Rico di Mecouilles a vu France-Belgique

Rico est extraglucide.

La Coupe du monde continue pour les petits Coqs, qui enchantent pas à pas un peu plus les ivrognes joyeux qui suivent leurs performances depuis les mansardes à breuvages de chaque petite parcelle de terre estampillée tricolore. Apparemment, les pseudos-pays construits de bric et de broc ont aussi le droit de participer. Donc c’est la Belgique qui barre notre route pour la finale-le titre (vu ce qui arrive de l’autre côté).

Rico a poliché son cojon comme il se devait, pour pouvoir prédire avec la plus belle des exactitudes le résultat du match de demain. À quoi ça sert de ronger les sangs si on peut faire autrement et connaître l’issue avant l’heure, hein, on vous le demande ? 

17h30 : Le roi des Belges (cette blague) arrive à l’hôtel de l’équipe des Belges (ah ah). À peine a-t-il foulé le sol du parvis qu’un van noir déboule en dérapage et s’arrête au niveau du souverain. En sortent par la porte latéral deux hommes en noir cagoulés, qui se saisissent de Philippe et l’embarquent dans le véhicule qui repart sur les chapeaux de roues, laissant coi la sécurité rapprochée du monarque du plat pays.

18h : On est toujours sans nouvelles du roi. Emmanuel Macron est enfermé dans sa suite à Saint-Pétersbourg avec ses plus proches conseillers. Il se murmure qu’il pourrait déclarer la Belgique nouveau territoire français et revendiquer le trône.

18h45 : Le Premier ministre belge, Charles Michel, apparaît à la télé nationale portant un tee-shirt de Carlo Tentacule. Il affirme que le souverain des Belges (hi hi) est en vie et hors de danger, sans apporter plus de précisions. Il déclare qu’il assume, en attendant « que les choses se règlent », la conduite du pays.

19h00 : Les joueurs pénètrent sur la pelouse pour s’échauffer. Les Diables rouges portent un tee-shirt « Je suis Fifi » en soutien à leur roi bien-aimé. Alors que le speaker égrainent les noms des membres de chaque équipe, il se fait bousculer par un Belge, celui-ci attrapant alors le micro. Il s’agit de Thomas Meunier. Le joueur du Psg sort alors plusieurs feuilles A4 de son short et commence la lecture d’un poème dédié à son monarque.

19h27 : Fin du poème. Un silence de mort a envahi le stade. Les gens se sont assoupis. C’en est trop pour Vladimir Poutine qui décide de réagir depuis les tribunes. Il gonfle ses poumons et pousse un cri guttural qui fait trembler l’édifice de toute sa structure. Les spectateurs se réveillent en sursaut et, croyant à une attaque d’une armée d’ours, tentent de s’échapper du stade. D’un geste de la main, Vlad intime l’ordre à ses policiers d’empêcher cela. Le calme parvient à être de nouveau instauré.

19h48 : Emmanuel Macron pénètre enfin dans le stade. Le petit homme qui le suit transporte un grand sac noir d’où dépasse une épine dorée ressemblant à une partie d’une couronne.

19h54 : Les joueurs sortent du tunnel et se mettent en place pour les hymnes. La Marseillaise retentit quelques secondes avant d’être coupée : c’est l’hymne belge qui doit être joué en premier. Dans la panique, certains joueurs dont Thibaut Courtois, avaient commencé à entonner avec passion l’hymne français.

19h57 : L’équipe de France se présente avec le même 11 de départ que contre l’Argentine, Blaise Matuidi ayant recouvré la liberté de jouer. La Belgique se présente avec 11 joueurs.

20h00 : Le coup d’envoi est donné par l’équipe de France.

4e : Eden Hazard parvient a dribbler la défense centrale française, mais, alors qu’il se présente seul face à Lloris, voit N’Golo Kanté apparaître devant lui, sourire goguenard, puis lui chiper la balle.

7e : Blaise Matuidi envoie une transversale à Kazan.

10e : Paul Pogba récupère un ballon dans les pieds d’un Belge, relance rapidement vers Griezmann, qui porte la balle jusqu’à l’entrée de la surface. Il tente une frappe rectiligne que vient écarter Courtois du bout des doigts. Corner. Griezmann centre au deuxième poteau, Benjamin Pavard saute plus haut que tout le monde, même plus haut que le ballon. Touche.

15e : La reine des Belges gagne, confuse, sa place. Elle semble avoir pleuré. Emmanuel Macron tend le cou pour essayer de capter ce qui se passe.

22e : De Bruyne prend de vitesse le côté gauche de la défense française, parvient à centrer et à trouver la tête de Lukaku. Lloris se détend et repousse le ballon, mais heurte le poteau avec sa tête. Il est complètement assommé. Les médecins sont autorisés à entrer. Le capitaine des Bleus semble délirer, il ne cesse de répéter « J’aurais dû signer à Arsenal, j’aurais dû signer à… »

24e : Le gardien français est de nouveau sur pied. On lui a fait un bandage puis mis un casque de rugby noir. Thibaut Courtois demande à ses coéquipiers, affolé : « Cech est français ?!? Cech est français ?!? »

32e : Pogba effectue à nouveau un vrai numéro de relance, pousse le ballon à gauche pour Hernandez, qui centre à ras de terre. Olivier Giroud, qui avait sauté dans un premier temps, retombe puis parvient à taper la balle. But ! 1-0.

