Football Beyond Borders, la 33è équipe du Mondial au Brésil

4

Mais vous avez battu qui en barrage ?

Bien entendu, vendredi soir, nous serons tous devant Internet, au bistrot ou devant la télé pour assister au tirage au sort de la prochaine Coupe du Monde. S’il y a une équipe dont le nom n’apparaîtra pas, c’est celui de Football Beyond Borders. Et pourtant cette ONG anglaise sera bien présente au Brésil pendant l’été brésilien 2014. Nous autres sommes les chantres de l’alterfoot, une manière de voir et de traiter le football différemment. Ces mecs pourraient parfaitement faire partie de la famille en tant que cousins car ils traitent aussi le football différemment et dans un but juste. Découverte avec Jack Reynolds, un des responsables du projet au Brésil.

1) Quel est l’objectif principal de votre projet au Brésil ?

Offrir quelque chose qui ait du sens grâce à la Coupe du Monde à certaines des communautés les plus pauvres à Salvador et à Rio. Nous avons eu la chance d’être accueillis dans des quartiers près de Morra da Paciencia à Salvador en 2012. Cela a été une grande expérience pour chaque personne qui fait partie de FBB. Nous avons été très impressionnés par le sens affirmé de la communauté, la chaleur de l’accueil et l’amour du football. En même temps, il y avait un souci partagé concernant la Coupe du Monde, qui n’apporterait rien et ne résoudrait aucun des problèmes qui continuent de pourrir ces communautés – le manque de compétences, le manque d’emplois, le manque d’investissement et la stigmatisation de ces favelas comme des repères pour la violence et les drogues. Nos projets sont destinés à bousculer ces problèmes afin d’assurer un héritage pour ces communautés à travers la Coupe du Monde.

2) Quelles seront les différentes activités ?

La section Brésil de  notre site Internet montre les principales choses que nous ferons : http://www.footballbeyondborders.org/#!brazil/cnz5

–          The Rio Community Cup: un tournoi avec 32 équipes composées de supporters venus du monde entier et de gens des favelas de Rio. Les matchs auront lieu sur des terrains dans les favelas et le calendrier sera le même que celui du Mondial.

–          The Salvador Legacy Games : un tournoi international d’étudiants qui aura lieu 2 mois après le Mondial avec pour sujet l’héritage du Mondial pour les résidents des favelas de Salvador. Chaque équipe sera mise en relation avec une communauté locale de Salvador avant le tournoi et restera avec ces communautés pendant le tournoi.

–          The FBB English Language School : FBB établira une école qui donnera des cours d’anglais dans les communautés pauvres à Salvador. FBB déléguera des professeurs d’anglais qualifiés dans cette structure dès janvier.

–          The Favela Accomodation Project : FBB travaillera avec quelques familles dans des favelas de Salvador dans le but de créer des lieux d’hébergement pour les supporters qui viendront pour le Mondial. Cela permettra aux supporters du monde entier d’être logés pour un tarif raisonnable et aux communautés pauvres de Salvador de profiter de l’influx financier lié aux touristes.

Ces quatre activités seront le principal de notre travail là-bas. Nous avons choisi ces activités pour répondre aux désirs et aux problèmes des individus et communautés avec lesquels nous avons discutés à Salvador et Rio. Ils allient la réalisation de buts tangibles – apprendre l’anglais, créer des opportunités pour amener des investissements directs en provenance de l’étranger pour ces communautés – avec les tournois d’étudiants et de supporters qui offriront la possibilité à des individus du monde entier de ressentir le chaleureux accueil dont  nous avons bénéficié avec FBB dans ces communautés. En plus, des signes montrent déjà qu’il y aura de nombreux médias locaux et internationaux intéressés par ces évènements. Nous espérons que la lumière mise sur ces évènements pendant et après la Coupe du Monde forcera les politiciens et les entreprises d’être à la hauteur de leurs grandes promesses en termes d’héritage après la Coupe du Monde.

FBB a commencé avec la croyance que le football était une excellente manière de casser les barrières et les préjugés entre les individus et de créer des liens qui tiennent dans le temps. Les « Legacy Games » et la Coupe du Monde « Favela Fan » sont ancrés dans cette magnifique tradition.

3) Comment est-ce que vous assurez l’appropriation par les communautés locales de vos activités ? Quels sont vos partenaires locaux ?

