ASSE – Brest (1-1) : la Forez Académie toussote

La rentrée des classes avec plein de petits nouveaux, et quelques redoublants qui vont devoir cravacher.

Le mâche résumé en une phrase : « Sainté sans idée, rentrée ratée »

Pour ce premier mâche à débriefer, je n’ai pas été gâté. Une rencontre poussive, disputée sous une chaleur écrasante (pas loin de 40°C sur la pelouse), et au final un nul logique mais terriblement décevant. Les Verts n’ont pas été capables de marquer les premiers, ce qui leur aurait sans doute donner un avantage décisif pour la suite. Ils ont été obligés de courir après le score pour finalement égaliser de façon assez logique, mais à l’image de leur partie : à l’arrache. Deux points déjà perdus à domicile face à un promu, la victoire à l’extérieur n’a pas été bonifiée et avec les deux déplacements qui arrivent (Lille, puis Marseille), ce n’est pas forcément une bonne nouvelle.


La compo :

Le 4-2-3-1 classique depuis la saison dernière, mais par contre, Printant s’entête à mettre Khazri en pointe et titulaire, alors qu’il est visiblement encore un peu juste physiquement. Derrière, Saliba s’est fait opérer d’une pubalgie donc Moukoudi assure l’interim en attendant Kolodziejczak qui était en tribunes dimanche après-midi.


Le mâche :

Au début, on se dit que ça va être pas mal pour nous. Boudebouz à la baguette, première : coup-franc déposé sur Debuchy qui remise vers Aholou de la tête pour un nouveau coup de boule qui s’envole (5e). Boudebouz à la baguette, deuxième : nouveau coup-franc envoyé une nouvelle fois sur Debuchy, sa tête piquée alors qu’il était seul au 2e poteau n’est pas cadrée (10e). Boudebouz à la baguette, troisième : cette fois, c’est un corner, et c’est Aholou qui surgit pour décroiser une tête qui passe de peu au-dessus (17e). Khazri touche l’un de ses rares ballons dans la surface et malgré quelques dribbles, sa frappe écrasée du gauche est contrée (29e). Le tournant du mâche : Aholou qui se tenait l’aine depuis quelques minutes s’écroule au sol et demande à sortir, visiblement touché aux adducteurs (39e). Sale nouvelle pour les Verts : Aholou faisait un bon mâche jusqu’à présent, et pour l’instant, il n’y a pas vraiment de solution de repli. Cette sortie va mettre la tête des Verts sous l’eau, et après plusieurs chaudes alertes (dont cette frappe de Grandsir détournée par Ruffier sur le poteau, et sauvetage de Perrin sur sa ligne sur la demi-volée de Charbonnier qui a suivi, 41e), ils vont craquer. Trauco a délaissé son couloir gauche, du coup Autret bien lancé en profondeur s’engouffre, centre en retrait vers Faussurier qui ouvre le score pour Brest (0-1, 45e+1). Mi-temps sur ce score.

Sainté est sonné, est-ce que la mi-temps va réveiller les joueurs ? Non. M’Vila est aussi agressif qu’un Bisounours sous Tranxen et se fait voler la balle dans les pieds par Autret qui tente le lob sur Ruffier, claquette du CRS, la balle est en garde en vue pour le moment (49e). Les Verts sortent petit à petit de leur trou, Brest se mettant en position d’attente pour mieux contrer. Hamouma allume la première mèche après un une-deux avec Bouanga (frappe trop écrasée, 51e), avant que Bouanga se décide enfin à allumer autre chose que les pigeons : sa frappe du droit passe de peu à côté de la lucarne de Larsonneur (53e). Constipés, les Verts poussent mais rien ne sort. Et quand on pense que ça va être le cas, Bouanga la joue trop facile devant Larsonneur et lui tire dessus alors que le but était grand ouvert suite à un cafouillage dans la surface (76e). La deuxième situation confuse sera la bonne : Nordin centre, Perraud se troue, Bouanga est derrière et frappe mais c’est contré, la balle lui revient : sans hésitation il envoie une lourde du cou du pied droit dans la lucarne (1-1, 83e). Plus rien à signaler, on se quitte sur ce mâche nul.

