Christ R7, le Messi

Salut à toi lecteur,

Tu viens d’avoir 15 ans ? Intéressant. Alors tous les samedis du mois, les mains cachées sous les draps, tu regardes le Real, ou le FC Barça. Et le lundi matin, avec tes copains, vous reprenez le grand débat hebdomadaire arrêté le vendredi d’avant : « Christ est meilleur que Messi. Non, Messi est meilleur que Christ ». La petite qui frétille, ou la grande vigoureuse et arrogante, un débat qui a souvent fait des dégâts sur les parois vaginales, même si chez les garçons la lubrification naturelle reste très courante.

Après une enfance bercée par la religion catholique (rappelons que les fans de ces célébrités sont avant tout portugais et espagnols, deux pays avec une culture de la spiritualité très ancrée), tu cherches à te faire une raison. Les prêtres ne veulent plus de toi, devenu trop vieux, ton taux d’hormones augmente en flèche et tu as besoin de repères dans une société qui ne t’accepte pas. Alors tu te trouves une drogue de remplacement. Le sacerdoce a changé de mains, et tes nouvelles figures salvatrices sont le Christ et le Messi. Le Christ R7, quelle classe, un dieu grec incarné dans un corps d’origine portugaise imberbe, dès sa naissance on savait qu’il était d’origine divine. Les publicités Gillette garderont à jamais des croûtes inesthétiques telles que Federer ou Henry, Christ est une muse parmi les hommes, un ange descendu sur terre pour le plaisir solitaire de millions de garçons et de filles. Et les pubs Danette ne seront jamais crédibles avec un physique aussi parfait, alors qu’il existe des joueurs comme Lisandro Lopez, André-Pierre Gignac ou Karim Benzema, prêts à consommer réellement les produits pour lesquels ils feraient la publicité.

R7, tout un symbole, comme un modèle de voiture, comme une manœuvre de marketing de ceux qui savent que toi, dans trois ans, tu passeras ton permis de conduire, et que le monde du tuning envahira ton temps libre et tes loisirs. R7, comme une marque de gel pour les cheveux high-tech, qui te rappelle les grandes heures de la tecktonick, ta musique préférée quand tu avais 10 ans. Et R7, un exemple à donner à ces couples modernes, alors que le taux de violence conjugale et de divorces augmente, lui, a trouvé une solution simple : ne te marie pas, achète ton enfant. Celui tombé des cieux est venu nous apporter un message. Un message d’espoir. Les femmes sont des êtres dangereux, qui peuvent ruiner la carrière d’un demi-dieu. Ces étranges créatures ont été marquées dès l’aube de l’histoire humaine, par ce qu’on appelle des « cycles menstruels », comme pour te prévenir de la méfiance à appliquer dans toute relation avec ce sexe opposé. La vue du sang et l’odeur des ovules morts, des messages forts et expressifs qui ne devraient pas te laisser indifférent et te faire comprendre que ces personnes ne sont fréquentables que par moments, et qu’il vaut mieux leur donner de l’argent pour qu’elles s’en aillent. Malgré tout, certains héros ont fait preuve de courage, et ont traversé les pires épreuves pour te livrer la vérité sur ces êtres maléfiques (voir ici).

Le Messi, autre personnage biblique. Son parcours est semé d’embûches. D’abord il vient au monde dans un pays où la corruption est la règle. Un pays en crise permanente et où les pauvres ne survivent que par la force que leur donne la spiritualité. Ici le symbole est tout autre. Pour punir cette famille qui allait donner naissance au Messi, les forces qui guident l’univers lui ont donné un enfant atteint de nanisme (l’histoire racontera bien plus tard que le prophète Nani combattra son frère Christ pour l’empêcher d’accomplir des performances surpassant celles du Messi). Malgré ce nanisme et la souffrance que peut subir un enfant qui est en permanence frappé par les autres, car plus petit, le Messi fera preuve de beaucoup de force intérieure et arrivera à signer un contrat pour des expériences scientifiques avec les médecins du FC Barcelone dès l’âge de 13 ans. Comme une voie de secours pour une vie pourrie, il pourra aller se faire cogner par les ados en Espagne, tout en regardant de loin les filles qui se moquent de sa petite taille, et de la petite taille supposée de son sexe. C’est ainsi qu’au milieu de son adolescence le Messi se postera à la sortie des boîtes de nuit, invitant les femmes en état d’ébriété avancé de le suivre pour un dernier verre offert. C’est comme ça qu’il a pu s’entraîner, travailler, s’améliorer, et acquérir de l’expérience pour devenir une légende. Seules celles qui l’ont essayé le savent, et pourtant elles ne s’en souviennent pas.