Pour FBB, la question cruciale demeure comment un héritage post activités est défini, développé et assuré. Notre projet est construit sur trois principes:

a)      tous les projets sont définis et mis en œuvre avec des personnes qui seront les bénéficiaires du projet,

b)      tous les projets contiennent des buts réalistes et spécifiques qui peuvent être atteints,

c)      tous les projets sont ciblés sur des communautés et groupes qui sont souvent ignorés.

A Salvador, notre principal partenaire est l’ONG appelée Paciência Viva. Cette organisation est basée à Morro da Paciencia et gérée par des individus qui travaillent dans cette communauté. Ils organisent régulièrement des sessions de football pour les enfants de la communauté et sont concentrés sur la création d’emplois pour les jeunes gens de ces communautés.

De plus, nous travaillons avec le British Council et nous nous appuierons sur leur programme « Premier Skills » pour les cours d’anglais que nous allons développer.

A Rio, nous travaillons avec l’équipe qui a dévelople programme « Esporte Seguro » dans de nombreuses favelas de Rio en collaboration avec le British Council et la Premier League.

4) Comment est-ce que vous financez vos projets ?

Nos projets sont financés de différentes manières. Nos projets sont mis en œuvre par des volontaires et notre organisation a très peu de frais généraux, ce qui minimise l’argent que nous avons besoin de collecter.

Nous allons réunir une portion substantielle de l’argent à travers des événements de collecte d’argent spécifiques. Nous sommes aussi en discussions avec de potentiels sponsors qui voudraient être associés à ce projet. L’école de langue et le projet d’hébergement dans les favelas génèreront aussi des profits qui seront utilisés pour financer les projets à plus grande échelle. De plus, les équipes internationales qui feront partie des Legacy Games et de la Favela Fan World Cup devront développer leurs propres actions pour collecter de l’argent.

Une des préoccupations centrales de l’organisation est d’assurer que nous ne devenons pas dépendants d’un simple donneur pour le financement de nos projets avec le risque de compromettre le type de projets que nous voulons développer.

5) Est-ce que FBB dispose de soutien de la part de la Fédération de Football anglaise, de clubs professionnels ou de la FIFA ?

Non. Jusqu’à présent, nous n’avons pas eu besoin de travailler avec ces organisations et nous n’avons donc pas cherché de soutien de leur part. Nous aurions aussi des craintes quant au fait que des partenariats de ce type pourraient compromettre nos capacités à mettre en place des projets qui sont réellement importants pour les communautés. Si nous développons ce genre de collaboration dans le futur, nous devrons déjà discuter de ce genre de problématiques.

6) Comment est-ce que vous assurerez l’effet à moyen terme de vos activités au Brésil ?

L’objectif principal de ces projets est de développer un héritage qui restera pour nos amis dans les communautés à Salvador. Nous avons déjà des partenariats sur la durée avec des organisations à Salvador et ce projet ne fait que prolonger ce travail. Plus précisément, la pérennité de cet héritage sera assurée à travers ces différents canaux :

–          nous mettrons 3 membres de notre staff, des professeurs d’anglais diplômés, à disposition de l’école de langues FBB jusqu’à septembre 2014. Nous sommes en discussions avec différentes universités anglaises et américaines en ce moment afin de signer des partenariats. Ceux-ci permettraient à des étudiants de ces facs de venir un an dans notre école pour travailler comme professeur.

–          l’équipe FBB travaillera aussi à la mise en place du projet d’hébergement dans la Favela. Pendant les 6 prochains mois, FBB travaillera avec nos partenaires à Salvador pour sélectionner des familles qui peuvent participer à ce projet. Une fois ce projet mis en place, FBB recrutera quelqu’un à Salvador qui sera chargé du projet pour assurer la pérennité du projet au-delà de la Coupe du Monde.

–          l’objectif du tournoi international étudiant « Legacy Games » est d’établir des relations sur le long terme entre les communautés qui accueilleront à Salvador et les communautés étudiantes du monde entier. Nous ne faisons pas de demandes spécifiques concernant les individus des facs qui participeront mais, comme pour tous les tournois et tournées précédents, nous demanderons à chaque participant qu’il réfléchisse à comment assurer que ces relations continueront d’exister au-delà de l’évènement.