Une rencontre très, très décevante à suivre. Dans un stade amputé du Kop Nord inférieur (fumigènes et torches contre Nice qui ont fait sauter le sursis), les Verts n’ont jamais réussi à emballer le mâche. On regrettera forcément cette occasion manquée par Debuchy en tout début de partie : je reste persuadé que Brest n’avait pas les moyens de courir après le score, et que dans un tel scénario, les portes se seraient grandes ouvertes derrière. Beaucoup de choses sont à revoir notamment la titularisation de Khazri en pointe alors qu’il est hors de forme. Mais aussi le positionnement de M’Vila qui a plus joué entre Perrin et Moukoudi qu’avec Aholou puis Youssouf à ses côtés. Résultat : l’équipe a été coupée en deux, et Trauco s’est retrouvé aspiré vers le centre pour proposer des solutions entre les lignes. La blessure d’Aholou pourrait être problématique s’il venait à être absent pour plusieurs semaines : Youssouf n’a clairement pas le profil pour jouer dans ce milieu à deux, et derrière lui, il n’y a personne. L’arrivée d’un joueur dans ce secteur semble donc être une priorité, du même que le recrutement d’un attaquant de pointe, sachant que Diony passe derrière un Khazri en surpoids et un Beric fantomatique dans la hiérarchie. Deux mâches compliqués nous attendent à l’extérieur, les deux en moins d’une semaine (mercredi 28/08 à Lille, dimanche 01/09 à Marseille) : pas dit qu’on ramène des points de ces rencontres, et on pourrait déjà se retrouver dans une position pas très confortable après seulement 4 journées.

X
Un tacle pour Caïazzo, le fameux « BC » visé par la banderole.

Le résumé du mâche :



Les notes :

Ruffier (business as usual, 4/5) :

Deux arrêts encore décisifs pour la Ruff, qui est le meilleur stéphanois de ce début de saison. Toujours la même chanson, toujours aussi fort.

Debuchy (loupé, 3/5) :

Dommage qu’il ne marque pas sur sa tête en début de mâche, ça nous aurait bien aidé. Il a ensuite foutu un cadenas sur son aile, Grandsir ne l’a passé qu’une fois, mais ça aurait pu faire mouche.

Perrin (Sauveur Giordano, 3/5) :

Il sauve la maison sur sa ligne (deux fois même, mais il y avait hors-jeu sur la seconde occasion). Propre derrière, il semble affûté et rassure plus qu’en fin de saison dernière. Une bonne nouvelle.

Moukoudi (la promesse, 2/5) :

Il a fait quelques boulettes, mais il les a en général rattrapé tout de suite derrière. Pris de vitesse sur le but brestois, il a eu chaud sur quelques ballons qui traînaient devant la surface. Sa relance reste perfectible, son plus gros point faible vu à ce jour.

Trauco (généreux, 2/5) :

Dans les deux sens du terrain, c’est un peu embêtant. Si on sent qu’il a du ballon, on ne l’a pas encore vu nous envoyer des débordements supersoniques et des galettes millimétrées sur la tête des attaquants. Peut-être aussi parce qu’il n’y a pas d’attaquant justement… Le positionnement de M’Vila l’a aspiré au centre, il a eu tendance à laisser pas mal partir dans son dos. Se fait complètement avoir par la remise vers Charbonnier sur le but brestois.

M’Vila (absent, 1/5) :

Sans doute un de ses plus mauvais mâches chez nous. Positionné plus bas qu’un neurone chez Jordan Ferri (il a tout dans les couilles), il n’a jamais assuré la liaison entre la défense et l’attaque.

Aholou (non noté) :

Deux bons coups de tête, une bonne présence au milieu avant de sortir blessé. La tuile de la semaine, elle est là.

==> Remplacé à la 39e par Youssouf (french Lo Celso, 2/5), comme l’Argentin, on veut faire jouer relayeur un mec qui est numéro 10. Sauf que quand on ne s’appelle pas Modric, c’est plus compliqué d’assumer ce rôle.

