes difficultés mais leur gardien s’avère si invincible que l’on en vient à se demander si la multiplication des affaires de bébés congelés dans la région ne masque pas une vaste opération de sacrifices au dieu Ogun.

25-ogunEnyeama en pleine bourre. Les Réunionnais de l’OM devraient faire un stage au Nigéria, leur vaudou a l’air plus efficace.

 

Non contents d’être mis en échec, les Marseillais dilapident d’autres bonnes situations, notamment par l’intermédiaire d’un Dimitri Payet aussi prompt à créer des décalages qu’à les exploiter comme un sagouin.

Les rapports s’inversent en milieu de seconde période. Nolan Roux est fauché par Mandanda, non sanctionné par Laurent Duhamel. Sans doute une faveur offerte par la guilde des arbitres chauves, mais il nous en faudra bien plus pour oublier Pierluigi Collina. Epuisé par le marquage lillois, Valbuena se pète l’épaule en tombant et doit être sortir à la 72e minute.

Malgré la faible performance de Valbuena, son remplacement par Imbula en meneur de jeu se paie rapidement en termes de possession de balle. A ce moment-là, j’imagine que Baup conserve le même système afin de profiter de Payet, provocateur bien que maladroit. Si c’est réellement l’explication, nous tenons là une belle connerie tactique puisque Payet lui-même finit le match cramé et sort à son tour pour une contracture. Avec son remplacement par Khalifa (78e), toujours sans réorganisation tactique, on se retrouve dans la configuration qui nous avait si bien réussi contre Arsenal.

Résultat : on ne propose plus de jeu et, même si Lille ne se montre pas plus dangereux, on prie désormais pour qu’un point vienne récompenser la bonne prestation collective des 80 premières minutes. C’est alors que :

Conscients qu’un but encaissé dans les arrêts de jeu représenterait un énorme gâchis, les Olympiens enclenchent immédiatement le mode Richard Gasquet : c’est tout juste si un phylactère n’apparaît pas au-dessus de leur tête avec l’inscription « on va se chier ». Imbula récupère un ballon dans son camp mais panique sous la pression intelligente des milieux lillois. Il transmet tant bien que mal à Nkoulou, dont le dégagement atterrit sur des lillois à peine gênés par le replacement de nos attaquants. Sérieux jusqu’ici, Morel ne pense pas à se replacer à l’aile et laisse Balmont centrer. Sérieux jusqu’ici (bis), Abdallah donne un mètre d’avance à Roux pendant que le reste de la défense demande un hors-jeu, avec le même sens des réalités qu’un enfant demandant un poney au Père Noël (1-0, 62e).

 

Gasquet

Bauposcopie

Mon vier. Putain. Bordel de merde. Ces quelques mots pourraient suffire à l’analyse d’une performance certes pas parfaite, mais maîtrisée comme rarement cette saison (avec les premières mi-temps contre Saint-Etienne et Monaco) et pourtant non récompensée. Certains ont reproché à Baup le remplacement de Thauvin par Jo le Sconse à la 90e, cela paraît pour ma part tout à fait anecdotique.

Plus inquiétant en revanche est le manque de confiance de cette équipe, en témoigne sa fébrilité défensive en début de match et bien sûr dans le temps additionnel. Le mental était pourtant considéré comme l’un de nos atouts en fin de saison dernière, mais peut-être faut-il se résoudre à considérer notre bonne série d’alors comme un gros coup de bol. Cela n’incite pas à l’optimisme : comment capitaliser avec confiance sur les très bonnes choses vues hier soir, alors que cette équipe semble parfois dominée par la peur de mal faire ? A croire que le staff néglige la préparation mentale des joueurs, alors que cela doit se travailler au même titre que la préparation physique.

Enfin, si je ne reproche pas à Elie Baup son dernier changement, les deux précédents sont plus discutables : en se contentant de « poste pour poste », Baup a de nouveau placé Imbula dans une posture délicate et condamné Khalifa à l’inefficacité faute de soutiens. Tant qu’à vouloir tenir le nul pendant 10 minutes, renforcer le milieu avec Lemina n’aurait-il pas été plus judicieux ?

Ces questions, le staff devra se les poser dès vendredi puisque nous devons composer avec les absences d’André Ayew, Valbuena (entorse acromio-claviculaire, 6 semaines) et probablement Payet. Une fois qu’on se sera bien bouffé les couilles en salade d’avoir fait partir à la fois Kadir et Amalfitano, on se demandera s’il faut reconduire le 433/4231 dit « du viol Gunner » (sans meneur de jeu hormis Imbula sacrifié à ce poste) ou tenter un 442 avec Thauvin derrière un duo d’attaquants. Et une fois qu’on aura résolu ça, on pourra réfléchir à l’absence de Romao au match suivant. Monde de merde.

 

Les notes

S. Mandanda (2/5) : Un bel arrêt et une sortie couillue en 1re mi-temps mais aussi un jeu au pied « Guillaume Depardieu » et une faute sur Roux qui aurait pu coûter cher. Enfin, non, finalement, on aurait peut-être eu moins mal au cul en prenant le but avant les arrêts de jeu.

N. Nkoulou (2/5) : Pas serein du tout en première mi-temps, malgré sa bonne lecture du jeu. Il me semble bien que c’est un dégagement merdique de sa part qui provoque le but.

S. Diawara (2+/5) : Quelques relances à fort potentiel laxatif, bien meilleur en seconde période.

K. Abdallah (2/5) : Encore 90 bonnes minutes de Kassim. Par contre, tu vois le monsieur en jaune qui porte un panneau ? Eh ben je vais t’apprendre un truc : le 4, ce n’est pas ta note, c’est le temps qu’il te reste encore à devoir être concentré.

