La Calcio Académie vous raconte la 11e et 12e journées de Serie A (20-21)

Ciao ragazzi,

Cette semaine, programme spécial avec deux journées en quelques jours, l’occasion de vous présenter un nouveau format, non plus match par match, mais jour par jour.


La semaine du Calcio (du 11 Décembre au 17 Décembre) :

Venerdi 11 dicembre :

Un seul petit match à se mettre sous la dent. Sassuolo, hype pas vraiment saisonnière pour les suiveurs du Calcio, recevait le Benevento de l’éternel Pippo. Mission accomplie pour les Sassuolistes (on me souffle neroverdi dans l’oreillette mais j’en ai rien à branler) qui s’imposent unoadzèro comme on dit dans les bureaux de la Calcio Académie.
Parce que oui, nous avons des bureaux maintenant. Domenico Berardi envoie une chapatte du point de rigore (et non pas Dominique Chapatte envoie une bérarde, ça ne veut rien dire bordel, Roberto, ressaisis-toi) après que la défense giallorossa a intercepté un centre de Maxime Lopez de la main (à Turin ça se siffle pas, il paraît). L’expulsion méritée d’Haraslin mettra les neroverdi dans l’embarras, avec 40 minutes à tenir. Mais ils le feront, notamment grâce à Consigli.

Bravo ragazzi.

Sassuolo 1-0 Benevento
But : Berardi (8′)


Sabato 12 dicembre :

Le début du fine settimana est toujours très festif et diablement prometteur. C’est en effet le moment où tous les projets semblent pouvoir coexister et se réaliser simplement en invoquant notre bonne volonté. Les uns s’imaginent au marché, les autres en cuisine ou en train de bricoler au garage. Le livre posé sur le coin de l’étagère attend son tour. Il sera bientôt lu comme sera bientôt écrite la lettre pour les gens qu’on aime. Il ne manque que l’encre et le papier. La papeterie n’est même pas fermée. Mais le charme de ce samedi matin ne dure pas. Il s’éteint à petit feu. La réalité nous rattrape inéluctablement. La Spezia, le Toro et la Lazio en feront l’amère expérience. Pourtant La Spezia s’imaginait bien vaincre son rival de Serie B. Le Toro espérait mettre fin à sa série de contre-performances quasi homérique et la Lazio se voyait presque en haut de l’affiche(tte).

La Spezia n’a pas vraiment existé dans le choc des petits nouveaux. Crotone a son Messias, celui par qui la lumière finit toujours par arriver. Le Brésilien a un parcours vraiment original. Acteur principal de la montée en Serie A, Junior Messias s’est rapidement mis au niveau. Samedi, il claque un doublé et une performancenmaiuscolo.

Le Toro a encore perdu. Et pourtant, ils y croyaient fort, les Piémontais. Faut dire qu’ils jouaient contre une équipe du nord est de l’Italie qui joue en jaune, sponsorisée et soutenue par une marque de bagnole. Mais l’Udine, ce n’est pas Gueugnon, ce n’est pas non plus Sochaux. Leur Pierre-Alain Frau est argentin. De Paul ne multiplie peut-être pas les petits pains, mais il régale tout le monde. L’Udinese avait décidé de jouer et le Toro de les regarder. La sanction ne tardera pas, Pussetto et De Paul punissent une défense complètement arrêtée. Habitué de se faire rejoindre au score avant de perdre, le Toro veut inverser la tendance. En deux minutes, ils égalisent avec un maximum de réussite. La défense de l’Udine ressemblait furieusement à la défense de Sochaux. Mais les Piémontais savent perdre des matchs comme personne. Sur l’engagement, Nestorovski vient battre un Musso guère pétillant.

« La défense » du Toro

La Lazio ne lit visiblement pas la Calcio Académie. Sinon ils auraient sans doute pris plus au sérieux cette équipe de l’Hellas de l’excellentissime Ivan Juric. Verona signe un exploit retentissant en gagnant dans la capitale. La Lazio n’arrive pas vraiment à enchaîner. La Ligue des champions doit peser dans les jambes. Attention de ne pas perdre trop de point en route car la meute avance, et elle ne les attendra pas !

