LIM-OL (1-1) : La Gones Académie se fout de la gueule du monde

Genesio qui ne veut plus s’expliquer, Aulas qui incrimine la chaleur (véridique), la Gones Académie se met donc au diapason.

Salut les Gones,

Depuis ce week-end et la truculente sortie contre l’En Avant Guingamp, nous n’avions qu’une hâte, découvrir la profondeur de l’abysse dans laquelle Genesio était capable d’emmener cet effectif destiné – rappelons-le – à se qualifier en Ligue des Champions et à remporter l’Europa League. Cependant, afin de mettre en perspective la rencontre du soir il semblait indispensable de vous faire un bref récapitulatif des conditions météo rudes qui attendaient les joueurs sur la modeste ile de Chypre.

Point météo, ça cogne.

Comme vous pouvez le constater, la chaleur est montée extrêmement vite puisque 10 degrés séparent le matin de l’après-midi ce jeudi 14 septembre. Par ailleurs, des recherches croisées et approfondies nous permettent d’affirmer que la température n’est pas retombée en fin de soirée et que le vent à 19h était tournant, tendance nord-est mais de très faible intensité : seulement 4 nœud (source Windguru). Associé à cela, une humidité proche de 75% nous permet d’affirmer que la chaleur fut suffocante et intense pour les organismes. Ainsi, à elle-seule, elle mettait en péril nos chances pour la partie.

En comparaison d’un facteur d’une telle importance, vous comprenez bien évidemment qu’il est inutile de détailler la composition d’équipe. L’essentiel à retenir, est que l’OL évoluera en 4-5-1, un schéma qui lui a permis de gagner 3 matches en 5 rencontres et de marquer 11 buts tout en concédant seulement 5. Il convient évidemment de rappeler que 3 de ces 5 buts ont été concédé lors du match qui a vu Darder se faire expulser et ne sont donc pas vraiment imputable à l’entraineur. L’équipe du soir est donc la meilleure qui puisse être car si les dispositifs sont tous égaux, certains sont plus égaux que d’autres.


Le match

Avant de parler football, nous tenons simplement à noter que Clément Grenier a fait 3400 kilomètres d’avion pour se voir consigner en tribunes puis finalement fuguer sur un paquebot jusqu’à Mykonos afin de s’hydrater, ce qui est important en période de forte canicule rappelons-le. D’ailleurs, saviez-vous qu’en 2017 la canicule a été particulièrement mortelle pour les 18-64 ans avec 580 décès en France métropolitaine ? Selon nous, le problème est qu’à force de multiplier les messages sur la vulnérabilité des seniors, les plus jeunes se sentent intouchables et oublient, eux, de boire et de se protéger du soleil.

La parenthèse de santé publique étant terminée, notons que la feuille de match de l’Apollon Limassol comporte un joueur dont le nom de famille est Sardinero. La blague s’arrête là. Arrête… arête… En fait elle ne s’arrêtait pas vraiment, vous l’avez. On est pliant. En parlant de plier d’ailleurs, il semblerait que l’UEFA ne soit pas loin de prendre des sanctions contre le PSG, ce qui prouve que les déclarations de Jean-Michel Aulas étaient non-seulement légitimes mais également cruciales pour faire avancer le débat. En effet, comment l’OL est-il sensé pouvoir rivaliser lorsque même avec un EBE largement positif, le PSG possède un budget 7 fois supérieur ? Des projets comme celui de Lyon avec son nouveau stade méritent clairement plus d’être récompensés par la Ligue des Champions qu’un club qui ne cache même plus la provenance souveraine de ses fonds démesurés… En conséquence de cela, les joueurs lyonnais se voient forcés d’affronter des équipes au niveau déplorable ce qui les conduit tout-droit à la démotivation et à l’utilisation inutile de leur actif physique. La preuve avec ce match : la mi-temps est sifflée et l’OL est accroché par une vaillante mais peu talentueuse équipe de Limassol sur le score de 0-0, la tête à Toto. Pas Toto Tolisso bien sûr mais Toto le petit écolier polisson de notre enfance. D’ailleurs il se trouve que notre blague préférée de Toto est identique et c’est pourquoi nous vous l’avons illustrée, car c’est incontestablement un indispensable pour toute personne ayant la volonté de faire rire.

