La Blaugrana Académie note Barça-Atletico (5-0)

Hristo et la manita dans la gueule des Colchoneros.

Pour cette sixième journée de Liga, Barcelone accueille l’Atletico qui a plutôt bien démarré son début de saison après avoir radicalement changé son effectif à l’intersaison, à commencer par son entraineur Sanchez Flores remplacé par Manzano. Sur la pelouse c’est la même chose. Que ce soient les tauliers Forlan, Aguero et De Gea provoquant d’ailleurs pas mal de remous dans les tribunes colchoneros ou les seconds couteaux Elias, Ujfalusi, Ibrahim, Valera, Raul Garcia et Merida, personne n’est épargné par la volonté du président Cerezo de relancer la machine madrilène, cantonnée depuis 1996 à un rôle de simple outsider.
Mais l’Atletico, sur le marché des transferts, reste l’Atletico, et quand 10 joueurs partent, c’est pour en recruter 20. Le gardien Courtois, les défenseurs Miranda et Silvio, les milieux de terrain Gabi et Diego ainsi que les attaquants Falcao, Adrian, Pizzi et Turan sont recrutés pour palier à tous ces départs.

Bref, les catalans affrontent une équipe en reconstruction, mais toujours difficile à manœuvrer. En gros, si un but est marqué rapidement par les blaugranas, les colchoneros peuvent prendre la leçon. Dans le cas contraire, une surprise peut être envisagée.

Les compos :

Barcelone

C’est sans réelle surprise que Guardiola, cet esthète, persiste dans sa philosophie d’épicurisme footballistique prônant le « mieux vaut gagner 5-4 que 1-0 » en alignant son schéma tactique à 3 défenseurs. Que ce soit face à Villarreal, Valence ou cette fois-ci l’Atletico, Guardiola semble penser que sa tactique peut tenir la route durant toute la saison.
On retrouve donc dans la défense à trois Mascherano dans l’axe, avec, à ses côtés, les habituels latéraux Abidal et Alves.
Juste devant cette défense est aligné Busquets, bien plus à l’aise dans ce rôle naturel de trequarista défensif qu’au cœur de la défense.
L’aile droite de l’attaque est occupée par Pedro tandis que le côté droit sera le terrain de jeu de Villa.
Il reste alors quatre postes à distribuer. Quatre postes très difficiles à définir d’un point de vue purement tactique tant les joueurs alternent et se baladent sur toute la largeur du terrain sans avoir de position fixe. Messi est un brin plus avancé que les trois autres. Xavi, Fabregas et Thiago, eux, ont semble-t-il, sur les phases offensives, une totale liberté de mouvement. Défensivement, Xavi couvrira le côté droit, Thiago le côté gauche et Fabregas restera dans l’axe.
Du côté de l’infirmerie, Iniesta et Alexis sont toujours blessés tandis que Maxwell et Piqué font leur apparition sur la feuille de match. La très mauvaise nouvelle de la semaine concerne Afellay, victime d’une rupture d’un ligament du genou, qui l’éloignera de tout terrain durant six à huit mois.

Début de rencontre

Fin de rencontre

Atletico

Pas de réelle surprise non plus dans le schéma de jeu proposé par Manzano : un 4-2-3-1 que le technicien espagnol utilisait très régulièrement l’an dernier lors de ses déplacements avec le FC Séville.
Courtois, jeune gardien belge prêté par Chelsea, sera le dernier rempart de l’équipe.
La défense à quatre est composée de la charnière Godin-Miranda associée aux latéraux Perea à droite, et Antonio Lopez à gauche.
Le milieu de terrain confectionné par Manzano sera bâti avec deux récupérateurs que seront Mario et Tiago, un créateur en la personne de Diego soutenu par deux milieux excentrés Reyes à gauche et Gabi à droite.
La pointe du soir, Falcao, se démerdera comme elle peut.

Les buts :

Barcelone, 9ème : suite à une transversale de Xavi dans la surface de réparation, VILLA amortit le ballon de la poitrine, élimine un adversaire sur un crochet intérieur puis frappe de l’intérieur du pied pour tromper Courtois.

