St-Etienne – Nantes (2-0) : la Canaris Académie livre ses notes

Raynald a quand même passé une bonne année

Salut les p’tits beurres.

Défaite à domicile face à Toulouse avec un but d’Etienne Didot (une vraie petite salope celui-là), puis défaite à Sainté avec un but d’Erding, les Rennais nous ont bien chié dans les bottes en fait.

Rien à dire de particulier sur le match face aux Verts, joué sur une surface étrange, mi-boue, mi-caca, qui n’a pas favorisé le spectacle et qui nous laisse deux blessés sur les bras (Veigneau et Djordjevic). Les Stéphanois ont eu l’intelligence de marquer sur l’un de leurs rares temps forts, chose que n’ont pas su faire les Nantais. C’est pas comme si on avait eu des tonnes d’occasions non plus, il est vrai. Match un peu triste donc, avec en plus ce penalty concédé en fin de match, qui tuera à la fois le suspense et l’esprit du jeu. La prestation des Canaris était de toute façon bien trop insuffisante pour espérer la victoire, mais le point du nul n’aurait pas été volé au vu de la seconde période.

Le premier Stéphanois est à 10m, le ballon effleure le bras, faut pas déconner quand même. Allez Chaker, la prochaine fois tu feras un contrôle aérien sans les bras, ça t’apprendra tiens.

 

La compo et les buts :

terrain

24ème : Erding sème Vizcarrondo et peut remiser sur Corgnet, qui frappe au but. La balle est légèrement déviée par Djilobodji et échappe à Rémi Riou. 1-0.

83ème : M. Jaffrédo décide de faire finir la rencontre 10 minutes en avance et accorde un pénalty aux Verts, qu’Erding transforme sans difficulté. 2-0.

 

Les gars de chez nous :

Riou (3/5) : Ce mec a un front énorme, c’est peut-être pour ça qu’il ne voit pas les ballons arriver.

Cissokho (2/5) : Le match de trop pour Issa, complètement rincé.

Djilobodji (2/5) : Il a ressorti sa collection de relances automne-hiver 2011, apportant des cadeaux par milliers en forme de ballons dans les tribunes du Chaudron.

Vizcarrondo (1/5)Non. Pas Erding.

Veigneau (2/5) : Violé à quelques reprises par Mad Max-Alain Gradel, puis blessé, joyeux Noël, merci mon cul. Remplacé par Alhadhur (50ème), bien meilleur mais malheureux sur le penalty stéphanois.

Deaux (1/5) : Pas vu du match.

Touré (3/5) : Avec la démission de Deaux, il y avait du travail pour deux, et Birama ne s’est pas défilé.

Bessat (3/5) : Quelques accélérations qui ont mis la défense adverse en difficulté, mais pas vraiment soutenu dans ces moments là. Remplacé par Nicolita (77ème), applaudi mais peu en vue.

Gakpé (4/5) : Le seul Nantais dangereux et capable de faire la différence en un-contre-un. Malheureusement toujours aussi inspiré face au but.

Bedoya (2/5) : Il a semblé parfois perdu sur le pré, ne sachant pas s’il devait redescendre aider son milieu de terrain ou jouer plus en pointe.

Djordjevic (non noté/5) : Sorti trop tôt, puis incisif en interview face à Olivier « Je ne fais que mon travail » Tallaron. Remplacé par Aristeguieta (3/5) (36ème), bagarreur et plutôt précieux dans le jeu aérien.

 

Les mecs d’en face (public tout pourri/5) : On notera la bonne prestation des Verts, surtout après un match dantesque dans la semaine, chapeau bas. Non, le potentiel anal de Sainté s’est plutôt situé dans les talents de comédiens de Corgnet (impeccable dans son interprétation de Sergio Busquets) et Christophe Galthier (inimitable dans son imitation de Robert de Niro, période Taxi Driver). Mais ce n’est rien en comparaison de la prestation d’ensemble du public stéphanois, entre grève des Ultras, prise en grippe d’Aristide Guetta (après un choc tête contre tête avec Brison), et les « Olé » en fin de match après un cadeau arbitral. Pitres. Roland Gromerdier est bien plus sympa, et était lui au musée.

Plouf.

 

Raynald a quand même passé une bonne année 2013, malgré les images du match.

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

2 thoughts on “St-Etienne – Nantes (2-0) : la Canaris Académie livre ses notes

  1. Allez, ils vous l’ont annulé le carton du grand chevelu, on se quitte bons amis quand même (ça doit être une 1ère ce genre de trucs ou pas loin).

    Sinon, pour le public, c’est ce qui nous pend au nez si la situation ne s’améliore pas avec les groupes : un public « made in plan Leproux » avec des olés, des olas, et des tifos sponsorisés. C’était tout triste comme ambiance, et ça fait très très bizarre de pouvoir entendre Galtier alors que le stade est aux 3/4 plein. Par contre, le public s’est réveillé quand les gars de chez nous ont commencé à nous traiter d’enculés : faut pas déconner non plus.

  2. Ah non, mais on a aussi notre dose de connards hein. Mais c’est vrai que ça fait chier, parce que j’aime bien Sainté en plus (nos vrais rivaux historiques, c’est vous), et que j’avais jamais vu Geoffroy-Guichard comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.