La Lens académie sort de son hibernation en mangeant de la sardine

Autant nous sommes restés calmes après avoir tapé Rennes, après avoir bourinné Monaco, après avoir calmé Brest, après la belle performance contre Lyon ou Montpellier, mais là c’est la goûte d’eau qui fait déborder le vase (c’est même plus un vase, c’est une amphore).

Salut la bleusaille, alors déjà commençons dans l’ordre, la Lens académie vous souhaite (le 21 janvier à l’heure ou j’écris ces lignes) une excellente année 2021 remplie de supporters dans les stades, dans les bars, de bières, de Franck Haise et de victoires du Racing (je parle de Lens calmez vous les choucroutes).

Salut c’est nous

Bref ceci étant dit, passons au vrai sujet de la première académie de 2021 (pensées émues envers le conseil de classe prévu qui n’a jamais vu le jour)

Bon parlons sérieusement. En 2021 le RC Lens nous a sorti une bonne performance (enfin, quarante bonnes minutes) contre les quenelles qui s’est quand même finie par zéro point, une défaite contre les choucroutes où, on va pas se mentir entre nous, on a absolument rien vu, entre le brouillard et les IPTV qui lâchent (n’écoutez pas Martin Terrier : l’IPTV c’est de la merde. Ça c’est ce que j’aurais dis si j’étais Jaume Roures), enfin le Racing a eu le privilège (non) d’affronter le bus sauce Domenech qui aura au moins eu l’utilité de nous enlever dix ans d’espérance de vie (je recommande pas le combo FC Nantes, Lens, Gradit et tête qui tourne un dimanche après midi, préférez la sieste.)

Et c’est donc avec ce rythme d’un point sur neuf que le Racing affronte un Oèmme en crise totale puisque même Jacques-Henri le professeur de Science-po encore plus calme que le résident A33 du cimetière du Stade Debèyre de Lens a piqué sa crise samedi en disant à ses joueurs de parler français et à ceux qui sont en fin de contrat grosso modo soit d’aller voir Eva…euhh… Pablo Longoria, soit d’aller se faire enculer. Rien n’a fuité en revanche sur un potentiel régime pour Dimitri, dommage car la première semaine est gratuite grâce à Bernard Canetti, le fondateur de Comme j’aime.

Bref parlons des absents. Côté lensois Loïc Badé est parti… euh blessé tout comme Coco Jeannot. Yannick Cahuzac est lui suspendu… sans prendre de jaune, calmez-vous. Un an sans prendre de rouge bravo Yannick, vous voyez le Pas-de-Calais ça canalise. Dans vos gueules les rageux.

Côté Oèmme, Kamarade est blessé, Alvaro suspendu et Mitroglou porté disparu (même si bien remplacé dans son rôle d’inutile par ce bon vieux Dario Benedetto)

Côté lensois le onze sera donc Leca, (c’est Leca-pitaine. Putain longtemps que j’en rêvais de celle-là). – Gradit, Fortes, (le vrai hein) Médina, Clauss, Haïdara, Doucouré, Seko, Fofana, Kakuta, Sotoca (et pas Socota) et Banza (et non Benza) Oui nous jouons a 12 mais l’Oèmme aussi puisque le jeune Jeremie Pignard viendra s’incorporer dans le milieu.

Côté Oèmme le onze sera : on s’en branle.

On va pas se mentir en première mi-temps on s’est vraiment sale emmerdés, mais c’est en deuxième mi-temps qu’on comprendra pourquoi. Je vous invite au passage à aller lire le très bon carnet tactique de SoFoot sur ce match, vous verrez ils sont bien meilleurs que moi.

Bref à la mi-temps comme un bon visionnaire du foot je décide en mon âme et conscience de tweeter ça :

Je vais avoir soucis avec Roxana et Marlène moi.

Invoquer le Karma, il est là le talent des Horsjeuistes.

Bref, début de deuxième mi-temps, Lens lance les hostilités (je jure que c’est pas fait exprès).

Une praline de Seko, du pressing, et un but de Banza construit façon Franck Haise (je précise envers la communauté portugaise que le mot « construit » n’a aucun rapport avec AVB qui n’est pas Adrien Van Beveren au passage), voilà le Racing qu’on aime voir et qui fait ce qu’il est c’est à dire le meilleur promu des cinq grands championnats (BielsaSurcôté, j’ai mal de dire ça).

Dans tous les compartiments du terrain Lens est supérieur à Marseille sauf peut-être en ce qui concerne le taux d’obésité des numéros 10 et s’impose donc logiquement. C’est pas moi qui l’invente c’est le seigneur Daniel Riolo. (ma mère va prendre cher dans mes DM twitter)

Passons aux notes.

Leca 3 -> A tenu la baraque en première mi-temps, s’est fait chier en deuxième

Gradit 4 -> La perceuse. Quand il ne provoque pas de penalty débile, c’est vraiment un très bon défenseur.

Fortes 4 -> Méconnaissable. Aussi bon derrière qu’en 6. Mes plus plates excuses Steven. Montanier assassin

Médina 4 -> He’s back. La grinta qui nous avait tant manqué. Au passage Manchester c’est 50M + Rashford.

Clauss 3 -> Pouvait envoyer Nagatomo à la maison de retraite en première mi-temps. L’a fait en deuxième.

Doucouré 4 -> Masterclass du Cheick.

Seko et Fofana 5 -> L’homme du match. Proche du une étoile geste technique mais tellement fort physiquement. Ils étaient partout à deux.

Haïdara 4 -> Piston contrairement à d’habitude. Très bon comme d’habitude. Vrai couteau suisse

Kakuta 3 -> Moins en vue mais tellement à l’aise techniquement. Que des numéro 10 dans ma team.

Sotoca 4 -> Partout. Mais genre vraiment.

Banza 3 -> Pas un grand match de sa part mais a accompli son rôle de numéro 9 en mettant son but. Rien à dire.

Mauricio 3 -> Beaucoup mieux qu’en ligue 2, ce qui est quand même un comble.

Kalimuendo NN -> Dommage d’avoir envoyé la dernière action rejoindre le penalty de Kakuta sur Mars. Bon anniversaire en retard.

Haise 5 -> Masterclass tactique. Comme d’hab de toute façon.

Sur ce on se revoit samedi contre des aiglons également déplumés. Sans rancune les Marseillais. Mettez vos masques, respectez le couvre-feu si vous pouvez, téléchargez stop covid et allez LENS !

L’Adamo Coulibaliste

@Le_Boid

L’AdamoCoulibaliste

2 commentaires

  1. Est-ce que Candy, Mandy et Sandy sont également rédactrices chez SoFoot ? Nan, je demande car ça parle aussi de xG dans leur carnet tactique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.