ASSE – RCS (2-1) : la Forez Académie respire

Il fallait gagner, les Verts l’ont fait. Une mi-temps superbe, une autre dégueulasse, on va pas encore tirer des conclusions.

Le match résumé en 1 phrase : « Même dans la victoire, on en a VAR »

Que serait un mâche de Sainté sans une polémique avec le VAR ? En 2019 en tout cas, on a pas trop eu l’occasion d’expérimenter la chose. Mais cette fois, l’arbitre est allé lui-même consulter l’écran. Donc en fait, le problème, ce n’est pas le VAR : il a peut-être juste averti l’arbitre central qu’il s’était planté de joueur en foutant son carton jaune.  Par contre, prendre la décision d’annuler le penalty, c’est juste incroyable au vu des images. Heureusement que ça se finit bien parce que si Strasbourg égalise, c’est 2 points de plus dans la cagnotte de l’enculerie arbitrale.


La compo :

Diony forfait de dernière minute (contusion au pied), c’est Beric qui le remplace au pied levé à la pointe de l’attaque. Debuchy est laissé sur le banc et Monnet-Paquet reprend son rôle de piston droit qui lui va bien. Au milieu, M’Vila reprend le contrôle, et va accompagner Aït Benasser pour ses premiers pas dans le Chaudron. Pour le reste, c’est du classique.


Le mâche :

Il ne fallait pas arriver en retard au stade ou à la Divette. Dans un stade amputé de ses 2 poumons (huis-clos pour les Kops), Beric trouve la faille d’une belle tête croisée, bien aidé par la galette déposée par Kolo qui avait dépassé sa fonction de central en débordant côté gauche (1-0, 4e). Réaction immédiate de Strasbourg avec Sissoko qui s’amuse face aux plots stéphanois (triple contact droite-gauche-droite), Mothiba récupère la balle et la satellise façon Subotic face à Rennes, heuresement (6e). Le VAR épisode 1 : KMP tire, Mitrovic contre de la tête mais l’arbitre donne penalty. Annulé logiquement après l’alerte de la camionnette, qui ne contient pas de maman lyonnaise comme à Perrache, celle-là (9e). Le mâche ronronne un peu, ça reste vivant, mais les Verts vont nous réveiller. Khazri au coup franc trouve KMP qui décroise une tête magnifiquement sortie par Sels. Beric a suivi mais rate son tir, il reste quand même maître de la balle et centre, la défense renvoie. Le Slovène récupère une nouvelle fois et dépose la balle sur la tête de Perrin qui marque lui aussi de la tête, en reculant (2-0, 27e). Beric aura une nouvelle fois l’occasion de marquer sur un coup-franc mal repoussé par Sels, mais sa frappe s’envole (31e). Plus rien à signaler de notable, mi-temps.

La 2e période est vraiment toute pourrie. Les Verts perdent beaucoup de ballons ou négocient très mal leurs situations de contre (notamment Cabella, très énervant mercredi). Strasbourg tente de réagir mais ses attaquants sont mis sous cloche. Et puis, sur un corner cafouillé par la défense stéphanoise, Da Costa réussit à placer une mine sous la barre pour réduire le score (2-1, 73e). Le VAR, épisode 2 : Beric est accroché par Da Costa, l’arbitre siffle penalty, fout un jaune à Martinez et se prend quelques mots doux dans l’oreille. La camionnette couine comme un Lyonnais quand on lui parle du penalty sur Nilmar. Il va voir sa télé, il voit comme nous Beric se faire toucher dans la surface, il se retourne et annule le penalty. Logique (83e). Finalement, ça ne sera qu’un fait de jeu sans conséquence, le score ne bougera plus, les Verts l’emportent.

Une équipe aux deux visages : séduisante en 1e période, apeurée en 2e. Sainté a très bien commencé, et Strasbourg n’a pas existé pendant 45 minutes. Sans doute l’une des meilleurs mi-temps de cette saison, ou au moins de 2019. La défense a été rassurante dans le sillage d’un Perrin mort de faim. Au milieu, la nouvelle doublette M’Vila – Aït Benasser se cherche encore, ils ont perdu beaucoup de ballons au final. Beric a fait énormément de bien sur le front de l’attaque avant de baisser de pied au fil du mâche. Sauf que lui, contrairement à Diony, il marque. Une victoire qui fait du bien après 4 mâches difficiles : les Verts se remettent dans le sens de la marche, juste avant d’affronter Paris puis Marseille et Lille (avec Dijon au milieu) pour ce qui s’apparente à un mois de l’enfer. On en saura sans doute plus sur nos ambitions à la fin de cette période.

#ASSE #TeamASSE #ASSERCSA
Mais à quoi ça sert le VAR?! A QUOI CA SERT? pic.twitter.com/KBprOfgWGF

— Alex (SerialKiffeur) (@Alex_InDaHouse2) 13 février 2019

L’histoire de M. Hamel et ses assistants racontée en images.


Le résumé du mâche :


Les notes :

Ruffier (home alone, 3/5) :

Une sortie de la tête pour anticiper un duel, rien à signaler sinon. Pépère dans sa cage, il a dû se sentir bien seul avec personne pour gueuler et chanter dans son dos.

