11è journée de Liga I Bergenbier avec la Tuica

0

Ah ben tiens, et qui c’est qui est toujours leader ?

Avant de passer à la 11è journée de Liga I, je vous propose la traduction d’un article de GSP.ro qui rend hommage aux 8 joueurs roumains qui n’ont connu qu’un seul club dans leur carrière.

Cornel Dinu (Dinamo)
Le plus titré de la liste, Cornel Dinu est un nom historique de la grande période du Dinamo. Le club est vieux de 65 ans, et pendant 30 de ces années, Dinu a été présent au club ; en tant que joueur, entraîneur, manager ou administrateur. Sa carrière de joueur s’est déroulée de 1966 à 1983, et il ne connut que la tunique du Dinamo pendant ces 17 années. Il gagna 6 titres de champion de Roumanie, 2 coupes et fut nommé joueur roumain de l’année à trois reprises.

Flavius Domide (UTA Arad)                                                                                     Domide occupe une place de choix dans les mémoires des supporters de l’Arad. Né à Arad, l’attaquant a joué toute sa carrière pour le club de sa ville. Il a commencé dans les équipes juniors en 1959 puis fut promu à l’équipe première. Il joua pendant 13 ans pour l’équipe première de l’UTA. Il a gagné deux titres en 1969 et 1970 avec son club et fit partie de la sélection roumaine lors du Mondial 1970.

do;ide

La coupe de cheveux, le maillot : tout y est

Alexandru Forminte (Ceahlaul)                                                                              Forminte a passé 13 ans au Ceahlaul. Il resta au club dans les périodes dorées mais aussi dans les périodes sombres, refusant de quitter le club même quand il stagnait en Liga II. Au début de cette année, la belle idylle a pris fin, son contrat étant résilié d’un commun accord ; Forminte ne faisant plus partie des plans de l’entraîneur. Il chercha une autre équipe sans succès et le Ceahlaul reste donc l’unique club de sa carrière. Il déclara après son départ : « J’ai connu beaucoup de joie sur ce terrain. Cela a toujours été très spécial sur ce terrain, différent pour moi. Même dans les moments de tristesse, la mienne était mille fois plus importante que celle des autres. »

 

Octavian Grigore (Petrolul)                                                                                   Les Ploiestenii ont aussi un joueur spécial qui a dédié toute sa carrière au Petrolul. Pendant 19 ans, Grigore a mis les tribunes à ses pieds avec son style unique. Même s’il évoluait en tant que défenseur, « Tavi » a toujours marqué des buts. Il a inscrit 52 buts en Liga I, faisant partie du top 100 des défenseurs-buteurs du monde entier. Son seul trophée fut une coupe de Roumanie, gagnée en 1995.

 

Alexandru Neagu (Rapid)
Le joueur a porté pour la première fois les couleurs grenats du Rapid en 1963, en junior, puis en 1965 a été promu à l’équipe A. Pendant 13 ans, Neagu a bâti sa réputation et sa place dans les cœurs des supporters du Rapid Bucarest, du côté de Podul Grant (pont du quartier où évolue le Rapid). Neagu a gagné deux coupes en 1972 et 1975.

Constantin Stancu (Arges)
Entre 1970 et 1990, Constantin Stancu a porté les couleurs d’Arges. Il joua 447 matchs de Liga I et demeure à la 7è place du classement des joueurs qui ont le plus joué en Liga I de tous les temps. Il resta fidèle aux couleurs du FC Arges, même s’il n’a rien réussi à gagner pendant sa carrière.

Catalin Tofan (Otelul)
Tofan a lui aussi joué toute sa carrière pour le club de sa ville natale : l’Otelul Galati. Pendant 15 ans, il n’a jamais pensé changer de panorama, à jouer pour une grande équipe du pays. Il a pris sa retraite en 2003 puis a été dans le staff de l’équipe jusqu’en 2010.

Zsolt Szilágyi (U Cluj)
Szilágyi est le seul joueur encore en activité de la liste. Mais il est fort peu probable qu’il connaisse un autre club que l’U Cluj d’ici la fin de sa carrière. A 32 ans, Zsolt a déjà passé 22 ans avec les couleurs de l’U Cluj, de son enfance à l’équipe première, qu’il a connu en 1998. Il est considéré par les supporters comme « l’Unique Capitaine », au regard de son attachement pour les couleurs blanches et noires. A plusieurs reprises, des entraîneurs ont essayé de le sortir de l’équipe, mais les supporters de l’U l’ont toujours soutenu et ont réussi à faire changer d’avis les décideurs.

 

11è journée de Liga I Bergenbier

Ça commence sérieusement à se décanter en haut de tableau et les gros ne font plus de cadeau.

Corona (18è) 2-1 Vaslui (17è)

Oh mon miracle ! Bordel, le Corona Brasov a gagné un match ! Oui, le premier en Liga I de son existence. Champagne.