Aujourd’hui ces deux idoles des jeunes te montrent que le sexe avec les femmes, finalement, n’est pas un exemple à donner, et même si celles-ci sont prêtes à se vider de leur sang à leurs pieds, une seule chose les intéresse : le 4 contre 1. Dans le jargon, il s’agit d’utiliser ses qualités pour faire mal à quatre autres garçons. Et puis merde, disons les choses comme elles sont : chaque week-end ils enculent les défenses adverses, et ceci devant les caméras des télévisions du monde entier, et deviennent le fantasme sexuel de millions d’adolescents qui sont troublés par ce qu’ils voient. Les dialogues entre jeunes deviennent de plus en plus ambigus : « Puyol, je le nique » « Arbeloa il pue la chiasse du cul » « Si j’étais une fille, moi Ronaldo je le sucerais » « C’était trop beau comme il les a défoncés mon Lio, je l’aime trop ce mec».

Voilà que la religion des temps modernes, le football, avec ses Saintes Maradonas et Rois Pelés reconstruisent l’être profond de chacun, et placent dans ton inconscient des formes phalliques dans le but de te faire consommer, en achetant téléphones portables et sièges baquets pour ta future Fiat Pinto. Et chaque semaine, tu iras voir tes potes avec des étincelles dans les yeux, pour leur dire que le Christ l’a mise quatre fois au fond, et on te rétorquera que le Messi, lui, a enchaîné les passes et en a quand même mis deux en passant. Les pontes du marketing vantent les mérites de cette diversion footballistique, réunissant les jeunes autour d’une passion commune et en leur faisant oublier toute idée religieuse, enfouissant leur expérience passée au fond de leur inconscient, un monde peuplé par des curés forts vigoureux mais au goût douteux selon leur consommation de sang du christ (Jésus-Christ, un ancien prophète). Et à la fin, ces génies de la société de consommation auront réussi à nous faire croire qu’ils ont sauvé la jeunesse, alors qu’ils ont simplement créé une nouvelle guerre des confessions.

Nous médecins, et hommes avant tout, remercions tous les acteurs du monde du football.

Le Dr. Youri Di Vago

*Cette chronique du Dr. Youri Di Vago est appuyée par la récente étude des émissions télévisées destinées au jeune public. L’émission Secret Story de TF1 a prouvé que les nouvelles tendances chez les jeunes sont à l’admiration de l’homosexualité et aux comportements sodomites de moins en moins ambigus. Par ailleurs les scènes de toucher rectal sont de plus en plus fréquentes lors des célébrations de but.

L'ancien

16 Comments

  1. Plus profond que ça, autant prendre une croix…d’accord, pas de film d’horreur ici…

  2. Ne jamais faire confiance à une créature qui perd son sang pendant une semaine sans mourir.

  3. Le docteur Di Vago défraye la chronique avec une analyse sans concession.
    Merci et bienvenue.

  4. @capdevilla: ça vient d’une série ou d’un film, mais je me souviens plus d’où exactement. En tout cas très bonne référence, je pense que ça plaira au docteur machin…fais gaffe quand même, on sait pas encore s’il est gay…

  5. @capdevilla: ça m’a un peu taraudé, et je me souviens maintenant, un pote me l’avait sortie par rapport à un épisodes d’Urgences il y 3 ans (c’est totalement hors-sujet….je sais…je m’excuse…)

  6. @JCR
    C’est également un proverbe bulgare. Une charmante représentante de ce pays me l’a sortie lors d’une discussion sur les randonnées en montagne et les dangers représentés par les ours.

  7. @capdevilla: je sais désormais comment me comporter face à une femme bulgare…et aussi face à un ours..bon c’est un peu moins utile, easyjet chez moi va que jusqu’à sofia.

  8. Oh, tu peux trouver des ours pas loin de Sofia. Une heure de route, quelques heures de marche et nous y sommes. La bulgarie est un pays montagneux, aux femmes très jolies et peu farouches.

  9. J’aime les femmes jolies etpeu farouches, mais j’aime pas marcher, j’ai relativement de la chance.

  10. Bienvenue docteur ! Vous me montrez votre stéthoscope ? Il est gros ?

  11. @JCR: Dans un épisode de South Park, M. Garrison parlant à Wendy « Je ne peux pas faire confiance à une personne capable de saigner plusieurs jours sans en crever »

  12. Vous êtes sûrs que c’est pas dans Buffy ? Moké lui enfoncerait bien son pieu à la chasseuse.

    Bienvenue au Doc. Moké peut vous protéger contre le numéro de la gonzesse en photo.

  13. @Talek: oui, aussi, très exact. Il me semble que dans Scrubs aussi on trouve une blague du genre (il y en a très peu, mais sur les 8 saisons on peut trouver une dizaine de blagues anales/vaginales).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.