La PL Academy vous présente la 19e journée

Suite et fin de l’embrouillamini agendesque des deux dernières journées : ça s’est bien fini pour deux académiciens sur trois. Par contre, une des têtes préférées de la PL Academy, petit ange parti trop tôt mais qui sera toujours le bienvenu dans son stade de coeur. On parle bien sûr de Lampard, que l’on a donc vu quitter notre bonne vieille Premier League hier. Mais dites nous : que serait une saison de PL sans un craquage d’Abramovitch ?


Wolves 2 – 3 West Bromwich Albion

Match fou fou fou à Molineux entre des Wolves en perdition et des Baggies déchaînés. L’effet Allardyce se ferait-il enfin sentir ? Et la saison des Wolves, on en parle ou pas ? Quatorzièmes après dix-neuf journées, les petits gars de Nuno Espirito Santo manquent de Jota (plus là) et Jimenez (la tête ailleurs), certes, mais semblent surtout avoir perdu la solidité qui avait fortement contribué à leur bonne saison passée.

La baisse de niveau s’est d’ailleurs illustrée dès l’entame avec un péno offert à Matheus Pereira. Boly l’a offert, il s’est rattrapé quelques minutes plus tard après l’égalisation de Fabio Silva qui se décide enfin à marquer. Mais alors qu’ils avaient l’avantage, les défenseurs de Wolverhampton se sont laissés dominer dans un premier temps sur une touche directe dans leur surface puis ont concédé un nouveau penalty (doublé de Pereira).

Une victoire qui fait du bien pour West Brom, en revanche les Wolves ne gagnent plus du tout…Et attention : Alan Pardew et Harry Redknapp ont beau être en poste de directeurs techniques, ils sentent l’odeur du sang à des centaines de kilomètres.


West Ham 1 – 0 Burnley

Les matchs avec les Clarets sont souvent pauvres en buts et en rebondissements. Cas d’école avec cette rencontre face aux Hammers.
Rapidement devant par l’inévitable (quand il est là) Michael Antonio à la réception d’un bon centre, David Moyes & Co n’ont pas eu à forcer leur talent. A deux doigts d’aggraver la marque (autant sur corner que coups-francs notamment), les Hammers ont tranquillement géré jusqu’à la fin, face à une attaque de Burnley particulièrement atone si l’on excepte une petite frayeur dans les dernières minutes sur un centre vicelard de McNeil.
Sans nul doute, le haut du ventre mou convient aussi bien à West Ham que le bas du classement à Burnley, qui a chaud aux miches.


Leeds 0 – 1 Brighton

Deux équipes qui jouent bien au foot pour un match qui n’a finalement tenu personne en haleine et déçu quelques paires d’yeux impatients de voir du ballon.
Malgré un nombre raisonnable de tirs (15), la pénurie de paires de lunettes outre-manche s’est fait ressentir avec seulement quatre frappes cadrées. Et si les hommes d’El Loco ont globalement eu la maîtrise du ballon, ils n’ont jamais su se montrer inquiétants comme ils savent souvent le faire. De fait, au jeu du “qui qui c’est qui tirera profit d’un match moyenasse et peu emballant ?”, la réponse fut Neal Maupay. Au bout d’un beau mouvement collectif des Seagulls (et d’une défense anale de Leeds aussi), l’ancien Niçois a inscrit son septième but de la saison : pas mal pour un attaquant d’une équipe de bas de tableau. Brighton a eu l’occasion de breaker mais la barre transversale s’est interposée ou bien le gardien remplaçant des Whites, Kiko Casilla, s’est fendu d’un bel arrêt (enfin, presque) ; côté Leeds, presque rien.
Une rencontre pas bien marrante pour Bielsa, qui a fait la tronche ; un peu plus pour Graham Potter, qui a ri.


Fulham 0 -1 Chelsea

Franky en avait grand besoin (et nous aussi), il l’a enfin obtenue cette victoire qui soulage tout le monde à Chelsea. Dans le fond, on l’aime bien, Lampard. Enfin, on aime surtout se payer sa tronche et on aimerait bien que ça dure encore (c’est donc raté, vilain karma NDLR)

S’ils ne se sont pas forcément rassurés dans le contenu (ils ont quand même bataillé pour battre un abonné au yoyo entre PL et Championship qui a joué à dix pendant toute une mi-temps), les Blues se sont offert trois points qui font du bien , tout comme le fait de ne pas avoir encaissé de but.

Comme souvent c’est Mason Mount qui a montré la voie, comme souvent Havertz a été transparent et Werner maladroit. Peut-être que ces deux-là préfèreraient un coach qui parle allemand…

Bye Frank. Fais pas ta tête.


Leicester 2 – 0 Southampton

Les Renards ou les Saints ? Que le grand crique me croque si vous n’aviez pas une préférence avant le match. D’un côté, il y a Danny Ings, certes ; mais de l’autre, il y a un mec qui s’appelle Youri. Ça en jette.
Un match plutôt équilibré qui voit pendant la première demi-heure les deux équipes se procurer quelques occasions, à l’image d’Adams qui a profité du bon travail de Walcott et du petit ballon de Smallball (eh !). Peu avant la mi-temps, c’est finalement James Maddison qui a profité du bon ballon en profondeur de Tielemans pour déclencher une lourde en angle fermé et ouvrir le score. Ryan Bertrand, un Dani Alves plus chevelu, a cru égaliser mais c’était sans compter sur Schmeichel ; en deuxième période, les Saints ont mis beaucoup trop de temps à se réveiller. Notons tout de même la frappe lointaine sur la barre de Neilance Armstrong. Après plusieurs occasions de faire le break, les Foxes ont tué le match alors qu’il était déjà mort, à dix secondes de la fin, par un contre d’Harvey Barnes.
Victoire logique des hommes de Brendan Rodgers qui trustent la troisième place du podium alors que les Saints sont huitièmes.


