PSG-ASSE (2-1 après prolongation), la Forez Académie livre ses notes

ça pouvait pas marcher à tous les coups

Les stats de l’Institut Patrick Caïazzo :

 Pour ce match, Patrick a fait tourner son gros ordinateur pour nous donner les clefs du match en avant-première. Extrait :

 4 – Comme le nombre de matches que le PSG version Zlatan a déjà disputé contre Sainté pour aucune victoire. C’est aussi le nombre de fois où Daniel Lauclair va nous parler de l’hippodrome de Longchamp qui se situe juste à côté #LesCoursesCEstSaGrandePassion

 Pour le reste de son anale-yse chiffrée, c’est sur la page de la Forez Académie, à cette adresse.

Le match résumé en 1 phrase : « Encore une défaite dans les derniers instants »

 Ben ouais, une sale habitude. Mais cette fois, on a poussé le vice encore plus loin en allant perdre dans les dernières minutes de la prolongation. Cruel. Mais au final logique. On va pas se mentir : les Verts ont bien joué, certes, mais on perd quand même sur 2 buts avec des fautes d’alignement assez horribles. Sur le 1er but, Ghoulam ne voit pas Cavani qui se fait oublier dans son dos. Quand il réagit, c’est déjà trop tard. Pour le 2e, plutôt que de grands discours, une image suffit à tout comprendre :

psg-asse

Putain, mais Max-Alain, t’étais peut-être le chouchou de Dieu la semaine dernière, mais là ??!! Qu’est-ce que tu fous là sérieux !!?? TOUS tes défenseurs sont 3m devant et toi tu te ballades derrière eux, comme ça, tranquille. On t’a déjà parlé du hors-jeu ? Tu sais, quand tu ne queutes pas une occasion comme un gros cochon comme tu as l’habitude de le faire, c’est le mec habillé en jaune sur le côté qui interrompt le jeu en levant son drapeau. C’est chiant hein ? Ben là, on aurait bien aimé qu’il fasse pareil pour Cavani !! Sérieux, si tu voulais te faire prendre en grippe, tu tu t’y prendrais pas autrement.

Au final, on est éliminé de la Coupe Moustache, un objectif de moins dans la saison qui se raccourcit drôlement juste avant la trêve. Pas tellement le goût, ni le temps de développer plus. Les Verts se sont bien battus, les supps parisiens trouvaient qu’on avait bien joué et ont flippé d’aller aux tirs au but. Mais au final, sur la classe de 2 joueurs monstrueux (Cavani bien sûr, et Verratti qui délivre 2 caviars sur mesure), c’est Paris qui sera au prochain tour. Pour les Verts, il restera la Coupe de France, samedi 4 janvier contre Cannes. Plus longue, plus aléatoire, bref plus indécise mais aussi plus prestigieuse : si Sainté veut revoir le Stade de France, ça passe forcément par là.

 trophee

C’est Romeyer qui va en chialer de plus pouvoir la ballader dans toute la Loire, sa coupe…

 compoasse

La compo :

Une compo toujours bancale, surtout au milieu, avec Lemoine qui tient le rôle de sentinelle et ses 2 lieutenants, Cohade (l’homme qui perd le ballon plus vite que son ombre) et Corgnet (l’homme qui fait la gueule plus vite que Ménez). Devant, on retrouve un trident plus habituel avec la Brandade comme homme de base et Hamouma et Tabanou sur les ailes. Derrière et aux cages, classic shit.

Les faits de mâche vu par Gruger Rocher :

Pour ce résumé, j’ai eu besoin d’aide, et c’est mon ami Gruger Rocher qui s’y est collé. Merci à lui.

  • 1’ Paris débute en avançant directement et déjà accule les Verts dans leur surface.

  • 4’ Bon centre de Van der Brèle bien repoussé par Clerc qui couvrait bien !

  • 5’ Brandao et Thiago Silva échangent de sacrés coups de coude. Comme un symbole de dispute de territoire dans un bois parisien (Barton likes this).

  • 8’ Belle ouverture dans l’axe de Verratti qui effectue un joli lob en profondeur pour Cavani. Bayal dégage mal du tibia, le ballon part n’importe où.

  • 9’ Cavani part encore dans le dos de la défense ! Il se présente face à Ruffier qui remporte son duel.

