Les 23 Honduriens présentés par la Tegucigalpanal Académie

Faisez gaffe. On va devoir jouer contre eux

Hola Chicos, ou comme on dit chez moi Hola Chicos, je me présente, David Suzealo restaurateur de son état, magicien par passion. Je fais la meilleure bouffe de tout Tegucigalpa : Guacamole, Burritos, Fajitas et ma spécialité le Ceviche, de toute façon dans ma cuisine, le secret est dans les épices et j’ai de très bon fournisseurs si tu vois ce que je veux dire.

Pour commencer je tiens à couper court à toutes les rumeurs, d’ici et là, je suis connecté sur mes réseaux et j’entends de plus en plus le Honduras c’est fort, Attention au Honduras, on peut être supporter et réaliste : le Honduras c’est TRES fort, mais principalement quand il s’agit d’affronter le voisin Salvadorien, on s’est même fait la guerre pendant une semaine en 69 après un match, c’était le bon temps que me dit mon père.

13440764515_00032dcc59_oça c’est mon restaurant, il est beau n’est ce pas ?

Notre victoire c’est la qualification, c’est bon pour le commerce, les gens consomment plus quand on joue, il y a juste plus de morts quand on perd. On a tout de même fini devant ces fils de putes de Mexicain et ça c’est chouette même si après un barrage contre les Kiwis ils viennent quand même faire un petit tour avec nous au Brésil.

Et cette qualification s’est plutôt bien déroulée, on a commencé au 3e tour, les deux premiers servant aux nuls à se départager pour savoir qui aura le droit de perdre plus tard.

On était dans le groupe C de ce 3e tour avec Cuba, Canada et Panama, moi aussi je nous aurais plus vu dans un groupe A phonétiquement parlant. A part Cuba qui a servi de paillasson pour ce tour préliminaire c’était plutôt serré, chacun battant l’autre à tour de rôle, et on a décroché notre qualif pour le tour principal qu’après un 8-1 passé au Canada à San Pedro Sula charmante petite bourgade du nord du pays qui a la particularité d’avoir le plus haut taux d’homicides au monde, 173 pour 100 000habitants, à titre de comparaison j’ai regardé par chez vous mes amis, Marseille c’est 2 pour 100 000 et la Corse oscille entre 5 et 8.

Autant vous dire que pour les Canadiens le deal était clair, vous prenez une branlée ou vous êtes morts. On a fêté ça au resto, c’était la folie, les galettes de maïs volaient dans tous les sens, Ramon a eu de la salsa dans les yeux, et a trébuché sur des tessons de bouteilles à 12 reprises, une mort bête comme ça arrive souvent au restaurant en a conclu l’officier de police venu constater les dégâts.

Après on est passé dans le 4e tour, poule de 6 en aller retour, les trois premiers y vont directement, et le 4e se tape un barrage contre la zone Océanie, donc Tahiti ou la Nouvelle Zélande. Une victoire inaugurale contre les USA, des défaites des nuls et nous y voilà, Brésil.

Enfin moi j’irai pas sur place, j’ai un restaurant à faire tourner, et une interdiction de sortir du pays depuis ce malheureux quiproquo avec la justice sur quelques sacs de farine, depuis je ne fais plus mon pain moi même, les clients y ont beaucoup perdu qu’ils me disent mais on se fait livrer par les meilleures boulangeries du coin.

Oh comme c’est pittoresque San Pedro Sula (là c’est sans les morts)

Voici donc Los Catrachos qui vont nous faire honneur au Brésil, je vous donne même leurs numéros pour que vous puissiez bien les reconnaître.

Gardiens :

Noel Valladares (37ans, Olimpia, n°18) : Le titulaire du poste depuis bientôt 15ans, homme du match contre la Suisse il y a 4 ans conduisant à l’élimination des Helvètes. Il sera l’un des points forts de la H, on compte beaucoup sur lui.

Donis Escober (33ans, Olimpia, n°22) : Quand ton gardien remplaçant est aussi le remplaçant du titulaire en club c’est que généralement il y a un manque de profondeur et de talent à ce poste, faudrait pas que Noël se blesse.

