Au courrier du coeur : lettre ouverte à Marcelo Bielsa

7

Gianelli Imbula et Mario Lemina attendent beaucoup de l’arrivée d’El Loco

OM : BIELSALSA DU DÉMON

Marcelo, Marcelo, Mars hello …
Une arrivée qui aura fait autant cliquer et couler l’encre induit-elle un départ qui fera cligner et couler les larmes ? En espérant que d’ici là elles soient de joie, et que tu auras laissé une trace éternelle à l’OM. Ta venue chez nous, c’est assez dingue quand même. Aussi dingue que si les Bleus jouaient en rose à Rio … ou en bleu marine. Ah mais oui, merde.

Dans le milieu, on dit de toi que tu es fou, que tu as le diable au corps. Au pays de Diego le dieu vivant, la singularité d’un génie est rarement de la poudre aux yeux …
Quand bien même tu serais possédé par la folie du foot, comme le prétendent les ignorants, ici on t’imagine plutôt travailleur, ferme et juste, en bon père pour les enfants de la Bonne Mère.

Sur les rives du Lacydon, on est des adeptes du messianisme. Et le bleu-et-blanc ça te connait, n’est-ce pas ? Mais plus que des couleurs communes, l’OM et l’Argentine c’est aussi une histoire de valeurs. Une pensée pour Gaby-le-magnifique. Finalement, entre nous, il n’y a pas un si grand fossé hein …

El Loco par-ci, El Loco par-là … Le seul Loko que je connais l’était sûrement, surtout quand Patrice a disjoncté tel un démon et a montré son p’tit Jésus à une policière, juste après avoir signé au PSG. Ceci expliquant cela. On le comprend. Rêvons plus gland.

Mais revenons à nos brebis mal garées ( qui a dit Morel et Mendy ? ). Tu as donc signé à l’OM. L’illustre club de Skoblar, Boli, Papin et Matt Moussilou. Mention spéciale à Bakayoko, qui réussissait l’exploit d’être aussi comique en interview que sur le terrain. Ah, si toi tu l’avais connu notre Baka … bah tu serais en prison.
Je pourrais aussi te parler de l’orgueilleux Djibril Cissé : élevé à la Cristaline, mais qui a égaré sa carrière sur la pelouse de Sunderland en préférant partir y jouer le maintien. Parce que qu’il ne supportait pas de ne pas être la superstar ni titulaire indiscutable à l’OM en jouant le titre. L’égocentrisme bête dans toute sa splendeur. Et lorsqu’avant un match, Erik Gerets lui a dit :  » Djib’, ce soir tu es remplaçant ! « , Cissé a cru mourir, il a vu toute sa garde-robe défiler devant ses yeux.

Je te parlerais bien de nos anciens  » défenseurs « , Tatayoyo et Zubarinho, mais je préfère préserver ton cœur et ta santé ( Julian Ross est d’accord ). Même si tu le sais, comme dirait l’autre, il vaut mieux avoir un souffle au cœur qu’un buffle au cul. Sinon, Gignac va bien, merci.

Place au présent ! Après une partie de cache-cache remportée haut la main, tu es arrivé, et avec un vrai staff dans tes bagages, preuve que tu sais voyager. Ici, tu vas mieux connaitre Vincent. On l’aime bien nous, Vincent. Sauf des fois. Mais là, l’idée du plan « éliminons les parasites et (re)devenons un club pro « semble bonne. Le marchand de sable, le dandy de la com’, via sa nouvelle stratégie, nous montre qu’il souhaite un nouvel OM. Pas un nouveau je-ne-sais-quel-club hypothétique et incomparable. Ça commence à devenir cohérent, on n’a pas l’habitude nous … Ça se présente bien, mais on ne pense pas trop à demain. « parce que demain c’est loin  » …

Tu sais, on compte sur toi Marcelo. Pour que notre club puisse de nouveau tutoyer les sommets, autant que Geoffrey Jourdren tutoie les arbitres.

Et puis tu as la réputation de bien faire jouer tes équipes. On aime la grinta mais aussi le beau jeu, on veut que le ballon vive, donc que Romao signe au FC Pôle Emploi. On veut de vrais milieux de terrain, complets avec une excellente technique. Parce qu’un milieu sans vision du jeu ni relance, qui fait que des fautes ou qui perd les seuls ballons qu’il récupère, c’est comme pisser dans un violon. ( Charles Kaboré, Rest In Piss )

Non mais sérieux, à l’OM on n’a pas vu d’intelligence de jeu depuis … euh, depuis … euh … Depuis.
Alors, comme toute équipe qui veut prétendre bien jouer au foot, au milieu il nous faut un métronome. For Ever … Faux rêveur n’est pas marseillais, car ici on a tant rêvé qu’on aimerait que ça recommence. Là on sort d’un réveil brutal avec une méchante gueule de bois. Pinocchio doit se retourner dans son placard doré … ( osez osez, José file … )
Je pense, comme Garcin dans le « Huis clos  » de Sartre, que l’enfer, c’est les autres. Et plus précisément leur regard, leur jugement. Aussi, celui du monde du football sur l’OM est loin d’être paradisiaque.

Alors je te le demande Marcelo : vas-y, fais pas ta radine, fais-nous gagner. Fais-nous remonter notre honneur. Et le froc de Cheyrou.

