AC Ajaccio – Laval (0-0) : L’Aiacciu Académie note le match

7 matchs, 2 buts marqués, 5 buts encaissés, 4 points au compteur. C’est le bilan de l’équipe 2 des vétérans de l’AS Casinca ? Non, c’est celui de l’ACA.

Mais bon, ne faisons pas les fines bouches, nous venons de marquer un point à domicile à 11 contre 10 contre Laval. L’exploit n’est pas insignifiant. La saison dernière, on perdait les matchs que l’on jouait en supériorité numérique. Le vrai problème n’est pas le bilan comptable. Mais plutôt au niveau du jeu proposé. L’animation offensive est digne de celle d’une équipe de Cécifoot. L’ACA a dominé, l’ACA s’est procuré des situations chaudes (pas vraiment des occasions) mais l’ACA a cruellement manqué d’imagination. Même si le Stade Lavallois s’est recroquevillé à 9 en défense et a opéré en contre, l’absence de but acéiste est impardonnable. Johan Cavalli n’arrive plus à créer de décalages, Hugo Vidémont ne parvient plus à effacer ses adversaires directs, Nouri ne tente plus grand chose. Pour Panyukov, il faut encore lui laisser le temps de s’imposer et de revenir à une forme physique optimale. Les deux derniers matchs ont tout de même laissé des portes entrouvertes à un avenir meilleur : l’ACA ne perd plus et ne perd plus ses nerfs. Mais maintenant les portes, il faut les défoncer.

COMPO acalaval

ANNUTAZIONI :

Anthony Scribe 3/5 : Troisième clean-sheet de la saison en 7 matchs. C’est pas Anthony Scribe, c’est Petr Cech.

Anthony Lippini 3/5 : Avoir un vrai latéral au poste de latéral, ça change quand même pas mal de choses. Lippini a constamment été attiré par l’axe, venant couper les trajectoires et passant devant ses adversaires.

Pape Abou Cissé 3/5 : Si tu le mets à la frontière hongroise, t’es sûr qu’il y a aucun migrant qui passe. Par contre, la relance…

Zakaria Diallo 3/5 : Des percées à la Zubar ou à la Lucio (on a chacun nos modèles) en fin de match. Avant ? Il avait été moins emmerdé qu’avant et s’était, lui-même, moins emmerdé dans ses interventions et ses relances. Quand les Lavallois ont attaqué ? Ça a donné ça :

Zié Diabaté la moyenne/5 : Une façon de défendre acrobatique bien à lui. C’est plutôt offensivement que le bât a blessé. Alors que l’ACA était en supériorité numérique, et que l’attaque manquait de mouvements, c’est lui qui aurait pu débloquer la situation en montant et en centrant. Mais il ne l’a pas fait.

Christophe Vincent 3/5 : Il a joué plus haut que d’habitude, prenant certaines fois la place de Cavalli mais sans oublier la récupération. Intéressant aux abords de la surface, comme le montre sa frappe juste au-dessus de la 60ème minute.

Rayan Frikèche la moyenne/5 : Plus esseulé à la récupération. Rien d’extraordinaire à faire. En même temps, c’était Laval en face. Il finit cramé.

Riad Nouri 1,5/5 : Alors que l’on avait besoin de percussion et de force de proposition, Riad Nouri n’a proposé rien de cela. Son bon début de saison semble bien loin.

Hugo Vidémont 2/5 : On n’a toujours pas retrouvé le Hugo Vidémont de la fin de la saison dernière. Celui qui faisait des différences a laissé place à un joueur qui tente et qui dribble mais pas beaucoup plus : soit il obtient des fautes soit il perd le ballon.

Johan Cavalli la moyenne/5 : Lui non plus n’a pas retrouvé son niveau de la saison dernière. Avant d’avoir la même complicité avec Panyukov qu’avec Fauvergue, le capitaine a joué haut, souvent sur la même ligne que le Russe. Le reste du temps, il n’a quasiment jamais trouvé d’ouvertures. C’est lui qui subit la faute provoquant le carton rouge de Monfray.

Andrey Panyukov la moyenne/5 : Il décroche, prend des ballons de la tête n’est que très peu servi. C’est pas Andrey Panyukov, c’est Nicolaï Fauvergov.

View post on imgur.com

La baston habituelle

I RIMPIAZZANTI :

Zana Allée, 63ème minute, NN : Il avait enfin l’occasion de se montrer en entrant en jeu longtemps avant la fin du match : une chance qu’il n’a pas su saisir.

Claude Gonçalvès, 63ème minute, NN : Rentré au milieu, il est vite descendu d’un cran, latéral, à la sortie de Lippini.

Julien Toudic, 75ème minute, NN : Toudic qui remplace Lippini, c’est le premier changement offensif de Pantaloni depuis 1999. Mais ça n’a rien changé, l’attaque acéiste manquant encore cruellement d’idées.

Perfettu

Perfettu Erignacci De l'Aiacciu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.