Corona a commencé fort la partie en marquant deux buts à la 17è avec une superbe frappe de Bus des 25m qui est venue se loger en lucarne et par Ciprian Brata à la 23è, sur une autre belle frappe de 20m suite à une grave erreur de relance des visiteurs. Liviu Antal aura beau réduire le score sur penalty juste avant la mi-temps, les locaux garderont leur avantage au score, même s’ils ont dû jouer les vingt dernières minutes à 10 après l’expulsion de leur capitaine Dalbea.

Dans ce match de bas de classement, le Corona laisse donc sa dernière place au FC Vaslui, dont la méforme depuis le début de saison est tout à fait incompréhensible.  Et pourtant le club a déjà consommé deux entraîneurs ; Liviu Ciobotariu, ancien entraîneur du Pandurii, du Dinamo et Iasi, ayant pris la place de Mosteanu il y a une semaine.

Comme les mecs de Vaslui n’ont vraiment pas de bol, leur bus a été victime d’un accident sur le chemin du retour avec un camion transportant du bois. Pas de victime mais le choc a détruit l’avant de leur bus. La poisse…

Steaua (1er) 4-0 Viitorul (15è)

On peut critiquer le Steaua cette saison, sur certains matchs peu aboutis mais au moins à domicile, la machine est réglée et meurtrière. 3-0 contre le CFR, 5-0 contre Sageata, 3-0 contre le Poli.

Le Viitorul venait à Ghencea en victime et a pris un petit 4-0. Merci et bon retour au bord de la mer Noire. A la 9è, c’est tout d’abord Stanciu qui a marqué d’une frappe placée sur une remise de Piovacarri. Ensuite, un joueur du Viitorul a planté deux buts contre son camp sur deux superbes déviations, le dénommé Putanu… La solitude dans son regard était une belle image, qui aurait sans doute donné quelques belles lignes à écrire à Alan Sillitoe. Et c’est finalement le Brésilien Tatu qui a terminé le boulot.

putqnu

Pas grand-chose à conclure de cette victoire. La bonne nouvelle est venue du banc d’où est sorti Chipciu, qui n’avait plus joué depuis le printemps dernier. S’il revient en forme, cela devrait changer le jeu du Steaua.

Otelul (13è) 1-1 Gaz Metan (7è)

L’Otelul pensait bien mettre fin à une longue série de matchs sans victoire mais un but de Markovic à la 89è a empêché les locaux d’empocher les 3 points de la victoire.

L’Otelul a ouvert le score par le Brésilien Marquinhos en début de deuxième période mais n’a pas réussi malgré quelques belles occasions à doubler la marque. La fébrilité a commencé à peser sur la défense locale et une bonne tête de Markovic sur un coup-franc a fait le reste.

Du coup, l’Otelul en est à six matchs sans victoire. Après le match, les supporters ont demandé des comptes aux joueurs et à l’entraîneur dont ils réclament la démission. Un des joueurs de l’Otelul, Cristi Branet, a commencé à se battre avec des supporters sur le parking des joueurs. Tout va bien…

Petrolul (2è) 3-0 Sageata (11è)

Propre et sans contestation. Le Petrolul continue sa marche en avant dans le haut du classement de Liga I. Malgré la relative maladresse de Doré, les joueurs de Cosmin Contra ont réussi à planter trois pions contre Sageata.

C’est tout d’abord Teixeira qui a marqué avant la mi-temps sur un caviar de Priso, notre Pius NDiefi local. Si le Petrolul a continué de dominer et s’est créé une bonne dizaine d’occasions, il a malgré tout fallu attendre la toute fin de match pour que les Loups Jaunes plantent deux autres pions. Le premier fut l’œuvre de Boudjemaa, bien servi par Doré avant que Romario mette une sacoche.

Pandurii (6è) 6-1 Botosani (4è)

On attendait avec impatience ce match entre deux équipes de haut de tableau. Botosani venait pour confirmer son excellent début de saison alors que le Pandurii devait impérativement gagner pour recoller au haut de classement.

Cette partie fut un récital du vice-champion de Roumanie, avec encore un grand Eric à la baguette. Le Brésilien a planté deux buts et offert deux passes décisives à son compatriote Alex. Les deux autres buts ont été marqués par le Lituanien Matulevicius et le Hollandais Breeveld.

Le Pandurii se replace parfaitement dans le haut du classement. Le président du club a déclaré après le match : « le Steaua n’a joué que des équipes sans prétention jusqu’ici. On verra quand ils nous rencontreront. » Le déplacement sur le terrain de la Fiorentina sera un bon test. Pour Botosani, c’est la première grosse gifle de la saison mais ils devraient s’en remettre sans problème !

Ceahlaul (5è) 0-1 CFR Cluj (9è)

Petit à petit, le mage Grigoras réussit à modeler l’équipe du CFR à son image. Sur le terrain d’une des bonnes équipes de la saison, le CFR a su être costaud tout en produisant quelques belles actions. Le Français Tadé a été l’auteur de l’unique but de la soirée.

