Châteauroux -Nancy(1-4) : La Chardon à Cran Académie ne se refuse aucun plaisir

Ça faisait longtemps qu’un vieux moussaillon insatisfait n’avait pas arpenté le pont de ce site à la dérive. ça faisait longtemps qu’un vieux moussaillon insatisfait n’avait pas arpenté le pont de ce site à la dérive. Si vous lisez ces mots, c’est probablement que notre glorieux site a retrouvé sa visibilité au terme de négociations périlleuses impliquant un chameau à forme humaine, un webhamster poitrinovore, Jacques-Henri Eyraud, toute la rédaction de la Jouzé Academy, des buissons de genévriers brûlés sans égard (ou était-ce des araucarias?), une vague de protestations sur les réseaux sociaux et une polémique importée des Etats-Unis concernant la sexualité d’un jouet en forme de tubercule (des gens n’ont strictement aucun problème à voir dans un tubercule, par nature en forme de bite, un « monsieur » parce qu’il porte une moustache – alors qu’un petit tour en salle des profs à la fac de lettres de Nancy vous rappellera honnêtement qu’il n’y a pas besoin d’être bolchévo-wahhabite pour arborer un attribut pileux bien fourni). Ce qu’il faut désormais pour publier des carabistouilles sur le football…


Les notes

Sourzac NN
supplanté par une blessure et non par son concurrent direct qui ne vaut rien, il a déchiré le cœur de toute la Lorraine en même temps qu’un des muscles de sa cuisse. Terrible. Remplacé par Valette qui a produit un match correct valant bien son 3/5 mais a tout de même encaissé comme le petit sac à pus qu’il est, ceci selon son principe de toujours prendre un but même face à une équipe de gobeurs d’hosties cacochymes.

Karamoko 2/5
Seul latéral de métier sur le terrain, il n’a pas pour autant saisi l’occasion de montrer ce qui le distinguait de la marmotte, ce petit animal craintif qui aime se planquer en criant très aigu quand le danger approche.

Seka 3/5
Un match serein où l’on a semble-t-il trouvé une formule qui lui sied correctement : l’écarter des débats en plaçant quelqu’un de meilleur que lui à son poste.

Coulibaly 3/5
Pareil que Seka mais vers la droite, un peu comme un électeur de Dupont-Aignan.

Haag 5/5
Le veau est devenu taureau sans passer par la case bœuf comme ses petits copains qui cherchent leurs couilles tel Madar sa gourmette. Replacé en tour de garde au centre de la défense, il n’a jamais failli, comme régulièrement cette saison.

Akichi 3/5
Capitaine pour l’occasion, il a joué comme un papa ivre contre ses deux fils de trois et cinq ans un dimanche après-midi : avec indulgence, mais tout de même disposé à en sectionner un en trois parties distinctes à l’aide d’un tacle de criminel de guerre s’il a l’outrecuidance de le dribbler.

Nguiamba 2/5
C’est à ça qu’on reconnaît les grands matchs : d’aucun diront « eh oh Châteauroux c’est quand même plus proche du prolapsus que de la grande santé germanique », l’histoire se chargera de leur rétorquer, narquoise : oui mais quand on ne remarque même pas que ledit corps vigoureux est en fait unijambiste, c’est bien que la nature a commis une sorte de chef-d’œuvre.

Rocha 3/5
Double pivot encaisseur de l’extrême, il a finit avec un lambeau de tendon accroché entre les deux seules dents qui lui restaient.

Biron 5/5
Le bon air vosgeo-martiniquais souffle toujours sur la grise plaine de Lorraine, quelque part entre l’explosivité de la Montage Pelée et la rondeur débonnaire d’un ballon tapissé d’épicéas. S’il y a bien un changement climatique dont on peut se satisfaire, c’est celui-là.

Scheidler 4/5
Ne soyons pas ingrat : il semblerait que l’ASNL ait enfin trouvé chaussure dijonnaise à son pied. Une chaussure de la taille d’une pelle à neige certes, mais une pelle à neige a somme toute une grande utilité quand elle permet de faire une belle frayée pour ouvrir le chemin du but.


Note artistique de l’équipe : 3/5

C’est comme ça qu’on joue au football en Ligue 2, et contre toute attente, ce commentaire satisfait ne fait qu’appeler une question, un poil moins optimiste : pourquoi on ne joue pas comme ça tout le temps, Jean-Louis ?

L’excuse de l’adversaire plus faible qu’un argumentaire ministériel ne nous apparaît que comme un paravent bien misérable : on sait bien que la serpillière de la Ligue n’a sa place que dans les tréfonds du National. Alors comment ne pas vouloir reproduire ce type de performance contre d’autres, même si on peut supposer qu’ils ne sont pas d’accord ? Quitte à placer des gens au hasard sur la feuille de match comme c’était l’impression que cela donnait samedi…

C’est peut-être là la notion manquante dans cette saison de l’ASNL, elle qui refuse de se comporter comme l’équipe qu’elle devrait être face à toutes et agit telle un vulgaire historique de Ligain faible face aux tricheurs et forte face au nullos, et quand bien même ! On nous a vu pourris face à des cloportes cette saison, mais il n’est pas trop tard pour se rattraper. Certaines fins de saisons n’ont pas été honteuses ces derniers temps. Pourquoi ne pas essayer de se donner un peu de confiance pour la prochaine dès maintenant ?

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

3 commentaires

  1. Vous allez faire en sorte de vous maintenir en ligue du pneu agricole jusqu’à ce que vos frères ennemis messins se décident à quitter l’élite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.