La Calcio Académie vous raconte les 1e journées de Serie A et de Serie B (22-23)

Ciao ragazzi,

Fin de l’attente, voici la première grande Calcio académie de la saison. Amputée de la Serie C qui fait durer le plai-sir de manière fort italienne comme vous l’avez peut-être vu sur notre compte Twitter (venez un peu nous suivre si c’est pas déjà le cas, ça vit, ça crie, ça rit, c’est beau), mais fort heureusement la très compétitive Serie B et l’emblématique Serie A nous permettrons de patienter. Enfin, c’est surtout l’ami Friûl qui ne doit plus tenir en place, trop pressé de voir son Pordenone reprendre du service. Fort heureusement, Gilbo et lui, nos deux fabuleuses re-crues estivales, ont l’Udinese pour continuer à souffrir de manière hebdomadaire. Kiki a toujours son Inter, souffre-teuse mais dangereuse comme une bête blessée, Raph aura à cœur de voir son Milan broder une deuxième étoile sur la poitrine avant le bruyant voisin, et de mon côté j’aurai juste la Juventus pour continuer à détester le foot, le monde et les gens. Sans transition, voici ce qu’il s’est passé de pire et de meilleur dans l’Italie du football en commençant par un petit focus.

Focus sur … Milan-Udine (4-2) :

Un de nos académiciens avait la chance d’être à San Siro pour l’ouverture de la Serie A 2022-2023 qui a choisi le champion d’Italie afin d’ouvrir le bal.
Le Pioli’s on fire résonne, les chants anti-juve et anti-inter sont évidemment présents, mais c’est tout le stade qui reprend en chœur le « Campioni d’Italia siamo noi » pour remercier les joueurs, l’entraineur, la direction …
Mais avec tout ce cérémonial, on en oublierait presque l’adversaire du jour, qui lui ne fait pas de cadeau et ouvre le score au bout d’1 minute 30 sur corner.
Heureusement les birre et les quelques borghetti ingérées donnent de la voix à la Curva Sud qui pousse le Diavolo à égaliser et même reprendre l’avantage en à peine 15 minutes. Theo Hernandez marque le premier but de la saison pour Milan avant que Rebic ne double la mise.

Le fameux Borghetti cher aux ultras italiens entre les mains de @raphaelg54

L’absence de Tonali et Giroud pèse et Udine marque un 2e but juste avant la mi-temps et le champion d’Italie, meilleure défense de la saison prend déjà 2 pions en 45 minutes.
Milan joue en dilettante, Leao marche, le meilleur joueur de la saison est trop suffisant pour que son titre soit légitime …
On prend les mêmes et on recommence, au bout d’1 minute, Brahim Diaz permet au Milan de reprendre l’avantage et Rebic s’offrira même un doublé quelques minutes plus tard.
Udinese fait peine à voir et Milan gère toute sa 2e mi-temps.
Charles De Ketelaere et Origi, les deux recrues phares de l’été rossonero entrent en jeu pour la première fois à San Siro, deux belges qui viennent compléter le vestiaire déjà bien cosmopolite du Milan.
Le numéro 10 de Bruges nous montre toute sa palette technique et les nombreux maillots à son effigie ne semblent pas être des erreurs de flocage … enfin, l’avenir nous le dira.

Le prochain match du Milan sera déjà un choc contre la Dea, avec un Gasperini qui fera, comme d’habitude, tout pour emmerder le voisin lombard.
La saison d’Udine, sera sans doute longue, avec une issue que l’on souhaite positive, avec un maintien à la clé fin mai.