  • 11’ Apparemment, les Verts ont également le droit d’attaquer et de passer la ligne médiane ! Du coup, Brandao s’avance et tire des 35m. Sur un malentendu, on sait jamais…

  • 14’ Centre au cordeau de Digne, positionné au premier poteau Bayal dégage encore comme un badabeu du tibia. Le ballon part n’importe comment et retombe au second poteau. Ghoulam est seul à la réception. Bayal, mon salaud, nos intestins ne tiendront pas tout le match.

  • 16’ Coup-franc de Motta dans la surface qui ne donne rien, malgré le fait qu’il soit bien tiré.

  • 18’ Action pour les Verts. A l’entrée de la surface, Hamouma reprend de volée. C’était bien tenté ! Derrière, Marquinhos se la joue Bayal. Mais lui il a coûté 30 millions d’euros, et il se prend des petits ponts contre Evian aussi.

  • psgif24’ : but de Cavani, 1-0. Comme un symbole de Gromerdier, j’étais aux chiottes lorsque Paris a marqué. En fait, un long ballon arrive sur la gauche à detination de Digne. Ce dernier refile le cuir à Verratti. Deux p’tit crochet, centre au second poteau pour Cavani qui s’est démarqué, et qui crochète Ruffier pour marquer dans le but vide. D’un côté, c’est du haut niveau. Ok. Mais putain, où sont les défenseurs stéphanois sur cette action ? Où est Ghoulam notamment ? Hé bah mon belet, il joue le hors-jeu, sans regarder si dans son dos il n’y a pas un attaquant de classe mondial. C’est vrai après tout, pour quoi faire ?

  • 30’ Contre-attaque à trois plutôt bien négociée par les Verts. Ils obtiennent un coup-franc très bien placé, qu’ils tirent comme des nullards. Sérieusement, à part contre Reims, ce genre de situation est très mal négocié par les Verts depuis trop longtemps.

  • 40’ Passement de jambe, et bon tir enchaîné de Tabanou. Sirigu repousse dans l’axe, mais cela manque de Verts dans la surface… Seul Brandao avait suivi.

  • 44’ Cavani centre pour Lavezzi, le ballon rebondit sur Perrin. Lazezzi hérite du ballon et tire au ras du sol. Ruffier repousse du tibia, dans l’axe ! Verratti ne peut tirer, et glisse à Rabiot, qui est lui aussi bloqué par des stéphanois. L’action ne donne finalement rien, mais il s’en est fallu de peu.

MI-TPS – Alonzo confie qu’il est épaté par la réaction des Steph’. Mouais. On peut lui donner raison tout de même en un sens, car ils ne s’effondrent pas. L’opposition est de grande qualité, et c’est déjà bien de la part des Verts. Maintenant, ça manque de conviction, notamment, au milieu de terrain, dans la récup’, le pressing, et dans les jaillissements offensif, c’est timoré… Et en face, c’est une bête qui ronronne. Les Parisiens sont eux-même : ils pourraient accélérer plus souvent, mais ils ne tuent pas le match. Ils paraissent trop confiant, et leur patience se transforme en nonchalance. Tu te dis donc que ça pourrait leur jouer un tour, pour peu que les Verts parviennent à faire quelque chose de cohérent avec le ballon.

  • 46’ Coup-franc plein axe pour le QSG. Lucas manque de marquer, surtout que Ruffier était battu sur ce coup.

  • 47’ Très belle action steph’. Clerc avance et protège vraiment très bien son ballon. Il déborde, et centre un peu en retrait. Tabanou doit malheureusement reculer pour contrôler le ballon. C’est ce qui tue l’action car sa passe en retrait permet à la défense parisienne de se replacer.

  • 48’ Superbe appel de Lucas qui file côté droit, et décoche un superbe tir qui partait lucarne opposé. Ruffier bondit et détourne en corner. Superbe-superbe.

  • Bon, après, il ne se passe rien… En fait, ça grouille au milieu de terrain. On peut dire que… Mais oui ! Les Verts font déjouer le Qatar. Mine de rien. C’est pas pour rien si depuis 4 matchs Sainté est invaincu face à l’armada Parisienne. Bon, il se passe un truc à la 54’, mais j’étais occupé à boire sur le coup, j’allais pas m’arrêter au risque d’en renverser. Le sens des priorités.

  • 67’ Enième retour de Cavani qui tacle en position de latéral gauche. C’est important : le mec revient vraiment bas, à gauche ou à droite, et pourtant il se retrouve souvent à faire des appels ou à tenir haut le ballon. Vraiment, on voit que le mec a joué sous Mazzarri.

  • 72’ Cavani, encore lui, te dribble deux Verts dans la surface. Ces petits crochets sont diablement efficaces et les Verts se retrouvent le cul par terre. Finalement, ils sont quatre sur lui, et le ballon sort.

