Salut mes chers membres!

Z’avez vu ce que les Guesh ont montré en Europa League ?! Cela mérite bien un papier orgasmique nan ?

Le championnat portugais ? Mais c’est pas une compétition ça! Attends, y a 3 clubs et le reste c’est nul! Attends, on est quand même largement meilleur en France !
Quand le Choa a commencé à écrire de manière hebdomadaire (1 bosse je le rappelle) sur son merveilleux blog, il a essuyé quelques quolibets fort désagréables, remettant en cause sa connaissance du football. Et être traité de Footix, le Choa ne le souhaite à personne.

Mais aujourd’hui, c’est l’heure de la revanche! Trois équipes de demi-finales de C3 et la perspective d’assister à un classico en finale à Dublin. Avouez que c’est quand même aut’ chose que les Barça/Real tout dégueu qu’on nous a servi. Dans son antre du Dragao, le FC Porto affrontait Villareal, une soi-disant magnifique équipe (nda: le Choa est hincha de València depuis sa plus tendre enfance). De son côté, Benfica cravachait face au Sporting Braga, actuel 3ème du championnat devant le Sporting Portugal et qui ambitionne de devenir le 4ème Grand du Portugal sur le long terme.

FC Porto – Villareal: t’en veux? C’est du Colombien!

Il a un nom à jouer dans les Schtroupfs ou à devenir un titre d’une chanson d’Afric Simone. Radamel Falcao est Colombien et il est phénoménal. Joueur de tête stratosphérique, sorte de Zamorano en beau gosse, Falcao est, à l’heure actuelle, le meilleur attaquant pur évoluant sur le sol européen. Recruté pour 5,5M€ en 2009 en provenance de River Plate, le Colombien a immédiatement fait parlé la foudre: 25 galettes en 28 matches de Liga assortis de 4 pions en 8 parties de Champion’s. Pour une 1ère saison, cela laisse songeur. Et après, certains parleront de « temps d’adaptation »! Cette saison a été un brin plus difficile puisque, blessé, il a éloigné du terrain pendant de longs mois. Le temps pour son compère Hulk d’enflammer le dance-floor. Mais, depuis son retour, Falcao est redevenu la machine à marquer qu’il était déjà du temps de ses aventures à River Plate (47 buts en 127 matches, championnat et Libertadores confondus).

Hier soir, le n°9 portiste a réalisé une 2ème mi-temps de folie. Menés 1-0 à la pause après un but de Cani (sans Zares) à la 45ème minute, les Dragons se sont réveillés et ont roulé, compressé, dispersé le Sous-Marin Jaune. Sur une passe de Freddy Guarin, élu meilleur joueur du mois de mars, également Colombien et ancien Stéphanois, Falcao provoquait et transformait le péno de l’égalisation (50′). Puis, Guarin prit le leadership et permit à Porto de prendre l’avantage (62′). Sept minutes plus tard, le côté droit de Villareal fit connaissance avec le coup de rein d’O Incrivel Hulk qui offrit un caviar à son compère de l’attaque (69′). Le calvaire n’était pas fini pour les Espagnols qui concédèrent un nouveau but de vous savez qui sur un coup franc parfait de Guarin (75′). Le coup de tête donné par Falcao est tout simplement exceptionnel, un modèle du genre. Et afin de ne pas laisser repartir le public sans un peu de dessert, Falcao inscrivit un 4ème but personnel, à nouveau de la tête, à la réception d’un corner rentrant tiré au 2ème poteau par James Rodriguez, un… Colombien! (90′).

André Villas-Boas et ses hommes peuvent d’ores et déjà prendre leurs billets d’avion pour Dublin et réserver leur soirée du 18 mai.


 

SL Benfica – Sporting Clube de Braga: enfin une demi-finale avec du suspense!

