Lens-Nîmes (2-1) : La Crocro Académie n’y croit plus trop

Il est quelque chose d’encore plus pénible que la certitude de la défaite, c’est l’espérance déçue. Au fond du trou à la fin de l’ère Arpinon, le NO s’était réveillé avec Plancque, avec quelques vrais bons matchs à la clef, suffisant pour sortir quelque temps de la zone de relégation et suffisant surtout pour qu’on croie au maintien… Et puis voilà qu’on recommence à jouer comme des chibres depuis trois-quatre matchs, avec une défaite amplement méritée contre Sainté, des nuls poussifs contre Brest et Strasbourg, et donc cette nouvelle défaite à Lens qui nous refait passer 19e. L’énième retournement de situation que cette saison de merde nous offre risque fort d’être le dernier, même si les supporters que nous sommes garderons toujours vivace la foi en un deus ex machina en forme de victoire à Rennes et de piquette infligée à Lyon combiné à un effondrement du côté de Bordeaux et Nantes. On a déjà vu ça, et puis tout va très vite dans le football, ma bonne dame. Le plus horripilant est cette sensation de frilosité qu’on croyait révolu, ce sentiment que les mecs vont s’enculer la tête tous seuls dès qu’ils encaissent un but, et puis plus arriver à foutre un pied devant l’autre, le tout alors que le scénario était globalement favorable, vu que Lens a joué à dix une grosse partie du match. Il s’en est encore fallu de peu : un peu moins de chatte côté lensois pour cette improbable ouverture du score ; un peu plus de chatte de nôtre côté sur ce coup-franc d’Eliasson qui frappe la barre, et plus généralement avec beaucoup de situations mal exploitées à cause d’un manque de confiance terrible. Mais c’est que ça se provoque, la chatte et la confiance, figurez-vous. Le pire, c’est que je n’arrive pas à complètement détester cette équipe de têtes de bite. J’aimerais voir Meling, Eliasson ou Koné une saison de plus. Voir si Ripart ou Fomba peuvent maintenir leur niveau en restant au même poste. Voir si une certaine stabilité peut nous permettre de vivre une saison plus sereine, avec le retour du public aux Costières, et kiffer encore un peu. Revivre des derbys. On n’aura pas volé cette relégation vu le déroulé de la saison, mais que ce serait bon de s’offrir encore un peu de sursis. On a beau le savoir depuis des mois, pourquoi faut-il que ça fasse aussi mal, bordel de pompe à cul de bon Dieu ?


LES CHÈVRES

Reynet (2/5). L’ultime rempart contre l’inéluctable, qui ressemble parfois au château de sable sur la plage du Grau-du-Roi, renversé soit par la vaguelette soit par la sandale du touriste nordiste qui vient faire griller sa peau rougeasse.

Meling (1/5). Comme le dit le proverbe Scandinave, « quand le Viking boit de la Chouffe, c’est que le Vidourle déborde ».

Miguel (1/5). A l’heure de faire le bilan, il y en aura qu’il faudra accuser de traîtrise, de manque de combativité, de tout ce qu’on voudra. Pour Florian, on pourra se contenter de se demander comment il s’est retrouvé titulaire.

Guessoum (1+/5). La frilosité de la jeunesse : à trop penser « surtout faut pas que je me cague dessus », forcément tu passes ton match avec la trouille au bide, à moins que ce ne soit l’inverse. Un plus pour son péno miraculeusement obtenu, qui ne change pas grand chose au final.

Alakouch (1-/5). Le combo « passe dans le dos – sprint désespéré » commence à être un peu trop récurrent. On oublie quand c’est Mbappé en face, c’est plus emmerdant quand c’est Jonathan Clauss.

Sarr (0/5). Généralement, l’avantage de mesurer 3 mètres c’est de pouvoir dégager des ballons de la tête ou d’être utile sur corner, ce genre de choses.

Deaux (0/5). Magnifique enchaînement match de merde / déclaration tonitruante sur « y en a qui mouillent pas le maillot ». Lucas doit tenir à sa réputation de chat noir pour tous les clubs où il a (vainement) lutté pour le maintien.

Fomba (2/5). C’est sur ce match qu’il aurait fallu poser les burnes, garçon.

Ripart (5/5). Contraint de sortir la gueule à moitié charcutée à la 28e minute. Remets toi vite, capitaine. Remplacé par Eliasson (2+/5), qui aurait pu nous faire hurler si son coup-franc avait chopé la lucarne.

Ferhat (2+/5). Un péno serein, des banderilles, de la volonté. Trop seul. On va te regretter Zinou, dans quelques années, quand, redescendus dans l’anonymat de la Ligue 2, on se souviendra avec émotion de tes dribbles de bogosse.

Koné (1+/5). Je suis souvent trop gentil avec lui, et j’ai envie de tout lui passer. Mais quand même, ce serait bien qu’il ait deux-trois mecs capables, je sais pas, de lui mettre des ballons dans la profondeur par exemple.

Allez, on essaye de faire semblant d’y croire encore, on va aller cramer quelques cierges et faire quelques rites Vaudous, on a plus grand chose à perdre. Allez Nîmes, je vous embrasse les gars.

Karoud

Karoud Fider

5 commentaires

  1. Je ne pensais pas le penser un jour, mais j’ai envie que les Nîmois restent avec nous. Je vous échange bien volontiers contre Bordeaux et Nantes, tiens. En plus ça leur fera le plus grand bien de redescendre pour remonter, à ces deux-là. Une bonne dose de Natianal, y a que ça de vrai pour repartir du bon pied (mais je ne vous apprends rien, bien sûr). En plus ça fera de beaux mâches à jouer pour le ResSstar. Alors, pour toutes ces raisons, allez Nîmes (et Renaud Ripart en EdF aux JO, ce serait si beau).

      • Reims, c’est des tocards, Metz, c’est des tocards, Lyon, eh ben c’est des tocards aussi et Rennes ils ont Pep Génésio. Vous voyez !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.