Rennes-Montpellier (0-0) : La Breizhou Académie est impuissante

Salut les asticots,

On s’était quittés sur un repas de Noël bien en retard avec distribution de cadeaux à tour de bras du côté de Roudourou, on se retrouve à la maison pour la réception de Montpellier. Une équipe assez peu intéressante en soi, mais qui est deux points devant nous et qu’on pourrait donc dépasser en cas de victoire, tout en se calant bien dans le haut du classement.

La composition :

Nos milieux avaient été laissés au repos contre Guingamp, ils sont donc de retour, Sarr ne se repose toujours pas. Bensebaini est suspendu, c’est Léa-Siliki qui (hihi) occupera le côté gauche de la défense, la nouvelle recrue Souleyman Doumbia étant trop juste pour débuter. Ca donne donc :

Koubek – Léa-Siliki – Mexer, Da Silva, Traoré – Grenier, André – Bourigeaud, Ben Arfa, Sarr – Niang

Le match :

J’ai pas vu les dix premières minutes, mais apparemment on avait du mal, avant de se réveiller un peu. Une première période globalement pas dingue avec seulement un tir cadré de chaque côté, mais un constat : avec des bons joueurs un peu en forme sur le terrain, le Stade Rennais est une équipe de qualité. On a un Léa-Siliki très actif à la récupération en coupant bien les trajectoires de passes, un milieu qui étouffe son vis-à-vis et un Niang précieux en point d’appui. Ca ne se concrétise pas, mais c’est bieng.

Juste avant la pause, Aguilar envoie son pied dans la tronche de Sarr, qui reste plusieurs minutes au sol et finira le match avec une feuille A 4 dans la bouche. Un jaune qui aurait dû être un rouge et qui aurait sans doute changé beaucoup de choses. Mais bon, comme disait mon grand-père : « si ma tante en avait, on l’appellerait ‘mon oncle’ « . Je t’embrasse papy.

Les Rennais attaquent le deuxième acte pied au plancher sous la houlette de Ben Arfa. Après un coup franc envoyé sur l’extérieur du poteau montpelliérain, le meneur se lance dans un rush dont il a le secret et qui se termine par un amour d’enveloppé du gauche sur l’autre poteau. On bande tout en pleurant, c’est un concept assez troublant. À l’heure de jeu, il insiste et balance un nouveau coup franc vers la lucarne de Bertaud, mais ça retombe juste derrière la barre.

Après ce temps fort, Montpellier réagit, sans trop inquiéter la défense bretonne. On se procurera même deux nouvelles situations en fin de match, toutes deux vendangées dans les règles par Grenier : un surnombre à 5 contre 3 où il choisit la seule option pourrie sur les trois possibles, puis une reprise à 25 mètres des buts que Bertaud avait désertés, certes peu évidente mais qu’il ne cadre ni en hauteur ni en largeur. De quoi se mâchonner allègrement les gonades.

Largement mieux dans le contenu technique et dans le schéma de jeu, mais un manque criant d’intensité avec des sorties de balles propres mais trop lentes et un impact trop faible devant le but. En face, une équipe sans panache mais très bien organisée. Un match nul pas illogique mais qui aurait aussi pu être une victoire. Un peu frustrant mais trop, en somme. Démerdez-vous avec ça.

Les joueurs :

Koubek : 3/5. Pas eu grand chose à faire, mais il semble avoir retrouvé de la confiance et ça c’est cool.

Léa-Siliki : 3/5. Ma grand-mère centre mieux que lui, en revanche elle est nulle à la récupération alors que James a ratissé comme un jardinier.

Mexer : 3/5. C’est propre.

Da Silva : 3/5. Sa sortie sur blessure est la vraie mauvaise nouvelle du match. Espérons que ça ne soit pas grave. Remplacé par Nyamsi (82e), tiens ça fait plaisir de te revoir.

Traoré : 3+/5. Ce n’est pas celui qui prend le plus la lumière dans l’équipe, mais il fait assurément partie de ceux dont elle vient le plus régulièrement.

Grenier : 1/5. On dirait qu’il se cache sur le terrain et quand il se montre, c’est pour saloper un contre et une volée sur un but vide en fin de match. Leader technique, qu’ils disaient.

André : 3/5. Faudrait sérieusement penser à la cloner, il est indispensable.

Bourigeaud : 2/5. Moins en vue que sur ses derniers matchs.

Ben Arfa : 3/5. Des fulgurances, des actions de grande classe et deux poteaux. A côté de ça, des gâchis, mauvais choix, tripotages de balle en masse, mais c’est le prix à payer, on doit l’accepter.

Sarr : 3-/5. J’ai hésité entre 2 et 3 parce que ce n’était pas encore la folie. Mais il a une circonstance atténuante : on l’avait pas prévenu qu’en face on jouait à une variante du football, le ballon-pieddanslagueule.

Niang : 3/5. Sa minasse en lucarne contre Guingamp l’aurait-elle libéré ? C’est pas encore génial, mais c’est déjà mieux que sur tous les autres matchs réunis. Remplacé par Siebatcheu (70e), de plus en plus quelconque.

C’est reparti dès mercredi avec un déplacement en coupe de France contre Saint-Pryvé Saint-Hilaire. 18h30 pour un match d’une compétition qui se veut populaire, c’est du foutage de gueule puissance mille. Mais je devrais pouvoir le regarder. Une victoire propre et nette pour se remettre sur le bon chemin ne serait pas de refus dis donc.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Marco Grossi

Un commentaire

  1. Quel est le souci avec Grenier? C’est d’être dans l’ombre d’André comme ça qui lui fait peur?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.