Nice – Monaco (1-2) : L’Aiglons Académie livre ses notes

Le départ de Grégoire Puel se fait sentir.

 

Salut la compagnie, on est reparti pour une nouvelle saison niçoise avec du sang, des larmes et des Puels.

Le mercato:

Les départs:

On a subi une petite saignée cet été avec la perte de nos 3 meilleurs joueurs de la saison dernière:
Bauthéac à Lille pour 2,5 M et l’assurance de rejouer avec ce beau gosse de Renato Civelli.
Carlos Eduardo reparti à Porto à la fin de son prêt avant d’aller gâcher sa carrière en signant à Al-Hilal en Arabie-Saoudite.
Amavi à Aston Villa pour un transfert estimé entre 13 et 15 M, plus grosse plus-value de l’histoire du club. Si les 2 départs précédents étaient prévus, on espérait pouvoir garder Amavi une saison de plus, mais à ce prix là c’est le jackpot. Cependant notre cher président Rivère nous ayant dit avant l’ouverture du mercato que cette saison nous étions pas obligés de vendre, on était en droit d’espèrer qu’une telle somme récoltée allait pouvoir être réinvestie au moins partiellement sur le marché des transferts. Que nenni, ce sacré Jean-Pierre jamais avare de surprises nous annonce dans la foulée du transfert que l’intégralité de cette somme servira à financer le nouveau centre d’entraînement. On devrait donc avoir dans les années à venir un super centre avec des chiottes dorées et compagnie.

Maintenant dans la catégorie transferts qui font bien chier on s’est séparé des 2 jeunes attaquants qui devaient constituer l’avenir du club, avec d’un côté le chouchou du public et de l’autre le joueur français le plus doué de sa génération:
Bosetti, joueur du club ayant le meilleur ratio buts par minutes jouées au cours de la saison dernière est parti en prêt à Tours pour reprendre confiance et retrouver un temps de jeu conséquent.
Maupay, lui aussi n’étant plus en odeur de sainteté auprès de Claude Puel a été transféré définitivement…à Saint-Etienne…pour 500 000 euros…

* Pause vomi *

Finissons avec les transferts de moindre envergure:
Digard très décevant depuis plus d’1 an a eu la chance de séduire le Bétis.
Delle a pris la direction de Lens.
Palun celle du Red Star.
Souleymane Diawara celle du bureau des pleurs du Canal Football Club.

And last but not least, la belle surprise à laquelle on croyait plus, le fils prodigue a finalement rompu son contrat avec le club, oui c’est fini les sueurs froides dès que Grégoire Puel touche le ballon, ou le rate d’ailleurs comme c’était le cas la plupart du temps.

Les arrivées:

3 joueurs ont signé dès le mois de juin et ont donc pu faire toute la préparation avec le club:
Maxime Le Marchand (Le Havre), défenseur central gaucher.
Jean-Michaël Seri (Paços de Ferreira), milieu relayeur ivoirien.
Hatem Ben Arfa (Chômage technique), ouf cette fois c’est bon il pourra jouer.

Depuis on se tourne les pouces et seulement 2 joueurs en prêt sont venus s’ajouter à l’effectif:
Valère Germain (Monaco), pour continuer dans la tradition de récupérer des joueurs formés sur le rocher après Eysseric et Mendy.
Paul Baysse (Saint-Etienne), recruté en catastrophe 2 jours avant le match contre Monaco quand on s’est enfin rendu compte que défensivement on était un peu juste.

Toujours aucun latéral droit de métier à l’horizon, poste destiné au bricolage puisqu’on est incapable d’y recruter quelqu’un depuis le départ de François Clerc en 2012. Quand t’as quelque chose de bancal chez toi, on peut comprendre qu’au départ tu essayes de le réparer toi-même, mais quand au bout de 3 ans tu en es toujours au même point, il est temps de faire appel à un professionnel.