Boudebouz (CPA only, 2/5) :

Il a démarré fort avec des coups de pied arrêtés parfaitement tirés en début de mâche. Puis, il est tombé dans un trou, complètement absent des débats et du jeu en général. Au foot américain, on le ferait rentrer juste pour tirer les balles arrêtées. Au foot traditionnel, on l’aurait fait sortir dès la 50e si ça n’avait tenu qu’à moi.

Hamouma (sacrifié, 2/5) :

Il n’a pas été très percutant, peu en réussite sur ses frappes, et on l’a sorti pour faire rentrer Beric alors qu’il n’était pas l’offensif le plus à blâmer.

==> Remplacé à la 65e par Beric (non noté), qui va devoir apprendre à mettre la tête s’il veut marquer cette saison.

Khazri (inutile, 1/5) :

Toujours aussi peu convaincant dans ce poste d’attaquant de pointe, il traîne ses kilos en trop comme Balkany traîne ses casseroles. Peu mobile, peu tranchant, peureux : le mettre sur le banc pour le faire entrer en cours de mâche ne serait pas une sanction, mais une gestion optimale de son état de forme actuel.

==> Remplacé à la 75e par Nordin (non noté), qui est à l’origine du but de Bouanga avec ce débordement côté droit. Il mérite de jouer un peu plus.

Bouanga (in extremis, 3/5) :

La moyenne pour son but, pas plus. Deux missiles sol-air qui se sont écrasés dans les tribunes en première mi-temps, plus précis en deuxième même s’il loupe l’immanquable sur un duel. Il a au moins le mérite de ne pas avoir lâché, c’est bieng.


La question minitel :

« Hé ouais, ché la reprije » comme dirait Zizou. On a tous notre nouvelle trousse et le cartable assorti. L’agenda Søderlund va faire fureur chez les copains, c’est sûr. Mais qu’est-ce qu’on était pas pressé de retrouver ?

Écrasante victoire contre les siffleurs de GG : certes, Khazri n’a pas été bon, mais il ne faudrait pas oublier ce qu’il nous a apporté la saison passée. Purée, c’est que le deuxième mâche les gars, essayez de pas vous transformer en super connards aussi tôt dans la saison ! Loin derrière, M’Vila qui n’a convaincu personne, et certainement pas Printant qui doit quand même avoir sa part de responsabilité dans son positionnement bizarre face à Brest. Egalité parfaite pour Trauco et Bouanga : l’apprentissage est compliqué, mais on croit quand même toujours en eux. Du ballon, ils en ont, reste à bien utiliser son potentiel maintenant.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

4 commentaires

  1. Pour sûr, le positionnement de M’Vila a eu des répercutions jusqu’en attaque. Equipe coupée en 2 = pas glop

    • Et derrière aussi : Trauco a beaucoup joué au centre pour justement proposer une solution d’habitude assurée par M’Vila. Boudebouz sera moins joueur que Cabella, il décrochera moins pour venir toucher les ballons je pense. Donc avec la blessure d’Aholou et un M’Vila très en retrait, il ne restait plus grand monde pour faire la transition.

  2. Les débuts de saison sont rarement emballants côté stéphanois. Beaucoup de recrues cette saison donc ça risque de mettre du temps a prendre . Par contre j’ai vraiment peur d’un flop Boudebouz, je le trouve limité dans l’activité ( beaucoup moins de volume que Cabella) et très brouillon dans
    ses choix ( autant que Cabella donc pas fou). Défensivement je ne suis pas inquiet mais animation offensive va nous poser du souci sans un neuf costaud et créateur.

    • Je suis moins inquiet que toi pour Boudebouz parce que déjà, sur deux matches, il a sans doute tiré plus de corners/coups francs dangereux que Cabella en deux ans :). Cette saison, ça sera vraiment une option plus que crédible pour marquer. Après, dans le jeu, Cabella fait sans doute plus de courses que Boudebouz, mais je te garantis que s’il y a un bon appel, la balle sera lâchée dans le bon tempo, ce qui n’était pas tout le temps le cas avec Rémy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.