Porto Vitoria (4-2) La Dragão Académie livre ses notes

Gardez le rythme car on est la proie, pour l’instant les coyotes n’ont pas attrapé Bip-Bip (Confucius).

 

Bom Dia,

Pour la dernière journée de la phase allée, nous recevons le Vitoria.

Si l’an dernier le Vitoria a été l’équipe surprise en se qualifiant pour l’Europa League, cette année les hommes de Pedro Martins peinent à retrouver leur niveau avec des résultats en dents de scie.

Nous ? Ben c’est simple, on doit enchainer et gagner 4 jours après la victoire à Feirense, et 3 jours avant un 1/4 de coupe du Portugal.

 

O Equipe :

Sergio doit donc faire avec les suspendus comme Felipe ou Herrera et la nécessité de gagner car Les salopes en rouge te les lézards l’ont emporté.

C’est donc Reyes qui officie en défense, Oliver qui prend le milieu et Corona qui revient dans le XI.

 

O Jogo :

Dès le coup d’envoi Marega manque d’ouvrir le score mais Douglas sort bien.
Et c’était une feinte pour mieux laisser retomber la pression.
Putain parfois je me dis que cette équipe est une femme fatale qui connaît son affaire pour faire monter et descendre la sauce quand elle veut.
Guimarães ne nous laisse pas d’espace et joue sur la vitesse de Heldon pour nous enculer.
On essaie de ne pas se laisser endormir en jouant les coups francs ou les touches rapidement, mais sans trouver de faille même si on se rapproche du sommet (blague nulle d’alpinisme).
Oliver au quart d’heure se met à presser et jouer haut, ce qui met en panique le Vitoria qui nous rend les ballons.
La seconde occasion arrive enfin à la vingtième avec Corona qui lance Brahimi, mais la reprise de Yacine est ratée.

Sur le contre changement d’aile de Guimarães, Raphinha jaillit dans le dos de Ricardo et trompe Sá qui ne peut rien.
On vient de se faire flasher sur l’autoroute de l’enculerie. 0-1

On essaie de réagir mais Marega joue mal deux occasions dans la foulée. Puis voit sa frappe repoussée devant la ligne suite à un festival de Brahimi.
On a enfin monté le niveau, mais pour le moment on bute sur une équipe qui ne veut pas lâcher son précieux.
On pousse mais on n’y arrive pas.
C’est désespérant, rageant, énervant, en plus Guimarães gagne du temps. Le résultat est là, on est baisé, niqué, Macron Le Pen c’est passé.

 

Mi-Temps :
On est plein de bonnes intentions, donc on vit un match en enfer.
Non mais on s’est fait endormir, on n’arrive pas à se mettre au niveau sauf Brahimi et Danilo comme d’habitude.

On reprend en mettant la pression pour égaliser mais Oliver rate le ballon à 4 mètres à la 48e. Juste le temps de rejouer qu’Aboubakar se voit contré par Douglas.
C’est fort Alamo sur les cages de Douglas qui plie mais ne rompt pas.
On pousse, on pousse, mais il faut du Fuca ce n’est plus possible.

D’un coup comme Zorro, Danilo surgit, récupère et sert Corona qui trouve Aboubakar pour l’égalisation 1-1

On a mis le rouleau compresseur en route. Le Pressing du Vitoria ne nous gêne plus.

Telles lance Brahimi qui fait feinte de frappe crochet, ballon piqué et donne l’avantage 2-1.

Corona qui venait juste de démarrer son match se fait remplacer par Hernani à la 65e.
On domine mais on ne fait pas le break. En face Guimarães n’arrive même plus à passer le milieu de terrain.

Ah voila  sur un centre de Hernani pour Marega qui marque d’une tête décroisée. 3-1

On ne s’arrête pas, Vitoria est à la cave et on est des Marc Dutroux avec Marega qui met son doublé sur un centre de Ricardo.4-1

Alors qu’on les bouffe et  que le public fait des olé, Heldon récupère et frappe, Sá dévie sur le poteau mais but 4-2.

Soares part seul en contre à 3 contre 1 mais rate complet sa frappe. Fin d’un match bizarre mais qui nous laisse leader.

 

O Resumo

O Dragoes :

Sá (2/5)
C’est un bon match mais deux buts contre une équipe qui tente trois frappes ça fait chier.

Ricardo (3/5)
Une première mi-temps dégueulasse, une seconde internationale.

Reyes (2/5)
Pas d’erreur mais rien d’extraordinaire.

Marcano (3/5)
Tiens la baraque comme un Lensois une friterie, c’est bon et il connait le métier.

Telles (3/5)
Passe dé et toujours la même complicité avec Brahimi.

Danilo (5/5)
Entrée/plat/dessert, tomate/salade/oignons, resto/ciné/pipe bref une soirée complète.

Oliver (2+/5)
Aussi transparent que la morale d’Edouard Philippe, il s’est trouvé propulsé bon comme Benoît Amon après avoir quitté un gouvernement.

Corona (2/5)
Popopo ce niveau de jeu quand il est entré à la mi-temps… Incompréhensible sa sortie à la 67! Ah en fait il était titulaire, pardon.

Brahimi (5/5)
Si ce but est de Messi les simplets ordonnent un ballon d’Or.

Yacine qui se promène dans les défenses

Marega (4/5)
Voir son niveau, un espoir pour les clubs de L1, un vrai coach fait devenir les joueurs bons.

http://boooooooooooooooobies.tumblr.com/post/169656824937/kik-submitboobies-snapchat

Le travail, le travail, le travail

Aboubakar (4/5)

Rudy Garcia ne le sentait pas…MOUHAHAHHAHAHAHAHAHA On en rigole encore va, il a le même french flair que le rugby français depuis 6 ans.

Coucou Rudy voilà ce que tu n’as pas voulu 

O Banco :

Hernâni (3/5)
Premier centre une passe décisive, on a connu plus dégueu.

Soares (3/5)
Des entrées de plus en plus proche du Tiquinho de l’an passé, manque le but à chaque match.

Layún (2/5)
Même pas une connerie cette fois.

 

Remarque à la con :

Le Vitoria est une équipe qui part pour ne pas coucher le premier soir, mais au premier verre, elle perd toute dignité dans les toilettes.

Si tu veux tu peux utiliser ton pouvoir, celui de voter pour les Van Nobel 2018 ! ici

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

 

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

4 Comments

  1. Vu le GIF d’Aboubakar, je n’en aurais pas voulu non plus.

    Joli retournement de situation sinon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *