La PL Academy vous présente la vingt-cinquième journée

0

petite pause et on s’y remet

Petite journée histoire de garder le rythme : avec les annulations des matchs des deux United pour cause de finale de League Cup (on n’apprécie pas trop le naming ici, à plus forte raison quand il concerne une boisson même pas connue en France), on n’a que huit matchs à vous présenter. Enfin, ça c’est parce que Arsenal et Liverpool ont gagné leurs matchs en retards et que ces pédants d’académicien considèrent tellement ça comme leurs standards qu’ils n’ont pas pris la peine de le mentionner.


Fulham 1 – 1 Wolves

On se rend pas bien compte mais Fulham est sixième de Premier League. Si ça ne suffit pas à vous convaincre qu’on vit dans un monde sans queue ni tête, je ne sais plus quoi vous dire. Dans ce monde-là, y’a même l’ancien parisien Pablo Sarabia qui marque des buts pour Wolverhampton. En seconde période, les Cottagers s’en sont alors remis à leur super sub du moment Manor Salomon pour revenir à hauteur d’une belle frappe enroulée petit filet. Un point qui met Fulham à six points de la LDC et qui laisse Wolverhampton à portée des relégables avec seulement 3 points d’avance.


Everton 0 – 2 Aston Villa

Parfois, dans Cauchemar en cuisine, Philippe Etchebest cale l’affaire, devant l’incapacité du cuisinier qu’il vient aider à faire cuire ne serait-ce qu’un œuf ou à servir au client des produits périmés depuis moins d’un mois. Le parallèle peut s’appliquer à Everton où, tout Sean Dyche soit-il, le nouveau coach ne peut pas soudainement transformer cette bande de bourrins en étalons. Neal Maupay, par exemple, c’est bien pour la bagarre, tout ça, mais pour rentrer une tête en étant seul aux six mètres, il n’y a plus personne.

Pas aidé par ses offensifs, Sean Dyche voit également sa défense faire n’importe quoi dans la dernière demi-heure. D’abord via un penalty gentiment offert par Idrissa Gueye qu’Ollie Watkins transforme plein centre. Puis en oubliant toute notion de placement sur un contre pour permettre à Emiliano Buendia de doubler tranquillement la mise. Les hommes d’Emery reviennent à hauteur de Chelsea, Everton reste dans la zone rouge.


Leicester 0 – 1 Arsenal

Déterminés à se relancer pour bien terminer février, les Gunners musèlent les Renards pendant 90 minutes. Seulement 0,01 xG concédé sur toute la durée du match, c’est peu dire que Mikel n’a pas tremblé. Une fixation de Leandro Trossard, un bon service pour Gabriel Martinelli et pouf, c’est réglé. Derrière, rien à signaler si ce n’est, et ça va vous surprendre, qu’Arsenal reste leader.


West Ham 4 – 0 Nottingham Forest

Dans le genre “perf qu’on n’avait pas vu venir”, voir les Marteaux de David Moyes en passer quatre à Forest se pose là. D’autant qu’à 20 minutes de la fin, le score était toujours de 0-0. Mais un doublé en deux minutes de Danny Ings (un de la tête et un du genou, tous deux dans les six-mètres adverses) enfonce les forestiers. Surtout que Declan Rice rajoute une merveille de frappe enroulée cinq minutes plus tard et que Michail Antonio scelle le score peu après. De quoi prendre deux points d’avance sur la zone rouge et, peut-être, sauver la tête de l’Écossais.


Leeds 1 – 0 Southampton

“Duel de la peur” comme on dit : le 19e Leeds accueillait en effet la lanterne rouge So’ton. Et il semblerait que les Saints devront encore serrer les fesses après cette défaite. Il y a beaucoup de matchs auxquels certains coachs ne demandent pas grand chose en termes de jeu et exigent seulement un résultat : on ne sait pas ce que les coachs avaient demandé pour ce duel mais en tout cas, rien ne nous a été servi. À une exception près : les gants en mousse du portier irlandais de So’ton Gavin Bazunu permettant à Junior Firpo d’offrir la victoire à Leeds à dix minutes de la fin et à Elland Road de rugir. Southampton sombre toujours, Leeds prend une respiration.


Bournemouth 1 – 4 Manchester City

Ça vaut toujours le coup de tricher pour pouvoir acheter tous les joueurs du monde puisque ceux-ci ont du talent. Pendant que l’enquête suit son cours, le championnat continue et City écrabouille les Cherries dans leur stade. Alvarez ouvre le bal au quart d’heure de jeu, Haaland puis Foden ajoutent, Mepham se saborde et Lerma sauve l’honneur.

En attendant leur exclusion puis la révocation de Pep de l’ordre des entraîneurs pour exercice illégal, City revient à 5 points d’Arsenal tandis que Bournemouth surnage à peine au-dessus de la dernière place.


Crystal Palace 0 – 0 Liverpool

Excellent point pris par les Reds sur la pelouse de Crystal Palace (on en est là). Ne pas prendre de but pour cette défense-là est une rareté. Quand ça arrive, c’est souvent qu’Alisson fait des arrêts de fou, que les poteaux sont avec nous ou que les attaquants d’en face sont encore plus nuls qu’Andy Carroll. Ce coup-ci, les Reds peuvent donc remercier la barre d’avoir renvoyé la frappe de Jean-Philippe Hakuna Mateta en première période. Certes, Momo Salah a lui aussi touché la barre en seconde mais, globalement, le match nul est justifié. Vivement le prochain match à domicile contre Wolverhampton : y’a trois semaines, ça avait donné un beau 3-0 dans notre tronche.


Spurs 2 – 0 Chelsea

Potter est toujours en place à Chelsea malgré cette nouvelle défaite, cette fois dans un derby, ce qui contente vos académicien autant que cela les désole. C’est qu’ici on n’a pas oublié ce qui a mené ce bon Graham où il est aujourd’hui, savoir de belles saisons en tant que coach d’un club qui n’avait jamais connu une telle réussite avant lui et qui se porte désormais bien mieux que les Blues.

Le succès de Tottenham, anecdotique (à part des débuts de friction en fin de première période qui vaudront la désormais classique amende de la FA aux deux clubs, une frappe de sourd de Skipp et un but de raccroc de Kane), plonge encore un peu plus le Chelsea de Bohely dans la crise. Quel feu d’artifice ça va être quand la patrouille de la brigade financière va arriver !


The table : les écarts se maintiennent en haut et se resserrent en bas. On ne serait pas conscients de la capacité toujours spectaculaire d’Arsenal à arsenuliser, on préférerait suivre la course au maintien que celle pour le titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.