Crotone 4-1 Spezia
Buts : Junior Messias (7e, 96e), Reca (49e), Henrique (56e) / Diego Farias (18e)

Torino 2-3 Udine
Buts : Belotti (66e), Bonazolli (67e) / Pussetto (24e), Depaul (54e), Nestorovski (69e)

Lazio 1-2 Hellas
Buts : Caicedo (56e) / Lazzari (CSC 45e), Tameze (67e)


Domenica 13 dicembre :

Gros programme ce dimanche avec des favoris qui rencontrent des équipes en difficulté. Et à ce petit jeu, c’est le Milan qui cale. Malgré un immense Theo Hernandez qui marque un doublé, Milan galère à domicile devant un Parma profitant parfaitement des absences sur blessure des Rossoneri (Ibrahimovic, Bennacer, Kjaer). Profitant également d’une chance inouïe car Milan a tapé quatre fois les poteaux (trois fois par le seul Calhanoglu). Deux points de perdus par rapport à ses cousins interistes qui se sont fait peur et qui ont attendu la 77e minute et un but de Barella pour égaliser  face à Cagliari. D’Ambrosio et Lukaku marqueront en fin de match, le Belge profitant de la montée du gardien pour marquer dans le but vide, Fifa style.
Le Napoli, très en forme, gagne aussi, contre une petite Sampdoria, malade. Lozano, qui fait un très bon début de saison, égalise et Petagna clôt le match, permettant à Naples de rester invaincu au Stadio Diego Maradona.

L’Atalanta et la Roma ont foutu les branlées du weekend . La Fiorentina, qui affrontait Bergame, a encore sombré, si cela était possible. 3-0 dans le derrière et une dix-septième place assez incroyable pour cette équipe qui réalise son pire début de saison depuis un demi-siècle. Et comme il se passe toujours quelque chose dans notre magnifique championnat, Papu Gomez s’est embrouillé avec Gasperini et l’issue semble fatale : transfert en janvier et volonté de rester en Italie (donc chez un concurrent). On vous en reparlera.
A Rome tout va bien pour la Louve. Cinq pions, cinq buteurs différents, le début de saison raté est corrigé et la Roma recolle à tous les favoris au podium. Un peu plus épargnée par les blessures (malgré Zaniolo toujours absent), le potentiel de la Roma se montre enfin sous son meilleur jour.
Il ne faut pas oublier la Roma, toujours présente à la fin du championnat, et bien convaincue de ne pas laisser sa place sur le podium.

Place au champion en titre, qui a une nouvelle fois galéré… face au Genoa cette fois.
Dybala a enfin marqué mais Sturaro, qui justifie la légende du
« goal dell’ex », égalise. On ne dira rien sur les deux pénaltys sifflés à la Juve car la blague ne fait plus rire, surtout pas C. Ronaldo qui met les deux au fond, sans trembler. Victoire de la Juve qui fait beaucoup de bien aux hommes de Pirlo et à Andrea lui-même, assez décrié ces derniers temps.

Cagliari 1-3 Inter :
Buts : Sotti (41’) ; Barella (77’), D’Ambrosio (84’), Lukaku (94’)

Napoli 2-1 Samp :
Buts : Lozano (53’), Petagna (68’) ; Jankto (20’)

Atalanta 3-0 Fiorentina :
Buts : Gosens (44’), Malinovski (55’), Toloi (63’)

Bologne 1-5 Roma :
Buts : csc Cristante (24’) ; csc Poli (5’), Dzeko (10’), Pellegrini (15’), Veretout (35’), Mkhytarian (44’)

Genoa 1-3 Juve :
Buts : Sturaro (61’) ; Dybala (57’), C.Ronaldo (78’, 89’)

Milan 2-2 Parma :
Buts : Theo Hernandez (58’, 91’) ; Hernani (13’), Kurtic (56’)


Martedì 15 dicembre :

Ça joue en semaine et ce n’est même pas la coupe d’Europe. Après avoir regardé les deux matchs du soir, le doute n’est pas permis. Les organismes semblent fatigués et cette enchaînement ne suscite aucun enthousiasme ni sur les pelouses ni dans les tribunes désespérément vides. L’Udinese et Crotone prennent chacun un petit point. Il n’y a pas grand-chose de plus à ajouter.