La compo:

Nouveau schéma de jeu cette saison avec ce 4-4-2 losange testé lors d’une préparation plutôt convaincante, en témoigne nos résultats lors des 3 gros matchs: 2-2 contre Besiktas, victoire 4-0 contre Galatasaray et victoire 3-2 contre Napoli. On doit se passer de Genevois et Hult forfaits, ce qui entraîne la titularisation d’Olivier Boscagli, 17 ans et né à Monaco

Le match:

Un derby qui commence de la meilleure des manières, on a la maîtrise du ballon, et à la 7e minute sur une tentative de contre-attaque monégasque Mendy intercepte le ballon pour le transmettre à Pléa qui d’un centre à ras de terre trouve Germain dans la surface, ce dernier passe devant Raggi et ouvre le score d’une reprise du plat du pied, 1-0 ! Quoi de mieux que de leur mettre un but avec le joueur dont ils sont propriétaires, ils ont eu le mérite de pas chercher à mettre une clause pour qu’il joue pas contre eux, on peut au moins leur reconnaître ça.

On continue à dominer, Koziello sert bien Pléa qui tente sa chance mais sa frappe passera au-dessus. Les Monégasques ont du mal à réagir sur le terrain, ce qui oblige Jardim à effectuer déjà un premier changement. A part une tête de Bernardo Silva qui passera à côté, pas trop d’inquiétude sur le but niçois lors de cette première demi-heure. C’est à ce moment là que les choses vont commencer à se compliquer, il paraît que la foudre tombe jamais 2 fois au même endroit, on a pourtant eu l’impression de se la prendre 3 fois dans la gueule en un quart d’heure. Tout d’abord par les blessures successives de Bodmer et Pouplin, obligés de céder leur place à Gomis et Hassen. Puis par le 2e jaune de Boscagli juste avant la pause qui nous laisse à 10.

Gros sentiment de gâchis puisqu’on semblait avoir la situation en main, et les Monégasques qui étaient censés nous rouler dessus ont toujours pas cadré une seule frappe après 45 minutes. Ce rouge va poser un problème supplémentaire puisqu’on n’a plus de joueur à vocation défensive sur le banc, sur lequel il y a au moins un offensif de trop, *tousse* Paulin Puel *tousse*. Pendant qu’Albert qui aurait pu être bien utile pour réorganiser tactiquement l’équipe a été désigné 19e homme pour ce match et est donc en tribune. Du coup on est obligés de reprendre avec nos bites et nos couteaux en restant à 3 derrière.

On fait illusion en début de 2e mi-temps, une combinaison Pléa – Seri – Germain oblige Subasic à sortir un arrêt réflexe du pied face à son ancien coéquipier. Ensuite on va subir la déferlante monégasque, une frappe de Bernardo Silva servi par Martial (1-1) puis Kurzawa de la tête en 2 temps après avoir remporté son duel face à Hassen (1-2) renverseront le score. Monaco tente de prendre le large mais Hassen s’interposera à plusieurs reprises devant El Shaarawy et Carrillo. Dans les arrêts de jeu on aura une belle opportunité d’égaliser, Germain dos au but adresse une passe lobée à Pléa qui sera trop court de quelques centimètres pour reprendre convenablement le ballon.

Malgré la défaite on peut retenir un contenu intéressant dans cette rencontre, le trio du milieu et celui de l’attaque semblent tout aussi performants et complémentaires l’un que l’autre. Le gros chantier c’est la défense, avec en plus les pertes de Pouplin et Bodmer sur blessures qui vont en avoir pour au moins 1 mois et demi d’absence, recruter dans ce secteur là est indispensable.

Sinon j’ai pas trop compris la branlette collective sur le supposé coaching de génie de Jardim. Tout ça parce que pour revenir au score il a eu la présence d’esprit de faire rentrer les bons joueurs de ballon qu’il avait laissé sur le banc au coup d’envoi. Joueurs qui ont réussi à se mettre en évidence face à une équipe réduite à 10 et qui avait perdu les 2 piliers de son secteur défensif sur blessure en 1ère mi-temps, waouh incroyable.

Vu l’état de la pelouse on doit pas avoir de jardiniers contrairement à nos adversaires du soir, mais nous au moins on a une bâche, chacun son truc.

Les notes:

Simon Pouplin (3/5): Peu de boulot pendant les 35 minutes qu’il a passé sur le terrain, mais il dégage une présence rassurante et une autorité naturelle sur ses défenseurs. 2 choses qui ont fait cruellement défaut à son remplaçant.

Olivier Boscagli (1/5): Cela peut paraître sévère, sur le terrain il faisait pas tache loin de là, par contre son expulsion est à mon sens le vrai tournant du match, pour une faute qui était franchement évitable en plus et loin de nos buts. Il a pas su se canaliser après son 1er jaune, erreur de jeunesse.

