Notre Footballologue analyse Argentine-Uruguay (1-1, 4-5 tab)

Du bonheur avec des schémas à l’intérieur.

Un ange gardien, une paire légendaire et huit autres qui en ont une sacrée bouffent le bétail argentin… tentative d’explication.

Afin d’empêcher les Argentins de faire des vagues, Tabarez détourne l’adversaire sur les côtés pour mieux l’étouffer. En effet, la paire Forlan-Suarez presse les centraux et coupe la transmission avec Mascherano-Gago.


Ainsi renvoyé sur les côtés, le porteur du ballon est convié à une prise à trois avec les deux milieux concernés ainsi que le latéral. A la récupération, Forlan organise l’offensive tandis que Suarez passe avant-centre, le reste de l’équipe gicle pour apporter du soutien. Maître ès coups francs et corners, l’attaquant de l’Atletico Madrid trouve la tête de Caceres qui dévie pour Diego Pérez : 0-1, 5ème. L’Uruguay lance le match mais recule bientôt de 20 mètres, l’Argentine profitant des failles du système.

En effet, Forlan-Suarez pressent à plat et il suffit à Mascherano de passer sous Gago pour verticaliser la relance et s’ouvrir l’axe (16ème.) De plus, l’apport du latéral au pressing laisse un vide qu’occupe d’ailleurs Messi lorsqu’il démarre côté droit pour gagner l’axe et centrer pour Higuain: 1-1, 17ème.
Sujet de toutes les attentions, Messi se voit octroyé une composition sur mesure puisque son « jardin » côté droit est nettoyé de la présence de Di Maria (bien plus efficace côté gauche, cf Argentine X Costa Rica) tandis que les tâches défensives de ce même côté reviennent à Higuain. Son altesse peut dès lors s’économiser et régaler de ses courses pleines de dribbles voire de ses dribbles sans course mais avec ouverture. Confronté aux chiens de paille uruguayens, le lauréat doit se faire violence et manque d’ajouter une énième passe décisive sur un coup franc prolongé de la tête dans le but par Higuain… hors-jeu (30ème.) Forlan répond à la 34ème, son coup franc trouvant tête puis barre puis Romero puis but mais deux hors jeu dans l’action ; une tête de Lugano trouve une nouvelle fois la barre (44ème) mais le fait marquant de cette fin de mi-temps reste l’expulsion de Diego Pérez à la 38ème.

L’Uruguay à 10, il suffit à l’Argentine d’appuyer sur la blessure, à savoir le flan droit, pour en finir. Du reste, l’aile gauche albiceleste composée de Zanetti-Di Maria-Aguero laisse augurer d’une mise à mort rapide. Las ! Au contraire d’équipes cultivant leur La Peyronie jusqu’à l’excès (cf Brésil), l’Argentine de Batista semble refuser de s’occuper des zones érogènes.
Face à si peu d’enthousiasme, Tabarez ose un milieu à trois et conserve sa paire offensive en l’état, autorisant même Maxi Peirera à prendre son couloir tandis que Lugano couvre.

L’Uruguay fait donc à 10 ce qui était prévu pour 11 et Suarez offre un récital, plaçant à lui seul Milito (70ème) et Burdisso (72ème) sur liste rouge avant d’obtenir la résiliation de Mascherano (86ème.) Dans le même temps, Batista valide la faillite de son côté gauche en sortant Di Maria-Aguero pour Pastore-Tevez et rivalise de phallus avec Menezes. Pourtant, c’est Suarez qui déboule et impressionne (75ème et 92ème, ouverture puis centre pour Forlan) pendant que Muslera met le doute sur celle des anges (89ème, double sauvetage sur coup franc détourné de Teves et reprise de Higuain.)

Dès la 93ème, Forlan obtient un jaune pour Gago et empêche Suarez de réaliser le grand chelem puis les sélectionneurs changent de milieu. Batista sort Gago pour Biglia qui se place sous Pastore et Tevez, au service de la paire éteinte Higuain-Messi ; Tabarez fait entrer Gargo et Eguren pour Alvaro Pereira et Arevalo Rios afin de revigorer la triplette médiane, renvoyer le pays hôte au penalties et répondre à la question que bon nombre se sont posés : A quoi sert Taboo dans les Black Eyed Peas ?

Messi I I Forlan
Burdisso I  I Suarez
Tevez X I Scotti
Pastore I I Gargano
Higuain I I Caceres

 

Argentina v Uruguay par geuzehead
 

12 thoughts on “Notre Footballologue analyse Argentine-Uruguay (1-1, 4-5 tab)

  1. Diego Perez, c’est une anomalie qui nous rappelle que notre sport favori peut être très moche.

    Quant à l’Uruguay, c’est, je pense, la seule équipe nationale qui a inscrit dans son style de jeu, de génération en génération, la déstabilisation psychologique.

    @Mhraya : si le pénalty de Tevez est raté, la plupart des autres tentatives sont splendides, notamment celle d’Higuain. Imparable !

  2. Le but uruguayen me fait prendre conscience que le mot « marquage » n’existe pas en argentin.

  3. Le problème de l’argentine n’est pas Messi. C’est leur défense en papier mâché pas assez mâché. Les uruguayens n’avaient qu’a balancer des long ballons dans la surface et les défenseurs brunissaient leurs shorts. Même en poussin je n’ai jamais vu une défense aussi angoissée.

  4. Quand tu sais que Milito est titulaire dans l’axe de l’albiceleste, tu comprends ce qui cloche dans l’équipe.

    Un défenseur abonné au onze anal, c’était fair-play, couillu mais au final, c’est l’argentine qui se réveille avec une belle fistule anale.

    Bonne appétit bien sur ;)

  5. l’Uruguay dispose pleinement de cette génération et le pire, c’est que c’est beau à voir jouer
    Après le match contre le Mexique, j’y croyais, et j’y crois encore, on est vivants tant qu’on est forts.

  6. Messi LOL . . . transparent le garçon . . . il a joué trop de match cette saison. et puis difficile de briller, qd y a pas xavi & iniesta pour faire 95% du boulot ^^

  7. GqwZL t’es un petit peu le « kikoulol » des comms du site, mes respects pour autant de régularité anal-ytique des matches de FOOTBALL au quotidien.
    Merci pour ces précisions agrémentées d’éternels  » ^^, LOL, MDR, PTDR » et j’en passe; des messages codés de footballologue sûrement. La bise rectale.

    Sinon pour parler un peu du match, c’est clair que cette sélection argentine est boiteuse au possible, avec un milieu remanié et bien meilleur avec l’inclusion de Pastore, un Higuain précieux et un Messi intenable en première période mais qui joue toujours les neuf 3/4… Quel dommage. Sinon on a l’air d’aimer les défenses bancales en Argentine, alors qu’Heinze existe encore je crois parce que Milito qui joue avec un déambulateur c’est pas hyper esthétique.

  8. Ou sinon on peut dire qu’on s’en bat les steaks du match et que Tevez est une daube-infâme-de-mercenaire -sans-âme qui ne sait plus poser un pied devant l’autre depuis qu’il s’est exilé en Premier League et qu’il sait même pas tirer un péno. Putain de « futur Maradona » (version 1.0, 2004 J.O, Athènes).
    Par contre l’autre « futur Maradona » a été irréprochable (sans sortir la boite de cirage) depuis le début malgré ce que les sous-Morlino peuvent baver.

  9. le pénalty de Pastore est bien plus dégueulasse que celui de Tevez je trouve. Par contre, celui d’higuain est énorme. Maxi chatte, mais pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.