Leicester – Everton (2-0) : La Caramel Anglais Academy n’est plus étonnée

Bonjour à tous. Koeman a quitté la ville ! Oui !

We are the Champions, my friends! Ronald Koeman a été renvoyé après la dernière déroute du club ! Il n’y a pas de mots pour exprimer ma joie ! Suite à son départ, et comme exprimé dans la dernière académie, David Unsworth a pris la place vacante le temps que le club trouve un nouvel entraîneur.

Avant de commencer le match contre Leicester, voici un petit récapitulatif de Chelsea – Everton, défaite 2 buts à 1 en Cup et le premier match du nouveau coach. Il est nécessaire de commencer par la composition : en défense, aucun changement, Pickford, Williams, Jagielka, Kenny et Baines étaient de nouveau titulaires. Mais pour le reste : changements ! En milieu défensif, pas de Gueye ou Schneiderlin mais : Baningime, jeune pousse du club âgé de 19 ans qui fêtait ici sa première sélection en équipe première. Devant lui, Mirallas semble retrouver une place au sein de l’équipe avec, à ses côtés, le retour de Mc « Diaby » Carthy et Lennon. J’avais oublié que ces joueurs étaient encore au club. Les deux derniers titulaires étaient Davies et Rooney, sans grande surprise. Qu’a donc donné ce match avec autant de remplaçants et jeunes ? Simplement un des meilleurs matchs de la saison. Chelsea ouvra le score sur une tête imparable de Rudiger avant que Willian ne double la mise à la 90’. DCL réduisit le score quelques secondes après.

Malgré la défaite, Everton a montré de l’envie, de l’agressivité, ce que nous n’avions plus vu depuis… le début de la saison. 13 frappes, seulement 4 cadrées et un petit but, la maladresse, elle, est en revanche toujours présente.

La compo :

Klaassen, absent du groupe, est remplacé par Baningime et Sigurdsson est sur le banc avec Niasse. La première compo en Premier League de Unsworth nous réserve quelques surprises. Il semblerait que le match de Cup ait ravivé la flamme entre Mirallas et Everton et que Lennon a fait suffisamment bonne impression pour de nouveau être titularisé. En défense Kenny semble avoir pris la place de Martina et Williams, lui, est… toujours là…

Le déroulé du match :

Les trompettes retentirent pour commémorer cette journée des vétérans et un tifo de poppy apparut en tribune. L’émotion avait déjà rempli le stade. Le match commençait à peine et les Foxes mettaient déjà la pression sur les buts de Pickford qui eut la chance de voir un bon enchaînement adverse finir loin au-dessus des buts. Cette fois-ci, Everton n’avait plus sa maladresse habituelle devant les buts adverses, cette dernière apparaissant directement dès les passes. Soudain, suite à un coup-franc raté de Baines, Gray récupéra la balle, élimina la totalité des toffees avant de passer la balle à Marhez puis Vardy eeeeeeeeeeeet ouverture du score sur un contre fulgurant. 1-0 Leicester (18’). S’en suivit un nouveau (gros) contre, cette fois par le buteur qui prit de vitesse Jagielka, centre contré par Williams, qui, fair-play oblige, donna la balle à l’attaquant algérien, cependant Pickford s’interposa bien. Everton était déstabilisé, seul Rooney tenta une action collective, gâchée par DCL à la finition, ne sachant pas que, pour marquer, il faut taper dans le ballon. Jonjoe Kenny, en ayant marre de la situation, décida de BUTTTTTTT BUT DE KENNYY, Unsworth a du nez, il savait que Martina apportait moins offensivement, ce qui se concrétisa par un but. Alors oui, c’est contre son camp. Mais dans les faits, un but reste un but, non ? 2-0 Leicester (29’). En réponse, Lennon percuta dans la surface et se fit faucher par Fuchs qui ne toucha pas le ballon. Penalty ? Non, parce qu’en Angleterre…

La tension était palpable, Mirallas enchaîna deux frappes frôlant le poteau, ce qui eut pour bénéfice de réveiller l’esprit guerrier des toffees, se jetant maintenant sur tous les ballons. La fin de la première mi-temps fut nettement dominée par Everton, dont la maladresse dans tous les compartiments du jeu handicapait l’équipe au plus haut point (si même Jagielka tente des frappes de loin, c’est qu’il y a un problème).

La deuxième mi-temps reprit avec l’apparition de Niasse et Baningime à la place de Lennon et Mirallas, les deux meilleurs toffees en première période. L’héritage tactique de Koeman. La reprise fut lente, aucune occasion n’était à signaler jusqu’à un bon centre de Rooney pour Niasse qui n’arriva pas à contrôler le ballon dans les airs. Il ne se passait rien. Absolument rien, pas de frappes, pas d’occasions. Niasse tenta bien une bicyclette mais ratée. La seule occasion dans les 20 premières minutes aurait pu être un face-à-face entre Oumar et Schmeichel mais Morgan en décida autrement. En épaule contre épaule, le buteur des toffees ne put rien faire contre Hulk. Everton gardait le pied sur le ballon et enchaîna les assauts, Jagielka tenta à son tour une bicyclette, bien stoppée par le gardien adverse. Les frappes s’enchainaient devant le but de Leicester, mais rien ne rentrait. Unsworth effectua son dernier changement en remplaçant Rooney par Sigurdsson. Les minutes passèrent, les attaques se succédaient, mais la 3e pire attaque de Premier League n’arrivait pas à conclure. Le match se termina sur le score de 2-0, plongeant encore plus Everton dans la misère.

Les gentlemen:

Pickford (2/5) : Les matchs se succèdent et se ressemblent.

Baines (1/5) : Maladroit, mais où est passé le vrai Leighton ?

Jagielka (2/5) : Bon offensivement, faible défensivement. Incompréhensible.

Williams (3/5) : Ouais ouais ça va.

Kenny (0/5) : Pour une fois que ce n’est pas Williams.

Gueye (3+/5) : Un mur, toutes les attaques de Leicester devaient passés sur les côtés.

Davies (3/5) : Grosse activité, de la maladresse mais l’ensemble reste correct.

Mirallas (3/5) : Doit régler la mire lors de ses frappes.

Lennon (3/5) : Beaucoup de percussion, aurait dû obtenir un pénalty.

Rooney (2+/5) : Très actif, il a bien orienté le jeu mais tropppppppp de perte de balle.

Calvert-Lewin (1/5) : Encore titulaire, vraiment ?

Les gentlemen sur le divan :

Baningime (3/5) : Un Gueye en devenir

Niasse (2+/5) : Beaucoup d’activité mais beaucoup de maladresse

Sigurdsson (NN) : Pas vu

Sir Layton Baynessi

Sir Layton Baynessi

3 commentaires

  1. Il semble que Bryan Oviedo était un (gros?) membre de l’effectif dont Kimberly garde un souvenir ému pour ses prestations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.