Barcelone, 15ème : enchainement Pedro-Xavi aux 40 mètres. Xavi passe le ballon pour Messi en position de hors-jeu, mais l’argentin laisse passer le ballon pour Pedro qui peut lui remettre dans la surface. MIRANDA, qui revenait à toute blinde, marque un CSC en voulant reprendre le ballon à l’argentin. Litigieux.

Barcelone, 26ème : suite à une touche jouée par MESSI au niveau du poteau de corner droit, un une-deux est joué entre Pedro et l’argentin qui s’en va repiquer dans la surface en enrhumant deux défenseurs avant de tromper Courtois.

Barcelone, 77ème : sur une contre-attaque catalane menée par Abidal puis par Alves, MESSI récupère le ballon à 35 mètres plein axe. La suite ? Fistfuckage de la défense madrilène pour le 4-0.

Barcelone, 91ème : en cinq : relai – MESSI – Villa – Messi – but.

Les notes :

VALDES /3 : mis à part une sortie ans les pieds de Gabi à la fin de la rencontre, le portier n’a jamais eu à réellement s’employer. Par contre son rôle de gardien-libéro devient de plus en plus primordial, notamment dans ce schéma de jeu.

MASCHERANO /3 : patron de la défense durant un peu moins d’une heure, l’argentin a fait le boulot comme si Puyol avait été sur le terrain. Même gabarit, même grinta, même faciès improbable et même bagage technique. La seule chose que l’on pourrait lui reprocher, c’est de ne pas être catalan.

ABIDAL /3 (remplacé par MAXWELL à la 80ème) : un pressing très haut, des retours défensifs toute blinde et deux incursions dans le camp madrilène qui ont créé le danger. Sobre et efficace comme un français.

ALVES /4 : cantonné à un rôle de défenseur pur jusqu’à l’entrée en jeu de Piqué, Dani n’avait pas l’air heureux, son poil était terne et malgré sa solidité défensive, son regard vide. Puis lorsque Guardiola lui a enlevé la laisse, le chien s’est dégourdi les jambes pendant une bonne demi-heure parmi ses autres amis à quatre pattes.

BUSQUETS /5 (remplacé par PIQUE à la 55ème) : a passé la première mi-temps en temps que sentinelle puis les dix premières minutes de la seconde en défense centrale. Dix minutes durant lesquels le dénommé Diego a réussi à toucher un ballon. Le reste du temps l’ex-futur espoir du Santos n’a pas dû comprendre ce qui lui arrivait. Quelqu’un pour lui expliquer qui est Sergio Busquets ?

XAVI /5 : Une justesse technique qu’on avait plus revue depuis la saison dernière, Señor Hernandez a sorti un match de grande facture. L’alternance jeu long-jeu court qu’il a insufflé durant toute la rencontre a obligé les récupérateurs adverses à faire les essuie-glaces dans la verticalité, ces derniers ne sachant plus où donner de la tête. Conséquences : des trous béants entre la défense et le milieu de terrain adverse laissant le champ libre au couple Cesc-Leo. Un match d’une intelligence rarissime, si on ajoute à cela des incursions dans la défense adverse pour apporter le surnombre, dans un registre où l’on a plus l’habitude de voir évoluer Fabregas ou Iniesta.

THIAGO /5 : le voir associé à Xavi et Fabregas dans ce milieu de terrain est un pur bonheur. Il compense son manque d’expérience tactique dû à sa jeunesse par une justesse technique extrêmement rare. Sa qualité de contrôle de balle est tout simplement ahurissante et lorsque l’on compare son apport à celui de Keita à ce poste, il y a un gouffre, que ce soit dans le pressing ou la récupération du ballon. Perea cherche encore les deux reins qu’il a perdu sur la pelouse.

FABREGAS /4 (remplacé par KEITA à la 70ème) : aurait pu marquer le but de l’année à la 40ème minute si le but avait mesuré 10cm de plus. Sur une prise de balle aux 20 mètres, le Sex envoie une sorte de panenka lobée à la Cantona qui échoue sur la barre de Courtois. Superbe. Sinon un rouage de plus est inséré dans le rouage catalan et il se nomme Fabregas.

