KAA Gent – ASSE (3-2) : la Forez Académie soupire

Sainté fait son retour en coupe d’Europe, et se prend les pieds dans le paillasson dès son entrée en lice. Le bol de sangria est encore loin, et ça va pas être évident d’en avoir encore un peu si on y va en rampant.

Le mâche résumé en une phrase : « Complètement à côté de la plaque »

On l’attendait tous depuis maintenant 2 ans : le retour de Sainté en Coupe d’Europe. Face à un adversaire expérimenté, mais qui n’était pas non plus un ogre, les Verts n’arrivaient pourtant pas en bombant le torse. La faute à une dynamique dégueulasse (2 défaites et 1 nul sur les trois derniers mâches, 15e place) quand les Belges venaient de rouster 3-0 leur dernier adversaire en championnat, et pointaient à la 4e place avec un mâche en moins. Et le miracle n’a pas eu lieu, la faute à des Stéphanois bien pauvres sur le terrain.


La compo :

Dès le départ, on savait que ça n’irait pas. Un 3-5-2 sans impact, en comptant sur la percussion des latéraux pour animer une attaque moribonde, un schéma qui n’a encore jamais fonctionné cette saison. Une attaque poids plume qui va miser sur la vitesse pour jouer en contre, et un embouteillage absolument monstrueux dans l’axe avec pas moins de 7 joueurs (les 3 défenseurs, les 3 milieux et Khazri qui va dézoner) dans cette partie du terrain. Non, Ghislain, non : même sans être un fin tacticien, on voit très bien qu’une compo comme celle-là ne peut pas fonctionner. Et qu’empiler les défenseurs n’a jamais donné de garanties de solidité.


Le mâche :

A peine le temps de voir la fumée du craquage de début de mâche se dissiper que les Verts mangent déjà bon : Perrin est à la ramasse et se fait déposer par Yaremchuk sur la gauche. L’attaquant centre devant le but, Kolo tacle mais la balle rebondit sur Ruffier. David a suivi et marque de la tête (1-0, 2e). 5 défenseurs, 3 milieux de terrain défensifs, mais 1 but au bout de deux minutes, le plan de Ghislain se déroule sans accroc. La lourde de la soirée : Perrin envoie une balle loin devant vers Hamouma qui contrôle de la poitrine et remise immédiatement en retrait vers Khazri qui allume un pétard de 25 m et troue la lucarne gauche de Kaminski (1-1, 38e). Back in ze game, b’let !! Le moment de faire des grands doigts aux familles qui sont à côté du parcage, c’est complètement con, mais ça nous fait rire. Après, on a profité environ trois minutes quoi, le temps pour les Verts de chier dans la colle en ne sortant pas la balle après avoir laissé Kolo au sol dans la surface adverse, de perdre cette même balle au milieu de terrain et de manger un contre supersonique pour laisser David venir fusiller un Ruffier très très statique pour le coup (2-1, 41e).

Tout est à refaire pour Sainté, est-ce que ça va changer en deuxième mi-temps ? Ben non. Peu de situations dangereuses, et c’est même Gand qui va aggraver la marque, sur un coup-franc lointain remis de la tête par Lustig, le malheureux Perrin va marquer contre son camp en tentant de dégager (3-1, 64e). La messe semble dite, Printant fait enfin des changements et repasse en 4-4-2, et tiens, les Verts semblent plus tranchants dans cette organisation. Trauco et Debuchy prennent enfin leurs couloirs, Beric apporte un peu de poids et de pression devant. C’est d’ailleurs sur son pressing que Kaminski nous fera une belle cagade et marquera lui aussi contre son camp après un contrôle de balle raté (3-2, 75e). Nordin loupera l’immanquable sur une remise de Bouanga au point de penalty (77e), alors que Beric touchera le poteau sur une belle demi-volée en pivot (90e+3). Terminé, énième défaite pour moi au stade, mais là, j’ai l’impression que le chat noir est plus sur le banc que dans les tribunes.