Perrin (gnac, 3/5) :

Il avait faim le cap’tain. Mordant dans les duels, il s’est même rappelé qu’à un moment, il était l’un des défenseurs en France qui marquait le plus dans le jeu. Un mâche solide, on en pas vu beaucoup cette saison.

Subotic (inamovible, 3/5) :

La tour de contrôle a bien aiguillé les attaquants vers la sortie. Mothiba n’a pas existé mais j’ai quand même eu peur quand je l’ai vu se faire slalomer comme à Val d’Isère par Sissoko. Attention parce que dimanche, ça ira encore plus vite.

Kolodziejczak (ancien latéral, 3/5) :

Il s’est rappelé qu’il avait joué arrière gauche avec ce débordement et ce centre parfait vers Beric. Derrière, pas d’erreur, il a joué sobre et simple. C’est bieng.

Silva (plat, 3/5) :

Il a fini bouilli, quittant le terrain perclus de crampe. Avant ça, il a arpenté son couloir gauche d’avant en arrière, mais sans jamais vraiment se faire remarquer dans un sens ou dans un autre.

==> remplacé à la 89e par Polomat (non noté), c’est gentil d’être passé.

Monnet-Paquet (le furet, 3/5) :

Il court purée… Une caisse incroyable, et en plus il arrive à se créer des situations dangereuses. On l’a même vu frapper de loin. Par contre, comme on se disait avec l’ami Robert Binouzaret, c’est jamais bon signe de trop le voir, le Kevin : quand il se met en évidence, c’est que les autres ne sont pas au niveau.

M’Vila (couçi-couça, 3/5) :

Il rassure énormément, mais il a perdu un nombre inhabituel de ballons. Sans doute parce qu’il a pris énormément de risques dans la relance, avec des passes souvent dirigées vers l’avant. Sa frappe de poussin par contre, on va pas la retenir.

Aït Bennasser (compliqué, 2/5) :

J’aime bien, et je pense qu’il a le niveau pour nous faire oublier Selnæs. Maintenant, j’attends plus de lui et pas seulement qu’il soit un regen de Pajot/Clément à grands coups de passes latérales ou en retrait. T’as 6 mois pour t’éclater et nous emmener au sommet, te loupe pas b’let !

==> remplacé à la 71e par Vada (non noté), qui me plaît bien par sa hargne. Le point noir, c’est qu’il a pris un coup dans les arrêts de jeu et qu’il va passer une IRM vendredi pour en savoir plus.

Cabella (la moule à son rocher, 2/5) :

On a pas vu quelqu’un s’accrocher autant à un objet depuis Balkany et son poste de maire. Le ballon lui colle au pied, et il a du mal à se décrocher dans les temps pour ses coéquipiers. Il prend énormément de coups (il est d’ailleurs sorti après une semelle sur le tendon d’achille), mais s’il lâchait plus sa balle, il serait moins exposé.

==> remplacé à la 62e par Debuchy (non noté), qui ne doit toujours pas comprendre comment KMP a réussi à lui passer devant dans la hiérarchie des arrières droits.

Beric (l’inspecteur is back, 4/5) :

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu Robert autant courir. Décisif dès les premières minutes, il se permet même de caler un petit bonbon pour Perrin et composter son billet de mâche complet. On a appris qu’il quitterait le club libre en juin, alors si lui aussi pouvait nous faire un petit cadeau avant de partir, on l’prendrait bien voleuontiers t’sais !

Khazri (un jour sans, 2/5) :

Peu en vue, Whabi a erré un peu sur le terrain comme un Diony. Même s’il a eu quelques situations intéressantes, et notamment ce coup-franc qui aurait pu déboucher sur un but de Beric, il a été plutôt discret sur ce mâche. Pas grave, les échéances importantes arrivent.


La question minitel :

2e mâche de la semaine, 2e fois qu’on se fait aVAR. Les conséquences sont moins graves puisque les Verts l’emportent mais on en retient quoi au final ?

Question01.JPG
Question02.JPG

L’inspecteur Beric profite d’une blessure de Diony pour signer son retour et s’ouvrir le chemin d’une fin de saison un peu plus excitante pour lui. Quand on voit ce qu’il peut apporter quand il est bien servi, on se dit que ça serait dommage de laisser sur le terrain la vachette qui ne ferait même pas le poids à Intervilles. On en parle à tous les mâches, le VAR s’invite encore une fois dans la question En fait, le problème qu’on a, c’est plus avec ces brêles d’arbitres qui, dans le meilleur des cas, sont justes nuls et dans le pire, ne connaissent pas les règles. Tiens, vous vous rappelez de l’arbitre qui avait signalé Hamouma hors-jeu à Rennes ? Ben il a été suspendu 2 semaines. Au coude à coude, Perrin et Aït Bennasser : le cap’tain a retrouvé un peu de sa superbe sur ce mâche, alors que le nouveau nous laisse entrevoir que le vide laissé par Selnamerde ne sera finalement pas si terrible que ça. Le prochain mâche sera en tout cas un sacré test pour tous les deux.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas ! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.