Lazio – Bologne (2-1) :

Le courant d’air qui est passé par la tête de Maximiano dès la 3e minute de jeu restera le grand mystère de cette partita. C’était pas un courant d’air qui coûte un tibia à l’adversaire alors c’est déjà ça, mais sa prise de balle à la main en dehors de la surface alors qu’il y avait un bon millier d’autres possibilités lui aura valu un bon carton rouge sec sans glaçons. Même pas besoin de prendre la douche quand t’as pas transpiré en plus, en ces temps de sé-cheresse toutes les économies d’eau sont les bienvenues. Côté Bologne, c’est Soumaoro qui ira de son rouge, enfin de son second jaune synonyme de rouge, juste avant la pause. Avant ça ? Un arrêt tout en couilles de Pro-vedel, transfuge de la Spezia à l’intersaison qui aura donc l’occasion de briller au moins un match de plus, et un rigore d’Arnautovic pour mettre Bologne en tête au tableau d’affichage (avant son départ à Manchester United ? Non je déconne. Mais imagine quand-même). La seconde période verra la Lazio renverser la vapeur à grands coups de reins de Lazzari et de l’inévitable Immobile qui commence la saison en faisant trembler les filets pour la cin-quième fois consécutive. Bomber.

Les buteurs : De Silversti 68e (autogol) et Immobile 79e pour la Lazio, Arnautovic 38e (sp) pour Bologne.

Juve – Sassuolo (3-0) :

Victoire en trompe l’œil pour des Bianconeri peu inspirés. Alors certes on est contents de commencer la saison avec les trois points, et un doublé de Vlahovic qu’on a envie de voir heureux tant il est fort, mais les errements défensifs vont finir par se payer cash si on n’y remédie pas. Rajoutez à cela un milieu aussi propre techniquement qu’un slip de péteur confiant en pleine épidémie de gastro, et vous comprendrez aisément qu’on ne saute pas au plafond après cette victoire face à un Sassuolo qui n’a pas encore trouvé ses marques, notamment devant. Car les neroverdi (en bleu ce soir, n’essayez pas de comprendre) risquent bien d’avoir des arguments offensifs à faire va-loir au cours de la saison, le temps pour eux de régler la mire. Les Bianconeri engrangent donc, à défaut d’être séduisants. Il faudra sûrement faire mieux contre la Roma dans deux semaines pour espérer ne pas revivre la saison anale de l’année dernière.

Les buteurs : Di Maria 26e, Vlahovic 43e (sp) et 51e pour la Juve.

Lecce-Inter (1-2) :

Il n’aura fallu que 90 secondes à Lukaku pour faire trembler à nouveau les filets de Serie A. Un retour gagnant pour Big Rom. Une entrée catastrophique pour les promus. Malgré ce coup de massue précoce, les Sudistes ne sont pas encore K.O et réagissent au début de la seconde période par Ceesay qui trompe un Handanovic dont le plongeon trahit son âge avancé.

Soccer Fail GIF - Find & Share on GIPHY

Le vétéran slovène se rattrape et sort une belle parade pour contrer le coup-franc de Bistrovic. Les deux équipes se rendent coup pour coup. Lecce inquiète une défense nerazzurra encore friable sans pour autant rompre à nouveau. L’Inter multiplie les occasions franches mais se heurte à Falcone. 90+5, c’est le corner de la dernière chance pour les Milanais. Lautaro dévie la balle pour Dumfries qui libère son équipe. Un but libérateur pour Simone Inzaghi, auteur d’une course folle digne de ses plus belles an-nées laziale. Cette joie démesurée montre bien le soulagement des Milanais d’avoir obtenu une victoire qui semblait inespérée quelques instants auparavant.

Spezia – Empoli (1-0) :

Le spleen qui continue à accompagner la carrière de Mattia Destro, une espèce d’ombre un peu salope qui pousse-rait le ballon quelques centimètres à côté à chaque putain de match, me brise un peu le coeur. Je le confesse. Il s’était peut-être dit qu’à Empoli les choses seraient différentes. Force est de constater que non. Et oui, je tire des conclusions hâtives après un match. Toujours est-il que moi ça me brise un peu le coeur à chaque fois. Mais vous savez qui s’en fout ? La Spezia pardi ! Nemile Nzola (rires) en particulier d’ailleurs, qui ne fait pas de manière au moment de glisser la gonfle entre les jambes de Vicario. La saison sera longue pour les deux équipes, chaque point est précieux, la vie n’a aucun sens.