PEDRO /3 : le moins en vue sur le terrain côté catalan ce samedi soir. Ce qui est fort dommage dans sa prestation, c’est que le Canarien a dû courir quinze bons kilomètres dans la rencontre pour seulement une quinzaine de ballons touchés. C’est ce qu’on appelle courir dans le vide malgré des replis défensifs ayant permis à Alves de lâcher les chevaux en seconde période.

VILLA /4 : cela faisait une éternité que Hristo n’avait pas vu un match aussi plein du Guaje (finale de C1 2011 très certainement). Des appels très intelligents dans le dos de la défense, un but où son enchainement crochet-frappe est juste imparable et une activité sur le front de l’attaque qui a mis à mal et Guodin et Perea. Du grand Villa comme on aimerait en voir plus souvent avec un jeu en pivot et un jeu sans ballon très précieux. Rate tout de même un un-contre-un qu’il aurait dû mettre au fond.

MESSI /5 : que fallait-il au surjoueur argentin pour devenir le pichichi en chef de la Liga ? Simplement trois buts. Et qu’a fait le surjoueur argentin ? Il a marqué trois buts (son douzième triplé) pour atteindre le total de huit en Liga. Tranchant et dangereux sur toutes ses actions, l’Argentin réalise un match explosif même si on l’a connu plus altruiste. Mais bon très honnêtement quand Messi est à ce niveau, Hristo ne voit pas ce que l’équipe d’en face peut faire.

Remplaçants :

PIQUE (remplace BUSQUETS à la 55ème) : entré en jeu sur un corner offensif blaugrana, la beigne que le duo Miranda-Perea lui a infligé a un peu retardé sa mise en route. Mais le catalan est arrivé sur la pelouse à 3-0 quand le match était déjà plié ce qui a considérablement limité les attaques adverses.

KEITA (remplace FABREGAS à la 70ème) : Doudou entre en jeu et Barcelone marque deux buts. Faut-il y voir une coïncidence?

MAXWELL (remplace ABIDAL à la 80ème) : Hristo le croyait parti à l’OM mais c’est en fait que Jeremy Morel est vraiment mauvais.

Le match le plus abouti depuis le début de la saison à n’en pas douter. Barcelone retrouve enfin son plus haut niveau et le schéma tactique à trois défenseurs commence à réellement être intéressant (18 buts en 3 matchs à domicile). Les changements de schéma de Guardiola, alternant le 4-3-3 et le 3-4-3 durant un match, perturbent l’adversaire. Une arme de plus pour cette équipe à qui l’on reprochait souvent son jeu trop stéréotypé. Désormais le Barça est illisible de la première à la dernière minute d’un match.
Certes en face, il y avait un nom mais il n’y avait pas d’équipe. Les Colchoneros ont frappé deux fois au but et n’ont jamais crée le danger dans la moitié de terrain catalane.

Deuxième manita de la saison, comme un symbole de Nick Vujicic. Les images donc.

Prochaine rencontre mercredi sur la pelouse du BATE Borisov.

Hristo est désormais on the web :

Hristo ayant troqué son Atari 500 pour le tout dernier IBM 5100 de 1983 comprenant le lecteur cassette et une mémoire vive de 8ko (c’est le vendeur qui le lui a dit lorsque Hristo a sorti le chéquier), Hristo est désormais gaillard informatiquement parlant.
C’est pourquoi Hristo a décidé de créer son propre compte Twitter, même s’il ne sait pas encore à quoi cela pourra lui servir.
Hristo est aussi sur facebook, où une page spéciale Blaugrana Académie  est désormais disponible.
Alors si tu es beau (ou belle), jeune, riche et intelligent(e) et que tu like le FC Barcelone et la Blaugrana Académie, viens poquer Hristo mais pas trop fort quand même (Hristo n’a aucune idée du sens de la phrase qu’il vient d’écrire mais le service web-marketing lui a dit que c’était une tactique géniale, comme un symbole du 3-4-3 de Guardiola).
Et même si tu es moche, vieux (ou vieille), pauvre et complètement abruti(e), tu peux quand même cliquer sur les liens ci-dessous pour que l’éditeur, ce bel homme, puisse enfin se payer une nouvelle voiture.

