PSG / OL (5-0) – LA PORTE DE SAINT-CLOUD REGALE

Salutations, cher public.

Suite de nos aventures locales, après avoir récupérer le statut de favoris de la LDC, suite à un set infligé à une équipe de niveau Europa League (et encore, pas sûr qu’ils fassent les poules).

Pour ce retour à la routine, un match intéressant, face au vrai champion de France (dixit, Aulas’ rules). Équipe schizophrène par excellence, on ne sait jamais à quoi s’attendre avec cet adversaire, ça cogne Man Shit’y lundi, pour se faire retourner par Caen mardi. Une constante par contre, elle nous casse les couilles à chaque fois, surtout quand faut stopper une série d’invincibilité.

Intéressant aussi, et surtout, parce qu’il peut être synonyme de record, local, si le sans faute se prolonge.


DIE MANNSHAFT :

La formule est toute trouvée, reste à placer les hommes. Numéro 1 est dans la cage, comme c’est toujours aussi flou, je préfère attendre avant de donner son nom.

Le back four est connu, Ô Montro promène Presnel, Juan et Thomas essaieront de pas trop subir, et surtout de bien attaquer. Marqui/Verratti faute d’avoir un autre milieu disponible, le trident (KAN) pour soutenir Edi.

Lyon envoie son 4/4/1/1 très efficace face à Shit’y, moins face au Shaq’Dort.

psg/ol


DAS SPIEL :

L’Olympique Lyonnais, le meilleur adversaire du PSG, Aulas et son égo, Aulas face au Qatar, Aulas et les extraterrestres. Extraterrestre, le terme exact pour parler de Kylian Bolt, toujours plus vite, toujours plus haut.

Mais pour obtenir un tel résultat, le scenario un peu fou est nécessaire, alors le capitaine offre l’élément perturbateur d’entrée, en mettant Nabil sur le flanc d’entrée, sans faire faute, propre jusqu’au bout. Lopes justicier volant, et abruti, d’en face décide de refumer Mbappé, aux bons souvenirs de la saison dernière, mais cette fois, ça passe pas, et Neymar danse avant de transformer la sanction. Même pas 10 minutes, et on se dit que c’est fini.

Mais Lyon aime se frotter aux gros (clubs), pour l’honneur de la L1, l’honneur des petits budgets, les Aulas’boys dominent, mettent le bordel, mais budget oblige, y a un gardien 5 étoiles en face, et lui il est pas là pour faire de cadeaux, malgré toute sa classe.

Le scenario semble lancé sur sa douce rivière, lorsque Presnel, assisté de la VAR (pour le côté FX) s’en va tester les protège-tibias de Tanguy, ce qui lui offre une fin de match prématurée, et à Edi aussi.

A deux doigts d’éteindre la TV face à l’absence de mes amours, je sens Morphée venir me tutoyer, tandis que Tousart en a marre, et veut rééquilibrer la feuille de match au niveau des cartons. Une faute conne, un second jaune, c’est l’heure de la mi-temps.

 

On imagine que la seconde mi-temps va être plus calme, les coachs vont s’ajuster, les tactiques plus carrées. 7 minutes, ça tient 7 minutes avant que Silva envoie une relance de merde sur Cornet, qui rebondit sur le poteau de Gigi, dans la foulée ballon voyage jusqu’à Mbappé, qui touche le poteau de l’autre idiot.

 

Neymar décide de reprendre le contrôle des opérations, et commence à naviguer entre les lignes, personne côté lyonnais ne se dit que ça peut être dangereux. En même temps, Kyky se chauffe encore, et décide de mettre le Jérémie Janot lyonnais en confiance, doucement, l’amener à un pic de confiance.

Manque de pot, Kyky chauffe vite, et au bout de 8 minutes, de duels foirés, il enclenche enfin la première, décide de plier ce « match » en 13 minutes, et continue de graver son nom dans l’histoire, avec un fournisseur en mode samba.

La victime, dans un spasme, tente de sauver l’honneur, mais Gigi, sans pitié, s’en va claquer un ballon sur la barre, quitte à faire les choses bien, autant les faire proprement.

 

Fin de la soirée en fête, on se dit tous au revoir avant d’aller en vacances, la grosse boum avec Neymar qui arrive enfin à chevaucher Mbappé, et Thomas pour l’ambiance.

See you le 20, pour se remettre en jambes face à Amiens.


DIE NOTIZEN :

BUFFON (4/5) : Seul le grand Nolan Roux a réussi à le trouer depuis qu’il a mis les pieds en L1, preuve de fiabilité, ça me rappelle la 505 de papa, qui dépanne toujours.

MEUNIER (3/5) : A sacrifié les chevauchées crinière au vent pour bosser défensivement. Solide dans le sale boulot.

TIAGO SILVA (4/5) : Sort d’entrée Fekir sans faire faute (coucou Presnel), pour ensuite tenir la baraque dans le bordel ambiant. Des relances laser, l’art de mettre du suspens en relançant sur Maxwel (le nul, pas notre Maxwell).

KIMPEMBE (NN) : Pas de muselière = accident. A tamponné la carte de bienvenue au club EDF de Tanguy.

BERNAT (2/5) : Pas mauvais, pas extra non plus. Ne comble toujours pas le déficit physique par un peu d’intelligence.

MARQUINHOS (4/5) : Toute la bonne volonté du monde, sans le placement. +1 pour la passe D

VERRATTI (4/5) : Partout, chez les autres, chez nous, dans la tête de l’arbitre, dans le bus de la VAR, dans la colonne cartons jaunes. Les jambes sont là, le vice revient.

MBAPPE (5/5): Pay-back, un penalty pour compenser les vertèbres que Lopes lui a déplacé l’an dernière. Un quadruplé pour refroidir un Lopes chaud, qui croyait à l’exploit. Kykiss my ass.

NEYMAR (5/5) : Certes, pas de quadruplé, mais quel régal. Agaçant pour les autres parce qu’il encaisse sans broncher, mais rend en cassant les reins.

DI MARIA (2/5) : C’est peut être lui qu’il fallait sacrifier… Non, il a sorti un gros match dans le volume et l’envie, utile dans le sale boulot. Prison pour qu’il continue les amis.

CAVANI (NN) : L’homme au sacrifice permanent, a repoussé encore cette notion. J’ai eu mal au cœur en le voyant rejoindre le banc.

KEHRER (3/5) : Sobre, propre. Ne fais pas le con Presnel, tu vas finir par rejoindre Marquinhos au milieu.

DRAXLER (NN) : Julian simule bien le rire lorsque Thomas lâche une vanne avant de le faire entrer.

DIABY (NN) : RAS BIS


REMARQUES :

On l’a déjà constaté, mais Ndombele c’est costaud, oui, je ferai un commentaire positif au sujet d’un milieu adverse assez souvent, en espérant que Antero décide de nous faire coucou.

Thomas Tuchel a l’air d’être un bon comique.

 

PAPUS

 

Papus Camarade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.