ARSENAL – READING (2-1) : LA GUNNERS ACADEMY EST EN FINALE (ENCORE)

Luis Arconada likes this.

« On est en finaaaaaale, on est en finaaaaaale, on est, on est, on est en finaaaale ». Voilà, ceci est mon humble contribution à l’association « Une chanson pour un footix », qui aide au quotidien les supporters à traiter certains troubles de la personnalité tels que la ola au stade, l’usage de perruques multicolores ou encore la découverte d’une passion pour le PSG.

Le-match

La finale oui, mais encore une fois, assez laborieusement. Pour moi d’abord. Organisation bancale, arrivée au pub à la mi-temps, obligation morale de dédommager en pintes les amis stéphanois Roland Gromerdier et Fouillasse, venus à l’heure eux pour soutenir la cause nord-londonienne. Et le Mon Chéri sur le cake, la box dudit pub qui abandonne et nous oblige à regarder Chelsea-MU. Chelsea-MU putain, ils m’ont pris pour qui les gonzes, pour un amoureux de tchouk-ball ou quoi ? Au fait, si toi aussi, tu as été contraint de faire du tchouk-ball à l’école, n’hésite pas à le faire savoir. Bref, en gros, j’ai pu voir que les prolongations, le but de raccroc de Sanchez et rideau. Heureusement que le replay existe, j’ai pu me payer le luxe de regarder cette rencontre SOMPTUEUSE.

Oui parce que sur le terrain aussi c’était laborieux. Arsène avait choisi d’aligner Welbeck plutôt que Giroud en pointe, histoire de lui donner du temps de jeu et de faire souffler le Français (oui pour certains ya du turn-over, va savoir). Mais on s’est vite retrouvés comme des cons en voyant que Reading garait le bus, et que la vitesse de Welbeck ne servait absolument à rien. La première période est pas mauvaise, Arsenal a une très large possession, Federici est obligé de s’employer sur une tête de Mertesacker mais la forêt de jambes autour de la surface nous pose quand même pas mal de problèmes. Jusqu’à ce que Mesut éclaire le jeu peu avant la mi-temps d’une passe pleine d’amour pour Sanchez qui se décide à servir à quelque chose et ouvre le score.

Oui mais. En plus de Welbeck, Debuchy, Gibbs et le grand Szcz ont également été alignés titulaires. Et quand Arsenal commence à s’endormir comme d’habitude à partir de la 50e minute, les trois zozos, hors de forme ou juste nuls, ouvrent grand la porte à des Royals tenaces à défaut d’être vraiment intéressants dans le jeu (ils alignent quand même POGREBNYAK en pointe, bordel). Le but est gag, nous on est dans la merde. Gabriel, entré pour un Mertesacker blessé, touche la barre puis réussit l’incroyable performance de gâcher une offrande du Gobby allemand en tentant de marquer avec le dos. Ramsey, lancé par Alexis dans la surface, foire son duel avec Federici et reprend sur le poteau également. Prolongations, c’est une évidence, mais on la sent même aller aux tirs au but cette affaire. Jusqu’à ce que le très solide portier australien de Reading nous fasse une formidable Régis, sur une frappe tout pétée d’Alexis ; lequel finit son match dégueulasse avec deux buts. La routourne a tourné je crois ; Arsenal a de la chatte.

Les-notes

SZCZESNY: 2/5
Assis par terre disait Louisy Joseph (et si vous savez pas qui c’est, tant pis pour vos tronches, je peux pas vous mettre de la culture en intraveineuse). Assis par terre donc, ouais mais assis par terre, c’est compliqué de garder un but si grand. Encore capable de nous mettre dedans en finale.

DEBUCHY : 2/5
On va pas le descendre, le mec revient de plusieurs mois de blessures et il a pas été trop dégueu. Mais il a du boulot pour se remettre dans le bon sens et récupérer le first spot. C’est pas le tout de vendre des baby-foots.

GIBBS : 1/5
La performance qui rappelle à tout le monde que Monreal est définitivement le premier choix à ce poste. Quand tu penses d’où il partait, l’Espingouin, c’est là que tu captes que Gibbs se glande sévèrement depuis quelques années.

