Portimonense – Porto (1-5) La Dragão académie livre ses notes

Portimão, son soleil, ses plages, ses restaurants et son accueil 5 étoiles

Bom Dia,
Après avoir creusé l’écart là où tout le monde nous voyait perdre, pas le temps de se pignoler, il faut retourner au mastic.
C’est donc les promus du Portimonense que l’on va défier dans une des dernières parties de l’Europe qui résiste au froid (13°à 20H un 25 février c’est pas mal).
Bref entre temps le Benficaca à gagné, le Sporting jouant le lundi, il faut donc mettre la pression sur les lézards avant le Classico.

O Equipe :

Sergio a trouvé son onze et seul les blessures viennent le modifier.
C’est donc Dalot qui prend la place de Telles et Otavio celle de Corona.

 

O Jogo :

Comme lors des deux matchs précédent contre nous, Portimonense essaie de jouer haut et de nous presser.
Le résultat c’est qu’on n’est pas emmerdé et on se retrouve vite dans la surface adverse par un dédoublement Marega-Maxi mais la passe de l’Uruguayen ne peut être poussée au fond par Soares.
Il ne faut que neuf minutes pour que Iker nous rappelle pourquoi Sergio lui avait préféré Sa.
Coup-franc dans la boîte, Casillas veut sortir et se troue, mais par chance Felipe renvoie la balle.
Pas le temps de gamberger, sur le six mètre en trois passes Otavio sert Soares qui déborde pour trouver Marega qui conclut 0-1.
Si Portimonense ne lâche pas, le club ne crée pas de réel danger sur ses frappes lointaines, captées par Iker.
De nouveau on accélère entre Brahimi et Dalot. Yacine sert Marega qui centre pour Otavio au second poteau. Le Brésilien fusille Pereira et double la marque. 0-2

Portimonense ne renonce pas et Nakajima passe dans le dos de Maxi mais sa frappe n’est pas cadrée.
On laisse la balle à Portimonense pour mieux les contrer.
On est un main dans le slip et l’autre qui montre à Maxi ou déposer le ballon pour Marega qui met son doublé 0-3.

MI-TEMPS :

L’Algarve, son climat, ses plages, sa nourriture et son accueil…Vraiment on est bien au pays.
3 buts en 4 frappes cadrés, un Marega de gala, que demande le peuple?

On continue de dérouler mais le portier de Portimão décide de se montrer. Marega, Otavio ou Soares butent sur le dernier rempart.
Bon après c’est comme une soirée où tu dis “je ne prend qu’une bière” et d’un coup, faut appeler un taxi pour rentrer à cause des sept pintes qui ont suivies les deux premiers demis de la soirée.
Brahimi décale Dalot, la pépite dépose le ballon sur la tête de Soares qui met le quatrième. 0-4.
Du coup Sergio en profite pour faire tourner à partir de la 60e.
Nouveau centre de Dalot pour Brahimi qui dévie au premier poteau et 0-5 à la 67e.
On gère, on a des occasions mais surtout Soares se blesse évidemment. On va finir avec la B dans quinze jour à ce rythme là.
Ah oui, épilogue sans conséquence : à la dernière minute Possignolo marque sur le dernier coup franc de la partie en fusillant Casillas.1-5

O résumo :

O Dragoes :

Casillas (2/5)
Pas de boulette mais ses sorties aériennes c’est vraiment un bon moyen de fabriquer de l’huile d’olive artisanalement avec son cul.
Maxi (3+/5)
Il a assuré défensivement même si Nakajima nous a rappelé qu’il avait pris un coup de vieux sur ses retours défensifs. Reste une passe dé bienvenue.
Felipe (3/5)
Le Fernando Couto brésilien.
Marcano (3/5)
Toujours propre à la relance, ce qui compense l’absence de Danilo.
Dalot (4/5)
Timide d’abord, il s’est finalement rapidement lâché pour livrer une belle partie. La Mia Malkova de Porto.

Sortir de l’anonymat

Herrera (4/5)
Je ne sais pas ce que lui a fait Sergio mais passer de Gaston Lagaff’ à Stakhanov en moins d’un an c’est un exploit.

Quand tu es sur un petit nuage

Oliveira (3/5)
Son rythme de croisière lui permet de marcher sur la liga. Il faut confirmer contre les Lézards et terminer ta transformation en Michael Donovan.
Brahimi (4/5)
Il a mis sur orbite Dalot et les attaquants en menant le jeu avec la baguette de Harry Potter.
Otavio (4/5)
Il a amené offensivement mais a laissé bien seul Maxi se démerder. Le pote qui vient t’aider à déménager mais pas les trucs lourd. Reste que comme il fait le café et amène les croissants, c’est le héros.
Marega (5/5)
Buteur, passeur, découvreur du vaccin contre les pieds carrés.Quel homme.

Quand tu écrases les défenses adverses

Soares (5/5)
Passeur, Buteur, tueur de match.

 

Dévoiler ses talents de buteurs

O Banco :

Oliver (2/5)
Il tient son poste mais on en attend toujours plus. Surement délit de sale gueule.
Hernâni (3/5)
Il a essayé sans réussite mais a montré de la qualité.
Waris (1/5)
Por que? Pourquoi? Why?

Remarque à la con :

Chaque victoire son lot de blessé. le Classico de vendredi va être déterminant avec la possibilité de virer les Lézards de la course au titre… Ou tout relancer.

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *