La Calcio Académie vous raconte la 2e journée de Serie A (21-22)

Ciao ragazzi,

On s’est mis un peu à la bourre dès la deuxième journée, pas mauvais les mecs hein ? Non mais c’est juste qu’on se chauffe gentiment, on se met en jambes histoire de pas se retrouver hors de forme dans deux mois. On a un physio d’enfer, Bobby Carlton. Il nous a fait faire des fractionnés à la Picabelle, savant mélange de Picon et de mirabelle qu’on recommande chaudement à toutes celles et ceux ceux qui ont perdu foi en l’humanité, et ben croyez bien que la bile n’a jamais eu aussi bon goût. Bref, on est bien, on est là, on vous partage nos remèdes miracles dès l’introduction (car si la vie est une maladie, la Picabelle en est le remède) parce qu’on est comme ça à la Calcio académie, le cuore sur la main. Allez, en exclusivité mondianale, je vous balance la recette du cocktail de l’automne :

Spritzcabelle :

2 volumes de Picon.
1 volume de mirabelle (artisanale, faite dans un garage avec les mains sales).
2 volumes de 8/6.
1 càs de Viandox.
1 trait de San Pe, parce que bon on est dans la Calcio Académie, bordel.

Pour un automne morne et gris, mais de toute façon vous en aurez rien à foutre puisque vous ne vous en souviendrez pas.

Sans transition, le foot.


Atalanta – Bologne (0-0) :

Nom d’un chibre comment est-ce possible de tirer autant au but et si peu cadrer ? Et bien demandons aux Bergamasques, même si eux ne sont probablement pas au courant non plus. Ils ont tout tenté sans jamais conclure. Mihajlovic a peut-être trouvé sa casquette porte-bonheur, au grand dam du Gasp’ et de ses gaziers.


Salernitana – Roma (0-4) en une image :


Hellas – Inter (1-3) :

Malgré une petite frayeur en début de match, l’Inter confirme sa belle victoire de la première journée. Pourtant, tout avait mal commencé en début de match. Handanovic, soucieux d’éclairer les priorités du recrutement à venir à Zhang et ses frères, délivre un amour de passe pour… Ivan Ilic. Le serbe ne se prive pas pour battre le Slovène avec une facilité déconcertante. Menée, l’Inter vacille et tremble sur les quelques attaques véronaises. Peu de temps après la pause, Dzeko dévie le ballon pour Lautaro lancé plein badin. L’Argentin égalise d’une tête rageuse. Le nouveau venu, tout fraîchement débarqué de la Lazio, Correa fait basculer définitivement le match. Vidal, d’une passe audacieuse, transperce les lignes et trouve Darmian sur son coté droit. Joaquin place un coup de boule imparable. Le Tucu se permet même d’inscrire un doublé en toute fin de match.

Simone Inzaghi peut profiter de la trêve pour souffler un peu. Le recrutement semble répondre à son système et à son style de jeu et les petits nouveaux s’intègrent à merveille au collectif existant. Le champion en titre doit maintenant se confronter à l’Europe. C’est une question d’honneur.

L’Hellas, quant à elle, a manqué de détermination ou de talent. Le jeune Serbe, Ivan Ilic, peut-être le joueur essentiel à cette équipe. Il va falloir l’espérer car Zaccagni est parti le dernier jour du mercato faire le bonheur de la Lazio. Quand ça veut pas, ça veut pas.

Buteurs : Illic (15′) ; Lautaro Martinez (47′), Correa (83′, 94′)


Juve – Empoli (0-1) :

Les cons. L’immense tas d’immenses cons. Je vous propose un truc les gars vous me dites si ça vous botte : on commence la saison avec un bon déficit de confiance, on recrute pas ou presque, on perd notre Cricri d’amour contre deux piécettes à la con et on joue comme des produits d’hygiène féminine usagés. Je suis sûr que ça suffira pour gagner contre un promu, en plus c’est celui qui a été présenté par Kiki notre tifoso de l’Inter alors on devrait bien s’en tirer. Ah ? Ah. Oh… Bon d’accord. Les cons. L’immense tas d’immenses cons.

Buteur : Mancuso (21′)


Lazio – Spezia (6-1) :

Maurizio Sarri a parfaitement réussi ses débuts à la Lazio. Après avoir fumé Empoli, le fantasque technicien a étrillé Lo Spezia Calcio. Faut dire que la situation du club laisse perplexe. Italiano est parti à la Fio’ juste après avoir renouvelé son contrat, le prêt de Pogeba n’a pas été prolongé et le recrutement n’est pas vraiment sexy. On se demande si Spezia ne fait pas tout pour se saborder comme pour coller à sa tradition militaire.

