Guingamp – Nantes (1-0) : la Canaris Académie livre ses notes

3

Encore une défaite contre un promu…

Salut les p’tits beurres.

Trois matchs en une semaine, et déjà une académie de retard pour Raynald. Je ne peux pas faire tourner non plus mon effectif, Coco Sududeau profitant actuellement d’une retraite bien méritée, entre les rades de Pornic et le vignoble nantais. Donc, les académies seront courtes. Mais intenses.

Même bourré, Coco trouve toujours une place de parking disponible pas loin de chez lui.

Donc, déplacement à Guingamp pour le compte de cette 15ème journée de L1. Guingamp, c’est pas qu’on les aime pas, c’est qu’on s’en fout. Les Nantais leur sont quand même reconnaissants pour deux choses : ça, et ça. Les deux équipes se sont livrés un vrai duel de promus, à grands coups de mauvais choix, de passes ratées et de frappes sur le gardien. Finalement, la rencontre bascule sur un coup du sort, et un arbitre bienveillant qui permet à Sankharé de se retrouver esseulé devant Riou. Après ça, Nantes va pousser, se découvrir et frôler l’égalisation en fin de match. Trop tard, la chance était passée, notamment au cours d’une première mi-temps mieux maîtrisée qui aurait du donner au moins un but d’avance aux Canaris. Mais en ce moment, ça veut pas.

La compo et le but :

MDZ passe à deux pointes pour peser sur la charnière bretonne. Turnover également au milieu avec les titularisations de Bedoya et Trébel, tandis que J-Lo revient de suspension.

terrain

63ème : Corner guingampais, Vizcarrondo se sacrifie pour contrer une frappe bretonne et reste au sol. Sankharé profite de la désorganisation défensive pour se retrouver seul à la réception d’un centre de Douniama, et ouvrir le score d’une tête lobée. 1-0.

Heureusement que M. l’arbitre laisse l’avantage aux Guingampais sur cette action. Euh non, attendez…

Les gars de chez nous :

Riou (3/5) : C’est con, parce que hormis le but sur lequel il est trop avancé, il réalise encore un match propre.

Cissokho (2/5) : Les centres, bordel ! Applique toi, merde !

Djilobodji (3/5) :  Il a commencé en mode Bourrinator, avec un avertissement précoce. Par la suite, il a alterné bonnes interventions et couverture de son copain Oswaldo.

Vizcarrondo (1/5)Rien d’étonnant à ce que Mandanne et Douniama lui aient fait des misères, avec la charrette qu’il se traîne.

Veigneau (2/5) : Volontaire mais peu servi. Présent dans les duels mais ratant ses dégagements. Oui mais non du coup.

Trébel (3/5) : Il a fait son match, dans un registre de meneur reculé. Peu de courses vers l’avant, malgré les opportunités qui se présentaient.

Touré (4/5) : Bien plus libre que Trébel, il a pu percer les lignes balle au pied et apporter sa présence à l’orée de la surface adverse. Des retours défensifs salvateurs en prime, que demande le peuple ?

Bedoya (2/5) : En première mi-temps, il a été à l’origine de toutes les occasions nantaise, avant de disparaître après la pause. Remplacé par Bangoura (83ème), pour fêter sa prolongation de contrat. LOL.

Bessat (2/5) : Quatre jours après la rencontre, j’ai déjà oublié son match. Remplacé par Pancrate (86ème), spécialiste des rentrées-fantômes.

Aristeguieta (3/5) : Intéressant dans son rôle de remiseur, il n’a eu par contre aucun ballon pour exprimer son sens du but. Remplacé par Gakpé (80ème), qui a joué un peu partout. Ou nul part, c’est selon.

Djordjevic (2/5) : Même chose que pour Aristeguieta, sauf que lui a eu les occasions, mais qu’il les a mis à côté.

 

Les mecs d’en face (Christophe Mandanne est une salope/5) : Jocelyn « Bel Homme » Gourvennec a bien manœuvré avec son changement tactique à la demi-heure de jeu, sauvant sûrement le cul de ses hommes. Raynald adresse cependant un gros big up anal à Mandanne, qu’il connaissait peu : un Valbuena du pauvre, toujours par terre, la vitesse d’un lévrier et le sens du but… d’un lévrier aussi. Dégueulasse. En tout cas, Gwen Tagrenmer a apprécié, lui.

 

Raynald se rapproche du confortable ventre mou, avec les images du match.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

3 thoughts on “Guingamp – Nantes (1-0) : la Canaris Académie livre ses notes

  1. Regarde quelques secondes en arrière, c’est Vizcarrondo qui essaie de faire faute sur Kerbrat. Il échoue donc simule la blessure, lâchement en se tenant le genou puis la tête. Il arrêtera quelques temps plus tard, sa jauge de ridicule étant pleine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.