Aston Villa – Everton : reporté

Déjà qu’on met trois semaines pour comprendre le calendrier, quand il va falloir académiser tous les matchs en retard on va demander notre transfert à la compta de la COGIP.


Sheffield 1 – 3 Spurs

Galvanisés par leur premier succès de la saison quatre jours plus tôt, les Blades accueillent la Jouzé Académie avec des ambitions, mais se font rapidement refroidir par la capacité stupéfiante des Spurs à marquer dans les premières minutes. Cette fois, c’est Serge Aurier qui s’y est collé, en reprenant de la tête un corner de Son. Harry Kane double la mise peu avant la pause, profitant d’une perte de balle plein axe d’Oliver Norwood.

Les hommes de Chris Wilder ne baissent toutefois pas les bras et David McGoldrick, auteur de la moitié des buts de son équipe cette saison, relance à nouveau les siens en reprenant de la tête un centre millimétré de John Fleck. Mais comme Jouzé est taquin, son équipe reprend deux buts d’avance dans la foulée, lorsque Tanguy Ndombélé réussit un joli lob de l’extérieur du pied qui laisse Ramsdale pantois. Les Spurs en profitent pour remonter à la cinquième place, tandis que les Blades semblent d’ores et déjà condamnés.


Liverpool 0 – 0 Manchester United

Le plus grand match du monde allait être gigantesque : les deux rivaux historiques du championnat anglais s’affrontaient en tant que leader et dauphin. Tout était réuni pour l’épique. Aussi, à match grandiose, dispositif exceptionnel : deux analyses pour le prix d’une et même trois !
L’analyse de Didier : Toute l’équipe avait le niveau technique de Thiago Alcantara. Manque de pot : Thiago avait cet après-midi là autant de déchets dans son pied que Darmanin de flics pour lui lustrer le bec d’aigle. Aussi : niquez-vous à coup de grandes saucisses dans le tréfonds.
L’analyse de Bobby : Solskjaer est venu faire du Mourinho à Anfield et le pire, c’est qu’il a failli réussir son hold-up. Sans laisser aucun espace ou presque aux Reds et en comptant pas mal sur leur méforme, la machine à contrer a cependant manqué de lucidité pour marquer le but qui lui aurait offert la tête du champion. L’occasion se présentera à un autre moment (huhuhu).
L’analyse de Johny : Merci à tous pour cette sieste qualitative


Manchester City 4 – 0 Crystal Palace

City semble encore une fois inarrêtable cet hiver. Sixième victoire de rang contre des Eagles qui n’ont pas existé du match. Le danger est venu de partout : des coups de pieds arrêtés et/ou centres de l’extérieur du pied de De Bruyne (doublé de Stones), des récupérations hautes de Gundogan qui, toujours dans son pic de forme, expédie une enroulée pleine lucarne une main dans le slip, etc.

Pep est potentiellement leader avec ses deux points de retard mais un match en moins sur United. Alors certes il a perdu De Bruyne pour au moins un mois sur blessure et Aguero n’est toujours pas revenu, mais quand on voit ce qui lui reste sous la main et le calendrier, on se demande bien comment il pourrait lâcher des points de sitôt.

Les hommes de Hodgson n’ont eux pas même réussi à cadrer une frappe du match. Partant de là, le milieu de tableau n’est pas volé.


Arsenal 3 – 0 Newcastle

L’opération remontadarsenal se poursuit, bien aidée par des Magpies déjà résignés à retourner en Championship. Si lors du premier acte, les hommes de Steve Bruce ont su faire le dos rond, grâce notamment à un Karl Darlow de gala et à ses montants. L’obstination des Gunners finit par payer quand en contre, Thomas Partey adresse une merveille de passe en profondeur pour Aubameyang. Le Gabonais déchire Krafth (vous l’avez ?) et débloque enfin son compteur.

Revigorés, les hommes de Mikel Arteta enfoncent le clou dans la foulée, et l’homme en forme du moment, Emil Smith-Rowe, vient percuter côté gauche et adresse un bonbon de centre en retrait pour Bukayo Saka après avoir fixé Jamaal Lascelles. Un quart d’heure plus tard, Cedric Soares et Saka combinent côté droit, ce qui permet au Portugais d’adresser un caviar à Aubameyang pour le 3-0. Une victoire sans trop forcer des Gunners, qui leur permet de revenir (enfin) dans la première partie de tableau. Newcastle est quinzième.


The table : tout ce vert en face d’Arsenal…cela signifierait-il que cela va mieux pour les Gunners ? Bon, ils restent loin de Tottenham, quand même. On ne peut en revanche pas dire que ça aille bien à Newcastle qui dégringole à toutes blindes. Heureusement pour le nord, les deux Manchester sont là pour mener la danse tandis que les autres clubs de Londres semblent dans le dur.

Edgar Allan Poeteau

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.