La Calcio Académie vous raconte la 34e journée de Serie A (20-21) :

Ciao ragazzi,

Je crois que je suis content pour l’ami Kiki. Un scudetto mérité, après lequel l’Inter court depuis très longtemps. Et ça me dégoûte de pas être en colère d’avoir perdu. Regarde, footargent, ce que tu as fait de moi !

Sinon, Spezia et Toro sont les grangagnan du En-bas-du-classement et tout le monde a gagné dans le En-haut-du-classement. Tour d’horizon des matches du week-end en bonne compagnie.


Hellas – Spezia (1-1) :

Alors que nous les pensions à l’abri d’une relégation pourtant annoncée en début de saison par l’immense majorité des suiveurs du Calcio, La Spezia tremble à nouveau. La révolte des Sardes et les matchs en retard du Toro ont replacé les Ligures devant la dure réalité du maintien. Leur jeu s’est petit à petit éteint. Le match contre l’Hellas a confirmé l’impression de ces dernières semaines. Les locaux ont dominé outrageusement le match, les hommes d’Italiano subissent et se créent peu d’actions dangereuses.

Di Marco tape le poteau et Lasagna se voit refuser un but par la VAR. A force de pousser, les Véronais finissent inévitablement par marquer. Salcedo vient catapulter une tête rageuse le ballon au fond des filets de Provedel. Pourtant le portier de La Spezia a tout fait pour retarder l’échéance, multipliant les arrêts de grande classe. On se dit alors que la messe est dite. Pourtant dans les dernières minutes, Saponara tout juste entré en jeu, égalise d’une frappe taclée (si, si) qui passe entre les jambes du malheureux Silvestri. La Spezia arrache un nul absolument pas mérité mais qui peut s’avérer précieux dans le décompte final.

Buteurs : Salcedo (46e) / Saponara (86e)

Image rare, Provedel à poil sauvant un point à Vérone


Napoli – Cagliari (1-1) :

Énorme coup dur pour le Napoli qui perd des points bêtement, face à un Cagliari qui doit sauver sa peau.
Beaucoup d’occasions dans le match, de part et d’autre, des poteaux, des arrêts incroyables des deux gardiens, un but de renard d’Osimhen et surtout une erreur de marquage d’Hysaj au bout du bout du bout à la 95e qui permet à Cagliari de prendre un point, et surtout au Napoli d’en perdre deux, majeurs dans la course à la Ligue des Champions.
5e au classement pour le moment, le Napoli est à la place du con et aimerait ne pas y rester. Calendrier assez optimiste néanmoins avec un déplacement à la Spezia la semaine prochaine, qui permettra d’y voir plus clair.

Buteurs : Osimhen (13’) ; Nandez (95’)


Crotone – Inter (0-2) :

L’Inter a souffert comme lors de toutes ses dernières sorties. Cette fois ci Darmian n’est pas le héros du jour. La lumière est venue d’Eriksen. La saison du Danois est faite de contraste. Peu ou pas utilisé par Antonio Conte, l’ancien spurs avait même failli faire ses valises. Le PSG était prêt à faire une offre. Le Covid et la prudence du mercato ont fait capoter l’affaire. L’Inter ne le regrettera pas. Le milieu est l’un des hommes forts de cette saison. Après avoir égalisé contre le Napoli, Eriksen récidive. Il vient soulager une équipe en manque d’imagination et franchement épuisée. En dépit de sa future relégation, Crotone s’est battu avec ses armes, sans jamais renoncer. On ne va pas se mentir, ils n’ont que très rarement mis en difficulté la défense de l’Inter. Il faut dire que le trio Skriniar-De Vrij- Bastoni est drôlement solide.

Buteurs : Eriksen (69e) et Hakimi (90e +2)

Le 19e Scudetto fêté sur la Piazza Mercanti

Le Scudetto atterrit donc cette année en Lombardie. On aurait préféré une belle fête à domicile et des tribunes remplies mais on se satisfera de ces images de la Piazza Mercanti, de ces chants à l’unisson, de cette frénésie de klaxon et de cette fierté retrouvée après onze longues années de disette. Dimanche, la Superleague semblait bien loin et on ne s’en plaindra pas.


Lazio – Genoa (4-3) :

La Lazio est toujours en course pour une place en Ligue des Champions. Après avoir étrillé un Milan affaibli, les Biancocelesti se sont payé le scalp du Genoa. Malgré une petite frayeur en fin de match et une petite déconcentration coupable, les hommes de Simone Inzaghi restent à l’affut. Faut dire que l’équipe a une belle tronche. Et ils ont aussi le petit brin de chance qui peut faire la différence. Correa inscrit le premier but en voulant contrer le dégagement du défenseur. Une fois le premier but inscrit, le Genoa a ouvert les portes en grand. Cette Lazio part de loin mais on miserait bien une piécette sur un petit hold-up en fin de saison.

