Nîmes-AC Ajaccio (1-1) : I Sanguinari était sur place, l’Aiacciu Académie livre ses notes

Dernier match à l’extérieur, saison qui se termine, une confrontation historique, obtenir le maintien. Les raisons de se déplacer à Nîmes étaient nombreuses. Mais la plus importante était sans doute d’enfin savoir : mais qui est le plus fort entre le Croco et l’Ours ?

Pour cela, I Sanguinari avait dépêché ses plus grands experts : son président, sa demoiselle et Damien Dudu. Rejoints plus tard par deux locaux venus découvrir ce que donnait l’ambiance d’un parcage visiteur acéiste. Idem pour l’Orsi Ribelli qui s’était déplacé avec ses 20 soldats les plus fidèles.

Au total, ce sont 26 supporters de l’ACA qui se massent dans le kop du stade des Costières. Le troisième plus gros contingent acéiste en Ligue 2 à l’extérieur cette saison après Créteil et Dijon. Et on se met directement dans le bain avec un « Oh jardinier, oh rentre toi ton manche dans le cul ! » lancé au jardinier nîmois armé d’un piochon. Le décor est planté. Mais la suite sera plus soft. Pour se maintenir, il faut encourager les joueurs. Chose faite avec plusieurs chants lancés par le capo Antho, torse nu, face au vent, le vrai héros de tous les temps. Une première mi-temps à chanter devant un match avec, au final, peu d’occasions. Juste le temps d’exulter à la 41ème lorsque Vidémont, qui était déjà le detonateur du jeu, explosa pour placer sa tête dans le but, lui le joueur d’1m73. 1-0 à la mi-temps, le coup est parfait. Le hold-up est parfait. Surtout que quelques secondes après le but, Maoulida enverra une reprise de volée à quelques millimètres de la lucarne de Scribe. Derniers frissons pour les supporteurs acéistes qui pourront se consoler en mangeant. Ou du moins, c’est ce que l’on pensait. Mal-organisés et débordés, les Nîmois avaient tout simplement oublié d’envoyer quelqu’un pour tenir la buvette. Mini incident diplomatique en parcage visiteurs. Des « Et on veut des sandwichs, et on veut des sandwichs » ainsi que des « On a faim, on a faim ! » Les stadiers mettent du temps à réagir, mais par peur qu’on casse tout, finissent par se ramener avec des packs d’eau. Suivis de deux plateaux : un de fromage, l’autre de charcuterie accompagnés de deux sacs de pain en tranche. Un buffet improvisé. « On avait oublié alors on a appelé le traîteur et il nous a donné ça vite fait. » nous expliquera-t-on. En l’espace d’un instant, le parcage visiteur se vide et c’est la ruée vers la bouffe. On s’en fout des joueurs, du match, du maintien. Ce qui nous importe c’est de nous remplir la panse.

Quand ce besoin vital sera fait, retour à la normale avec quelques chants et des serrages de fesses. Mais aussi quelques insultes pour Maoulida, qui égalise à la 71ème minute. Des « Oh Maoulida, oh enculé » ou des « Oh Maoulida, oh Bastiais de merde ! » Rien de bien méchant quoi. Comme souvent, l’ACA est incapable de garder un résultat. Mais peu importe, les joueurs ont fait preuve d’un état d’esprit conquérant, sans jamais rien lâcher. Le match nul est mérité. Pour les joueurs, dirigeants et supporteurs, c’est la joie qui domine dès le coup de sifflet final. Pedretti, Aine, Leca, Coulibaly, Scribe, Abergel, Begeorgi et la plupart des joueurs viendront remercier I Sanguinari et l’Orsi Ribelli. Avec des maillots et des shorts distribués par-ci par-là. Une belle soirée. La dernière de la saison. A suivre bientôt, le bilan de la saison. Avec des larmes et de la joie. A condition que l’ACA reste en L2.

ANNUTAZIONI

Anthony Scribe 3/5 : Avec une bonne défense devant lui, Scribe a eu peu d’occasions de briller.