  • 73’ Pastore vient de rentrer et effectue une bonne rentrée. Sur un de ses premiers ballons, il effectue une belle ouverture dans le dos de notre défense. Cavani est esseulé, mais sa frappe en déséquilibre passe à gauche. Encore une fois, ça pêche par facilité et ils ne tuent pas le match.

  • asse78’ : but de Erding, 1-1. Pastore dribble plusieurs stéphanois, il faut dire qu’il n’a pas de soutien. Le public parisien se permet de donner du « olé ». Moi, je sers les dents. Le mec ne pense pas à dégager le ballon en tribune, et va se le faire pr… TIENS, qu’est-ce que je disais ! Bayal lui rentre dedans ! Là-dessus, Lemoine centre dans la profondeur au premier poteau. Erding jaillit ET MARQUE PUTAIN JE SUIS EN TRANSE DANS TES DENTS PUBLIC DE MERDE.

  • Pendant cinq minutes, les relances stéphanoises ne brillent pas par leur qualité…

  • 87’ Sur un centre à ras de terre venant de la droite, Mollo ne plonge pas, Perrin LAISSE PASSER PUTAIN, finalement Bayal dégage le ballon en sortie devant Cavani. Sur le coup, il aurait pu marquer contre son camp, le ballon étant très difficile à négocier. Heureusement qu’il était là ! Bayal est à genoux, il s’énerve et gueule sur tout le monde et frappant le sol du poing à deux reprise. Et c’est putain de légitime.

  • 89’ Cavani et Menez se montrent dangereux en contre, sur le côté droit notamment…

  • 91’ Frappe travaillée et intelligente de Pastore. Mais c’est le chant du cygne. Après une bonne rentrée, l’Argentin s’est éteint.

  • 93’ Même action sur la droite de la surface ! Cette fois Bayal est trop loin pour intervenir, c’est Clerc qui intervient devant Cavani. C’est la troisième fois qu’on voit ce mouvement, et ni Ghoulam ni Perrin n’est là pour endiguer les offensives parisiennes venant de ce côté. J’aurais pas dit non à une rentrée de Brison, si Galtier n’avait pas déjà fait ses trois changements.

PROLONGATIONS – On va claquer du fessier pendant encore au moins 30 minutes, en espérant un exploit. Cavani semble cramé, Verratti est moins présent. Bon, par contre, Gradel est nul et Ghoulam se fait toujours aspirer devant en laissant des gros trous derrière. Si j’étais Paris, je passerai « à gauche, à gauche, à gauche !! », comme un symbole de Jean-Michel Larqué.

  • A la 100’, les Parisiens se fendent d’un tir dangereux, avant que Verratti ne s’amuse à l’entrée de la surface à la 102ème, tout en crochets courts. Quelques minutes plus tard, c’est Ruffier qui est là pour le soulager de ses crampes. C’est sportif, c’est bien. Mais je ne peux m’empêcher de me dire « Mec, c’est de lui que ça va venir, à tous les coups… ». Rabiot est pris de crampes aussi. Les Parisiens semblent plus marqués que les Stéphanois il me semble…

  • 105 Hors-jeu heureux de Cavani, mais Bayal avait enlevé le ballon d’une belle intervention !

  • 107 Beau mouvement des Verts. Ghoulam récupère le ballon, et s’avance. Il transmet le ballon à Mollo, qui se met sur son pied droit et effectue un bon centre. Mais Marquinhos dégage de la tête. Erding était seul, donc c’était téléphoné, à moins de jouer à une touche de balle…

  • 109 Ghoulam se montre encore très intelligent offensivement – faut bien compenser. Il ne part pas perdre le ballon en tentant un débordement. Faute de Van der Wiel, un sale coup de coude bien vicelard. J’en connais un qui a pris des cours chez De Jong. Mollo tire le coup-franc. Je me prends la tête entre les mains. Il faut arrêter ce désastre, sérieusement.

  • 110 Mollo dribble, temporise, fait rien du ballon, le tripote… Clerc centre finalement, mais de trop loin, et cela est sans danger. J’en peux plus.

  • 113 Menez effectue un dangereux centre que Clerc dégage en sortie. Tiens, un déjà-vu. Les Verts sont trop faibles pour empêcher les Parisiens de centrer. Ils ne défendent pas d’assez près sur les ailes, c’est trop lâche, et cela les contraint à l’exploit sur des déviations en sortie de but pas évidentes.

