OL – Lorient (3-1) : La Gones Académie livre ses notes

Gérard Côlon n’a rien à dire sur les matches à 14h, lui.

Pre-scriptum : C’est la première fois de ma courte vie d’académicien que j’ai l’occasion, que dis-je, la chance d’écrire sur une victoire du meilleur Olympique de France. Après une belle brochette de défaites volées et bien frustrantes, je suis aussi soulagé que Sidney Govou quand il a enfin eu le bon de sortie qu’il demandait tous les ans. Voilà pourquoi j’ai décidé de vous offrir un gif de Kate Upton qui danse, comme un cadeau, une petite douceur.

 

Kate-Upton-Gif-
Qui n’agite pas frénétiquement ses tétés n’est pas lyonnais, hé.

Reprenons nos esprits, passons au contexte.

Je vous avais dit il y a quelques semaines que c’était difficile d’être supporter lyonnais ces temps-ci. Quelques jours après, je précise mon propos : c’est pas parce qu’on a la loose que c’est dur. C’est parce que tout cardiaque amoureux de l’OL peut finir aux urgences du CHU de Bron à chaque seconde, un peu comme Bafé Gomis à sa grande époque à thème « malaise vagal ». On va faire match nul à Tottenham ? Ah non pardon, il y a les arrêts de jeu. On va se faire taper par une de nos bêtes noires, Bordeaux ? Boh, non, ça sera tellement plus drôle de leur mettre une valise. Et vu qu’on est en forme, on va se qualifier pour la suite de la Ligue Europa. Enfin bref, je vais pas vous refaire tout le calendrier, mais en ce moment, on a des montagnes russes hautes comme la Croix-Rousse. Voilà pourquoi un peu de stabilité ne ferait pas de mal à l’heure d’accueillir les merlus et le meilleur joueur du monde l’été, Alain Traoré. Qui ne joue pas, d’ailleurs, vu qu’il fait moins de 25 degrés.

Dans un premier temps, ce match était prévu le samedi soir, mais c’était sans compter sur la facétieuse ligue, qui donne tout pour voir notre bien-aimé président s’agiter dans son siège en cuir et amuser la France entière. Ce sera donc à 14h, l’heure des blanquettes de veau en famille et des grasses matinées excessives, que les Gones fouleront du pied la pelouse de la discorde, celle qui fait dire à Jean-Michel que c’est le Qatar ici. Evidemment, notre cher leader ne manquera pas de rappeler que c’est un scandale, que jeudi soir encore on était en train de jouer et que si la Ligue veut empêcher l’OL de jouer le titre qu’elle le dise tout de suite. 1 semaine après avoir profité de l’horaire pour enfiler les Bordelais comme un sanglier à la broche, je trouve la saillie un peu osée, mais bon, qu’importe. Tant qu’il fait parler les journalistes et enrager les supporters de toutes provinces, il peut raconter n’importe quoi, tout me va. Je m’raconte des histoires en écoutant sa voix, c’est pas vrai ses histoires mais moi j’y crois.

Néanmoins, il n’a pas totalement tort : j’appréhende ce match à cause de l’extrême fatigue de l’effectif et le fait que le FC Lorient croit que le concept de Coupe d’Europe a disparu avec la fin de l’Intertoto, se permettant donc le luxe de la bonne forme. Heureusement, la formation lyonnaise est adaptée à ce risque, comme décrit ci-dessous.

Formation

Dans les buts, l’incroyable, le merveilleux Rémi Vercoutre, le meilleur boxeur français depuis le grand Marcel Cerdan.

Gif Vercoutre
Exclusif : Vercoutre à l’entraînement !

En défense, du (très) classique : Réveillère-Bisevac-Lovren-Umtiti. Le pauvre Dabo est promis au banc vu la forme de MONSIEUR Umtiti, seul élément de cette ligne qui n’était pas du tout évident en début de saison. Pour le reste, les alternatives ne sont de toute façon pas nombreuses : le QI limité de Lovren ne lui enlèvera pas sa place en défense, surtout après deux prestations plutôt intéressantes. Au milieu de terrain, le triangle qui m’est si cher : Gonalons-Malbranque avec Grenier devant eux, ça sent bon le football champagne avec quand même un peu de boue sur le bord du verre. C’est sur les ailes que ça se gâte : pour un nostalgique de l’époque Briand-Bastos comme moi, voire Lacazette à droite et Ghezzal à gauche, ça pique un tout petit peu.

