Chambly-Nancy (1-1) : La Chardon à Cran Académie ne voit plus trop l’intérêt

Le vide qui sent la fin. Un dernier verre et puis s’en va, cette impression de frustration sexuelle et de dernière page de roman qui se ferme sur un vertige existentiel qui ne te fait même pas la politesse d’attendre à la porte. Des journées balancées par-dessus la jambe, terminées dans la même torpeur qu’au réveil, le sang épais, la bouche qui gratte, le front bas jusqu’aux trous de nez. Et puis avec quelle désinvolture on se regarde en train de prendre du bide, de blanchir, de se tasser enfin…rien de tout ça n’a d’intérêt. Mieux vaut se consacrer aux choses qui ont de la valeur : donner une note aux chiottes de relais autoroutiers, remporter des concours de qui pisse le plus loin contre le vent, aiguiser des petites cuillères en vue de retirer les globes oculaires du prochain PDG qui sera tombé à nos pieds de son hélicoptère.


Les notes

Sourzac 4/5
Le héros qu’on a failli avoir, qu’on a sûrement pas mérité, la faute à tous ces pandas dont on a sauvagement violé le cul dans une autre vie, le héros qui aurait dû nous débarrasser d’un authentique violeur dans cette vie-là, lui, cette vie dégueulasse et sordide.

Karamoko 2/5
C’est gentil d’être drôle, mais à un moment il va falloir comprendre que ce serait plus drôle d’être gentil.

Wooh 1/5
Terrible faute de débutant : avoir des bras. Eh oui, les nouvelles règles sont cruelles. Si tu veux désormais pouvoir t’en sortir dans le football, il faut être né culbuto. Le pénalty concédé l’a complètement sorti de son match mais Garcia a attendu le dernier quart d’heure pour le remplacer. L’apprentissage à la dure.

Haag 3/5
Retour en défense centrale après un petit pique-nique au milieu au match précédent : cette saison est une escapade pour Giovanni, une grande et belle fuite sous le soleil pour se mettre à l’abri des méchants et des jaloux. Viens sous mon aile.

El-Kaoutari 3/5
Un match d’Abdelhamid dont on ne se souvient pas est avant tout un match dans lequel il n’a pas fait de la merde alors dans le doute, il a la moyenne.

Ciss 3/5
Pas de frappe gagnante pour lui, comme si ses adversaires l’avaient attendu au tournant, tiens donc. Vraiment des lâches, ces Chamblisiens (aucune idée de comment ça s’écrit et j’espère bien me tromper).

Nguiamba 3/5
Jeune homme frais et disposé à vous ronger les chevilles jusqu’aux tendons si vous ne lâchez pas prestement ce ballon. On espère que Garcia ne va pas encore le confondre avec un autre Noir de l’effectif et qu’il pourra enchaîner au prochain match.

Rocha 3/5
Kenny Roquet a bien couru, bien jappé, bien mordu les chaussettes des inélégants d’en face, c’est bien.

Merghem 2/5
Pas encore tout à fait fondu dans le collectif. Faut dire qu’avec une équipe qui n’a appris qu’à défendre et ne sait lancer des attaques qu’à la manière balistique nord-coréenne, des passes courtes, du jeu en triangle et de la progression dans les petits espaces passeraient presque pour de la provocation. Bon et puis cette coupe de cheveux, va falloir qu’on en parle.

Bassi 2/5
Pareil que pour Merghem sauf que comme on l’aime pas, son aisance technique passe pour de l’arrogance et ses tentatives de jouer vers l’avant sont avant tout de la merde, surtout lorsque ça n’aboutit pas. Et quand ça marche, c’est grâce aux autres. C’est injuste ? Absolument.

Triboulet 5/5
Inclinez-vous devant le roi au nom de bouffon.


Note artistique de l’équipe : 3/5

On ne veut, on ne peut pas s’emballer devant une équipe de ce niveau. Même si elle essaye encore alors qu’il n’y a plus rien à jouer, alors que les trois quarts des titulaires doivent déjà chercher un club pour la saison prochaine, alors que leur coach est déjà parti. On se refuse à en dire du bien même après une partie sérieuse chez des demi-habiles en grand besoin de points pour assurer la fin de saison, quitte à mettre un peu les crampons devant les idées de jeu.

On s’enferme d’ores et déjà dans l’expectative en vue de péripéties dantesques qui nous attendent pendant que notre nouveau jeune loup de président s’est enfermé dans un épisode maniaque ne lui permettant plus de prononcer qu’un mot composé allemand. Et si le pire était à venir ? Le passé n’a pas été avare de démonstrations que toute initiative de bonne volonté pouvait rapidement être assassinée dans l’œuf et se transformer en tir de barrage de mortiers dans le pied.

Voir encore un peu de football à ce stade de la saison est inespéré, c’est d’ailleurs un signe que cette équipe possède finalement ce que peu peuvent se vanter d’avoir encore : de l’humour. Voilà bien quelque chose qui nous reste.

Marcel Picon

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

2 commentaires

  1. J’vous aimions, Marcel. Une académie d’une délicatesse digne d’une escouade d’artillerie lourde (ce qui semble d’ailleurs être votre thème du jour (l’artillerie, pas la délicatesse (et maudit soit Baptiste Valette, qui n’a pas la conscience aussi tranquille que son prénom ne le laisse supposer))).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.