Sainté ne gagne plus, Sainté ne convainc plus, Sainté ne nous enflamme plus. Les bouillies proposées mâche après mâche depuis la reprise du championnat ont toujours la même saveur en coupe d’Europe. Et si les joueurs sont les premiers responsables sur le terrain, difficile de ne pas remettre en cause l’entraîneur non plus. Je commence à saturer de le voir coacher à contre-temps : les systèmes de jeu sont à chaque fois à côté de la plaque par rapport à l’adversaire, et les choix de joueurs me laissent perplexe sur certains postes (Khazri en pointe). C’est donc la deuxième fois après Marseille que les Verts semblent mieux jouer après être passés à 4 derrière. Va peut-être falloir le comprendre un jour ça, Ghislain ? Pareil pour Khazri en 9 : il a peut-être demandé à jouer à ce poste, voire même exigé, sauf que ça ne fonctionne pas. Et dès qu’il repasse en soutien de l’attaquant ou même sur un côté, tout va mieux. Le ménage doit être fait, et il faut arrêter avec ces compositions « à la mode » qui ne fonctionnent pas avec nos joueurs. Les joueurs, justement. L’erreur sur le second but est impardonnable, et l’absence sur le premier une faute professionnelle. Les ex-internationaux français ne sont pas au niveau, et il faudrait là aussi faire comprendre à certains que leur place dans le onze titulaire n’est pas garantie à vie. Autre fait marquant : la fin de mâche. Les joueurs sont posés devant le parcage et regardent tous leurs pieds, y compris Perrin, ne sachant pas trop quoi faire. Finalement, ils se décident à relever la tête et nous applaudir. Plutôt révélateur de la mentalité qui les anime en ce moment, et pas forcément rassurant… Les Verts vont enchaîner 2 mâches en 6 jours (Angers dimanche, Metz mercredi) qui vont déjà se poser comme des tests sérieux. Ensuite ? Et bien 3 mâches en 7 jours avec Nîmes, Wolfsburg en Europa League et le derby. Il reste 5 rencontres à Printant pour redresser la barre, sinon, il va jouer son rôle de premier fusible, comme souvent dans ces cas-là.

20190919_143515.jpg
A défaut d’avoir laissé leur empreinte sur le terrain, les Stéphanois auront au moins laissé quelque chose à Gand.

Le résumé du mâche :

Les images sont à découvrir à cette adresse.


Les notes :

Ruffier (statique, 1/5) :

Pris en défaut dès la 2e minute, il est coupable selon moi de ne pas sortir assez vite sur David sur le 2e but, alors qu’on voit venir la talonnade de loin. C’est déjà le neuvième pion qu’il encaisse en 4 mâches seulement, ça ne peut pas toujours être de la faute de la défense…

Debuchy (à retardement, 2/5) :

Invisible en 3-5-2, il a été plus en vue en fin de mâche, quand on est repassé à 4 derrière. Par contre, le premier but vient de son côté, et c’est pénible.

Moukoudi (livre ouvert, 2/5) :

Aussi facile à déchiffrer qu’un sous-entendu graveleux de Jean-Marie Bigard, il se fait une nouvelle fois avoir en étant trop au contact de son adversaire. Il reste encore un peu de boulot avant de le voir partir pour 30 M€ comme Saliba.

==> Remplacé à la 71e par Beric (non noté), qui provoque un CSC et tape le poteau, tel Gignac en finale de l’Euro 2016. Pour le même résultat au final.

Perrin (escargot, 1/5) :

Le voir tenter de rattraper son adversaire à la course est une image assez pénible à voir. L’heure de la retraite a sonné, et même une défense à trois (sans Saliba) n’arrive pas à masquer le fait qu’il va maintenant moins vite qu’une trottinette électrique à qui il manque une roue.

Kolodziejczak (el gringo, 1/5) :

Lourd un comme un tacos XXL de chez O’Tacos, Timo Kolo a pris la sale habitude de se faire bouffer à toutes les sauces de la carte à chaque mâche ou presque. Là encore, je l’ai trouvé meilleur dans une défense à deux, ça commence à faire beaucoup de signes Ghislain.

