La Calcio Académie vous présente la 1e journée de Serie A (20-21)

Ciao ragazzi,

Vous avez tous lu notre topo exhaustif qui a fait monter en vous la sève du désir, et bien voilà. Nous y sommes. L’explosion tant attendue : le Calcio est de retour. Huit matches pour commencer, l’Atalanta et l’Inter (et leurs adversaires évidemment) ont droit à un peu de repos en plus pour compenser leur parcours européens ponctués de succès (sauf un). Que les jeux commencent, et puisse le sort vous être favorable (sauf dix-neuf) !


GENOA – CROTONE (4-1)

Les grifoni avaient à cœur de bien commencer la saison après avoir frôlé la B l’année dernière. Et quel meilleur scénario que la réception d’un promu au nom rigolo pour se mettre sur les bons rails ? Les crotonesi n’auront jamais fait illusion. Destro, Pandev d’une louche somptueuse mais surtout du haut de ses 70 ans, Zappacosta et le transfuge turinois Pjaca enfonceront les 4 saucisses dans le fondement de la Crotte. Emmanuel Rivière (vous vous souvenez ?) réduira bien la marque à 2-1 mais sans que cela n’impacte la partita. La saison risque d’être longue pour Crotone, et pas seulement à cause des blagues à la con. Mention spécianale au maillot du Genoa qui réussit à être plus beau que celui du voisin blucerchiati selon moi (je vais pas me faire que des copains).

Les buteurs : Destro (6e), Pandev (9e), Zappacosta (34e), Pjaca (75e) pour le Genoa, Rivière (28e) pour Crotone.


PARME – NAPOLI (0-2)

C’est la reprise pour Napolitains et Parmesans qui, selon toute vraisemblance, ne devraient pas se côtoyer très longtemps au classement. L’un en haut, l’autre en bas, une sorte de 69 footballistique donc.
Comme prévu, le Napoli l’a facilement emporté, sans être trop inquiété, grâce à ses deux buteurs maison, Mertens et Insigne, grâce aussi à Osimhen, qui a beaucoup apporté et déjà convaincu son coach, Gattuso : « Je n’ai aucun mérite. Avec Osimhen, c’est trop facile, il a des qualités impressionnantes. »
Voilà les éloges du Mister à sa recrue, la plus chère de l’histoire du club, pour le mettre en confiance, et l’accueillir, comme on le fait en Italie du Sud, avec le cœur et les tripes.

Les buteurs : Mertens (63′), Insigne (77′).

Les tripes à la napolitaine en question


JUVE – SAMPDORIA (3-0)

Vous retrouverez une magnifique bianconera académie pleine et entière du non moins magnifique Roberto Bettegras, plein (souvent) et entier (tout le temps) lui aussi.


AC MILAN – BOLOGNE (2-0)

Les débuts du Milan sont réussis. Après un gros mercato, beaucoup d’attentes et une fin de saison dernière en trombe, le premier match à San Siro de la saison était attendu par les journalistes, les supporters et amateurs du foot italien. On reprend les mêmes et on recommence : Théo Hernandez énorme, Ibrahimovic monstrueux, l’un passeur décisif, l’autre double buteur. Vous croyez lire une calcio académie du mois de février, mais non vous n’êtes pas bourré, on est bien fin septembre, on approche de mon anniversaire (offrez moi du vin) et Milan a gagné son premier match assez facilement. Tout le monde a été bon, Tonali a fait ses débuts, Ibrahimovic est seul leader du classement des buteurs, et Donnarumma a montré tout son talent pour signer le premier clean sheet de la saison.
Tout va bien dans le petit monde rouge et noir italien, pourvu que ça dure, et tant qu’on boira du pinot noir, du vin rouge et qu’on matera du football italien, sachez que tout ira toujours bien.

Buteur : Ibrahimovic (35′, 51′)


FIORENTINA – TORINO (1-0)