D’ailleurs, je profite de ce moment pour faire un paragraphe de contestation, un peu comme ces enculés qui gagnent un César et qui utilisent leur temps de parole pour débiter des revendications de gauchiste : C’est pas parce que Jimmy Briand a voulu se barrer en Ligue 2 qu’on est obligés de le sanctionner en ne le retenant même pas pour les matches. Ok il court tout droit, ok il tire au-dessus des buts, mais il mérite mieux que ce qu’on lui fait en ce moment. LEAVE JIMMY ALONE. (Ce message était sponsorisé par http://jimmybriand.skyrock.com/, un des sites les mieux documentés du marché sur l’attaquant rennais cavaleur).

Devant, bien évidemment, c’est le barbu râleur le plus célèbre de France (en attendant que René Girard daigne ajouter le port de la barbe à la longue liste des erreurs de sa vie) qui tient la pointe, dans une sorte de recherche de rédemption qui finira bien par payer un jour, en tout cas on espère si on veut le vendre à autre chose que Louhans-Cuiseaux.

Compo Lorient

Résumé du match

Ça fait un peu bizarre à dire, mais le début de match est lorientais, et pas qu’un peu. Il est très étonnant de voir que les lyonnais se chient dessus dans les grandes largeurs, alors même qu’ils jouent à domicile contre une équipe qui a quand même connu des jours meilleurs. Malheureusement, ça joue très vite et plutôt efficacement au milieu, et devant, Monnet-Paquet et surtout Aliadière font passer les défenseurs lyonnais pour des portes de saloon. Réveillère, qui en est déjà à son 400e match dans le coin, se fait balader comme un minime qui aurait trop fait la fête la veille au soir, et la charnière Lovren-Bisevac peine un peu à couvrir ses arrières. Mais c’est sur une autre grande spécialité lyonnaise que viendra le 1er but du match, pour les Merlus évidemment : sur un corner venu de la gauche, la défense lyonnaise nous livre une performance de marquage digne du Brésil 98 et laisse Aliadière placer sa tête en toute tranquillité. Bien évidemment, cette tentative ne serait rien sans le grand Rémi Vercoutre qui, fidèle à ses convictions, tente de volleyer le ballon de ses augustes poings alors même qu’il se trouve sur sa ligne. Transversale rentrante, 1-0, et un gros vent de ridicule qui souffle sur un Gerland un peu désabusé.

Heureusement, les attaquants lyonnais comprennent que s’ils se mettent à compter sur l’arrière-garde, autant arrêter le match tout de suite, et prennent les choses en main. Le milieu lyonnais commence à récupérer les ballons de plus en plus haut, les transmettent de plus en plus vite, et Audard voit débouler un nombre croissant d’offensives. Le petit Ghezzal est propre sur son côté gauche, mais c’est surtout Lacazette qui fait des misères à la défense. C’est d’ailleurs de lui que viendra le décalage pour Lisandro (après un amour d’ouverture d’Umtiti <3), qui, d’une frappe intelligente, laissera Audard les pieds bien plantés dans le gazon, aux premières loges pour voir le ballon rouler dans son but. Jusqu’à la mi-temps, les Lorientais se chient dessus en voyant le bloc lyonnais les presser dès les premières touches de balle. Heureusement, par pure solidarité footballistique, Réveillère décide lui aussi de faire n’importe quoi, et réalise un exploit que l’on croyait jusqu’alors réservé à Verratti : perdre des ballons à 20 mètres de ses buts. S’en suivra un poteau pour Monnet-Paquet, comme un symbole de cette chance qui veille sur les lyonnais. Avant la mi-temps, le match se tend sensiblement, et l’arbitre siffle sur un démolissage en règle sur Umtiti, comme un symbole. Les Lorientais se disent que quitte à faire match nul, au moins faut-il le faire dans les règles de l’art, et laissent libre cours à leur créativité artistique quand il s’agit de démonter les adversaires.