Luis Lopez (20ans, Real Espana, n°1) : Tranquillement à attendre son heure vu les deux vieux qui sont au dessus de lui, attention, les vieux ça s’accroche, regarde Faryd plus au Sud…

Défenseurs :

Edder Delgado (27ans, Real Espana, n°12) : Milieu de terrain rappelé pour palier à la blessure d’Arnold Peralta, milieu de terrain lui aussi mais titulaire habituel du poste d’arrière droit en sélection. Est donc juste là pour faire le nombre et le quota de Delgado, c’est plus ou moins obligatoire dans la région et ça fait plaisir à l’un de mes boulangers.

Maynor Figueroa (31ans, Hull City, n°3) : Habitué à jouer latéral gauche (voir milieu gauche parfois) à Hull c’est à gauche de l’axe central que Figueroa aura la difficile tâche de solidifier l’arrière garde hondurienne, l’expérience du haut niveau devrait lui être utile. Il peut aussi à l’occasion dépanner devant la défense. En gros vu qu’il est pas mauvais on peut le foutre partout, je l’aime bien Maynor moi, il est vif pour son gabarit, ce sera notre atout majeur comme le sourire pour Michel Delpech.

Victor Bernardez (32 ans, San José, n°5) : Sauf tremblement de terre, Victor sera le titulaire au poste de central droit, un défenseur solide qui mange des enfants et qui se tape une ex miss univers, tout en prenant le temps d’essuyer ses crampons sur les adversaires, c’est l’idole du restaurant.

Emilio Izaguirre (28ans, Celtic Glasgow, n°7) : Emilio c’est le couloir gauche, pas seulement derrière, il aime bien le manger en entier, comme les burritos quand il vient au restaurant. Une vraie force de percussion pour l’équipe, le déséquilibre peut venir de lui offensivement, comme défensivement malheureusement, mais il a de l’énergie à revendre et les aller-retours ne lui font pas peur.

hondurasbébéHONDURAS HONDURAS HONDURAS

Osman Chavez (29ans, Qingdao Jonoon, n°2) : Osman c’est l’aventurier du groupe, un grand costaud remplaçant au poste de défenseur central, il a signé en Pologne et se fait prêter en Chine, c’est bien pour les réseaux et le commerce, il voyage, il faudrait que je l’invite à manger un de ces jours, il doit connaître du monde…

Juan Carlos Garcia (26ans, Wigan, n°6) : C’est le remplaçant d’Emilio donc autant vous dire qu’on souhaite pas trop le voir jouer, d’ailleurs ça fait un moment que personne l’a vu jouer vu qu’il est constamment sur le banc même en club.

Brayan Beckeles (28ans, Olimpia, n°21) : Avec la blessure de Peralta c’est lui qui va occuper le poste d’arrière droit, en cuisine c’est l’ennemi n°1, il n’est pas rare d’entendre le chef saucier parler de mettre un contrat sur sa tête. Je crois qu’il ne l’aime pas trop. Il a un peu de difficulté sur son placement, il est pas rassurant derrière et pas forcément bon devant, et il aime bien faire des fautes bêtes et méchantes. D’après lui il subit un procès injuste et sert de bouc émissaire, mais bon c’est l’avis de Brayan.

Juan Pablo Montes (28ans, Motagua, n°4) : Un autre grand costaud qui jouera probablement pas beaucoup, défenseur central c’est pas la vitesse qui le caractérise, par contre il est bon de la tête, y compris dans le nez, c’est un copain qui tient un snack-bar à l’autre bout de la ville qui me l’a dit.

Milieux :

Boniek Garcia (29ans, Houston Dynamo, n°14) : L’un des meilleurs joueurs, une bonne vision de jeu, et très technique… Et pourtant il n’est pas sur de jouer, tout dépendra du système choisi, lors des matchs de préparation, la H n’a jamais joué avec un 10, le 442 à plat ayant été utilisé, mais le 4312 est une option qui plaît au coach. Il peut éventuellement jouer derrière l’attaquant si le 442 est transformé en 4411 au détriment de Bengston ou Costly permettant de maintenir l’ossature du milieu.

Andy Najar (21ans, Anderlecht, n°17) : Le petit prodige qui joue en Belgique sera probablement remplaçant au Brésil, son apport offensif est indéniable mais il ne faut pas se cacher, on ne va pas voir beaucoup le ballon et défensivement il est un peu léger. Il fera mal en sortie de banc pour faire la différence avec sa vista face à des défenseurs fatigués.

