Nantes – Nice (1-0): la Canaris Académie déplume les Aiglons.

0

Petit Toumaï était en mode petit glaçon.

Salut les P’tits Beurres,

L’actu triste : comment ne pas commencer cette acad’ avec une pensée pour le membre de la Brigade Loire qui s’est fait poignarder samedi soir aux abords de la Beaujoire. Pensée pour la famille et les amis, pour la BL, pour tous les amoureux du FC Nantes qui vont forcément subir les conséquences et les récupérations politico-médiatique de ce drame. Petit Toumaï ne s’épanchera pas davantage sur ce drame, mais le climat ambiant autour des stades est catastrophique.

L’actu biannuelle du changement de coach : et c’ est reparti pour le Kita Circus ! celle-là, on l’avait vu venir gros comme une maison. Waldemar le pourri avait de toute façon décidé de virer la Touille dès qu’il y aurait un moment de flottement sportif dans la saison. Après un match nul tout pourri contre Le Havre faisant suite à 3 défaites consécutives, l’occasion était trop belle pour l’autocrate Kita de virer le coach en place. Toujours le même cirque avec le clan Kita, entre mises en examens, répression des supporters, faux agents qui s’en mettent plein les fouilles, et coachs qui n’ont pas le temps de travailler dans la durée. C’est usant à la longue. Ah, et Petit Toumaï souhaite la bienvenue à Jocelyn Gourvennec. Petit Toumaï t’aime bien, tu étais un numéro 10 classieux et tu as joué 3 ans au FC Nantes donc il pense que tu as un intérêt sincère à venir relancer le FC Nantes. Bonne chance, tu as 3 matchs, maximum, pour faire tes preuves, sinon tu seras viré.

Le match en prime : réception difficile d’une équipe chiante à jouer, et à voir jouer aussi d’ailleurs. Les Aiglons niçois, qui ont pris seulement 4 buts depuis le début de saison, qui n’ont pas perdu, et qui ont des supporters teubés qui ont insulté un mort il y a un peu plus d’un an. Ok, cette équipe est deuxième mais elle n’est pas du tout enthousiasmante à voir jouer. Avec sa défense ultra solide combinée à une attaque canarie déplumée en ce moment, ça promet une match bien cadenassé samedi soir. Petit Toumaï sera en immersion dans le frigo de la Beaujoire samedi soir, il compte beaucoup sur l’américain bien gras de l’avant match pour se réchauffer.

Si vous avez raté la non académie de Petit Toumaï suite au 0-0 contre Le Havre : c’était nul. Mais une super sieste pour Petit Toumaï qui s’est réellement endormi et a décidé après avoir écouté les différents débriefes que cette purge ne valait pas la peine d’être commentée.

Petit Toumaï est pragmatique lorsqu’il regarde le classement. On est à 5 points. A équidistance du podium et de la zone de relégation. Avec un triptyque hyper compliqué à venir avec les réceptions de Nice et de Brest entrecoupée d’un déplacement au Qatar SG. Attention virage dangereux. On a connu meilleur moment pour mettre en confiance une confiance et changer d’entraîneur. Enfin bon.

Le groupe canari: Ignatus Latuile Ganago out pour le reste de la saison. Il s’est pété le genou en marquant le seul but – refusé – lors du dernier match face au Havre. La loose. Pour le reste, le Rennais Gourvennec, copieusement sifflé lors de sa présentation avant le coup d’envoi, compose une équipe plutôt solide et proche des compos précédentes de la Touile. Avec un retour notable à un vrai 4-3-3, où Coco est relancé latéral droit, Sissoko milieu axial droit en compagnie des 2 tauliers Chirivelle-Douglas Augusto. Mollet en position plus avancée côté droit et une doublette egypto-nigérianne pour faire la différence en attaque. C’est compact, sans surprise pour affronter un solide bloc niçois.

La composition nantaise:

Lafont,

Coco, Castelletto, Cömert, Duverne

Sissoko, Chirivella (c), Douglas Augusto

Mollet, Mohamed, Simon

Le match :

Malgré l’ambiance pesante et l’absence de la Brigade Loire en tribunes, le match démarre fort avec d’emblée 2 occasions dangereuses pour Dante et Thuram, où Lafont annonce d’emblée qu’il va sortir -enfin – une grosse performance. Ça a le mérite de booster les canaris de + en + agressifs sur le pressing. Simon, au taquet ce soir, déborde une énième fois la défense azuréenne, centre pour Chirivella qui d’une talonnade magique met en position idéale Sissoko dont la frappe repoussée permet à Mollet d’ouvrir le score. (10, 25e).

