ARSENAL – WEST HAM (0-2) : LA GUNNERS ACADEMY LIVRE SES NOTES

Dimitri Payet a vaincu la faim dans le monde, le SIDA, la guerre et même Pierre Ménès.

Roh ce calage. Ce calage phénoménal. Le genre tête dans le volant de ta 205 GTI alors que tu faisais le barbot au feu rouge à côté d’une minette en Twingo. Et là BAM. Cuir. Direct.

Le-match

Alors oui, tatati, tatata, l’Emirates Cup, le Community Shield, on est bien, on monte en puissance dans la préparation. Oui, de l’extérieur, c’est ce qu’il semblait. Beh, en fait non. Voilà pourquoi les résultats estivaux, hein, je préfère me les coller en pendentif. Parce que là clairement, on est un peu revenus en chaussettes et sandales en se grattant les couilles. Non pas que le contenu ait été totalement mauvais. On a même vu quelques trucs intéressants à vrai dire. Mais alors c’était le niveau zéro de l’intensité et de la concentration. Trop peu de frappes pour inquiéter une défense de West Ham bien regroupée (comprendre ici : qui avait planté la tente devant sa surface), trop de baballe qui tourne sans faire la décision, pas assez de verticalité, de passes incisives. Aaah, mon Tchèque romantique nous manque terriblement dans ces matchs-là… A la place, Tonton fait rentrer Walcott. Putain.


Mais nous sommes désormais habitués aux démarrages ratés. 2-0 à la maison contre une équipe de West Ham plus surprise qu’autre chose de voir ses maigres tentatives finir dans les filets, c’est moche certes. Prendre un but par Mauro « Football Manager » Zarate, c’est dur. Mais « il faut raison garder et sa bouche point trop n’ouvrir ». Et ce pour deux raisons très valables : 1) il reste 37 matchs, y a le temps de se remettre en selle 2) les joueurs ont merdé, l’avantage c’est que c’est aisément corrigeable ; et au moins ça devrait leur mettre rapidement la tête à l’endroit, après un Community Shield qui les a peut-être mis un peu trop vite en orbite.

Les-notes

CECH : 1/5
Alors oui, alors bon. Tout le monde descend sur son cul. C’était prévisible. Et c’est un peu mérité. Mais je reste convaincu qu’il incarnera un changement capital cette saison. Et puis mettons un peu en perspective : jetons un œil au marquage sur le coup-franc, à la distance monstrueuse entre les défenseurs et le but. Apprécions la relance de ce génie d’Oxlade sur le deuxième but. Bref, distribuons les tatanes équitablement.

MERTESACKER : 3/5
Suspect malgré tout. Délit de faciès.

KOSCIELNY : 3/5
Peut pas grand-chose sur les deux buts. A limité la casse comme à son habitude. Mais on le sentait pas dans son assiette.

DEBUCHY : 2/5
Y avait pas un moment où on l’avait recruté parce qu’il centrait bien ?

MONREAL : 2/5
Repart doucement dans ses travers de 2013/2014. Il est l’instigateur d’un système de défense particulier : le placement à l’aide d’un bâton de sourcier. Coupable de marquage tout pourri sur le premier but ; se mettre entre ton vis-à-vis et les buts, le BA-BA, l’école de foot, et merde.

COQUELIN : 2/5
Le Francis a montré quelques belles facettes inexploitées de son jeu. Mais inutile de forcer le trait sur des matchs comme ça, et c’est pourtant ce qu’il a été plus ou moins obligé de faire.

RAMSEY : 2/5
Failli l’oublier tellement il a servi à rien. Ah si, quand même, à oublier un Debuchy complètement esseulé sur une contre-attaque pour mieux nous éblouir d’une frappe daubée du cul.

CAZORLA : 3/5
Chez Santi, qu’il pleuve ou qu’il neige, qu’il soit 18 heures ou 5 du mat’, que t’arrives en famille ou solo complètement torché, t’auras toujours un sourire et un chocolat chaud. Le mec, c’est un Kinder Bueno, jamais décevant.

ÖZIL : 1/5
Apparu par phases. De toutes petites phases.

OXLADE-CHAMBERLAIN : 3/5
Et je suis gentillesse, parce qu’au moins il y a mis de la volonté. Quand il fait son taf d’ailier, bon, il chie parfois dans la colle mais il est intéressant. Dès qu’il tente autre chose… Par exemple ressortir un ballon plein axe à 20 mètres des cages en dribblant, sans vraiment défendre derrière, ça c’est vraiment très con. Ça me rassure, il a su rester le même.

GIROUD : 1/5
Les occases sont là. Maintenant va falloir armer ses frappes un peu plus vite qu’une cuillère de trébuchet.

Substitutes

WALCOTT (à la 58e minute pour Coquelin) : Raté pour le coaching, deux minutes avant Zarate doublait la mise. Et sa perf ? Comme d’hab, pas grand-chose à sauver.

ALEXIS (pour Debuchy à la 67e minute) : Histoire de faire ton sur ton avec ses hommes, Arsène avait aussi décidé de partir en zoubida. Oxlade-Chamberlain arrière-droit, Alexis complètement flingué sur la pelouse, et roule ma poule on court après le score. LA DROGUE. Bien entendu, le Chilien n’a rien fait et a failli se tuer trois fois avec sa conduite de balle.

Sinon

J’ai toujours envie de meurtrir sa race à Slaven Bilic. C’est signe de bonne santé paraît-il.

Les commentaires de Canal tendent de plus en plus dangereusement vers le PMU. Qui a pris la décision d’aller déterrer cette estrasse de Jean-Luc Arribart, qui débite sur un ton péremptoire des vérités générales sur le foot, la condition humaine, le Big Bang et même ta femme alors qu’on est seulement à la première journée de championnat?!

Dimitri Payet, Dimitri Payet, Dimitri Payet… On en reparlera quand les mecs auront sorti la tête de leurs culs respectifs. Nan parce que des passes décisives dans une basse-cour, j’en fais aussi.

 

Facebook-300x300La Gunners Atwittercademy fait dans le social. Tu peux venir nous lire sur la page de l’Acad’ sur Facebook et tu peux nous suivre sur Twitter aussi. On t’a mis des gros boutons, pour que tu puisses cliquer facilement, on sait bien que c’est pas toujours évident.

8 thoughts on “ARSENAL – WEST HAM (0-2) : LA GUNNERS ACADEMY LIVRE SES NOTES

  1. @Franck : Et les buts de Bourrepif ? Vous pensez qu’il marque tout seul le grand dadais-gingandé? ?

  2. Il faut quand même noter la posture de Koscielny sur le tir de Zarate. Plutôt que d’essayer de contrer le ballon, il se planque les couilles et tremble comme une fillette. Laissant tout l’espace au 1er poteau.

  3. J’ai l’impression qu’on se chie souvent ces dernières année sur la première journée non?
    Wait and see donc pour ma part

  4. @Géranal : Comportement cohérent : à cette distance, vu le tir de fiotte, t’évites justement de contrer, tu laisses le maximum de visibilité à ton gardien.

    @homerc : Boh, pas plus que ça. Il a couru tout droit souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.