Roger Espinoza (27ans, Wigan, n°15) : l’un des hommes clefs du milieu de terrain, il peut jouer dans tous les systèmes, ailier gauche ou milieu défensif gauche du 442, il sera aussi devant la défense en cas de 4312, capable de récupérer les ballons mais aussi à l’aise dans la transmission, il garde un peu trop le ballon parfois. Son pied gauche peut être une arme important pour débloquer la situation de loin

Wilson Palacios (29ans, Stoke City, n°8) : Le Patron, ancienne pièce maîtresse du dispositif des Spurs, Wilson sera le point d’appui de ses partenaires au centre du terrain, avec un gros volume et une bonne qualité de passe pour transpercer les lignes ou trouver ses ailiers sur des passes longues il sera l’un de nos joueurs à surveiller. Lui ce qu’il préfère c’est le Ceviche, c’est un esthète culinaire.

Marvin Chavez (30ans, Colorado Rapids, n°10) : C’est lui qui devrait occuper le poste de titulaire en tant que milieu droit à la faveur de son agressivité et son application défensive bien qu’il soit naturellement plus porté vers l’avant. C’est une teigne comme on aime bien par chez nous, le genre de joueur qui fait vendre des bières sur un tacle mal maîtrisé.

Jorge Claros (28ans Motagua, n°20) : Milieu défensif, il sera le 1er remplaçant à ce poste clé pour une équipe qui devrait beaucoup subir.

Luis Garrido (23ans, Olimpia, n°19) : Le poumon, il va harceler ses adversaires sans cesse, de la 1er à la 95e minutes Luis ira titiller les chevilles adverses et parfois le ballon, c’est pas le plus grand technicien du groupe, mais pour partir à la guerre… Je serai d’ailleurs étonné que personne ne vienne le chercher après la Coupe du Monde. Il va manquer ici à Tegucigalpa, il vient souvent au restaurant, pour les grillades lui.

Mario Martinez (24ans, Real Espana, n°16) : Remplaçant sur les postes de milieu offensif latéral, il devrait entrer en cours de match à la place d’Espinoza notamment. Il a de l’avenir, on compte sur lui, il va prendre de l’expérience c’est bien.

ça c’est la Wendy, la copine de Victor, tu comprends pourquoi parfois le Victor il est fatigué le lendemain


Attaquants :

Jerry Bengtson (27ans, New England, n°11) : L’un des deux titulaires de l’attaque avec Costly, capable aussi de jouer un poil en retrait si ils sont associés, son gabarit fait qu’il est difficile de lui prendre la balle quand il est dos au but, peu décisif cette année en club il a su l’être avec la sélection, c’est tout ce qu’on lui demande.

Jerry Palacios (32ans, Alajuelense, n°9): Moi je l’aime pas trop, j’ai l’impression qu’il est là parce qu’il y a son frangin, il a jamais été très fort, mais bon, il jouera peu de toute façon.

Carlo Costly (31ans, Real Espana, n°13) : Comme son compère Bengtson c’est un beau bébé, et lui mange un peu plus encore, avec mes conneries de lui payer un repas à volonté un jour il a failli me ruiner ce cabron, mais bon, ses matchs amènent du monde devant l’écran géant, tout le monde l’adore, il me rembourse comme ça… Ce sera l’arme offensive n°1 de l’équipe, si lui ne tourne pas on a aucune chance, mais ce qui est sur c’est qu’il donnera tout, il a le cœur cinq étoiles.

Rony Martinez (26ans, Real Sociedad, n°23) : Méfiez vous, c’est pas la Real Sociedad que vous connaissez, c’est une autre de chez nous dans le nord, il est gentil, il est poli ce garçon, il marque des buts, pas sur que ce soit moins fort que Jerry.

Il va Manquer :

Arnold Peralta des Glasgow Rangers, titulaire naturel du poste d’arrière droit, son remplaçant Brayan Beckeles cristallise déjà les critiques après son match contre l’Angleterre.

¡VIVA HONDURAS!
Un país, una nación y cinco estrellas en el corazón.
#TodosConLaH

David Suzealo

2 thoughts on “Les 23 Honduriens présentés par la Tegucigalpanal Académie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.