40e : C’est un véritable siège qui se tient désormais devant le but belge. Griezmann reçoit la balle aux 30 mètres et la glisse entre les centraux pour Mbappé, qui effectue une roulette pour éliminer Courtois. Il pousse le ballon dans le but vide. But ! 2-0.

41e : La caméra filme en gros plan Thierry Henry qui retire son maillot de staff pour laisser apparaître un maillot français floqué Mbappé.

44e : Matuidi tente lui aussi une roulette. La balle part dans l’autre sens. Hazard, plus rapide que tout le monde, s’en saisit et part seul au but. Alors qu’il s’apprête à fixer Lloris, N’golo Kanté apparaît, sourire goguenard, et chiper la balle au joueur de Chelsea.

45+3e : Corner pour la Belgique. Alors que le ballon s’élève dans les airs, Vertonghen s’effondre. L’arbitre touche son oreille pour savoir si on met la VAR. Il arrête la rencontre. Vidéo demandée. L’arbitre court donc vers son écran de contrôle, mais trébuche dans sa course, s’étale de tout son long sur la pelouse et glisse jusqu’à l’écran. Vidéo annulée, la cabine demande la VAR pour la chute de l’arbitre. Juste pour se foutre de sa gueule en mondiovision.

45+6e : La VAR établit que l’arbitre s’est effectivement bien ramassé sa gueule comme il faut. La mi-temps est sifflée.

46e : Coup d’envoi de la seconde période.

49e : N’Golo Kanté récupère une balle perdue par N’Golo Kanté.

52e : Roberto Martinez va chercher Thierry Henry, parti s’asseoir à côté de Guy Stephan.

55e : Chadli tente une frappe aux 35 mètres. Le ballon heurte la barre, retombe sur le pied de Lukaku qui expédie le ballon aux fonds des filets. But… 2-1.

60e : Emmanuel Macron est découvert par Brigitte en train d’essayer de passer sa main dans le dos de la reine.

62e : Roberto Martinez demande à Thierry Henry de donner des conseils à Batshuayi, pas à Fekir.

68e : Eden Hazard, encore lui, trouve la faille dans la défense et va lancer en profondeur Lukaku lorsqu’on lui tape sur l’épaule droite. Il ne voit personne quand il se retourne. Mais il aperçoit soudain N’Golo Kanté passer à sa gauche. Trop tard.

72e : Benjamin Pavard redouble avec Mbappé et envoie un centre parfait pour Olivier Giroud. La tête du champion de France 2012 avec Montpellier est parfaite, laissant Courtois pantois. But ! 3-1.

75e :  Marc Wilmots, ivre mort, torse poil, passe dans les travées du stade et hurlant : « JE VOUS L’AVAIS DIT, IL EST NUL LE SPINGOUIN ! »

80e : Roberto Martinez demande à Thierry Henry de lui apprendre le français.

82e : Eden Hazard est trouvé par Fellaini. Il avance prudemment, regardant de tous les côtés, sursautant à chaque bruit. Il pense y avoir échappé. Mais il voit apparaître un grand sourire et commence à trembler de tous ses membres. Il perd le ballon et le laisse à Pogba, qui relance immédiatement sur Mbappé. Entamant un sprint endiablé, le jeune de Bondy atterri juste devant Courtois, sans personne pour l’empêcher de marquer. But ! 4-1.

86e : Roberto Martinez demande un timbre à Thierry Henry pour sa demande de naturalisation.

89e : Fellaini est fauché devant la surface par Pavard. Devant l’apparente violence de la faute, on se demande s’il va y avoir VAR. Finalement, pas VAR.

90e : Le coup franc est tiré par Mertens, entré quelque peu avant en jeu. Le Napolitain envoie la balle dans la lucarne droite de Lloris. But… 4-2.

90+2e : Le coup de sifflet final retentit. La France est en finale de la Coupe du monde !

22h : Juste après la fin du match, les écrans du stade s’allument. Apparaît alors le roi des Belges (mais enfin !) qui, tenu en joue par un pistolet, déclare :

« En vertu des pouvoirs qui me sont confiés par l’ensemble des Belges, j’ai décidé, moi, Philippe de Belgique, d’abdiquer en faveur de sa majesté toute-puissante N’Golo 1er. Son règne débute dès maintenant et ce jusqu’à sa mort ou son abdication. »

22h19 : Le petit homme a échappé à Emmanuel Macron et pose désormais la couronne sur la tête de ce petit bonhomme appelé à être un des plus grands souverains du XXIe siècle.

Terminalector

Je suis la majuscule sur ton gentilé. Je suis l'ordre et le chaos de la modération. Je suis la loi en tribune.

3 Comments

  1. Tu sais que je t’en voudrai. Tu sais ce que tu as fait, là ? Tu sais qu’il est possible que je le prenne comme un signe ? Tu sais que tu me fais mal ?

    Putain comment je vais dormir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.