De Jong
Maillot orange, short orange, et un furieux air de famille avec les Merlus.

Quand la deuxième mi-temps démarre, on pourrait croire que les Lyonnais vont craquer physiquement et que les Lorientais vont prendre le jeu à leur compte. Hé bien que nenni, fidèle lecteur. C’est même tout le contraire qui va se passer, les visiteurs étant sérieusement handicapés par la sortie d’Aliadière à la pause pour cause de… grippe. Si ça c’est pas un motif à la con, je m’y connais pas. Quoiqu’il en soit, les orange sont privés de leur meilleur joueur jusqu’ici, et ça se voit. Les milieux n’ont plus personne à lancer, malgré quelques efforts de Monnet-Paquet, et s’en suit un élément déterminant dans la victoire lyonnaise : le pressing. Si vous aviez vu ça… C’était infernal, les lorientais se faisaient intercepter à 40m des buts de Vercoutre au plus loin. On parle beaucoup de l’importance du milieu à 3 sur les phases offensives, mais là c’est simple : dès qu’il y avait un ballon, les 3 (et surtout Gonalons, qui a eu 3 dans l’Equipe, journal qui devait être représenté par un mec qui s’est endormi dans les chiottes de Gerland) étaient là pour le gratter et relancer.

Milieu Lyonnaos
Le milieu lyonnais qui ne laissait aucune chance aux pauvres relanceurs lorientais

C’est donc logiquement que le 2e but est venu, après une bonne tête de Lisandro, Ghezzal surgit et mets un bon vieux but de raccro. Certes, ça a moins de gueule que le dépucelage footballistique de Neal Maupay, mais ça compte putain. Jusqu’à la fin j’ai eu peur que les Lorientais nous la fassent à l’envers en plantant un bon gros but à la con, mais c’est finalement Mvuemba qui plantera en fin de match (sur une remise intelligente de Benzia, comme quoi tout arrive) et me permettra de péter un coup devant mon stream.

Notes

Vercoutre (0/5) : C’est simple, j’ai décidé que tant qu’il nous gratifiera de ses putains d’arrêts aux poings à la con, il prendra 0 à chaque fois. Et quelque chose me dit qu’il est pas prêt de faire remonter sa moyenne.

Réveillère (1/5) : Tu le vois ce moment gênant où tu dois féliciter ton joueur sur Football Manager parce qu’il en est à son 400e match alors qu’il vient de se chier dessus pendant 90 minutes ? Bah voilà.

Bisevac (3/5) : Un peu perdu en début de match, il a été suffisamment bon ensuite pour gérer le peu de travail qu’on voulait bien lui donner. Propre sans plus.

Lovren (3/5) : Tout pareil. -1 point parce qu’il est moins marrant que son petit pote en après-match sur Twitter, +1 point parce qu’il n’a pas pris de rouge. Il faut savoir récompenser la bonne volonté.

Umtiti (4/5) : Encore un vrai gros match de celui qui est en train de s’affirmer comme l’arrière gauche du club de façon définitive. Espérons qu’il ne nous chie pas une pendule comme Lisandro parce qu’il a des envies d’axe, il est très bien là. Et puis ce tacle sur le premier ballon de Giuly comme pour lui signifier que les anciens, il en a rien à battre, un bijou.

Gonalons (5/5) : Comme ça j’équilibre avec ces enculés de l’Equipe qui ne comprennent rien au pressing. Le foot ça se joue aussi sans ballon les gars, et ça, Max l’a bien compris.

Malbranque (3/5) : Bon match de Malbranque dans son registre du mec qui court partout et qui sert tout le monde. Des belles combinaisons avec Réveillère mais surtout Lacazette, ce qui a permis de créer de nombreux décalages. Par contre, ça fait toujours un pincement au cœur de voir qu’il ne termine plus les matches.