MERTESACKER : 3/5
Pour une fois, il était dans le match, pas de mecs assez rapides pour le faire souffrir en face. Il s’offre même deux occasions sur des coups de pied arrêtés. Et puis boum, sa cheville qui ne supporte plus son grand corps suite à une succession de contacts un peu rugueux. Le passage de relais, qu’on vous dit.

KOSCIELNY : 3/5
La partition habituelle, plutôt facile même. Pas le genre de match à le faire suer du cul.

COQUELIN : 3/5
Très bonne première, mais quelques erreurs évitables par la suite pour ce que je crois être de la facilité. Et puis il s’est oublié une fois ou deux au niveau de l’occupation de sa zone devant la surface. Still quality though.

RAMSEY : 3/5
Un peu enclavé à droite, il s’est dit qu’il a allait pas utiliser le gauche mais plutôt l’extérieur du droit. Comme si un Gallois à moustache pouvait se mettre au niveau du Bel Homme tchèque. Bon, évidemment ça n’a pas super bien marché hein, donc il a changé de côté régulièrement. Moins rayonnant que dans l’axe, plus travailleur aussi. Touche le poteau après avoir montré son sens (dramatique) du un-contre-un.

CAZORLA : 3/5
Juste, comme à son habitude. Rien de transcendant, une belle ouverture pour Alexis quand même. Et un bronzage UV trop voyant. Attention à la faute de goût.

ÖZIL : 5/5
Des bisous dans tous les sens, une première touche infamante, une passe décisive qui fait littéralement le premier but. Son impact sur les matchs commence à se sentir, il touche plus de ballons. D’ailleurs, si nos centraux étaient tous aussi adroits que Koscielny, il aurait fini avec trois passes déc’.

ALEXIS : 2/5
Et je prends sur moi pour pas lui mettre 1/5. Inexistant en première. Il faut attendre des lustres et se bouffer des passes du tibia et des pertes de balle à foison pour avoir droit à un éclair de classe. OK, le mec a une grosse saison dans les jambes, c’est sa première en PL, il est (encore) décisif… Mais je ne peux pas m’empêcher de râler face à ses travers agaçants. Sûrement beaucoup plus incisif avec Giroud ceci dit.

WELBECK : 2/5
Actif, mais un peu inutile en profondeur vu que Reading a beaucoup attendu dans sa moitié, sans laisser d’espace dans le dos de ses défenseurs. Il a donc intelligemment décroché pour aider à la circulation et au repli.

Substitutes

GABRIEL (pour Mertesacker à la 63e minute) : Alors oui, mais attention quand même. On tient compte du fait que ce soit pas forcément évident pour un central de rentrer si tard dans un match, surtout un match de coupe, mais la tentative de plaquage sur attaquant lancé, les têtes pas cadrées à six mètres des cages, on oublie hein. Et on garde tout le reste.

GIROUD (pour Welbeck à 72e minute) : Pas étonnant que son entrée coïncide avec un regain de forme côté Gunners. Il a créé les espaces pour ses milieux en utilisant son cul et a touché le poteau.

WALCOTT (pour Coquelin à la 101e minute) : Ahahaha. Non.

Sinon

Les bonus arrivent…

Facebook-300x300La Gunners Atwittercademy fait dans le social. Tu peux venir nous lire sur la page de l’Acad’ sur Facebook et tu peux nous suivre sur Twitter aussi. On t’a mis des gros boutons, pour que tu puisses cliquer facilement, on sait bien que c’est pas toujours évident.

1 thought on “ARSENAL – READING (2-1) : LA GUNNERS ACADEMY EST EN FINALE (ENCORE)

  1. Rhoooo hé arrête d’être aussi méchant avec Alexis !

    Ouais okai de temps en temps il fait trop son Ribéry 2010 à vouloir sauver le monde… Mais il est décisif par deux fois dans le match. 2 c’est un peu cruel.

    Par contre la passe dé du voile de Chine sur le 1er but est incroyable…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.