Santa Clara – Porto (1-2) : La Dragão Académie livre ses notes

Quand tu passes de Galatasaray à Santa Clara, il faut te motiver comme pour passer d’Emily Ratajkowski à Brigitte Macron, mais c’est le boulot il faut besogner…

Bom Dia,

Après la victoire « APorto » comme on dit à Galatasaray, retour au quotidien avec le championnat et nos poursuivants qui nous collent aux bonbons comme des morpions récupérés dans une auberge de jeunesse.

Bref retour au championnat avec un déplacement aux Açores à Santa Clara, promu, qui après un gros début de saison reste à une honnête douzième place. Un seul objectif, 3 points et profiter du soleil avant les deux derniers matchs de l’année et enchaîner un 13e succès de rang.

O Equipe :

Sergio décide de rester en 433 mode ligue des champions avec Corona latéral droit, Marega devant lui et un milieu Danilo-Oliver Herrera.

433 la tactique de la LDC

O Jogo :

Dès le début de match, on pousse et on s’installe tranquillement dans la moitié de terrain adverse. On est dangereux sur corner mais en face ça fait le dos rond en nous entendant. Sur la première offensive de Santa Clara, Casillas récupère et envoie Maraga au face à face avec le gardien mais il ne le gagne pas.

Santa Clara essaie de jouer plus haut, on gère pour les aspirer mais les joueurs des Açores restent vigilant et de moins en moins, sauf sur quelques corners mais au bout de vingt minutes ça ne donne rien.

Sur la première accélération de Brahimi, Yacine décale Oliver qui centre pour Herrera mais le Mexicain, gêné par le gardien, ne cadre pas sa tête.

Donc sur le coup l’arbitre demande la vidéo, on se dit c’est pour un péno car le gardien en ratant sa sortie ne rate pas Herrera mais après 2 minutes M. Godinho revient à une faute de Brahimi au milieu de terrain 40 secondes avant.

Bref ça nous casse le rythme et un décalage de Lamas sur Vieira (Patrick oui oui c’est ça le Brésil) voit le brésilien éliminer Casillas mais Militão sauve sur la ligne 26e.

On se réveille et sur le contre Brahimi envoie Telles au centre qui trouve Soares qui marque mais Horsjeu.(28e)

D’un coup, on lâche complet et sur un ballon qu’on regarde, un centre entre les centraux voit Ze Manuel ouvrir le score pour Santa Clara. 1-0 (38e)

Alors qu’on attend une réaction, c’est Santa Clara qui prend la confiance et on retombe dans nos travers en n’étant pas patient. Pourtant quand on enchaine 3 passes, on est de suite dangereux mais on foire la dernière passe ou le centre.

Sur un corner cafouillé Soares traîne pour égaliser. 1-1 (46e)

La fin de la période voit Santa Clara pousser mais sans réel danger pour Iker, car évidemment avec ces conneries 7 minutes de temps additionnel.


Mi-temps :

On ronronne comme Gérard Larcher attendant l’heure de la cantine. En face Santa Clara a pris la confiance mais à chaque accélération on les fait vaciller alors qu’on est au ralenti.

Le soucis c’est les replis défensifs, personne ne vient aider Telles qui doit choisir entre son ailier et Patrick qui monte. 

Sergio décide de sortir Oliver pour Otavio afin de remonter en 442 et amener plus de pression sur l’adversaire.

On n’arrive pas à poser le jeu quand d’un coup, Soares décide d’y aller seul et de frapper, le gardien repousse mais Maregoal est là pour la mettre au fond. 1-2 (57e)

Sur l’engagement une touche longue voit une frappe allumer San Iker mais il sort la parade, SAN IKER!

On se reprend, Brahimi passe enfin mais voit sa frappe repoussée.

Santa Clara ne lâche rien et si le jeu est plus haché, cela permet aux joueurs des Açores de mettre des ballons dans la boite, sauf qu’en face c’est San Iker et San Iker repousse tout.

On laisse la balle pour contrer mais on a l’impression qu’on ne veut pas vraiment faire les efforts. On balance trop souvent et trop loin pour trouver les attaquants qui en ont plein le cul d’être pris pour des labradors.

Aucun ballon n’est joué au sol par les milieux et on se contente de gagner du terrain.    

On se fait balader à partir de la 75e même si Santa Clara ne parvient pas jusqu’à Iker.

A la 83e Sergio décide de sortir Soares pour Oliveira et ainsi muscler le milieu de terrain.

On reprend un peu de consistance dans les dernières minutes notamment grâce à Oliveira ou Marega. Mais dans les arrêts de jeu, Santa Clara se fait la dernière occasion avant de rater son dernier coup-franc en faisant passer ce petit frisson au fond de notre slip.

Allez la victoire et s’est tout.

O Resumo :

M. Godinho le Maurice Barthélémy portugais

O Dragoes :

Casillas (5/5) :

Il est incroyable, Santa Clara il te joue ça comme une finale de ligue des Champions, il était trop vieux et cramé pour l’OM.


rafraîchissant

Corona (1/5) :

Quand il attaque un vrai ailier hein, mais quand il défend un vrai ailier aussi, merde.

Felipe (3/5) :

Amenez lui en encore des mecs avec des IMC de district, il va les bouger et les renvoyer à leur trou sans attendre

Militão (3/5) :

Incarne parfaitement le concept de leader naturel, par exemple à peine arrivé c’est le patron de la défense, sorte d’anti Christophe Castaner.

Telles (2+/5) :

Une soirée mal démarrée en prenant des vagues comme si Brice de Nice s’attaquait au spot de Nazaré, puis quand on l’a aidé dans son couloir, il a géré une main dans le slip.

Danilo (2/5) :

On s’attend à un patron pas au gars qui fait le minimum.

Herrera (2+/5) :

Lui ne lâche rien et essaie d’embarquer les autres, mais quand tu ne réussis pas un contrôle tu fais une Benoît Hamon.

Oliver (1/5) :

Sorti à la mi-temps pour qu’on joue à 11.

Brahimi (2/5) :

Il a eu des accélérations et une énorme occase, mais la première mi-temps à ne pas défendre et 20 minutes à rendre tous les ballons c’est non.

Marega (3+/5) :

Du mouvement, des appels et un but, oui mais t’aurais pu nous rendre le match très facile en gagnant un de tes 3 face-à-face non?

Soares (3+/5) :

Quel match ingrat ! Que des ballons à batailler, aucun centre et sur tes deux occases tu marques et tu fais marquer. T’es un génie!  

O Banco :

Otavio (1+/5) :

On l’a vu une fois, c’est mieux qu’Oliver certes mais léger quand même.

Oliveira (3/5) :

Il a réussi à défendre et contre-attaquer, un des seuls à surnager au milieu.

Maxi (NN) :

Entré pour assurer le score on va dire que ça a marché.


Remarques à la con :

A vaincre sans péril on triomphe sans gloire, on a vaincu en se mettant en péril mais aucune gloire, saloperie de lieu commun.

On revient face à la Roma et pour rappel on les a tapé il y a 2 ans ici et là.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.