Le buteur : Nzola 36e pour la Spezia.

Salernitanale – Roma (0-1) :

Réu de début de semaine trop cool, fun et bigarré à la Jouzé ! Le Hapinness Manager nous a offert un ristretto à toustes ce matin à la machine à café, il était tout sourire et ce malgré le fait qu’Arsenaze ait gagné ses deux mâches. Il nous a dit de continuer à avoir une attitude positive pour faire du transcending de la workplace alors ça a commencé à m’énerver parce que moi les anglicismes bon, ça me broie un peu les burrata. Et puis il nous a suggéré de passer en mode ‘’tracances‘’ pour pas let-down la commu lusitano-friendly. Alors je lui ai arraché l’oreille, je l’ai roulée en un tout petit tube et je m’en suis servi pour lui faire couler du plomb en fusion dans le fion. Service minimum pour ce genre de propos, un peu comme une Roma encore en ‘’tracances‘’ face à une Salernita-nale qui n’a pas encore fini son recrutement mais qui ne manquera pas d’ambitions (on l’espère de tout cœur en tout cas). Affaire à suivre pour les deux, donc.

Buteur : Cristante 33e pour la Roma.

Hellas – Napoli (2-5) :

Juliette est une salope et Roméo un cocu. Cette vieille rengaine a encore de beaux jours devant elle tant que les partenopei entreprendront le voyage jusqu’au Bentegodi. Surtout pour y rouster les locaux sans sommation. Alors on a bien pu entendre des gens (hier, aujourd’hui et hélas demain) tentant de faire passer le chambrage crasse des équipes du nord envers les équipes du sud pour ‘’juste‘’ du chambrage sans rien de raciste, après tout il y a bien des tifosi du sud qui jouent de ça et toussa et toussa… Mais bordel, quand on entend le N-word dans des chan-sons de rap ou dans des œuvres cinématographiques de la bouche d’artistes noirs, ça ne rend pas le mot moins raciste en soi. Le fait qu’il soit repris par les populations stigmatisées par ce même mot ou cette même expression (on pense aux terroni ici bien entendu) ne le rend pas plus tolérable. Le mépris du nord bourgeois et fasciste (que ces deux maladies vont bien ensemble) face au sud populaire n’a pas besoin de se trouver des défenseurs sous couvert du sfotto. Bref, on a bien savouré la sauce dans laquelle se sont retrouvé les veronesi qui n’ont encore une fois pas manqué de s’illustrer de la pire des manières en faisant un bel étalage de leur racisme de sacs à merde après qu’Osimhen ne donne l’avantage aux partenopei juste avant la pause. Tas d’cons va. On leur souhaite de finir comme leurs amants à la fin de la pièce tiens, ça nous fera des vacances.

Buteurs : Lasagna 29e et Henry 48e pour Vérone, Kvaratskhelia 37e, Osimhen 45e+3, Zielinski 55e, Lobotka 65e et Politano 79e pour le Napoli.

Sampdoria-Atalanta (0-2) :

La chance n’était pas avec la Samp’ pour ce premier match de la saison. Après avoir vu le but de Caputo refusé par la VAR pour une (légère) faute du français Mehdi Leris sur Mæhle, toutes les tentatives des Doriani ont fui le cadre ou ont heurté les montants. Quagliarella n’a pas encore réglé la mire en ce début de saison. L’Atalanta profite de cette maladresse pour prendre les devants même si Mæhle, seul face au but, a également raté l’immanquable en propulsant sa frappe sur le poteau. En renard des surfaces, Toloi conclut une belle action menée côté gauche par Zapata et relayée d’une astucieuse tête dans l’axe par Pasalic. Comme une grande équipe du championnat qu’elle est, la Dea résiste aux assauts désordon-nés des Génois et enfonce le clou dans le temps additionnel par le nouvel arrivant Ademola Lookman qui soigne ses débuts pour le but du break. Une réalisation en solo pour le jeune anglais qui aurait pu lui va-loir de sérieuses réprimandes s’il avait manqué cette occasion.