Les Canaris prennent les Niçois à leur propre piège, et vont pouvoir laisser venir les offensives en défendant bien et en se montrant dangereux en contre. Les Niçois, casse bonbon à force de casser le jeu, se procurent encore 2 belles occasions avant la mi-temps, encore sauvées parfaitement par le portier nantais.

La seconde mi-temps sera plus tendue et hachée par les fautes à répétitions des Niçois, décidément chiants à voir jouer. Le climax sera à l’heure de jeu, où après une grosse frappe de Douglas Augusto sur la barre, Lafont sort encore une double parade de foufou sur un retourné de Moffi puis une tête de Thuram fils, ce qui lui voudra le surnom de « Mur de l’Atlantique » par l’Equipe. Petit Toumaï s’est fait piquer son jeu de mots. Les Canaris garderont ce score grâce à une grosse débauche d’énergie et une bonne maîtrise des événements. Terminé, on se replace bien au classement et on fait tomber pour la première fois les Niçois. Ce n’est pas encore cette année que notre record de 32 matchs consécutifs sans défaite va être battu.

Les notes :

Lafont (5/5) : Voilà ! Enfin un match décisif de notre ancien capitaine alors qu’on commençait à douter de son niveau. 5 parades ultra décisives, c’est clairement grâce à lui qu’on repart avec la victoire ce soir.

Coco (3/5) : match plein de notre désormais nouveau latéral droit. Quelques erreurs de placement mais un investissement irréprochable, ponctué de quelques gros tacles défensifs qui font bien plaisir. Crampé et remplacé par Pallois à la 82e, l’idole des jaunes.

Castelletto (3/5) : solide match sans fioritures du stoppeur camerounais, concentré et qui a pris zéro risques.

Cömert (2/5) : présence discrète du suisse, beaucoup trop neutre (héhé), mais qui fait apparaît quand même fébrile.

Duverne (2/5) : volontaire, n’a pas tenté de gestes techniques rigolos et s’est contenté de défendre comme il a pu. Volontaire mais limité quand même hein.

Sissoko (3/5) : match inspiré et très correct pour une fois, ce qui a permis à l’ancien international de sortir sous les applaudissements de la Beaujoire, ce qui est déjà un signe énorme de rédemption. La veste de Petit Toumaï en a été tout retournée. Remplacé par Moutoussamy à la 76e, qui a couru partout sur le terrain, ce qu’il fait très bien.

Chirivella (5/5) : parfait le capitaine nantais, dans son implication et la diction du tempo nantais. Et cette talonnade magique, quel régal. Petit Toumaï a revu un geste du jeu à la nantaise et ça lui a fait chaud à son petit coeur de supporter. Remplacé par Diack à la 90e +5.

Douglas Augusto (4/5) : le retour du Brésilien permet à l’entrejeu nantais d’être plus compact et aux attaques nantaises d’être plus incisives. Déjà indispensable, il aurait mérité de marquer sur la sacoche qu’il envoie sur la barre.

Mollet (4/5) : match dense du roux nantais, actif dans le pressing et précis sur les coups de pied arrêtés. Récompensé de sa présence offensive en marquant le seul but du match.

Mohamed (3/5) : chien de la casse ce soir, dans le bon sens du terme. S’il n’a pas marqué, il a failli être décisif sur quelques situations et surtout, il se bat énormément au pressing ; ça doit être chiant de l’avoir sur le dos. Remplacé par Bamba à la 82e qui a bien défendu, ce qui n’est pas toujours le cas.

Simon (5/5) : a fait vivre un enfer à la défense niçoise, Todibo en tête. Le Nigérian était chaud bouillant ce soir et passait presque systématiquement ses débordements. Décisif sur le but nantais et influent tout le match.

Le point classement : repositionnement en huitième place en attendant les matchs du dimanche. Surtout, la manière et la qualité du jeu proposées permettent d’envisager le dernière ligne droite avec la trêve hivernale beaucoup plus sereinement.

Le prochain match : Second prime time du samedi soir à venir avec une déplacement à Paris. Trois points optionnels à prendre donc, d’où l’importance de s’est rassurés avec cette victoire contre Nice qui n’était pas non plus prévue. Petit Toumaï va passer une bonne semaine, sans pression, il préfère la boire.

Bonne semaine, les P’tits Beurres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.