Trauco (Debuchy sauce péruvienne, 1/5) :

Il a été nul pendant 75 minutes, le deuxième but vient de son côté, un peu meilleur sur la fin de mâche, mais ça reste encore très insuffisant. Pas sûr qu’il joue beaucoup quand Gabriel Silva sera apte.

M’Vila (rase-moquette, 0/5) :

Il est au niveau du coach pour lequel il est monté au créneau : au ras des pâquerettes. Indiscutable la saison passée, un séjour sur le banc pourrait lui remettre la tête à l’endroit et le football dans les chaussettes.

Cabaye (inexpérimenté, 1/5) :

Il s’est écrasé sur le milieu belge comme le moucheron sur un pare-brise. J’ai eu l’impression de voir un joueur qui redécouvrait le haut-niveau, ce qui n’est pas étonnant si on regarde sa dernière expérience.

==> Remplacé à la 64e par Bouanga (non noté), très discret même s’il aurait pu donner une passé dé’ à Nordin.

Youssouf (invisible, 1/5) :

Souvent en difficultés dans le jeu, il n’a jamais pesé ou presque. On sent malgré tout la volonté de bien faire, mais ça ne suffira pas si les résultats ne suivent pas, et il risque vite de se faire tacler que ce soit par l’entraîneur ou les supporters.

Hamouma (mauvaise habitude, 2/5) :

Une remise parfaite pour Khazri sur le premier but, et c’est tout. Complètement absent après ce geste, il est redevenu Casper Hamouma comme (trop) souvent.

==> Remplacé à la 71e par Nordin (non noté), qui croque une belle occase, dommage. Sur ce qu’il montre, il mérite de jouer plus que des bouts de mâches.

Khazri (il a des restes, 2/5) :

Ça fait plaisir de voir qu’il n’a pas perdu sa frappe, mais purée, je le trouve toujours aussi mauvais en 9. D’ailleurs, sur le but, il joue derrière Hamouma. Bien meilleur quand il a évolué sur le côté, lui faire frapper tous les corners/coups francs est à remettre en cause aussi, tant il a eu du déchet dans ce domaine.


La question minitel :

Saintécoupedeurope ! Saintétienneparlaptiteporte ! Une défaite pour entamer la campagne européenne, les débuts du Ghis’ n’ont pas été brillants, comme on le sentait venir. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Le fantôme de la fraude catalane commence à hanter les esprits stéphanois, et le moindre brun à la mâchoire de la forme d’une brique nous rappelle de douloureux souvenirs. Le Ghis’ se montre même moins ambitieux dans le jeu, et ses résultats sont encore moins bons: au bout de 5 journées, les Verts comptaient 9 points à l’époque. T’entends, Ghislain ? Tu es MOINS BON que l’un des pires entraîneurs de ces dernières années ? 2e place pour le 3-5-2, ce système revenu à la mode à Sainté avec Galtier, et qui ne compte qu’une seule grosse réussite : un derby gagné 3-0. Pour le reste, on a souvent assisté à des mâches pénibles dans cette configuration. Il est temps d’arrêter, merci. Le podium pour notre milieu « international il y a 7 ans », et qui n’arriverait sans doute pas à surpasser l’équipe actuelle d’Andorre aujourd’hui. C’était mieux avant, encore une fois. Dernière place pour le missile de Khazri, qui aurait sans doute été plus haut dans le classement si le résultat avait été plus positif pour les Verts.


Roland Gromerdier


HorsJeu recrute donc si le cœur t’en dit, lance toi en cliquant sur le bouton plus bas! Et si tu veux juste nous aider un peu à produire des contenus de qualité, alors tu peux faire un don, en cliquant juste à côté.

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

3 commentaires

  1. Pas d’accord pour la Ruff’. Difficile d’intervenir sur le premier but. Et sur le second, c’est une succession de maladresse et de manque d’engagement de 4 ou 5 joueurs.

    • Sur le premier, il ne peut rien faire. Mais sur le second, je me demande pourquoi il ne sort pas à la rencontre de l’attaquant. Il s’attendait peut-être à ce que Kolo intervienne, sauf qu’il n’a fait que courir à côté de David. Et du coup, il s’est fait fusiller…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.