OL-PSG (2-1) – La Porte de Saint-Cloud revisite ses classiques

On aime dire que les années se suivent et se ressemblent, ben sachez que l’exemple parfait de cette expression de merde, c’est nous. Non, j’en rajoute, en fait c’est qu’on fait pareil, mais plus vite.

Perdre son Franchise Player, c’est fait, se retrouver à cours de solutions au milieu de terrain, pareil. Se rendre compte que nos latéraux ont un niveaux de merde, on peut le dire. J’arrête là, sinon on va parler de Alves.

Bon, je dis qu’on fait tout pareil, mais grâce à l’irréductible village breton et sa potion varique, on peut espérer que le scenario soit plus favorable (on se raccroche à ce qu’on peut les mecs). Parce que là, vu la gueule du match, et le coup du Phoenix (non, pas Simon) de la Red et Vil Academy on peut penser que ça sent le roussi (ça se dit encore ?).

DAS SPIEL:

On va passer sur la compo, on reste sur un truc abstrait, tout droit sorti du l’esprit tordu d’un Allemand en manque de munitions, qui se déplace chez sa bête noire.

Si j’étais objectif, je dirait que c’était un beau match de foot, digne d’un duel anglais, des duels, des courses d’un bout à l’autre du terrain, des actions, des parades, quelques duels. Bon l’objectivité je l’emmerde royalement, Lyon, comme à l’aller, rentre dans le match avec les dents qui rayent le parquet tandis qu’on cherche les contres. Ça marche bien, sauf que Mbappé annonce la couleur de sa soirée, alors que c’est l’Homme du moment qui nous gratifie d’une célébration nettement plus classe que son cœur avec les doigts, grâce un pressing intelligent de Julian (7e).

On se dit que c’est bon, on va gérer, et lancer des contres de temps en temps pour voir si y a moyen de finir la bête. Ben non, on se fait perforer comme une première année en bizutage, au milieu (Et c’est toujours Tanguy qui fait le chantier), et on se fait ouvrir comme une troisième année qui célèbre, sur les côtés. On reste optimiste, parce que Alphonse est impérial, mais à la demande générale, il fallait que ça se termine mal pour lui, alors (comme l’an dernier), il nous sort un truc improbable que Pierre Richard ne renierait pas pour offrir le but à Dembélé (33e). Ça a le mérite de nous réveiller, mais en face y a un défenseur belge qui connaît son métier, et qui bouche tout, et bouffe tout le monde. La mi-temps arrive, et ça fait pas de mal, même nous on a du mal à suivre.

Au retour, toujours la même invisibilité au milieu, alors Tiago recule sur 30m avant de coucher Dembélé, pour qu’on se rappelle que Fekir est sur le terrain (49e). Alleluya ! Nous voilà enfin réveillés, et on décide enfin de jouer au football, seul souci : Lopes nous rappelle que quand il n’est pas occupé à faire des sorties d’assassin, il sait être gardien de but. Alves, Cavani, Angel, Kyky, tout le monde se présente, mais tout le monde se plante. Alphonse nous maintient en vie en fin de match, tandis que Fekir tente d’ôter celle du genou de Paredes (bienvenue).

Hop, fin du spectacle, encore un coups d’arrêt chez le Tiers Etat d’Aulas. Ne nous remerciez pas, les lyonnais verront encore Genesio gérer le business l’an prochain.

DIE NOTIZEN:

AREOLA (5 OU 1/5) : Le meilleur, sans lui on repartait avec un mug dans le cul. Mais comme l’an dernier, il prend un but difficilement excusable.

KEHRER (0/5): Kehba = Pute. Souillé par le MC local, qui lui a ensuite pissé dessus. Et c’était que le début de soirée.

THIAGO (2/5) : Meilleur central, et de loin, et même s’il fait la faute sur le penalty. Oui oui, c’était vraiment merdique à côté.

KIMPEMBE (0/5) : J’ai espéré tout le match que tu sauves ta note d’un tacle bien senti, ne necessitant pas la VAR pour que tu prennes 6 mois de suspension. Ben t’as encore tout faux mon con.

ALVES (1/5) : Jaloux de Thilo, il est allé donné son cul à Memphis, enfin, quand Mendy ne lui marchait pas dessus. +1 parce que t’as réussi à ne pas être remplacé.

DRAXLER (4/5) : Le seul mec capable de récupérer des ballons, le seul mec à ne pas le perdre dans la seconde qui suit, et le seul à mettre des coups. Le tout avec une classe folle malgré tout.

MARQUINHOS (2/5) : Perdu sans la présence de Marco, a eu du mal à s’ajuster pour contenir notre bête noire (Tanguy). On le sauve parce qu’il a fait les efforts quand même.

BERNAT (0/5) : Si t’es un joueur offensif en manque de confiance, et qui joue comme un académiciste, n’hésite pas, envoir Hobbit au 7500.

DI MARIA (4/5) : Je vais continuer à douter, parce que tu continues à être le seul offensif consistant, et constant dans ton style : statistiquement efficace, pour accompagner la brouette de ballons perdus

MBAPPE (1/5) : Pas d’excuse d’âge comme tu dis. Une première mi-temps où il s’est cru au Five, la seconde bien meilleure, mais sans efficacité. Va falloir te venger de ce stade un jour.

CAVANI (0/5) : Toujours difficile de te tacler, mais j’attendais que tu sauves la patrie d’une tête dont t’as le secret. -1 pour avoir été remplacé par Choupo.

DIABY (NN) : Plus utile que Bernat, et le physique pour résister aux accélérations des mecs d’en face.

CHOUPO (NN) : Plus de temps de jeu que Krycho, Jesé, et Guedes réunis, le tout pour 0€.

PAREDES (NN) : L’amour que je porte aux Argentins (ok, sauf Angel), qui plus est à un mec adoubé par Riquelme, m’excite au plus haut point.

PAPUS

Papus Camarade

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.