Buteurs : Correa (30e et 56e), Immobile (43e), Luis Alberto (48e) / Marusic (csc 47e), Scamacca (80e), Shomurodov (81e)


Sampdoria – Roma (2-0) :

L’avantage des supporters Romains c’est qu’ils ont l’habitude de composer avec leur dignité. Après la correction reçue à Manchester, ils se prennent une autre gifle à Gênes. Vivement le match retour jeudi prochain…
La Sampdoria gagne facilement, sans forcer, en marchant et en s’autorisant même une petite sieste. Tu leur donnes quelques journées, ils étaient à deux doigts de jouer l’Europe.

Buts : Adrien Silva (45e), Jantko (65e)

Séance de sport ordinaire d’un tifoso romain le dimanche matin


Milan – Benevento (2-0) :

Victoire obligatoire pour le Milan qui ne déjoue pas les pronostics face à un petit Benevento. Comme d’habitude les Sorciers ont rendu le match plaisant mais aussi facile pour son adversaire tant ils ont laissé des espaces en défense. Beaucoup d’occasions manquées par Milan ou arrêtées par le gardien adverse (Ibrahimovic s’en est mordu les doigts), mais deux buts encaissés tout de même, dont un superbe dans la construction par Calhanoglu, et un autre plus opportuniste de Theo Hernandez (5 buts et 5 passes dé).
Milan recolle au classement et profite des faux pas adverses pour s’installer à la 4e place, avec le même nombre de points que la Dea, deuxième. Suspens, et énorme choc dimanche prochain entre la Juve et le Milan.

Buteurs : Calhanoglu (6’), Theo Hernandez (60’)


Bologne – Fiorentina (3-3) :

Chassé-croisé entre ces deux clubs, qui devraient se sauver mais qui ne sont pas maintenus mathématiquement. Duel de coachs également, entre Mihajlovic et Iachini, l’homme à la casquette et aux 12 clubs italiens. Duel d’attaquants enfin, entre Palacio, 39 ans, et Vlahovic, 21 ans, tous deux acteurs majeurs du match.
Trois buts de part et d’autre, Vlahovic par deux fois, Bonaventura revenu d’entre les morts pour la Fiorentina et tout simplement le premier triplé en Serie A pour Palacio. Incroyable statistique pour lui, à 39 ans et auteur de vrais buts d’attaquants, magnifiques dans leur finition, qui fait écho à la belle statistique qui concerne Vlahovic, plus jeune joueur à inscrire 18 buts en Serie A depuis 1959.
Encore un nul pour la Fio qui affrontera une Lazio très en forme à la prochaine journée.

Buteurs : Palacio (31’, 71’, 84’) ; Vlahovic (22’ sp, 73’), Bonaventura (64’)


Udines – Juventus (1-2) :

Doublé de pénaldo, maillot couleur vomito.


Torino – Parma (1-0) :

Le match de la peur a eu lieu. Et si ce n’était pas la plus bandante des affiches, le Toro a réussi à arracher les trois points à un Parma Calcio qui voit ses dernières illusions de maintien disparaître au coup de sifflet final. Bon, ils étaient déjà partis depuis un moment en vérité mais il fallait bien sonner un peu dramatique. Au coeur de la seconde période, Ansaldi abat un travail de titan sur l’aile gauche, offrant un ballon parfait à Vojvoda qui n’a plus qu’à ajuster Sepe. Avant ? Après ? Des bricoles.

Buteur : Vojvoda (63e) pour le Toro.


Sassuolo – Atalanta (1-1) :

Duel au sommet entre deux entraineurs tactiques et match haut en couleurs qui se solde finalement sur un match nul. Pourtant, la dualité s’est montrée partout dans ce match : un carton rouge de chaque côté, avec celui très préjudiciable du gardien de l’Atalanta à la 22e, et celui de Marlon à la 75e côté neroverdi ; un but refusé de chaque côté pour Zapata et Locatelli ; un pénalty accordé pour les deux équipes, un réussi, l’autre raté.
Et évidemment, un but partout, d’un côté une superbe réalisation acrobatique de Gosens, encore lui, dixième but cette saison pour ce latéral gauche et Berardi sur pénalty pour Sassuolo.
Beaucoup d’occasions nettes de chaque côté mais deux points perdus en route pour l’Atalanta qui pouvait l’emporter avec le pénalty de Muriel raté en fin de match.

Buteurs : Berardi (52’ sp) ; Gosens (32’)

Note Artistique de la journée : 4/5

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.