Monza-Torino (1-2) :

Monza en Serie A, ça ressemble à la tournée des Vieilles canailles avec le duo Berlusconi-Galliani en guest stars. Le Russe Aleksey Miranchuk se moque du kiff des deux anciens dirigeants milanais et glisse le ballon d’un soyeux exter du gauche hors de portée de Di Gregorio après un superbe jeu à trois (les coquins) avec Radonjic et Sanabria. Le Paraguayen double la mise d’un magnifique ciseau. Un but gag facilité par le dégagement complètement foiré de Carboni qui profite à Ricci, auteur d’une passe dé invo-lontaire. Comme l’a prédit notre Gilbo, Radonjic se montre beaucoup plus percutant qu’à Marseille mais a (pour l’instant) conservé la même finition que dans la cité phocéenne. Petagna s’illustre déjà avec une talonnade presque décisive pour Birindelli mais Milinkovic-Savic veille. Finalement, Dany Mota inscrit le premier but lombard en Serie A. Un but pour l’honneur mais anecdotique pour le résultat.

Fiorentina-Cremonese (3-2)

26 ans après sa dernière apparition en Serie A, la Cremonese débute par une défaite. Mais comme le disaient Mulder et Scully, la vérité est ailleurs. Les Grigiorossi ont vraiment ennuyé une équipe de la Fio toute heureuse de récupérer les trois points. Si Kouamé a offert un petit show sur le côté droit pour servir Bonaventura pour le 1-0, la Viola se laisse rejoindre très rapidement d’une puissante tête de Oke-reke. Alors que Cremona fait mal aux locaux avec son duo d’attaquants nigérians, Jovic plante le 2-1 grâce à un bon travail de Sottil côté gauche et ouvre son compteur italien. L’expulsion logique de l’Ar-gentin Escalante avant la pause aurait pu couler son équipe mais ils continuent d’appliquer leur plan de jeu : le contre fulgurant. Sur un corner tiré directement, Buonaiuto le bien nommé reprend le ballon repoussé difficilement par un Gollini surpris. Sans vraiment convaincre, les Toscans vont gagner ce match sur une nouvelle boulette de Radu. La fin du match approche, Mandragora envoie un centre sans grande conviction vers la cage du gardien Roumain. Un ballon facile à gérer. Pourtant, comme contre Bologne en avril dernier, il se troue. Le ballon entre dans ses propres filets et offre une victoire inatten-due pour la Fio. En dépit de cette cruelle défaite, le promu signe une prestation convaincante et le point du match nul aurait vraiment été mérité. Plus inquiétant pour la Fiorentina qui a montré de belles sé-quences avant de s’éteindre progressivement au fil de la rencontre.

La B, des champs et des villes

Parme 2-2 Bari

Le match se jouait le vendredi soir, en ouverture de la saison. Ce fut un excellent choix. Bari s’en sort très bien en arrachant le nul. Dominé de part en part, ils doivent principalement leur salut à leur gardien Elia Caprile, à la malchance des parmesans et à la réussite de Folorunsho.

Palermo 2-0 Perugia

Palermo réussit son entrée en B. Brunori, auteur de quatre buts en barrage de la C, a une nouvelle fois fait parler la poudre. Il inscrit son péno avec un sang froid froid implacable. En seconde période, Floriano un peu en dedans est remplacé par Soleri qui ne fera guère mieux. Les fulgurances viendront à chaque fois de Salvatore Elia. Le garçon est des cent-cinquante joueurs de l’Atalanta a être prêté en B. La Dea lâche des perles un peu partout et personne ne s’en plaint. Comme quoi… Toujours est il que notre bon vieux Elia nous sort un festival. Après avoir inscrit un but refusé par la VAR, le garçon récidive et tue définitivement le match.

La preuve, ici en vidéo. C’est un plaisir de revoir Palerme à ce niveau.