La Lazio s’est amusée comme un chat avec une souris. Verdi ouvre même le score au Stadio Olympico. Les Ligures ne résisteront pas longtemps. Immobile et Luis Alberto n’étaient pas disposés à rigoler. La Lazio écrabouille la Spezia avec la manière et sans forcer outre mesure. Après la vente (un peu forcée) de Correa au pilleurs interistes, la Lazio n’est pas restée sans réaction. Ils ont décidé de piocher Zaccagni à l’Hellas, un futur très bon joueur (qu’ils pourront ainsi vendre à l’Inter dans quelques saisons). Pis c’est bien Mattia ne sera pas dépaysé par l’ambiance dans la curva…

Buteurs : Immobile (5′, 15′, 45+2′), Anderson (47′), Hysaj (70′), Luis Alberto (85′) ; Verde (4′)


Fiorentina – Torino (2-1) :

La Fio’ a vérifié un adage vieux comme le monde : c’est plus simple de gagner quand on reste à onze et quand on joue le Toro. Sans être flamboyant, les Toscans méritent leur victoire. Coté Toro, l’arrivée de Juric et le départ de Sirigu laissaient augurer un redressement mais voir Belotti s’agiter ainsi de tout son corps pour partir nous incite à un peu de prudence. Enfin, si nous ne tirons pas de plan sur la comète, nous éviterons aussi des conclusions hâtives et définitives, même si on parle du Toro…

Buteurs : Gonzales (41′), Vlahovic (69′) ; Verdi (89′)


Genoa – Napoli (1-2) :

Le Genoa retrouvait son public et son stade. Le spectacle était franchement au rendez vous. Insigne a dynamité la défense ligure. Y en avait absolument partout. Le Genoa a fait mieux que résister, parvenant même à égaliser sur une beau contre conclu par Andrea, le fils de son père (c’est certain). Non Andrea n’est pas le fils à Esteban, non il n’est pas argentin, mais oui, ce garçon a du talent.
Malgré l’égalisation, le Napoli n’a pas vraiment douté. Quelques instants plus tard, Petagna, le super super sub, finit par faire plier Sirigu (qui a dit que c’est pas le truc le plus compliqué du monde ? ) d’une tête surpuissante.

Buteurs : Cambiaso (69′) ; Fabian Ruiz (39′), Petagna (84′)


Milan – Cagliari (4-1) :

Les Milanaises sont déjà en haut du classement, comme il y a quelques mois, au soir de la 38e journée. Premier match avec le retour du public à San Siro depuis 559 jours pour Milan dont certains joueurs découvrent ce stade avec du public (Tonali, Brahim Diaz, Tomori, Giroud…) et quel cadeau de bienvenue aux tifosi ! Une première mi temps avec un rythme de dingue, un coup franc en lucarne (Tonali), cinq buts marqués et beaucoup d’occasions. Le match de Giroud est très bon et outre son beau premier but et un penalty chanceux, il s’est procuré bon nombre d’occasions et a beaucoup participé au jeu, permettant à Brahim et Leao de s’illustrer (passeur décisif et buteur respectivement). Cagliari a eu du mal devant et peut remercier Godin et son gardien sans qui ils en auraient pris 7.
Milan impressionne malgré l’absence de trois cadres (Bennacer rentré en jeu, Kessie et Ibrahimovic blessés) mais devra confirmer pendant sa semaine de l’enfer après la trêve contre la Lazio, Liverpool et la Juve. Bon courage aux tifosi du Milan…

Buteurs : Tonali (12’), Leao (17’), Giroud (24’, 43’) ; Deiola (15’)


Udinese – Venezia FC (3-0) :

Encore une défaite pour Venise, qui n’a toujours pas pris le moindre point en Serie A… ni marqué le moindre but.
Belle branlée mise par l’Udinese, bien aidé par les gros errements défensifs du club de la cité des doges. Un peu folle, cette équipe de Venise devra à tout prix trouver un équilibre au risque de se faire désosser toutes les semaines par des équipes qui attendront gentiment une erreur défensive. Deux matchs et ce promu nous rappelle déjà le Benevento de l’an passé, se procurant des occasions mais en concédant toujours beaucoup également.
Les deux prochains matchs (Empoli et la Spezia) seront plus abordables et déjà décisifs pour ne pas être totalement largués. Côté Udine, c’est un beau début de championnat après le point glané contre la Juve la semaine dernière. Parfait pour commencer son championnat, et ses deux premiers matchs (à domicile).

Buteurs : Pusseto (28’), Deulofeu (70’), Molina (93’)


Sassuolo – Sampdoria (0-0) :

Clairement deux points de perdus pour les neroverdi qui ont bien maitrisé ce match en ayant les meilleures occasions. Comme contre Milan au premier match, la Samp a eu ses moments dangereux, qui auraient pu, avec plus de chance, se transformer en buts, mais pour le moment l’efficacité est loin d’être au rendez-vous. Toujours aucun but marqué, un seul encaissé et un seul point pris en deux matchs pour les Genovese.
Sassuolo, lui, confirme la belle victoire sur le terrain du Hellas la semaine passée. Quatre points et déjà la première partie du tableau.

Note Artistique de l’Equipe 4/5 :

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.