9 thoughts on “La Blaugrana Académie note Barça-Atletico (5-0)

  1. Cher Hristo, un bémol de la part de Michel. Sur le troisième but de Messi (son premier donc) les defenseurs de l’Atletico sont affligeants de passivité : Un trou de 3 mètres sur la gauche, deux défenseurs collés qui tournent le dos à Messi à la première feinte de frappe venue. Bref, cet Atletico est irrécupérable décidement.

    Michel note que Thiago est sensiblement différent de ces copains Barcelonais formés à la Masia. Il est plus dribbleur que passeur inconditionnel et son sens de la feinte rappelle Ronnie dans la gestuelle. Souvent à base de semelle d’ailleurs.

    Cesc : Très joli lob sur la transversale, l’image de Canto est très juste.

    Dani Alves en défenseur central, quand on connait son niveau en Equipe du Brésil, c’est dingue, mais au Barça ça passe inaperçu. (Ceci explique le niveau d’Abidal en Bleus)

    Busquets est la clés de voute du système. Dire qu’il y a deux ans, il était en reserve… Qu’on se demandait qui est cet inconnu qui met Touré sur le banc…

    David Villa : Il revient bien, mais on regrettera qu’il loupe tant d’occasions. Alors, bien sur il se sacrifie pour le collectif, par les appels, et s’est habitué à ce poste côté gauche mais il aurait pu gonfler largement ses stats.

    Enfin, dire qu’en pré-saison on se demandait si Cesc et Thiago joueraient dans cette équipe. Au final, ils sont tous titulaire en même temps…

  2. Guardiola avait en fait 4 ans d’avance sur tout le monde. Nous, ignares, barbares médisants, réduits tactiques qui nous demandions à quoi allait bien servir Fabregas… Bah à pouvoir mettre en place un 3-4-3 pardi! (Que les Captain Obvious nous épargnent les « ben oui on le savait, logique »). Pep ce bel homme a prophétisé.

    Changer de schéma durant un match est un luxe inouï. Bref, vraiment c’était un match comme on aimerait en voir s’exporter sur les pelouses extérieures. Avec le retour de Piqué et Puyol sans parler du Don et du Wonder Boy ça risque d’être injouable.

  3. Le match le plus aboutie? Probablement (ou pas), l’adversaire n’as rien fait à part taper la barre par l’intermédiaire de Tiago, et une occasion de Gabi en fin de match.
    Je tiens à signaler que le match face à Villarreal aussi avait été très complet du début à la fin. Mais pour Barça – Osasuna je ne peut rien j’ai pas vu le match, mais 8-0 quand même et avec les réactions des supporters me laisse penser qu’il était tout de même un peu plus aboutie que le match d’hier soir.

    A part ça, ça fait tout de même 18 buts en 3 matchs au Camp Nou pour les barcelonais, (5-0, 8-0, 5-0), un vrai massacre, j’aimerai bien que le Real vienne nous rendre visite…!
    Messi, plus « que » 44 buts pour être le meilleur buteur de l’histoire du Barça. A 24 ans. Plus ça va plus je comprends les accusations de dopages du Real hihihi!

    @ Michel Panini: « cet Atletico est irrécupérable décidement. »
    Ouai bon si tu parle de ce matck ok, mais je te rappel qu’avant cette raclée, ils montrés des choses vraiment très intéressante (8 buts pour, 1 contre en Liga, 2 victoires consécutives 4-0 face à Gijón et Santander (le premier étant considéré comme un « petit » alors que c’est une équipe qui à prouvée beaucoup de choses l’année dernière) 1 nul face à Osasuna, et une defaite face à Valence, qui actuellement est en forme olympique et qui est la troisième meilleure équipe de la Liga).
    Ils ont aussi battu Guimaraes, finaliste de la Coupe du Portugal, 2-0 à Calderón et 4-0 chez les portugais. Ils ont aussi battu le Celtic 2-0.
    Pour une équipe irrécupérable c’est pas mal déjà! Tu veut une équipe irrécupérable? >>> Bordeaux.

