Ajaccio – Montpellier (1-1) : Flûte, pine, zgeg, zeub

1

Ville méridionale, bien située, pas de vis-à-vis, recherche équipe de football

 

 

N’allez pas parler à Jean Fernandez de matches à six points! Déjà trois points, c’est la crise pour le lapin crétin, du jamais vu insensé! A-t-on déjà vu équipe de football remporter un match???  Quand elle perdait 3-0 peut-être, mais quand elle avait ouvert le score pensez-vous! Cela nous emporte vers de lointains souvenirs recouverts par la brume de l’âge : Jeannot en slip de bain très moulant qui ne moule rien à l’effigie d’un éléphanteau rose juché sur un ballon de baudruche, la crème solaire écran total obligatoire, Jeannot senior tout à fait moustachu gaulliste en forme de poire, maman absolument craintive de l’eau synonyme de désastre pour brushing, petit frère morveux dans le sable dégoûtant collant, sœurette allocation pas plus désirée que cela fredonnant le dernier Edith Piaf amalgamant les paroles… Je vous parle d’un temps que les moins de soixante ans ne peuvent pas connaître; Max non plus le fils de soixante-huitards devenu sociologue et maître de conférence pince sans rire pas dynamique du tout. En ce temps là Montpellier remportait des matches, Souleymane Camara n’était pas encore descendu du singe et poursuivait son rodéo infernal, Rémy Cabella ne savait pas écrire son prénom et faisait caca dans les urinoirs « pour plaisanter », Montpellier était champion… Désormais petit Jean est devenu grand berger petit bâton, les chèvres aphteuses de son cheptel broutent les quatre coins de l’hexagone allègrement, on s’emmerde hein, on s’emmerde hein et on s’emmerde hein Jeannot. Hein.
Les notes :

Jourdren (4/5): Qu’allais tu faire dans cette galère, gentil trouvère ? Tu savais bien que tu prendrais minimum un but gag où toute ta défense t’abandonnerait lâchement. Et en plus tu leur sauves le cul en fin de match. T’es maso, Jo?

El-Kaoutari (2/5): Et la fonction centres, on te l’a vivisectée ? Trou du cul à bâtons moulinants, monté sur pilotis.

Hilton (3/5): Coucou, tu veux voir mon fisc ?

Congré (2/5): Et le marquage, c’est pour les pétunias, sac à merde ?

Jebbour (0/5): Même ton cousin était moins poète. Espèce d’Aimé Césaire de la pisse va.

Stambouli (3/5): Aussi utile qu’un couteau suisse emballé.

Marveaux (2/5): Joker. Non non pas parce qu’il apporte un plus, c’est juste que je me souviens pas qu’il ait joué.

Sanson (3/5): Dis donc t’es pas dégueu toi, tu veux pas venir dans ma cabane sur l’étang de Thau trifouiller mon truc en plumes sur un air d’Yvette Horner?

Cabella (3/5): Non non, arrête de rêver, on te vendra pas 150 millions au Real.

Bakar (2/5): Parle Bernardo, je t’écoute.

Camara (3/5): Homme mystérieux que celui capable de s’empéguer les charentaises en courant comme de faire des centres tirs improbables qui finissent presque en buts de l’année.

Sont entrés en jeu (histoire de participer à la fête):

Montaño: Si tu veux que ta chanson continue, marque, ou achète toi un jukebox.

Martin: Tu feras gaffe, t’as une gueule de balai à chiottes qui fait une Jeanne Calment.

Mounier : C’est pas le tout, mais t’as un moulin à faire turbiner hein.

La bise, méridionale et vigneronne, 
Loulou et Marcelin.

1 thought on “Ajaccio – Montpellier (1-1) : Flûte, pine, zgeg, zeub

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.