J. Morel (2/5) : Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Jusqu’ici tout va bien. Eh, merde.

A. Romao (3-/5) : Quelques pertes de balle, mais il a bien fait caguer le milieu lillois.

B. Cheyrou (3+/5) : Le médecin lui a enfin renouvelé son ordonnance de Prozac. Apaisé, Benoît a pris ses responsabilités dans la construction du jeu olympien, avec des duels gagnés et de belles passes comme on avait perdu l’habitude d’en voir. Pas encore un match plein (il lui a fallu du temps pour démarrer) mais de réels progrès. Ca tombe bien, avec l’hécatombe chez nos créateurs, on va lui en demander plus.

D. Payet (2+/5) : Provocant, percutant, il permet à l’OM de se procurer plusieurs très belles situations. Le problème, c’est qu’il en fout lui-même la moitié à la poubelle par des imprécisions ou des mauvais choix.

M. Valbuena (1+/5) : Parfaitement serré par le milieu et la défense lillois, Mathieu a eu beaucoup de mal à exister, même s’il s’est montré pendant les temps forts de l’équipe. Preuve de son mal-être, il a raté l’un des gestes techniques qu’il maîtrise le mieux : la chute.

F. Thauvin (3/5) : Serein. Un beau et viril duel livré face à Souaré, une indifférence souveraine aux quolibets lillois. Pas en réussite, mais en poursuivant avec ce sérieux il aura bien d’autres occasions de faire taire les cons.

Gignac (4-/5) : Oui, j’assume. Il s’est montré combatif, disponible et a placé plusieurs belles frappes (et une ou deux autres totalement improbables, certes). Ce n’est pas parce qu’il a perdu son combat avec l’autre monstre qu’il a raté son match pour autant.

Les remplaçants

G. Imbula pour M. Valbuena (72e) : Même s’il lui arrivait naguère de jouer meneur de jeu, on va finir par le ruiner, à le placer n°10.

S. Khalifa pour D. Payet (78e) : Entré dans un contexte où l’OM n’espérait plus produire beaucoup de jeu, il n’a rien apporté.

Jo le Sconse pour F. Thauvin (90e) : Toujours dans les bons coups.

 

L’invité zoologique : Vincent Araignéama

Avec ses huit pattes, Vincent dissuade tous ceux qui tenteraient de décrocher les toiles d’araignée installées dans les buts lillois depuis le 15 septembre. Il fait chier, mais l’on ne pouvait faire autrement que de l’inviter à nous livrer ses observations sur ce match.

Les autres : Solide, capable de produire du jeu mais aussi de montrer des passages à vide spectaculaires. On ne va pas lui reprocher de gagner ses matches 1-0 après avoir claqué des fesses le reste de la rencontre, on a fait pareil l’an dernier.

Vu d’en face : Le Groom ou Doggy Bakari : le premier des deux qui arrête de faire l’hélicoptère viendra peut-être écrire une académie.

Le classement : victoires contre les mauvais, défaites contre les trois de devant, performances aléatoires contre nos semblables : on est à notre place au pied du podium. Il faudra une excellente série doublée d’un gros ralentissement devant pour qu’on accroche la Ligue des Champions, afin d’éviter une probable grande braderie mercatale.

Go west : Tu aimes l’OM ? Tu es exilé en terres océanes ? La Yankee West Army vient d’ouvrir et t’emmène suivre les déplacements. Lecteurs de la Canebière académie et parrainés par Elinton Andrade : tu peux y aller en confiance, ils ont du goût.

La crise : crise de décembre, pleure tes gros membres (là, et ).

– Les citations sonores : tu les as reconnues toi-même.

La page abonnement : à visiter, pour que vive l’alterfoot cananal historique

Les réseaux : ton dromadaire préféré blatère sur Facebook et sur Twitter.

 

CamélieméroCalimécouilles a beau avoir abandonné la coquille d’oeuf, il est toujours insupportable.

Bises massilianales,

Blaah.

6 thoughts on “Lille-OM (1-0), la Canebière Académie a de quoi se la mordre

  1. Premier pourfendeur de Benoit « le savonneur de planche » Cheyrou, je suis forcé de reconnaître qu’il a fait un gros match hier.
    Je suis pas expert en notation de chèvre mais il me semble que tu lui mets 3 quand il est nul, donc là ça mérite bien un beau 4.

    Ps: Balmont est une salope
    PPs: Mavuba est une pute.

  2. balmont est une ptite pute
    merci Blaah pour ta réponse sur le topic précédent

    j’suis dégoûté, Mandanda réussit à pas se faire siffler un péno, Diawara pose les coui*** en seconde mi temps, N’koulou se troue sans conséquences, je parle pas de Morel, ni de l’apport offensif d’abdallah

    cheyrou sort enfin un match correct, romao est toujours aussi précieux, valbiche se blesse, payet aussi, thauvin en a appris plus sur le métier de sa maman, gignac réussit un contrôle grand pont et cadre dans la foulée (une rareté)

    et tout ça pour se la faire mettre à la 92eme, dégoûté…

    sinon c’est imbula qui s’emmêle les pinceaux sur le but (après une passe de n’koulou), il dégage pour la mettre sur le côte, gueye récupère et passe à balmont qui centre aux cordeaux

    et y’avait main lilloise en première, un péno qui se siffle…

    balmont est vraiment une ptite pute

  3. Bien bel et bon, mon bon Blaah…
    Putain fait chier, d’accord sur Gignac, Romao fait des fautes à force de combler les trous…

    Faut pas se rater et taper les 4 qui viennent, histoire d’être ^lacer avant le mercato…

    Elie tape Bordeaux et on oublie tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.