OM – Porto (0-2) La Dragão Académie livre ses notes

Bom Dia,
Pour commencer je vais rendre hommage à un tio (oncle) qui est mort quelques heures avant le début du match. Reinaldo Teles, dirigeant historique, rentré à Porto par le club de boxe à 12 ans puis fidèle parmi les fidèles du Boss Pinto Da Costa. C’est donc en apprenant la mort d’un membre de la famille que les Portistes se présentent au vélodrome.

O Equipe :

Les dix premières minutes sont équilibrées. Sans grosse occasion Marseille semble mieux en place pour nous gêner. On est sur un 442 avec un milieu à plat et c’est Corona qui est côté droit avec Diaz dans l’axe au côté de Marega.

Si l’OM est plus entreprenant, Porto est quand même dans une position d’attente et de gestion, dans le but de les faire sortir pour attendre le bon moment, et tuer le match. Évidemment à force de ronronner tu t’exposes et, sur le premier coup franc de Marseille, Marchesin doit s’employer sur une tête de Germain.

Par contre Marseille ne semble pas avoir retenu la leçon du match aller et Otavio manque de faire la différence par un bon pressing sur la relance marseillaise devant la surface. Le match se joue sur une grosse bataille au milieu, sans être chiant, et la première occasion vient de Zaidu qui prend sa chance mais ne trompe pas Mandanda.

Et sur le corner qui suit une tête de Grujic est repoussée sur Zaidu qui trompe Mandanda en deux temps 0-1 (39e)

On déroule le même plan en seconde mi-temps. L’OM a de l’envie mais pas de réel plan de jeu et nous on attend pour contrer. On ronronne et AVB décide de rentrer Payet, Benedetto et Cuisance. Sur leur première action, il faut un sauvetage exceptionnel de Zaidu devant Thauvin.

Les Dragons contre-attaquent avec Otavio qui lance Marega. Parti seul sur un ballon aérien, Mandanda sort, mais Moussa met une tête digne des pires matchs FSGT. Alors qu’on gère sans problème, Grujic fait un tacle inutile de débile et prend un deuxième jaune à la 65e histoire de relancer l’OM.

Heureusement Balerdi se dit qu’il n’y a pas de raison de laisser la vedette à Grujic et s’en va retenir par le bras Marega dans la surface pour un combo rouge+pénalty.

Oliveira s’élance et transforme petit filet 0-2 (71e)

On fait des changements qui nous mettent plus haut. L’OM se procure deux occasions par Benedetto, mais sans danger. On gère, l’OM tente dans les arrêts de jeu, mais Benedetto trouve le poteau. 

O Dragões :

Marchesin (3/5) :
Serein, il a assuré au pied et dans ses sorties, mais il n’a quand même pas non plus été trop emmerdé.

Manafa (3/5) :
Sérieux derrière, quelques montées intéressantes, un match niveau ligue des champions. Élémentaire mon cher Wilson.

M’Bemba (2/5) :
Solide mais pas exceptionnel, il a eu un peu de mal face à Germain de la tête pour les deux ballons à gérer.

Sarr (2/5) :
C’est bien, il n’a pas causé de pénalty ! On ne va pas lui demander plus, la relance c’est compliqué, le marquage c’est compliqué, l’alignement c’est compliqué, bref Malang Sarr c’est compliqué.

Zaidu (5/5) :
Il a avancé, défendu, tenté de centrer, marquer. Quand la larve se transforme en papillon, c’est beau ! Enfin on espère que c’est pas un papillon qui ne vit qu’un jour.

Oliveira (5/5) :
Rayonnant sur tout le milieu de terrain, aboyeur, capitaine qui rassemble, buteur et dépassement de fonction.

Grujic (1/5) :
Je me demande pourquoi Liverpool nous l’a prêté. Enfin je veux dire : pourquoi Liverpool s’est retrouvé avec un mec de ce niveau ?

Otavio (2/5) :
Moyen, une inspiration pour la tête de poussin de Marega, mais pas exceptionnelle.

Corona (2/5) :
Des fulgurances mais trop rares, du tricotage qui n’a pas pris face à Amavi, remets-toi en question vite.

Diaz (3/5) :
Il a baladé Sakaï, un gros pressing mal récompensé, et un poison pour la défense adverse.

Marega (2/5) :
Il a emmerdé la défense adverse par sa protection de balle, précieux dans le pressing. Mais sérieusement, cette tête de poussin à 0-1, ses mauvaises passes et ce cadeau sur le péno (heureusement que Balerdi a fait un concours du plus débile avec Grujic : y’a rien).

 O Banco :

Taremi (2/5) :
De la technique, de la justesse technique mais pas d’occase : life is a biatch

Nakajima (2/5) :
Actif, il a bougé et conservé la balle, mais pas vraiment dangereux.

Mario (2/5) :
Pas de connerie, c’est déjà pas mal.

Loum (2/5) :
A fait le nombre.

Remarque à la con :

On a encore moins forcé qu’à l’aller car on a été patient en sachant qu’ils allaient craquer avant nous. Je pense qu’on a tellement joué à notre main que, sans la connerie de Balerdi, on aurait pu se retrouver sans raison en mode panique après la connerie de Grujic.Il ne reste plus qu’à battre City de deux buts pour prendre la première place…
Ouais bon au moins on est en 1/8e.


Tu aimes horsjeu.net ? Évidemment !

Tu te demandes comment nous rejoindre ? Ici

Tu veux nous filer de quoi acheter des 8.6 ?

Tu n’es pas poète et un peu radin ? Tweet, Partage sur tes réseaux socianaux préféré, ou dénonce au Comité.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

3 commentaires

  1. On n’en voit pas assez, dommage que vous n’ayiez pas gagné 12-0.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.