STRASBOURG – OLYMPIQUE LYONNAIS (2-3), la Verdam mi ! revient, ça tourne mal

Il y a eu de l’action cette après-midi, du coup pas besoin de meubler particulièrement, mais on va tout de même faire un petit point mercato, puis compo d’équipe, histoire de parler des forces en présence.

La toute fin du marché nous a offerte le gros mouvement, avec l’arrivée d’Habib Diallo, certainement tout heureux de retrouver le monde civilisé, l’eau courante et les régions où les deux membres d’un couple portent des noms de famille différents, après des années passées en Lorraine. En plus d’être un bon joueur pour autant que je sache, cela nous permet de découvrir qu’on avait tout cet argent en banque, parce que got verdeckel ! 10 millions sur un seul joueur, j’aurai pas cru qu’on puisse se le permettre !

Waris est définitivement transféré et Idriss Saadi revient de prêt, deux bonnes nouvelles : le premier car il avait montré de belles choses l’an passé et le second car c’est le chouchou de l’auteur de ces lignes ! Et bien entendu, cela correspond à la priorité de la cellule de recrutement : empiler les attaquants de pointe. Axe capital de la stratégie du club, il s’agit bien évidemment de ne surtout pas avoir dans l’effectif d’attaquants de couloir, capables de jouer en percussion, ce qui apparemment serait vu comme une tragédie. Seul pour le moment le petit Kévin-Lucien Zohi résiste à cette volonté, nous lui souhaitons tous nos vœux face à cette adversité.

On enregistre aussi le retour de Aholou, ce qui ne manque pas de nous ravir.

Et côté départ, ce sont N’dour, Corgnet et Grimm qui nous quittent. Vu leur temps de jeu et ce qu’ils montraient quand il étaient utilisé, on comprend pourquoi. On ne pourra plus croiser Jérémy Grimm dans le tram strasbourgeois et c’est dommage, mais c’est surtout à notre Dim-Dim qu’il va manquer. On lui souhaite de ne pas trop faire la boude tout de même, on a besoin de lui !

C’est donc avec sensiblement les mêmes joueurs que l’an passé que Thierry Laurey peut s’affairer à son jeu préféré (non, ce n’est pas le même que vous, bande de petit cochons !). Son truc à lui, c’est d’essayer de placer le plus de défenseurs et de milieux défensifs au coup d’envoi, et aujourd’hui c’est une réussite flagrante, vu qu’on aligne deux joueurs offensifs. Non, on ne va pas compter Dimitri dedans, chuuuut, sinon il risque de nous l’enlever au prochain match.

On commence donc le match positionnés ainsi pour une demi-heure :

Et, on y reviendra, devant la catastrophe qui s’annonçait, on a fini par arrêter les conneries et présenter un schéma qui ressemble à la composition d’une équipe de foot :

L’action :

Le début est à notre avantage ! On presse haut, les Lyonnais sont assez fébriles et perdent des ballons, ce qui nous permet de tenter les trois premières frappes du match dans les dix premières minutes : par Ajorque, Liénard et Simakan, mais les trois passent loin au-dessus.

Il en faudrait tout de même plus pour nous mettre franchement en confiance, et il suffit d’une passe en retrait ratée de Bellegarde et une belle accélération de Memphis pour mettre le feu dans notre défense, heureusement la frappe de ce de dernier est stoppée par Kamara.

C’est le premier acte d’une comédie en trois temps interprétée par notre défense.

La suite voit Kakweze lancé seul face au but grâce à un splendide effort de Carole : celui-ci prend soin d’avoir quelques mètres de retard sur l’alignement du reste de la défense, puis démarre sa course en avant juste après que la passe en profondeur est donnée, de manière à laisser tout juste l’attaquant en jeu. Kakweze se trouve donc devant Kamara, et lui tire mollement dessus, ce qui s’avère amplement suffisant pour marquer. 0-1.

On craint le pire quand Paqueta se trouve aussi lancé par une balle en cloche au-dessus de notre défense passive, alignée tranquillement à 45 mètres de son but. Heureusement qu’il était hors-jeu d’un poil…

On ne s’arrête pas en si bon chemin, et sur une contre-attaque (mais quelle attaque me direz-vous ?) à cinq contre trois, Memphis remonte toute notre moitié de terrain sans être attaqué avant d’adresser une passe parfaite à Toko-Ekambi qui n’a plus qu’à placer ce bon vieux plat du pied sécurité pour le 0-2. Tout ceci avant la 25e minute.

Autant dire qu’à ce moment je me demande vraiment si ça vaut la peine de continuer à s’infliger cela. Et j’ai très peur de la branlée qui s’annonce.

Mais une action me donne envie de poursuivre le visionnage de cette potentielle boucherie. A la demi-heure de jeu, un ballon récupéré haut côté droit permet de trouver Ajorque dans la surface, qui remet parfaitement en retrait. Aholou à l’entrée de la surface n’a plus qu’à frapper et place très bien son ballon à ras de terre au milieu du but. Déjà prêt à courir vers le kop pour célébrer, il se rappelle qu’il n’est pas à l’entraînement et que c’est un gardien compétent qu’il a en face. Pendant ce temps, Lopes se relève et relance.

Cette première grosse occasion redonne également de l’espoir à notre coach, qui décide de sortir un défenseur, Carole, pour entrer un attaquant, Diallo. S’ensuive deux belles actions à nouveau, avec une tête de Mitrovic bien maîtrisée qui est captée par Lopes, puis une frappe d’Ajorque au-dessus après une merveille d’enchaînement contrôle orienté-centre de la part de Liénard.