Grenier (2/5) : Soyons clairs, hein, il a été bon. Mais si je mets des bonnes notes à tout le monde en attaque, vous allez plus me croire, et ça j’en ai pas spécialement envie. Il n’a pas été plus décisif que ça, donc 2, allez. Dura lex sed lex.

Lacazette (4/5) : Je suis à deux doigts de mettre 5, mais bon, ça serait de l’emballement, et je suis pas un mec qui donne ses notes gratuitement comme ça. Mais putain, quel bien ça fait de le voir jouer du QI football, lui qu’on pensait perdu pour la science… Peut-être qu’il est toujours en galère quand il regarde C’est Pas Sorcier, mais au moins, sur le terrain, ça combine, ça chaloupe, et ça donne une très bonne entente avec Lisandro.

Ghezzal (4/5) : 4 pour sa performance et son premier but en pro, 1 pour la joie juste après son pion et le fait qu’il aille applaudir le virage Nord et leur filer son maillot à la fin du match. Pour une fois qu’on a un jeune qui n’est pas con comme ses pieds mais travailleur et humble, ça fait tout chaud à l’intérieur.

Lisandro (4/5) : Même note que Lacazette, logique. On croyait les deux sur la pente descendante, et ils se sont associés pour mieux rebondir. En plus d’être décisif au bon moment du match, il a aussi été hyper sympa avec ses coéquipiers, en étant tout le contraire d’un bouffeur de ballon. Comme disait Patrick Sébastien, pourvu que ça dure.

Remplaçants :

Mvuemba (5 /5) : Le mec joue à peine depuis plusieurs mois, rentre en fin de match, plante contre son ancienne équipe, reste très sobre dans sa célébration. ALO UI CER LE JOUEUR IDEAL.

 

Gérard Côlon

10 thoughts on “OL – Lorient (3-1) : La Gones Académie livre ses notes

  1. On commence à trouver un beau rythme de croisière sur cette nouvelle Gone Académie : avec ce nombre de femmes à poil on devrait faire du clic…
    j’imagine déjà l’angle de mon prochain compte rendu : Note des joueurs « si j’étais une pornstar je serais… »
    joli mon Colon

  2. Ca y est, le bizutage est fini, maintenant t’as le droit à de vrais match de foot pour tes acad’.

  3. Merde, un lyonnais drôle, où va le monde. Votre académie sabote les efforts qu’entreprend ce club depuis des temps immémoriaux pour se rendre antipathique. Je ne vous félicite pas.

  4. Plagieur d’EspritOutreA47 va !!

    (allez, un petit coup de pouce pour les comms ici aussi)

  5. ahahaha y me semblait Roland que t’allais pas laisser passer le train : heureusement pour nous les mecs du journal du hard lisent pas nos acad’s : pas de risque d’accusation de plagiat

  6. Merci bien Monsieur Gromerdier, plus que 427 commentaires et le compte sera bon.

    Monsieur Blaah, vous êtes un peu sévère. Pose toi la question de ce que tu préfères entre une décla d’Aulas et un one man show de Kev Adams, le choix est vite fait.

  7. Beau match belle Acad. Sourire idiot aux levers, l’arme à l’œil et vive Fernande. Ce match est quand même plein d’enseignements : on peut jouer sans Gomus, Umtiti est vraiment énorme (sur le terrain), nos jeunes ont de la bouteille, on a des solutions sur le banc, on a une équipe capable d’alterner sur les 2 ailes et au centre, l’équipe à l’air bien concentrée sur le dernier objectif.

  8. Gonalons, que j’ai trouvé absolument excellent ces derniers matchs, a perdu un petit paquet de ballons contre les Oranje bretons. Notamment 2-3 passes pourraves à 30m des buts lyonnais qui m’ont fait frétiller le fessier à chaque fois. Bon, de là à lui mettre 3 dans kiplé, y’a un gouffre abyssal que je ne franchirai pas. Mais je ne lui aurais pas mis 5, même si la justification de faire chier le mec de l’Equipe me satisfait.

    Nota: maintenant que y’a du pr0n dans l’Acad, va falloir que je fasse gaffe quand je la lis au bureau…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.