La Lazio réussit à perdre encore des points en Campanie. Et cette fois ci, le Napoli n’y peut pas grand chose. Benevento n’est définitivement pas qu’un immense paradis de vestiges romains et de ruines en tous genres. Les Stregoni ont tenu les Laziales en échec en y mettant l’art et la manière. Mais ce match en cache un autre bien plus excitant, le duel des Inzaghi. Les deux frangins sont devenus des personnages indispensables au football italien. Simone avait pris de l’avance en redonnant un allant et une fière allure à la Lazio. Pippo restait un peu en retrait. Mais le renards des surfaces commence sérieusement à rattraper son retard sur le frangin. Ses succès à Benevento commencent à lui faire une belle réputation. Et si les Inzaghi animaient encore les vingt prochaines années ?

Les Struppolis, l’autre merveille de Benevento, une recette aux origines incertaines et à l’élaboration collective. Bref une merveille assez méconnue.

Udine 0-0 Crotone

Benevento 1–1 Lazio
Buts : Pasquale Schiattarella (45e + 2) / Immobile (25e)


Mercoledi 16 dicembre :

La grosse journée, celle qu’on attendait de pied ferme dans ce marathon de matchs calciesque. Et bien pour tout vous dire, c’était vraiment rien de rare. On peut même dire que c’était un petit peu nul à chier. Un Juve-Atalanta des plus attendus, vous dites ? Un petit match nul à la saveur d’un panetonne industriel. Un Milan-Genoa aux allures Spezia-Bologne (avec 3000 poteaux en plus, tout de même) sur le terrain et aux allures de gros raccourci de feignasse qui écrit à la bourre dans cet article. On se réjouit pour la Samp’ qui enraye le cycle infernanal de non victoires en prenant trois points très précieux à l’extérieur contre la Ligue du Nord FC.

Alors voyons voir, il me reste quoi comme match à raconter sans l’avoir
vu ? Non pas que ça me pose un problème, j’en ai même fait une spécialité dans la Bianconero Académie, mais vous qui venez ici pour l’expertise footballistique de Roger Piantoni-Vairelles et Kiki Musampalà, vous devez vous dire que je suis un arriviste. Si vous venez pour les gros mots par contre, vous êtes servis ! Bite. Bite. Bite bite bite bite. Jacques-Henry Eyraud. Bite. Rousselot. Bite. Hein ? Quoi ? Ah oui, le foot.

Et bien Sassuolo a essayé d’y jouer contre la Fio mais ils n’ont pas réussi à se départager pour autant, Parme et Cagliari ont pas vraiment voulu se donner du mal et se sont contentés d’un zèroadzèro. La seule vraie bonne opération est celle de l’Inter, victorieuse à la maison face au Napoli de Gennaro COUILLES Gattuso. Un peu de foot, un peu de grossièreté gratuite, et voilà le travail !


Giovedi 17 dicembre :

Pour clore cette journée de semaine, la reine louve, capitale, affronte le Toro et sans aucune surprise, la Roma gagne largement. En super forme, les Romanisti n’ont fait qu’une bouchée d’un Toro bien triste et habitué des mauvais résultats. Belotti, il gallo, a encore marqué, ça aussi c’est une habitude. Heureusement qu’il est là le coq, sinon les grenats joueraient avec le Venezia Calcio et la Salernitana en Serie B…

Roma 3-1 Torino
Buts : Mkhytarian (27′), Veretout (43′), Pellegrini (68′) ; Belotti (73′)

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.