Como Calcio 1-1 Cagliari

La Calcio Academie a vécu de l’intérieur l’ouverture de la saison de la B. Confortablement installé sur des vieux sièges en plastique bleu, nous avons eu l’honneur de croiser de tout prés Fabregas. Assurément, le petit stade Giuseppe Sinigaglia mérite le voyage. Lové au bord du lac et au pied des collines, l’ensemble ressemble à une carte postale. Mais une fois dans l’enceinte, le décor devient accessoire. Ici, tout respire le football. Como a de grandes ambitions. La signature de Fa bregas est avant tout un symbole.

Peu importe qu’il soit un peu cramé, son arrivée légitime l’investissement des frères Hartono. Depuis la descente en D et l’arrivée des deux frangins, le Como a pris une autre dimension. Mancuso est preté par Monza. Il ouvrira le score sur une offrande d’Alex Blanco. Particulièrement passif et poussifs tout le match, les sardes égaliseront dans les dernières secondes sur une frappe imparable de Gaston Pereira. L’arbitre qui avait décidé de jouer six minutes supplémentaires est conspué. Peu importe que le but ait été inscrit après seulement trois minutes d’arrêt de jeu. Les locaux avaient trouvé leur souffre douleur. Comme dans une course de vachette, ils se jetaient les uns après les autres contre les vitres, poursuivis par des stadiers blasés et rodés, pour essayer d’atteindre l’arbitre d’un crachat lointain. Sur le terrain, personne ne prête attention au spectacle. Les lumières s’éteignent et les tifosi comptent désormais le nombre de jours jusqu’au prochain match.

Venezia 1-2 Genoa

Le Genoa arrache une victoire inespérée grâce à l’intervention discutable de la VAR à la dernière seconde pour un hors-jeu supposé de Ceccaroni. Les ligures commencent parfaitement leur saison. On peut noter au passage l’excellent match de Portanova. Ca fait bizarre de ne plus se moquer des rossoblu dans la Calcio Acad.

Citadella 4-3 Pisa

Des buts de fou, une VAR audacieuse, des péno, du suspens, un terrain champêtre et un résumé rien que pour vous

SPAL 1-3 Reggina

Début de saison étincelant pour Pippoooo, la Reggina s’impose à Ferrara. Marcello Cardona doit être heureux de son choix. Le très ambitieux président calabrais a eu le nez creux en faisant venir l’ancien entraîneur de Benevento et de Brescia. Inzaghi joue très gros sur cette saison. En Calabre, Pippo aura du temps et du crédit pour construire son équipe. Et les débuts sont plutôt prometteurs. Bien installé en défense, la Reggina a parfaitement contré la SPAL. Les anciens Cristetig et Ménez (oui il existe encore) ouvrent le score. Pourtant la SPAL tente et se crée de nombreuses situations. Prétendant à une place au général, les locaux loupent complètement leur entrée en championnat.

Les autres matchs

Brescia s’impose contre Sudtirol dans la douleur, Cosenza signe un petit hold-up des familles en s’imposant complètement contre le cours du jeu à Benevento, Ascoli assure à domicile et Frosinone, plus efficace que Modena et s’impose à l’extérieur. La suite ? La semaine prochaine bien entendu.

3 thoughts on “La Calcio Académie vous raconte les 1e journées de Serie A et de Serie B (22-23)

  1. Délicieux comme je ne sais quelle pâtisserie ritale dont vous avez le secret, comme toujours. Même le fait de me souvenir de l’existence de jérémyménèze a quelque chose du bon souvenir. Il faut dire aussi que c’est plus facile de garder un bon souvenir de quelqu’un quand on a l’assurance qu’il se trouve actuellement à plus de 1600km de distance.

    1. Vous ici, ça fait chaud au coeur et à tout le reste du corps, surtout les endroits interdits d’ailleurs.

      Pour jérémyménèze ne vous inquiétez pas, on lu ia mis un collier explosif qui se déclenche automatiquement s’il dépasse Montbéliard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.