Le Toro a laissé passer sa chance. C’est une phrase que vous risquez de lire souvent dans nos comptes rendus. Nous jouions la première journée. Nous allons pas vous épargner des prédictions hasardeuses mais le Toro semble jouer comme la saison dernière et ce n’est pas une bonne nouvelle pour les Piémontais. L’ensemble du collectif est plutôt cohérent, le problème ne se situe pas là. Si nous devions retenir une raison de ce manque de lucidité dans les moments clefs, il faudrait les chercher dans les têtes et le mental. Belotti, par exemple, rate deux ou trois passes qui ne semblait pas si compliquées que ça à réaliser et gâche des séquences de contre ou même des vrais situations de buts. On ne veut pas critiquer pour critiquer mais ce n’est pas un hasard de voir un tel joueur rester au Toro année après année. Car il a des qualités le bonhomme mais la régularité n’en fait certainement pas partie.
La viola a souffert mais elle a fini par s’imposer. Sirigu ne leur a pourtant pas facilité la tache. L’ancien parisien a même réalisé l’exploit du week-end en arrêtant un but de Kouamé. La Fiorentina mérite sa victoire. Castrovilli débarque de nul part pour pousser la balle au fond à dix minute du terme. La Fio a fait l’essentiel. Il est trop tôt pour savoir si leur saison sera enfin une bonne saison. Mais ils ont encore le droit de l’espérer.
Une autre chose ne change pas, la VAR c’est encore et toujours de la grosse merde : deux buts refusés, de longues minutes d’interruption, la vidéo est la star chaque week-end. Elle crée l’événement et elle n’empêche absolument pas la polémique. Bravo, mission accomplie.

Buteur : Castrovilli 79e

Solidaires avec nos amis de la PL Academy


SASSUOLO – CAGLIARI (1-1)

Ce n’était probablement pas l’affiche du week-end. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Les Sardes s’en sortent par miracle tellement les Neroverdi les ont bouffés. Sans la maladresse de Caputo ou de Berardi, le match aurait vite été plié. C’est aussi la marque de fabrique de Sassu, Ça joue bien au ballon, vers l’avant, c’est presque parfait. Et tout s’écroule. Le responsable, cette fois ci, est la révélation de la saison dernière. Joao Pedro récupère un ballon anonyme sur le coté de la surface. Il fixe son défenseur avant d’adresser un amour de ballon sur la tête de Simeone, le fils de son père prétendument doté d’une paire de couille phénoménale.
On se dit que les carottes sont cuites. Les supporteurs quittent déjà le stade à huis clos. Il ne reste que quelques minutes à jouer quand Bourabia pose le ballon. Le Marocain venait de faire son entrée. Cagliari bétonne son mur avec du ciment de merde, en mettant pas assez de cailloux et trop de flotte. On sait comment faire baisser un devis en Sardaigne. Bourabia ne s’occupe pas des magouilles des spécialistes en BTP, il glisse un superbe coup franc au dessus du mur. Cragno ne peut rien faire. Sassu égalise et sauve l’essentiel.

Buteur : Bourabia versus Bourabia

HELLAS VERONE – AS ROMA (0-0 puis 3-0 par forfait)

On a aimé :
les supporteurs respectueux, Adrien Tameze, le barre/poteau de Di Marco, la Piazza Delle Erbe, la fougue Veronaise, les contres romains et le sens des responsabilités de Pantaleo Longo.

On n’a pas aimé :
Le huis-clos, la défense romaine, les poteaux carrés, le sens de l’éthique de Pantaleo Longo et le match de Diawara, coupable sur les trois buts.
Le rigolo Pantaleo Longo a des valeurs. Son erreur a coûté le match au Giallorossi. Bon c’était pas grand chose, il avait juste oublié d’inscrire un joueur sur la liste officielle, une broutille… Courageusement, il décide de démissionner. Mardi matin, nous apprenions sa signature à l’Hellas Verona. La saison commence bien. On va bien s’amuser.


Note Artistique de la Journée : 4/5

Eh oui, c’est la reprise, tout le monde est content, tout le monde avait hâte, et la Serie A n’a déçu personne.
Une première de Pirlo réussie, un Milan redevenu pendant quelques mois un beau Milan, de la VAR en veux tu en voilà, une affaire de match perdu sur tapis vert qui renforce la légendaire poisse de la Roma, Suarez qui vient avec son petit sac à dos à l’université de Pérouse pour passer un examen monté de toutes pièces… bref, tout y est passé.
Pour notre plus grand bonheur, et pour celui de @FrSerieA sur Twitter qui va avoir de quoi compléter son banter era déjà mythique.

Le petit Suarez savait compter 2 par 2 et lacer ses chaussures, mais toujours pas commander un verre de vin en italien

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même de l'Inter.

2 commentaires

  1. Quel début ! Incroyable cette histoire de tapis vert avec le responsable de la boulette qui signe chez le bénéficiaire dans la foulée. Pas du tout suspect.

  2. Grazie mille Paolo!
    Intéressant d’avoir un compte-rendu de chaque match.
    La Serie A devrait être aussi passionante que l’an passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.