 Sans titre. Collection particulière.

Cette petite blague ayant perforé votre subconscient tel un oursin dans un anus, concentrons-nous sur la partie puisque l’OL a ouvert le score 1-0 sur le terrain de l’Apollon. Terrain difficile au demeurant : on sent que le budget du club ne passe pas dans l’entretien de la pelouse mais il ne fallait pas s’attendre à moins de la part d’un chapeau 4 d’une compétition qui, de toute évidence, n’est pas adaptée à la stature de l’Olympique Lyonnais. Ceci étant, des équipes françaises avec des budgets plus importants que Limassol n’investissent pas non plus dans des pelouses dignes de ce nom, à l’inverse du Groupama Stadium qui peut se targuer de posséder un vrai billard en guise de gazon. On ne respecte pas le foot nous ? En tout cas, on le respecte plus que l’officiel de la rencontre qui a cru être en train d’arbitrer un combat de MMA. Shoryuken du gardien dans la tête de Rafael, Yapapeno. En espérant qu’on n’ait pas à regretter un tel vol d’ici la fin de la partie…

Et justement… A la dernière seconde, qui vient marquer avec la réussite du poteau ? Sardinero qui s’empresse d’aller haranguer la foule. Le résultat est évidemment difficile à avaler pour l’OL, privé d’un avantage confortable à cause d’une erreur grossière d’arbitrage. 1-1, score final.


Conclusion

Pas de notes pour ce match mais on retiendra malgré tout le rôle prépondérant de la canicule chypriote, qui a l’air d’avoir sévèrement atteint les fonctions visuelles et cognitives de JMA. Le cercle vicieux de la canicule qui tape sur la tête des dirigeants qui se mettent alors eux-mêmes à accuser la canicule de taper sur la tête des joueurs… Et qui nous oblige, nous, à accuser la canicule du manque de lucidité footballistique de Jean-Michel Aulas.

L’académie se termine ici… Comment ça on n’a pas parlé de foot ? Attendez, on a vu du foot ce soir ? Revenez pus tard, le débat de fond sera pour une autre fois.

BA,

LN & PI

 

 

 

Lexie Najas

Forme avec Paul Igarque le duo d'anal-yse le plus infernal depuis Thierry Roland-JM. Larqué. Jour 307: Le respect des autres académiciens n'est toujours pas acquis.

10 commentaires

  1. Vous êtes tellement aveuglés par la haine que vous êtes incapables de voir les progrès du club. Il y a 5 ans vous étiez éliminé par Nicosie, cette année, vous tenez le nul à Chypre… Les chiffres ne mentent pas.

  2. Je repense à la remarque sur la défense de Porto nul et surcôté, puis je vois les 25 dernières minutes de L’OL contre LImassol
    constitué de joueur qui n’ont pas le niveau en Liga NOS, et je me pisse dessus.
    Génésio a annoncé que vous seriez au niveau contre le PSG, j’espère pour vous que ça ne va pas se retourner comme une décla d’Evra

  3. Ouais ok y avait peno, mais les 2 points qu’il nous manque nous sont entierement imputable… Quelle bouillie… Fekir qui marche et personne qui sait quoi faire du ballon…

  4. Genésio victime de la canicule, si seulement ca pouvait etre vraiment grave

  5. La sortie d’Aulas mettait quand même un petit coup de pression à Genesio. Si on est ridicules dimanche, ce qui est fort probable, Aulas en remettra une couche et faudra pas que ça dure trop longtemps.

    En même temps, si c’est pour voir Baticle prendre la relève…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.