  • 118 Centre de Mollo ! Erding s’élève bien au-dessus, mais il était trop loin. Le centre n’arrivait pas assez vite pour qu’il place une tête puissante et Douchez récupère la gonfle.

  • psgif 119’ : but de Cavani, 2-1. But de Cavani… Bah voilà. Un nouveau centre court venant de la droite… Pas étonnant.

 Note de Roland : Voir image plus haut, 50% du but lui est pour le fils de Dieu (oui, mais lequel ; celui des chèvres ?). Après, la passe de Verratti pour trouver Ménez est encore une fois parfaite, le centre est bon, et Cavani se jette bien. Voilà.

  • 120 L’arbitre siffle directement.

Les notes :

 Ruffier (retardateur, 4/5) : gros match de la Ruff’. Il prend 2 buts sur lesquels il ne peut rien, mais a permis à son équipe de rester à flot avec des parades décisives en 1e mi-temps. Moins inquiété par la suite, il aurait sans doute eu une influence sur la séance de tirs au but. Mais Max-Alain s’est baladé dans sa surface…

 Clerc (il a joué ?, 2/5) : comme d’hab, un match sans relief pour Clerc. Incapable de déborder, c’est Lemoine (qui jouait 6 je le rappelle) qui doit s’employer à sa place sur le côté droit. Défensivement, il a tenu son couloir face à un Lavezzi encore cramé très vite dans le match. On a eu le droit à un remake inversé de « Fast and Furious ». « Slow and Quiet » quoi.

 Bayal (Brigadier-chef…, 3/5) :… mais agent de la paix avant tout. Il a encore une fois fait la police devant ses cages pour enrayer au maximum les attaques parisiennes. Très bon dans l’ensemble, il ne peut rien faire sur les buts. Marcel Patoulacci semble s’être installé en défense, bon courage pour revenir en janvier Kurt.

 Perrin (bichette, 2/5) : il a été moins convaincant que dernièrement. Un retour en catastrophe mais inefficace pour contrer Lavezzi, un dégagement dévissé qui a failli tromper Ruffier… Des erreurs inhabituelles pour le capitaine. Ça arrive.

 Ghoulam (la passoire, 1/5) : un marquage dégueulasse sur le 1er but, des montées inutiles et des touches longues qui ne servent à rien. Je veux pas dire mais les 2 buts viennent de son côté : à force de jouer plus haut que son ailier, fallait bien que ça arrive. Le rouquin mérite sa chance.

Lemoine (le patron, 4/5) : une passe décisive, une activité incessante et un duo Matuidi – Motta moins flamboyant que d’habitude : Fabien a livré un gros match. Malheureusement, ils étaient 3 en face, et même s’il a 3 poumons, il n’a pas encore le don d’ubiquité. Dommage pour nous.

Cohade (l’autre passoire, 2/5) : j’ai lu des stats hallucinantes sur son nombre de ballons perdus, mais je n’arrive plus à y remettre la main dessus. Après, je l’ai pas trouvé si nul que ça sur ce match, loin de là. Mais un relayeur qui perd plus de ballons qu’il n’en gagne ne sert pas à grand-chose. L’année passée, avec un Clément (ou Guilavogui) au top, Renaud pouvait se concentrer sur l’attaque. Cette année, le milieu a du mal et lui aussi : moins décisif, il traverse une mauvaise passe qui n’est pas prête de s’arrêter à mon avis.

Corgnet (transparent, 2/5) : définitivement moins à l’aise dans ce 4-3-3 que dans le 4-5-1 avec ce rôle de 9,5 qu’il affectionne particulièrement. Aucune frappe, aucun décalage, rien. Et ça fait 2 matches que ça dure. Remplacé à la 66e par Gradel (Dieu tout pourri, 0/5) qui a disputé plus de 45 min et donc mérite son 0 pointé. Ton placement est une honte : si je suis à la place de Galtier, tu vas faire un tour en CFA samedi.

Tabanou (la tribune, 3/5) : enfin, le progrès plutôt (elle est pour toi Damien). Franck a livré une partie correcte face à de sacrés clients, mais on sent du mieux dans son jeu. Plus tranchant dans ses dribbles, plus précis dans ses centres, il revient en forme au pire moment : juste avant la trève. Remplacé à 85e par Mollo (non noté) qui n’a servi à rien, même pas à bien tirer les corners.

