Déplacement sur l’île des chèvres, pour retrouver les grands persécutés par les instances du foot français. Oui ils sont légèrement paranos dans le coin, au moindre geste de travers ils peuvent croire que tu mimes l’effondrement de leur tribune ou que tu veux baiser leur sœur.

Nos joueurs ont été courtoisement accueillis par des grands connaisseurs de l’histoire à base de «collabos», «vichystes» etc. Ah oui j’allais oublier le fameux «gaulois» aussi, alors que la Corse est devenue française bien avant le comté de Nice.

Petite illustration de l’hospitalité corse:

Ne voyez aucun racisme là-dedans, je suis sûr qu’ils adorent le couscous et les bricks à l’œuf.
De la même manière que moi j’aime les figatelli et le brocciu.

 

La compo:

1ère titularisation de la saison en L1 pour Maupay préféré à Pléa à la pointe de l’attaque. Bastia est un adversaire qui lui réussit bien avec 2 buts inscrits contre eux depuis le début de sa jeune carrière.
Pas de surprise pour le reste, Bodmer et Palun étant toujours forfaits.

Côté Bastiais notre ami Leca s’est chié dessus de peur de recroiser les Niçois dans les couloirs des vestiaires. Il s’est donc inventé une grippe pour ne pas prendre de risque et reprend ainsi son éternel statut de remplaçant du remplaçant.

 

Le match:

 

Un match qui commence sur de bonnes bases bien sanglantes avec 3 cartons jaunes donnés dès le premier quart d’heure. Oui c’est un Bastia – Nice il fallait pas s’attendre à ce qu’il y ait beaucoup de football. Les corses étaient à 2 doigts d’ouvrir la marque sur une frappe d’Ayité, Hassen se troue en ne captant pas bien le ballon et est sauvé par son poteau. Peu après le 1er quart d’heure le match est arrêté quelques minutes en raison de jets de projectiles sur le terrain. En effet, selon les règles du folklore corse il faut faire ça pour déconcentrer le tireur de corner. Cela marche tellement bien que sur celui-ci Bauthéac dépose le ballon sur la tête de Carlos Eduardo qui ouvre le score, bim 1-0 !

La suite sera moins joyeuse, les bastiais obtiennent un coup-franc pour une faute peu évidente aux abords de la surface de réparation, Boue de bouse trouve la tête de Gillet pour l’égalisation. Quelques minutes plus tard Diakité déjà averti stoppe Bauthéac qui filait vers le but. Pas de 2e jaune pour notre ancien joueur qui aurait déjà dû se faire expulser au match aller, et qui en prime laissera un bel œil de pigeon à Bauthéac suite à un contact plus tard dans le match. Juste avant la mi-temps Puel Junior découpe gratuitement Danic à 40 mètres de ses buts et se prend logiquement un rouge.

En infériorité numérique on finira par craquer à la 68e minute, sur un ballon bêtement perdu, Sio est lancé à la limite du hors-jeu et trompe Hassen d’une frappe puissante à ras de terre 2-1. Le match restera tendu jusqu’au bout, sur un coup-franc pour nous Diawara fait le ménage dans la surface de réparation en donnant un coup de coude à Peybernes. Et hop 2e rouge, on finit à 9. Quitte à se défouler ce crétin de Diawara aurait pu choisir comme victime un vrai bon joueur (Gillet), ou alors un vrai fils de pute (Modesto, Cahuzac). Mais pas un type aussi nul et insignifiant que Peybernes putain! Bref dans un vrai Bastia – Nice il faut qu’il y ait des rouges mais quand ils sont tous donnés du même côté c’est moins marrant.

