Bonjour,

Vous voulez le sifflet ?

La question du jour fleure la bière moins chère que l’eau, puisqu’elle est brassée par un lecteur vivant en République Tchèque :

« Je joue au foot avec le fils de Jan Zelezny, Il est gardien et marque de temps en temps des buts sur des relances à la main. Il prend sa course d’élan, gueule comme un putois, ça part à toute berzingue et ça fait but. Est-ce légal (surtout quand il n’est pas dans mon équipe) ? » Bart.

Gueuler comme un putois n’est pas illégal et c’est peut-être un tort. Écoutez un peu :


Trêve de plaisanteries, et traitons sérieusement cette question qui passionnera les fans de lancer de bâton pointu.

Un gardien peut-il marquer directement de la main ?

Avant la VAR, des joueurs comme Maradona et Vata avaient un passe-droit, et des équipes entières même comme le Real Madrid ou la Juventus disposaient de cette option pour gagner un match. Mais aujourd’hui ?

Trêves de plaisanteries, et traitons sérieusement cette question.

Donc le gardien propulse manuellement, après échauffement adéquat de l’épaule j’imagine, le ballon dans le but adverse, et non dans son propre but (cf. les VHS du Foot en Folie).

Petit aparté, si un gardien fait un CSC directement sur un coup de pied de but, ça donne corner pour l’équipe adverse.

« Un but peut être marqué directement sur coup de pied de but, mais uniquement contre l’équipe adverse ; si le ballon pénètre directement dans le but de l’exécutant, un corner sera accordé à l’équipe adverse » Loi 16

Dans notre cas, le gardien est chaud, prend son élan, et envoie le ballon dans la cage adverse.

Dans un premier temps, songez à remplacer le gardien de votre équipe, qui est manifestement une brêle.

Puis vérifions quelques points.

Le gardien-buteur ne doit pas avoir garder le ballon en sa possession plus de six secondes (mais quel arbitre applique encore cette règle ?) sinon coup franc indirect conformément à la Loi 12.

S’il sort des limites de la surface ballon en main, l’essai est mordu, non mesuré.

La Loi 12 précise par ailleurs :

« Il y a faute si un joueur marque un but :
• directement de la main ou du bras, même de manière accidentelle (s’applique également au gardien)
 »

Un gardien ne peut donc pas marquer directement de la main. Comme les autres joueurs (sauf si c’est Maradona ou Vata).

Le but serait valable seulement en cas de déviation du ballon, comme à l’époque les touches d’un autre excellent lanceur de javelot, Rory Delap alors à Stoke City. Souvenez-vous de ces buts empreints d’une grâce sidérurgique et d’un esthétisme minéral caractéristiques de ce coin d’Angleterre. Quand je repense à ses longs parpaings enflammés, déchirer la grisaille, le froid, la pluie pour ricocher sur le crâne d’un partenaire et finir dans les filets, j’en ai la bouche ferreuse.

La prochaine fois que votre Zelesny marque sur une relance à la main, faites prévaloir la Loi 12 pour annuler le but. Je vous conseille de l’imprimer sur du papier siliconé pour un effet théâtral garanti.

Bart brandissant les Tables des Lois du jeu

Devant vos collègues impressionnés par votre posture messianique, annoncez un renvoi aux 5,5 mètres conformément à la Loi 10 paragraphe 1.

« Si le gardien de but envoie le ballon directement de la main dans le but de l’équipe adverse, un coup de pied de but est accordé à cette dernière. »

Vous pouvez rassurer votre gardien hébété et gêné d’avoir pris le but, il n’est pas valable et il peut même continuer d’être ridicule sur le renvoi, car un CSC n’est pas possible (cf. Loi 16). Bien lui dire qu’il devra aussi laisser sa place à un gardien plus compétent dès que possible.

Votre problématique est ainsi résolue mon cher Bart.

Celle-ci me rappelle une anecdote truculente vécue à un séminaire pour jeunes arbitres à La Havane il y a une vingtaine d’années. Quelle coïncidence n’est-ce pas ?

Le fils de Javier Sotomayor s’était joint à notre partie de football pour faire le nombre. Il nous manquait un gardien de but et j’avais repéré ce jeune homme finir son entraînement sur la piste d’athlétisme voisine. Avec sa grâce féline et ses longs segments saillants, parfaitement mis en valeur par une épilation impeccable et un short rouge vif trop petit, il dégageait ce je-ne-sais-quoi capable de foutre en l’air quelques certitudes. Un bel homme athlétique mais piètrement doué de ses mains. Cette cloche laissait tout passer et la défaite fut humiliante. A la fin de la partie et à titre de rachat, il tenait absolument à nous impressionner (surtout moi) et justifier son lien de parenté avec un saut spectaculaire au-dessus de la barre transversale.

Pour vous rendre compte :

« La distance séparant l’intérieur des deux poteaux est de 7,32 m (8 yds) et le bord inférieur de la barre transversale se situe à 2,44 m (8 ft) du sol. » Loi 1 paragraphe 10.

Si on ajoute la largeur de la barre de 10-12 cm, le jeune homme avait en tête d’exploser le record du monde du paternel, rien que ça. Mais il n’a explosé que la sienne, en prenant la barre pleine poire. Pas la transversale, non, mais le poteau gauche. Je me souviendrai du bruit toute ma vie, comme un son de cloche. Point d’Angélus, mais le quartier entier avait cru qu’il était midi.


Je m’étais immédiatement dévoué pour le secourir et prendre en charge le malheureux en lui proposant d’aller se reposer dans ma chambre d’hôtel, et de me sonner dès qu’il se sentirait mieux.

La suite de cette anecdote dépasse le cadre du football et des lois arbitrales. Il me vient à nouveau des images de parpaings enflammés, déchirer la…. bref…

Au plaisir de vous lire et répondre à vos questions pour mieux vous faire connaître les règles.

Tony PetitChapronRouge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.