Pierre-Antoine Mela 3,5/5 : Il a tout donné, sans s’arrêter, d’avant en arrière, il a mis les pieds, il a utilisé sa vitesse et sa vélocité, il n’a rien lâché même quand son adversaire prenait le dessus. Bref, un bon dépucelage en Ligue 2.

Pape Cissé 4,5/5 : « Il est énormissime lui », « c’est qui votre 6 là ? Il prend tous les ballons ! ». Ceux qui ne connaissaient pas Pape Cissé ont été surpris de son talent. Ceux qui le connaissait déjà ont été confortés dans leur sentiment : Cissé est vraiment fort. Encore une fois, il a pris tous les ballons de la tête.

Gary Coulibaly 3,5/5 : Coulibaly, c’est pas peu comme toi qui est inscrit dans une boîte d’intérim. Le patron t’appelle, tu travailles une journée, t’es content et tu fais bien ton travail. Intérimaire dans l’axe de la défense, Coulibaly a suivi ce parcours : il a joué 90 minutes avec le sourire et en plus, il a sauvé une balle sur sa ligne.

Fabrice Begeorgi 4/5 : Les seuls qui défendent plus que lui, ce sont les avocats corses. Les seuls qui se battent plus que lui, ce sont les boxeurs corses. Des tacles, des interceptions, des chevauchées épiques et des têtes au programme pour lui. Enorme.

Hugo Aine 3/5 : JE SAIS PAS QUOI DIRE SUR LUI MAIS ON S’EN FOUT ON VA SE MAINTENIR !

Fabrice Abergel 3/5 : JE SAIS PAS QUOI DIRE SUR LUI MAIS ON S’EN FOUT ON VA SE MAINTENIR !

Benoît Pedretti 3,5/5 : De l’envie, des tacles, une passe décisive et des petits coups de pute. Le Pedretti qu’on aime.

Johan Cavalli 3,5/5 : Encore une fois, il n’aura mis que 7 minutes pour déclencher une bagarre et se faire détester d’un public, qui l’avait pourtant tant aimé il y a quelques saisons. C’est sous les sifflets qu’il jouera la fin du match. Ce qui ne l’aura pas empêché de se créer une grosse occasion en début de deuxième mi-temps, avec un bel arrêt de Michel.

Hugo Vidémont 5/5 : Vidémont a tellement fait l’amour à ses adversaires que dans 9 mois, les joueurs nîmois accoucheront d’un bébé du nom d « Vidémont ». Et dans 9 mois, quand les femmes des supporteurs de l’ACA accoucheront, les bébés s’appelleront tous Hugo. Homme fort de l’ACA depuis plusieurs matchs, il nous a longtemps fait croire à une victoire avec une tête rageuse dans les filets. Avant et après ? Des accélérations et des dribbles à faire chialer les Crocos.

Hugo Vidémont fait du saut en hauteur.

Hugo Vidémont victime d’un kaméhaméha.

Hugo Vidémont victime de Jean-Claude Van Damme

Hugo Vidémont a glissé sur la banane de Mario Kart.

Marvin Diop 3,5/5 : Placé en pointe, il a eu plus de libertés et surtout moins de responsabilités défensives. Il s’est donc concentré sur ses appels en profondeur. Avec en point d’orgue, une belle frappe en deuxième mi-temps après avoir fait valser 3 Nîmois. Un « Mais comment il a fait ça ? » s’est même échappé du parcage visiteur à ce moment-là.

I RIMPIAZZANTI

Benoît Lesoimier, 70ème minute, NN : Ca fait plaisir de le revoir sur le terrain.

Guillaume Fanucchi, 72ème minute, NN : Il a immédiatement apporté de la vitesse sur son côté, où il a eu l’occasion de partir en contre. C’était sans compter sur les fautes des Nîmois qui l’ont empêché d’aller plus loin.

Mickaël Leca, 78ème minute, NN : MICKA LECA clap clap clap MICKA LECA clap clap clap

Perfettu Erignacci

1 thought on “Nîmes-AC Ajaccio (1-1) : I Sanguinari était sur place, l’Aiacciu Académie livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.