Mais comme il reste compliqué de passer dix minutes sans faire de bouffonneries derrière, on encaisse un nouveau but après une passe admirable de Mendes pour Memphis, qui s’amuse de Liénard dans la surface (pourquoi notre milieu gauche défend dans la surface sur leur attaquant de pointe ? En voilà une bonne question) avant de servir Toko Ekambi qui conclut à trois mètres du but sans trop d’opposition évidemment, faut pas déconner. 0-3.

A ce moment-là, il est vrai que la honte n’est pas loin. heureusement, on n’a pas tant que ça le temps de cogiter et l’on marque immédiatement sur le coup d’envoi. Une longue balle devant, Bellegarde frappe, c’est repoussé par Lopes, et là Diallo se rappelle qu’il en doit bien une aux gens qui ont accompli une véritable mission humanitaire en le secourant depuis sa contrée reculée. Il surgit pour inscrire son premier but en bleu et blanc. 1-3.

La deuxième période commence avec des Strasbourgeois qui se battent, ce qui est évident sur le second but inscrit suite à une frappe de Diallo renvoyée par Lopes, mais ce sont les Strasbourgeois, nombreux dans la surface, qui se battent pour récupérer la balle et poursuivent l’offensive, qui sera conclue par Aholou sur une passe un peu éclatée de Simakan. 2-3 à la 55e.

La deuxième mi-temps est moins mouvementée que la première, ce qui me permet de ne pas non plus avoir à tartiner des pages et des pages pour cet article, et ça me va aussi. Profitons donc pour faire un point statistiques.

A la 60e, en ce qui concerne les frappes, on en est donc à 15 de notre côté, pour 8 cadrées, contre un total de 7 pour 4 cadrées. On peut raisonnablement en tirer que si les joueurs adverses ne se retrouvaient pas systématiquement seuls face au gardien ou au but, on pourrait espérer mieux. Ah oui, et niveau centres, un quart d’heure plus tard, c’est du 19 contre 3. En fait, les lyonnais nous ont battus les mains dans le slip, Toko Ekambi a déjà eu à forcer bien plus après un plat de quenelles que pour nous sortir un doublé ce soir.

Des occasions de part et d’autres jusqu’à la fin de match, les plus franches étant lyonnaises, même si l’on poussera jusqu’au bout. Avec notamment l’entrée de Sissoko pour le dernier quart d’heure, quand je dit qu’on a personne qui a le profil pour percuter, ça me termine, on en est réduit à faire entrer un milieu défensif quand on est mené en fin de match…

On aura notamment droit à deux sauvetages sur la ligne, par Mitrovic et Lala, sur la même action ; une belle tête de Dembélé sur un sacré centre de Memphis, pour un bel arrêt de Kamara ; ou encore une frappe à côté de Aholou très bien servi cette fois par Simakan qui avait déposé Denayer ; mais le score ne changera plus.

2-3 et la 18e place, pas vraiment de quoi se (Benjamin) pavaner.

On notera tout de même l’envie, l’abnégation des joueurs, qui ont vraiment essayé collectivement de renverser une situation très difficile. Et l’on regrettera le manque de sérieux de la défense, vraiment ridicule sur les buts.

Conclusion : on ne ressemble pas à une équipe qui descend sur l’ensemble du match, mais sur les buts encaissés, oui. Bonne nouvelle pour Thierry Laurey, qui aura une raison d’essayer de nous caser encore plus de défenseurs la semaine prochaine, s’il en a les couilles.

Les notes :

Kamara : 1/5

On pourrait presque te prendre en pitié avec ta dégaine de 4e segpa en avance sur sa croissance, mais on t’a déjà vu faire bien mieux.

Mitrovic : 2/5

Capitaine d’une équipe récemment passée de CFA2 à la Ligue 1, Mitro a décidé de faire encore plus fort et de passer de joueur de district à défenseur international en une mi-temps.

Koné : 3/5

Meilleur que les autres clowns derrière. Et point bonus pour ce contrôle orienté de la poitrine à la dernière minute qui élimine un Lyonnais, dommage que personne n’ait repris le centre qui suivait…

Carole : non noté, remplacé par Diallo : 4/5

Vraiment intéressant ! Propre techniquement, présent dans la surface, ils ne se sont pas marché sur les pieds avec Ajorque alors qu’ils ont le même profil et il marque, c’est très prometteur.

Lala : 1/5

Il serait bon d’arrêter de se moquer du monde.

Liénard : 4/5

Chaque équipe devrait avoir son Dim-Dim. merci pour tout.

Simakan : 4/5

A l’aise aux deux postes qu’il a occupé ! Tel Michel, il fut Vaillant.

Aholou : 4/5

Un plaisir de te retrouver ! J’avais un peu peur que le niveau ne soit pas celui auquel tu nous as quitté. Mais tu étais bien fringant cette après-midi.

Bellegarde : 4/5

Plusieurs erreurs de passe qui auraient pu coûter cher, mais tellement de ballons récupérés, de mètres gagnés balle au pied… Symbole de cette équipe qui se bat mais fait des erreurs grossières.

Thomasson : 2/5

Pas d’influence. Pour une fois.

Ajorque : 3/5

Utile, sans être extrêmement dangereux. Un bon match, mais aurait pu être plus efficace.

Les images :

Relégables et un peu distancés à présent, il s’agira de prendre des points rapidement. On s’est habitués aux débuts de saison pas franchement folichons depuis quelques années, mais là ça devient préoccupant.

En espérant vous revoir rapidement pour des aventures plus joyeuses,

Leonard Speck

Leonard Speck

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.