Le CFR revient à 6 points du Petrolul et de l’Astra et à 4 du Pandurii. Cette belle série ne sera jamais celle de Gabriel Tamas. L’ancien défenseur de WBA et d’Auxerre avait signé au CFR il y a 10 jours. Il a été chopé en début de semaine ivre dans un bar de la ville. Du coup, il ne portera jamais le maillot du CFR. Son agent essaye de le placer au Mexique, où les soirées arrosées seraient courantes parmi les usages de la vie de footballeur professionnel.

Astra (3è) 2-1 Dinamo (8è)

Coup d’arrêt pour le Dinamo qui est tout simplement tombé sur plus fort.

L’Astra a d’ailleurs parfaitement commencé le match avec une superbe volée de Budescu du milieu de terrain au bout de 15 secondes. Un des buts de la saison ! L’Astra a continué à dominer outrageusement avec son jeu fait de courses et de passes rapides. Bukari a doublé la mise, après une belle phase débutée par un nouvel arrivant, le Français Yoda en provenance du FC Sion.

Le Dinamo est revenu avant la mi-temps avec une belle frappe de 25m de Rus mais n’a jamais su prendre le match à son compte. Stoican perd son premier match en tant qu’entraîneur du Dinamo. Après le match, le Français Joël Thomas s’est pris la tête avec un caméraman de Digisport, cela pourrait avoir de graves conséquences pour le buteur.

Enfin, petite scène insolite. Les supporters du Dinamo scandaient « Dehors, dehors tous les Hongrois du pays » alors que l’arbitre du match se nommait Istvak Kovacs. Matei a applaudi les supporters du Dinamo et a pris un second jaune. Le joueur a argué qu’il applaudissait un enfant, qui l’avait salué. Peut-être.

Concordia (12è) 1-0 Brasov (14è)

Match du ventre mou mais qui n’a pas été ennuyeux. Brasov a touché la barre en première mi-temps mais c’est bien Rosu qui a marqué le seul but de la rencontre suite à une action un peu confuse. Brasov a de nouveau touché les montants en seconde période mais a surtout eu un penalty à la 88è. Ramniceanu a arrêté la tentative de Romeo Surdu.

Brasov continue de regarder derrière alors que Concordia peut souffler. Il semblerait vraiment qu’ils puissent passer une saison tranquille en Liga I cette année.

U Cluj (16è) 1-2 ACS Poli (10è)

L’U Cluj pourra en vouloir à l’arbitre Robert Dumitru qui a fait n’importe quoi pendant ce match. La première mi-temps fut équilibrée et le show Dumitru commença à la 44è. Nanu s’écroule dans la surface, sans doute à la suite d’un petit contact mais le ballon allait sortir. Dumitru siffle un péno que Szekely transforme.

La seconde mi-temps est à sens unique.  L’U Cluj essaye de plier le Poli et y parvient finalement à la 84è sur une tête d’Abrudan. On pense alors que l’U va pouvoir aller chercher les 3 points de la victoire. C’était sans compter sur M. Dumitru qui offre un nouveau penalty complètement farfelu à Timisoara. Gorobsov. 1-2.

L’U Cluj peut s’estimer lésée. En plus d’être faible, voilà que les arbitres leur volent des points, cela va être compliqué… Du côté du Poli, première victoire depuis le 10 août, c’est bon pour le moral.

11j

La Coupe d’Europe, semaine décisive

Mardi soir, le Steaua reçoit le FC Bâle, pour le match de la dernière chance. Le Steaua se retrouve dans une sale situation après ses deux premières défaites, surtout du fait que Bâle ait gagné son premier match en Angleterre. Du coup, le Steaua doit quasiment faire un carton plein contre les Suisses pour espérer un printemps européen. Honnêtement, je ne sais quoi penser de cette équipe suisse mais sur les résultats de cette saison et des saisons passées, ça doit se situer à un niveau supérieur par rapport au Steaua. Maintenant, c’est l’heure de faire un exploit et ce serait bien qu’on retrouve un peu de cet orgueil qu’on avait vu la saison passée en Europa League.

Pour le Pandurii, un petit tour en Toscane ce jeudi. Logiquement, le Pandurii devrait prendre une casquette contre la Fiorentina de Vincenzo Montella, qui a retourné la Juve en 20 minutes. Mais j’ai un bon pressentiment. Les Italiens devraient certainement prendre les Roumains de haut et la Fio joue dans les 3 semaines à venir contre Naples et le Milan AC. Recevoir le Pandurii, l’occasion parfaite pour faire tourner, non ? Un délice d’Eric ou Matulevicius, un match costaud derrière et l’exploit est en marche !

La Grèce avant le Mondial !

Et ce lundi, le tirage au sort des barrages pour la Coupe du Monde a eu lieu. La Grèce est donc notre adversaire. Honnêtement, c’eut pu être pire. La Grèce n’a pas de grands talents mais demeure une sélection extrêmement solide. Cette confrontation risque d’être très tendue et il n’y aura certainement pas beaucoup de buts. Il faudra être solide en Grèce, avec un bon 0-0 des familles. Je ne serais pas surpris que la place de mondialiste se joue aux tirs aux buts.

Tristan Trasca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.