On en reste là et on concède une 3e défaite consécutive, alors qu’on avait commencé l’année 2015 avec 3 victoires puis avec 3 nuls. Donc soit on est une équipe cyclique qui regagnera dès la prochaine rencontre soit on est en train de couler. Sur les 6 derniers matchs sans être étincelants on a jamais vraiment semblé être à la rue par rapport à nos adversaires, il y a eu pas mal de points perdus bêtement avec en point d’orgue la boulette de Gomis qui donne la victoire à Monaco. Pour pas se faire peur par rapport au maintien il faudra absolument gagner ce vendredi face à ces chers guingampais qui nous ont gentiment donné leurs fesses au match aller (7-2). Match qui sera à huis-clos, apparemment les fumigènes et autres bombes agricoles utilisées contre l’OM n’ont pas trop plu du côté de la LFP.

 

Les notes:

Mouez Hassen (1/5): Il a retrouvé ses mains glissantes ce qui est assez embêtant, il a intérêt à se reprendre rapidement puisque sa place de titulaire pourrait être en danger. Joris Delle est en effet sur le retour après sa rupture des ligaments croisés, il a joué en CFA avec l’équipe réserve.

Jordan Amavi (3/5): Une bonne entame de match avec de l’intensité et de la présence sur le plan offensif puis plus discret en seconde période, donc un peu décevant vu ce qu’il est capable de faire.

Souleymane Diawara (1/5): Alors que son expérience était sensée nous être utile dans ce genre de match il nous fait finir à 9, génial merci mec!

Romain Genevois (3/5): Une prestation correcte, à la fois solide dans l’axe en 1ère mi-temps et disponible offensivement dans le couloir droit en 2e mi-temps.

Grégoire Puel (1/5): C’est lui qui était au marquage de Gillet sur le but puis il laisse l’équipe à 10 avec son rouge débile, jackpot!

Niklas Hult (2/5): Il a pas réussi à apporter suffisamment de percussion dans le jeu, repositionné milieu gauche après la pause il a eu encore plus de mal à se mettre en évidence.

Nampalys Mendy (2/5): Il va falloir qu’il règle ce problème de nonchalance sur certaines phases de jeu où il assure mal ses passes, comme le ballon perdu sur le 2e but corse. Cela plombe ses matchs.

Carlos Eduardo (3/5): Enfin récompensé après ses buts injustement refusés face à Nantes et Lille et sa tête sur la barre face à Monaco. Du mal à se positionner en 2e mi-temps dans un rôle plus défensif.

Valentin Eysseric (1/5): Le faire jouer titulaire est autant pertinent que la volonté de ne pas jouer de match le 5 mai. Il a rien foutu et a cédé sa place à la mi-temps pour réorganiser l’équipe suite au rouge de Puel.

Eric Bauthéac (3/5): Une passe décisive et beaucoup d’énergie dépensée, l’état de son œil à la fin du match colle bien avec sa mentalité de guerrier. Et qui sait, après la pétanque peut-être qu’il accueillera un jour les horsjeuïades.

Neal Maupay (3/5): Content de le voir enfin titulaire cette saison, j’ai bien aimé son match avec une bonne conservation du ballon et une capacité malgré son âge et son gabarit à lutter physiquement avec les défenseurs centraux adverses. Malheureusement sur ce match il a pas pu être bien servi en position de frapper au but.

Les remplaçants:

Kévin Gomis (2/5) est entré à la mi-temps, il nous a fait quelques frayeurs comme d’habitude. Alassane Pléa a rien apporté de particulier sur la demi-heure qu’il a passé sur le terrain en touchant très peu de ballons, et enfin Alexy Bosetti est entré dans les arrêts de jeu pour goûter à l’amour du public bastiais.

 

Pour finir un petit peu de pub pour l’excellent site http://www.1ptitfoot.com/ qui permet de trouver des joueurs près de chez vous pour organiser des matchs. Et quant à moi n’hésitez pas à me retrouver sur twitter.

 

Cyril Trool

1 thought on “Bastia – Nice (2-1) : L’Aiglons Académie livre ses notes

  1. Beaucoup de valeurs dans ces Bastia-Nice, j’aime, très dans l’esprit 1998(au moment de la scission Mégret/Le Pen).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.