Au fait mon Loco ( oui, j’ai pris la confiance … ), je t’ai parlé de Valbuena ? Avec ses stats dignes d’un Gourcuff hospitalisé, il est à peine sorti de l’œuf mais il se prend pour un dur. Egotrip. Et encore, tu n’as pas connu Ben Arfa … L’ex-futur Ballon d’or … Tu aurais adoré son talent, moins son cerveau, qu’il oublie presque tout le temps dans son casier les jours de match. Et les autres jours aussi. Gâchis. Avec notre ado ingérable, nous on a carrément appelé Pascal le grand frère. Il dirige un centre social à Newcastle. Une sorte de laboratoire ( labo raté ? ) du football français, au rendement finalement assez faible. Pourvu que Thauvin ne se goure pas de chemin …
Sinon, il y a un attaquant que tu aurais sans doute apprécié, c’est Pagis. L’anti-Brandao, un romantique, un artiste, un esthète, le Jérôme Leroy de l’attaque, une anomalie en Ligue 1. Tu vois Berbatov ? bah c’est un peu pareil mais sans le palmarès.

Maintenant, la voie prise pour le club par l’actionnaire et le président, Barbie et Ken, va-t-elle leur éviter de tuer la poule aux étoiles d’or ? En tout cas, ce qui ne nous tue pas nous rend plus … fou. Et toi, Marcelo, je crois que tu es tout sauf fou. Ton professionnalisme jusqu’au-boutiste te rend vraiment respectable et admirable. Ça confine à l’obsession géniale. Sûrement ton côté Sheldon Cooper.
Le magie va-t-elle opérer ? Tu vas redistribuer les cartes et tenter de jouer un mauvais tour à la piste aux étoiles russo-qatariennes … En faisant disparaitre l’amateurisme à tous les étages et en virant les clowns, c’est un bon préambule. Tu vas rester fidèle à toi-même, si droit, si entier, si minutieux, si exigeant, toi qui place le plaisir du supporter au dessus de tout.

On avait Nanard, qui nous a fait gagner et rêver. Mais avec lui sur le dos, tu aurais tenu trois jours … Avec Vince, je pense que tu vas pouvoir bosser tranquille. D’autant que maintenant il comprend mieux le foot … Bon, de temps en temps tu verras un certain Pape, ancien président au phrasé en forme de labyrinthe, faire son intéressant dans la presse. Au coin d’un bois … Mais n’y prête pas attention, concentre-toi sur ton effectif. Fais pas comme T-Bag mais n’y va pas de main morte … Bouge-les nos petits ! Instruis-les ! Fais-les danser au rythme de tes méthodes man ! Le football, c’est beaucoup dans la tête.
Avec toi, ils vont en passer des heures à frapper le ballon contre les vagues … Et avec si possible l’arrivée de nouveaux artistes, que le spectacle commence enfin. Prex nihilo.

Si on se régale de nouveau au stade et que les résultats suivent, sache que tu seras statufié ici. Pas tout nu comme David, mais dans le cœur des supporters. Les vrais, les sincères, pas les corrompus. Le cœur a ses raisons que les biftons dévorent …
Avec toi, ça peut enfin changer. Même si on sait qu’à Marseille tout est possible, même l’improbable, voire l’irrationnel. Dans une ville et un pays où, niveau idole, on est quand même passé d’Akhenaton à … Jul. Ça fait mal. Oui, je sais Marcelo, l’art se nique. Comme un poison dans l’eau. Le changement c’est maintenant et c’est douloureux. C’est aussi glacial qu’un mistral d’hiver à l’angle de la rue Paradis et de la Canebière.

Qu’en est-il de notre football ? Je suis sûr qu’avec tes fidèles soldats, tu vas faire ton maximum pour nous redonner le bonheur de vaincre. Tu es le garant du secteur sportif, à toi de jouer désormais ! Que ça marche ou non, on sait que tu auras tout essayé. Avant toi, à part Raymond-la-science et Didier-la-chance ( mais il a fini par chuter en glissant sur un savon ), ceux qui ont prétendu guérir notre OM avaient prêté le serment d’hypocrite. Passons du club Med au remède.

Depuis le début, avant même ta signature, tu observes et tu notes tout. Discret et efficace. Pour conquérir et construire. « veni vidi vici  » est ta devise. Alors … tu es venu, tu as vu, tu as vomi.

Une fois le choc passé et le ménage fait, ton travail de fond à commencé.

Au fait, tu veux qu’on engage la copine de Nasri pour gérer le service Communication / relations publiques ? Mais non, j’ déconne, ne démissionne pas Marcelo … Allez, reviens !

A part ça, j’ai vu que tu apprenais notre langue. C’est très bien. Ici en France, tu dois maitriser la langue de Molière. Et la langue de Domenech. Et la langue de bois. Un peu tout ça quoi. Mais ça ira, d’ici quelques jours tu parleras mieux français qu’Evra et Ribéry. Et puis, t’es universel toi, et t’es un instinctif, t’es comme nous : sanguin, chaud, passionné, rebelle, insaisissable, bestial. Toi et Marseille, vous êtes félins pour l’autre …
Alors oui, je t’envoie cette lettre, je t’envoie cette rose. Un symbole. Parce que l’OM, tu verras, c’est comme une rose : c’est beau mais des fois ça pique.

Buena suerte !

La plume éphémère.

7 thoughts on “Au courrier du coeur : lettre ouverte à Marcelo Bielsa

  1. Merci Pascal Diot-Maid.

    ( finalement ça se digère bien … et ça change des articles fast-food vus et revus sur d’autres sites … )

    Et sinon, rien à voir avec Francis …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.