7) Pourquoi est-ce que tu as décidé de faire partie de ce projet ?

A FBB, nous partageons tous la même idée selon laquelle le football devrait être un outil performant pour créer un monde plus équitable et plus juste.

Je pense que le football est un outil puissant pour réunir les gens et créer des communautés solides, pour combattre les préjugés, l’inégalité et la discrimination et pour inspirer et créer des opportunités pour les jeunes. Je pense que les préjugés et la discrimination sont les produits de la peur, de l’isolation et d’un manque de contact personnel avec « l’autre ». Je crois que des communautés fortes et diverses sont d’une importance fondamentale pour créer une bonne société. Mes expériences personnelles m’ont prouvé que le football peut transformer la vie d’un individu.

Je fais partie de FBB depuis le premier projet en 2009 quand l’équipe de football de notre université a décidé d’aller en tournée en Turquie orientale, Syrie et au Liban pour jouer au football. Les expériences que nous avons eues là-bas, les amitiés que nous avons créées et les leçons que nous en avons tirées nous ont convaincus que FBB était un superbe outil pour créer le changement. Nous n’avons pas changé d’avis.

8) Est-ce que tu penses qu’il y a plus de place pour utiliser le football différemment dans le monde entier afin d’améliorer les conditions de vie ou d’éducation des populations ?

Oui, sans aucun doute. Le football est une passion universelle. Cela nous unit tous. Le meilleur moyen d’apprendre, de former des gens, de changer les choses, de motiver et de convaincre est à travers une passion commune.

Heureusement, nous ne sommes pas les seules personnes qui voyons le football de cette manière. A travers notre travail, nous rencontrons et coopérons avec de nombreux individus passionnés qui font de magnifiques choses avec le football. Une des meilleures choses dans le fait de travailler avec FBB est que je suis constamment mis en relation avec d’autres personnes qui font des projets superbes et qui partagent mes passions.

Ceci étant dit, il y a un vrai gouffre entre la manière dont le football est utilisé dans les initiatives locales et la manière dont il est utilisé au plus haut niveau. Je suis constamment déçu par la réticence des grands joueurs qui préfèrent envisager le football comme un outil pour leur avidité plutôt que comme un outil pour créer de bonnes initiatives. Le monde pourrait être bien meilleur si la FIFA, la Premier League, les grands clubs et les grands joueurs étaient foncièrement enclins à travailler pour créer un monde plus juste.

9) Quels résultats positifs avez-vous vu durant vos anciens projets ?

On développe de plus en plus de projets dans notre ville d’origine à Londres. Nos tournées internationales – dans le Moyen-Orient, au Brésil, en Afrique et dans les Balkans – ont permis de réaliser de grandes choses notamment en fournissant des expériences qui marquent pour les jeunes qui ont eu la chance de participer. Cela a transformé de jeunes gars apathiques et désabusés en vrais avocats pour la justice sociale. Ils travaillent maintenant comme professeurs, dans les communautés ou comme docteurs et continuent à supporter le travail de FBB. Les projets au Brésil continuent dans cette tradition en assurant des bénéfices à long terme pour les populations locales.

Cependant, pour la dernière année, nous nous sommes concentrés sur des projets dans les quartiers du sud de Londres. Nos projets de football et de mentorat ont soutenu une douzaine de jeunes sans emploi pour les relancer vers des formations, des études et du travail. Notre projet « Unity Cup » regroupe 150 jeunes de quartiers rivaux chaque trimestre pour un tournoi où les équipes sont mélangées. Nous avons déjà pu observer des amitiés qui se développent entre les jeunes hommes qui se considéraient avant comme des ennemis simplement parce qu’ils étaient de quartiers différents. Voilà ce dont on parle quand on évoque le pouvoir du football pour rassembler les gens.

Merci à Jack et bonne chance à Football Beyond Borders pour leurs futurs projets. L’alterfoot vaincra.

Tristan Trasca

4 thoughts on “Football Beyond Borders, la 33è équipe du Mondial au Brésil

  1. Ah là c’est déjà nettement mieux. J’ai presque envie de les contacter voir s’ils ont pas besoin de monde.

  2. Quand même plus intéressant que le « comité next gen »…
    Tristan Trasca, pilier de horsjeu pour remplacer ces piliers de bar de gros membres?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.