Maxime Le Marchand (3/5): Propre dans ses interventions et dans la relance, il semble avoir les capacités pour s’imposer en Ligue 1 après toutes ces années passées en Ligue 2. Recruté plutôt comme doublure à la base, il devrait être souvent titulaire avec toutes les blessures qu’il y a dans ce secteur.

Mathieu Bodmer (3/5): Bien rentré dans le match grâce à son expérience et à son placement intelligent, sa blessure a symbolisé le début de nos problèmes.

Paul Baysse (3/5): Sacré baptême sous nos couleurs, lui qui était arrivé à Nice à peine 48h avant la rencontre, il a dû évoluer dans 3 configurations différentes: latéral droit, défenseur central dans une défense à 4, puis de même dans une défense à 3. Il a su faire preuve d’une bonne combativité, prometteur s’il est épargné par les blessures.

Nampalys Mendy (3/5): Je le préfère dans ce genre de système, il est mieux mis en valeur que dans le 4-2-3-1 des saisons précédentes, un bon travail à la récupération qui a même été à l’origine du but de Germain.

Jean-Michaël Seri (3/5): Un joueur dont on devrait beaucoup parler cette saison, il a le potentiel pour être une des révélations du championnat, à l’aise à la fois pour récupérer le ballon et pour participer au jeu offensif par sa bonne vision du jeu et sa qualité de passe.

Vincent Koziello (4/5): Il a beau avoir la même gueule que mon cousin de 13 ans, une fois que le match débute on se rend compte que c’est un homme, un vrai, infatigable, il lâche rien face à son adversaire direct. Jusqu’au bout de la rencontre on l’a vu courrir partout, se muant tantôt en latéral droit ou en ailier droit pour compenser le fait que l’équipe soit réduite à 10.

Hatem Ben Arfa (2/5): Il a une bonne complicité avec Germain et Pléa mais on l’a moins vu que ces 2 derniers et c’est lui qui perd la balle sur l’égalisation monégasque. A sa décharge une fois l’équipe réduite à 10 il ne pouvait plus réellement évoluer dans son rôle de meneur de jeu.

Valère Germain (4/5): Un match qui lui tenait à coeur et il a répondu présent face à ses anciens partenaires. Dans tous les bons coups offensivement, buteur puis à 2 doigts de doubler la mise après la pause, il aurait aussi mérité d’être passeur pour sa belle inspiration en fin de match.

Alassane Pléa (3/5): Dans la lignée de ce qu’il a montré la saison dernière, une activité intéressante sur le front de l’attaque mais on voit qu’il est toujours plus passeur que buteur. C’est cette efficacité face au but qui lui manque pour franchir un palier.

Les remplaçants:

Kévin Gomis (2/5): Du Gomis quoi, moins catastrophique que ce qu’on a pu voir en match de préparation mais ça reste flippant à chaque intervention.

Mouez Hassen (2/5): J’ai longtemps essayé de le défendre, mais là ça commence à être chiant de voir qu’il fait aucun progrès sur ses prises de balles aériennes et qu’il reste aussi timide dans ses sorties. Après heureusement sur sa ligne il a sorti quelques arrêts importants mais c’est la moindre des choses pour un gardien.

Saïd Benrahma (2/5): On l’a trop peu vu alors qu’il était rentré pour tenter d’apporter un peu de folie par sa technique sur la dernière demi-heure.

N’hésitez pas à venir me voir sur twitter, pour toutes vos remarques ou invitations à boire un verre pour les meilleurs d’entre vous.

Cyril Trool

3 thoughts on “Nice – Monaco (1-2) : L’Aiglons Académie livre ses notes

  1. Ce qui est con c’est que Carlos Eduardo on l’a vendu 6 ou 7 donc il y avait possibilité je pense de faire prêt + OA automatique et ça laissé 7Mllons pour votre centre de formation…
    Il est parti ou le Greg???

  2. @homerc: A ce prix là moi j’aurai signé de suite, mais dès qu’il faut aligner les millions Rivère disparaît de la circulation.

    Grégoire a pas encore signé dans un nouveau club mais je suppose qu’il a des pistes pour avoir accepté une rupture de contrat à l’amiable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.