Brandão (totem cassé, 2/5) : 1e fois qu’il connaît le goût de la défaite en Coupe Moustache. Son rendement a encore une fois été insuffisant sur le terrain, puisqu’il ne s’est procuré aucune occasion. Il pèse sur la défense, mais n’arrive plus à jouer en pivot comme il le faisait l’année dernière. Et puis sa sortie reste scandaleuse : ton match était merdique, alors compétiteur ou pas, tu sors et tu bosses 2 fois plus dur le lendemain à l’entrainement. Remplacé à la 56e par Erding (pour l’honneur, 4/5) qui a fait tout ce que Brandão n’a pas su faire : des appels, un tir, un but. L’histoire aurait été belle pour lui.

Hamouma (bof, 2/5) : un match sans saveur pour Romain qui semble être un peu au bout du rouleau physiquement. Il est temps que les vacances arrivent pour recharger les batteries et démarrer direct par une semaine à 3 matches.

Le coach (la faute à la doudoune, 3/5) : depuis qu’il ne la porte plus, la réussite le fuit plus facilement. Reprends-la au musée, on veut gagner un trophée cette saison ! Bon, sinon, il a plutôt bien géré son effectif avec une sortie très tôt de la Brandade complètement à côté de la plaque pour Erding qui marque juste derrière. Après, faire rentrer Gradel n’était sans doute pas sa meilleure idée.

Les adversaires : Cavani a joué à tous les postes sur ce match, sauf gardien. Verratti est en train de devenir un très bon joueur, et pour le reste c’est solide. Sinon, Ménez est toujours aussi énervant à voir jouer, et Digne ne vaut pas (plus ?) 15 M€.

La question minitel : la question s’est couchée tard mercredi, et un peu déçue.
minitelpsg

Les Verts sortent de la Coupe Moustache après 120 min très disputées. Encore une fois, ils auront fait vaciller les Parisiens mais n’auront pas réussi à les faire tomber. Dommage. Mais on en retient quoi de ce match ?

Le truc qui m’a un peu saoûlé c’est la Brandade qui fait la gueule sur son remplacement. Le mec est infoutu de marquer depuis plusieurs matches qu’il a quasiment tous démarré en tant que titulaire, ne s’est créé aucune occasion, et en plus, on devrait le garder sur le terrain. Mec, franchement je t’aime bien et te défend souvent, mais là… Remet toi au boulot ! Sinon, gros match de Lemoine, tout le monde est d’accord. Il s’en sort pas mal dans son rôle de 6, mais on aimerait le voir associé avec des joueurs aussi en forme que lui, ce qui n’est pas le cas. Et j’en suis persuadé : si on va aux tirs au but, la Ruff’ nous donne la qualif. Gradel tu fais chier…

 

 Gruger Rocher et Roland Gromerdier

Roland t’offre les images du match, avec la spéciale « Sainté 2013-2014 » : un but dans les dernières minutes. Contre nous.

L’avis d’en face, c’est la Porte de Saint-Cloud Académie qui te le donne. Elle a fait sobre.

Roland tient à remercier le site envertetcontretous.fr, qui relaye l’académie toutes les semaines, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, ainsi que la Divette de Montmartre, qui lui  permet d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Roland tient aussi à saluer le Diable Vert, et te conseille d’aller faire un tour sur son excellent site.

Enfin Roland est aussi sur fessebouc et sur touitère, alors n’hésite pas à venir le voir et à t’en faire un ami. Il ne mord pas, certains le disent même plutôt sympa.

3 thoughts on “PSG-ASSE (2-1 après prolongation), la Forez Académie livre ses notes

  1. « Gradel tu fais chié… »

    Comme un echo de ce qu’on du dire 80% des supporteurs verts (et je suis sympa).

    Très bonne acad’ sinon, d’accord sur quasiment tout.

  2. Que de blasphèmes… vous regretterez vos paroles quand Max-Alain marquera un but du mollet, un dimanche après midi grisâtre de novembre 2014.
    En tout cas, entre les approximations footballistiques de Gradel, et les Avé-Maria de Brandao qui ne fonctionnent plus, on a l’impression que l’omnipotence du Créateur s’arrête aux frontières du Forez, heureusement qu’ils nous reste Lemoine.

  3. @Fouillasse : Max-Alain n’est pas le fils de Dieu, il vient de nous le prouver. Sa trahison envers ses coéquipiers est digne de Judas !

    Qu’il se repente en allant embrasser les poteaux carrés, et qu’il fasse son pèlerinage de Saint-Etienne jusqu’au Stade de France, à genoux, en portant la Coupe de la Ligue sur les épaules pour demander pardon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.