Inutile de mentir, personne ne veut de Braga en finale. Pas que l’équipe du Minho soit détestable. Simplement, hormis la torcida locale, tout le monde rêve d’un classico au sommet. Et même si le Glorioso a mangé bon cette saison face à Porto (défaite 5-0 à l’aller, défaite 2-1 au retour avec célébration du titre des Dragons à la Luz en prime, victoire 2-0 au Dragao en demi de Taça aller certes mais défaite 3-1 au retour), les joueurs de Jorge Jesus ne désespèrent pas de piéger les ennemis héréditaires en terres irlandaises. Si l’équipe de Benfica paraît supérieure sur le papier à Braga, ce serait oublier la victoire de l’équipe de Domingos Paciência face au Benfiquistes lors de la 22ème journée de Liga (2-1), une époque où le SLB croyait encore au titre. Un match houleux pendant lequel l’Espagnol Javi Garcia avait été injustement expulsé. Depuis, la rivalité entre les 2 équipes est à son comble.

Peu en verve cette saison car mal remis de son penalty loupé face à l’Espagne en 1/8 de la Coupe du Monde, Oscar Cardozo a été l’homme du match pour les Encarnados. Tout d’abord, il vit un but logiquement refusé à la 11ème minute pour un hors jeu net (cette phrase contient une publicité masquée…). Ensuite, le poteau repoussa son intérieur du pied gauche alors qu’Artur Moraes était largement battu (44′). De retour des vestiaires, Maxi Pereira met la misère sur le côté droit, centre pour Cardozo Tacuara (grandes jambes en Guarani) qui… trouve le poteau one more time. Chanceux, Jardel (aucun rapport avec Mario), préféré à Sidnei, n’a plus qu’à pousser le cuir au fond des filets (50′). La Luz rugit de bonheur mais le doute s’en empare 3 minutes après. Sur un coup franc consécutif à une faute de Pablito Aimar sur Alan, Hugo Viana dépose le cuir sur la tête du son capitaine Vandinho placé à l’entrée de la surface de réparation qui dévie victorieusement (53′). Ainsi, les Archevêques mirentt fin à une disette de 497 minutes sur la pelouse de la Luz!

Pas découragés, les Benfiquistes ne lâchèrent pas prise et Tacuara décocha un coup franc exceptionnel dans la lucarne de Moraes (59′). D’un coup, tous ses loupés, sa nonchalance, sa saison médiocre entrecoupée de blessures s’évaporèrent. Avec ce but d’avance, Benfica vire en tête après le match aller mais Paciência semble persuadé que ce but de débours sera rattrapable la semaine prochaine.


La démonstration de Porto face une équipe adepte d’un jeu offensif et léché fait écho à une saison parfaite jusqu’à présent qui pourrait mener à un triplé Championnat/Taça/Europa League. Si Porto et son emblématique Pinto Da Costa parviennent à conserver ses stars (Falcao et Hulk bien sûr mais aussi Fernando, ardemment courtisé par la Juventus), les Dragons pourraient tout casser la saison prochaine en Champion’s. Quant à Benfica et Braga, le match retour dans le Minho s’annonce explosif et l’opposition de style entre Jorge Jesus et Domingos Paciência s’annonce palpitante. Une chose est déjà sûre: le 18 mai, Dublin sera la capitale du Portugal.

Choa d’Arelate

Retrouvez Choa sur facebook et aussi sur son blog.

6 thoughts on “Bacalhau académie spéciale Europa League

  1. Pas de chance pour eux, la finale se déroulera à Dublin! Pas sur qu’ils soient aussi nombreux qu’au Parc des Princes…

  2. Un petit copier-coller d’un commentaire laissé par moi sur un autre article. Gostaria ter uma resposta faz favor :

    Punaise, ça promet la grande finale entre Porto et le Benfica. Y a pas à dire, Porto est vraiment une grande équipe qui se fait plumer à chaque saison. Mais où va tout l’argent qu’ils reçoivent des transferts ?

  3. @Yann: je t’avouerais que je ne sais guère. Peut-être bien à recruter les meilleurs recruteurs.
    Le Président Pinto Da Costa est un personnage sulfureux et l’affaire du sifflet d’or l’a miraculeusement oublié malgré sa participation indéniable.

  4. C’est bien dommage quand même, le football portugais mérite un autre sort. Il n’y a qu’à voir la joie que le titre de champion du Benfica l’année passée a apporté à toute la communauté lusophone du monde pour comprendre l’importance du football dans cette culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.