La Lens académie note RCLens – Le Havre (0-0)

- Lens -
9 matches à jouer, 9 finales comme diraient les z’experts, 9 manières de se vautrer une énième fois dans la course à la montée.
On sait tous qu’on ne montera pas, mais l’incertitude demeure totale quant à la manière dont on va s’y prendre pour loser.

Dans un élan de candeur au sortir d’une soirée arrosée dont votre serviteur n’a que des souvenirs épars, la Lens Académie s’était lancée corps et âme dans son début de saison. Après 3 parutions, malgré 3 victoires de ses chouchous, les bonnes résolutions ne tinrent pas la durée et il n’a pas fallu 4h30 de matches pour me faire à l’évidence : la L2, putain, que c’est chiant.

Alors plutôt que de appesantir sur un quotidien fait de déplacements à Châteauroux ou d’énième défaite contre un club corse, il m’a semblé plus sage d’attendre un peu pour partager avec toi, lecteur, le dernier quart de ce championnat de L2.

Contexte

Pour ceux qui, comme moi, ne suivent pas la L2, un petit mode d’emploi des playoffs peut aider.

– Les 2 premiers montent en L1.
– Le 3e reçoit sur un match sec le vainqueur du match 4e vs 5e.
– Le vainqueur de ce match aura droit au barrage A/R vs le 18e de L1.

J’anticipe les esprits chouineurs : non, bien évidemment, rien n’est fait pour que le 3e représentant à la montée arrive complètement rincé pour jouer la montée. Soyez constructifs, arrêtez de voir le mal partout.

CJC
Et bien figurez-vous que le Racing peut encore monter.

Car oui, étonnamment, nous sommes, à 9 matches de la fin, pas trop mal partis pour finir barragistes. Comme tous les 2 ans, Metz est devant, et va monter sans trop de soucis. Derrière Brest est un solide second, qui comme tous les ans, va se vautrer une fois le printemps arrivé.

Derrière ces 2-là, un Paris FC chez qui on a bien fait de perdre dernièrement, vraiment, c’était bien vu, un FC Lorient plus moche que nous, donc armé pour monter, l’éternel Troyes-dans-l’Aube, et nous, donc, essaient de participer à ce rush final. 6 équipes, 5 places : tu vois où je veux en venir?

A l’orée de ce dernier match de la 30e journée, Lens est donc 6e, avec 48 points, une victoire et on repasse 4e. Sachant qu’on doit encore jouer Brest et Lorient, qu’on est loin d’avoir le pire calendrier des 6 premiers, il s’agirait de conserver un peu de maitrise sur notre avenir pour pouvoir s’ambiancer un peu en avril-mai.

Du coup, l’équation de ce match est :

[(« si on gagne on est« ) + diffusion TV] + Le Havre n’a pas gagné depuis 1923
____________________________________________________________________________ = 1e avril.
« on a notre destin en main » + « ce match n’est pas décisif« 

Sur le pré.

Montanier, échaudé par la lose parisienne avait mis dans son XI victorieux contre Auxerre tout ce que le club comptait comme rebeuhs tricoteurs, associés aux hommes à peu-près en forme du moment (Fortes, Gillet).

Cette fois Chouiar et Bencharki font du tricot sur la banc, c’est pas parce que c’est le 1e avril qu’il faut déconner. Ah ben si, ya Tka titulaire, j’ai rien dit.
Sinon Montanier aligne Diarra-Mesloub-Gomis derrière Kyei pour une attaque qui à défaut d’être de qualité, est au moins en quantité…

Tka est donc titulaire.

En face

Le Havre, prétendûment doyen des clubs (un peu comme nous, prétendûment Meilleur Public de France), qui fête cette année le centenaire de son dernier titre de champion et les 60 ans de sa dernière coupe. Leur dernier exploit remonte à 2015, lorsqu’il fallait qu’ils claquent 6 pions à Bourg en Bresse pour monter et qu’ils en ont mis 5. Bref, du lourd, mais qui n’a plus grand chose à espérer cette saison. Mais qui peut toujours nous faire chier, ces gens étant normands.

Le Môtch.

Mais que c’était nul putain. Pour les dépressifs qui se sont tapés Guingamp-Strasbourg samedi, ben c’était pareil, sauf qu’à la fin on n’a même pas de coupe.

Une première mi-temps insipide, avec pour seul frisson un coup franc sur la ligne des 16m tiré au sol par Gomis, dévié par le gardien havrais sur le poteau.

En 2nde période, on continue dans la même veine. Des contrôles moisis qui flinguent les rares déséquilibres créés, des corners vendangés en les tirant à 2 ET en 6m (le fameux corner à la Lensoise ©). Les 5 dernières minutes de poussée désordonnée (le Havre a fini à 10) n’apportent rien de plus qu’une énième raison de rentrer en faisant la gueule à la maison.

Limite on s’en sort bien, les Havrais ayant failli nous en coller un sur un combo d’école : frappe de forain déviée par un lensois de la main, mais claquée par Leca sur sa barre.
Pour les masochistes : le résumé.

Ljuboja
Cet homme reste donc le dernier lensois à avoir claqué sur coup-franc direct.

Les Gôrs

  • Leca : 3. Pour le cleansheet.
  • Centonze : 2. Lent, imprécis et incapable de réussir un centre. C’est light pour un latéral.
  • Duverne : 3. Solide.
  • Tka : 2. C’est bien dans les duels ou quand il n’a pas le ballon. Par contre, dès qu’il l’a, c’est très sale.
  • Haïdara : 1. Le Centonze du pauvre.
  • Doucouré : 1. Cramé. On dirait N’Golo Kanté avec la capacité pulmonaire de Grégory Lemarchal.
  • Gillet : 4. Dont un point parce que les autres sont tellement nuls qu’ils le font paraître bon.
  • Mesloub : 1. On a retrouvé le Mesloub de 2018, celui qui tirait des pénalties aux Herbiers en regardant ses chaussettes.
  • Gomis : 2. Pourquoi le positionner ailier???
  • Diarra : 2. Fatiguant (à regarder).
  • Kyei : 3. Il fait comme Yahia en son temps. Il se bat, harangue les copains, tente des ciseaux, rate des contrôles. Au moins il se bat…

Et maintenant


Bah rien. On va retrouver la TL lensoise, où Kevin nous expliquera que c’est pas plus mal de faire une 6e saison de suite en L2, pour la santé du club, où Sullivan nous dira que rien n’est perdu, « que les vrais supporters, ils z’y croivent, eux« . On est donc 5e, il reste 8 purges pour jouer à l’ascenseur émotionnel… Ah si, y’a eu un mini concert de Magic System après le match.

Bref Lens quoi…

T-Shirt HJ
La L2, c’est aussi des goodies et du lifestyle.

@R_Direktor

R_Direktor, dit Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.