  4. Je me demande ce que vont bien pouvoir dire les abrutis qui pensaient que Pepinho n’était qu’un chanceux sans aucune culture tactique contrairement à Pooooor Qué !

    Avec ces multiples changements dans la rencontre, le milieu matelassiers à vraiment perdu le nord, et pour certains quelques organes…

    Entre Thiago et Maravilla, le lateral droit adverse à vraiment souffert. Thigo devrait être puni pour son geste en fin de match, un rouge direct n’aurait pas été de trop. Une okochinha (pour le mélange avec l’ancien cheval auriverde et l’ancien gros cuissot parisien) avec petit pont en prime, ça mérite que tu finisses avec une jambe dans le platre.

    Enfin… J’étais inquiet de voir Falcao arrivé sur nos terres, et finalement le travail défensif à sans doute été la clef du match je trouve. Je ne me lasse jamais de ce pressing et de cette joie de vivre collective.

  5. >MichMich
    Ouais j’avoue que c’est chaque année la même chose avec l’Atletico. Je pige pas trop la direction que le club a envie de prendre. Ils se plantent et en redemandent à chaque fois.
    Thiago, oui on sent qu’il a du sang brésilien.
    Cesc et Thiago sont titulaires parce qu’Iniesta est blessé sinon Thiago serait sur le banc, normal. Mais c’est bien ça lui donne du temps de jeu. City, le Real et Chelsea doivent déjà avoir le chéquier à la main. En espérant que Rosell leur crache au visage.

    >Mr Longdur
    Les médias catalans avaient commencé à supputer sur le 3-4-3 début juillet. De là à penser que Guardiola l’utiliserait 4 fois sur 5…

    >L’académicien blaugrana
    Hristo commence à se faire plagier, comme un symbole de reconnaissance.

    >Chulo
    Oui le geste de Thiago est violent. De même que son amorti semelle extérieure sur un ballon aérien(je ne me souviens plus du moment par contre).

  6. Je suis aux anges, et je n’ai eu d’yeux (de Dieu) que (pour) Thiago. Il marche encore un peu sur les pieds de ses coéquipiers et on le lui fait parfois comprendre en ignorant quelques appels, mais quelle classe, et ce débordement/petit pont… Il a un truc vraiment à part, on a l’impression que chaque passe est « enroulée », super précise et dans le sens du jeu. Paluchage intensif et sans honte aucune.

    Et les autres, comme d’hab, et comme d’hab c’est bieeeeeeeeeeeeng.

  7. « Michel note que Thiago est sensiblement différent de ces copains Barcelonais formés à la Masia »

    Et Michel a bien vu. Thiago n’a intégré le Barça qu’à 14 ans je crois bien. C’est ce qui fait sa force, c’était déjà un monstre technique repéré par tous les grands clubs. Ce n’est que plus tard qu’il a dû évoluer tactiquement pour intégrer le Barça et on remarque qu’il a bien réussit. Ce qui nous fait une sorte d’hybride hispanico-brésilien, ce qui n’est plutôt pas pour nous déplaire. C’est le joueur qui dispose de la plus grande marge de progression au sein du Barça, bien trop précieux pour être vendu ou même prêté.

  8. Mr Longdur

    Ce que Michel veut dire, c’est que tu sens c’est que Thiago doit plus kiffer faire un petit pont que faire une belle passe. Il est plus fou fou.

    A Hristo, je sais que Iniesta est absent, mais c’est la volonté de Pep de faire jouer tous les milieux en meme temps, sinon il aurait garder son 433. C’est ça qui était inattendu.

    Et sur l’Atletico, j’ai été un peu dur, mais dans le fond, on sait que c’est un club à la réputation de loser, et disons qu’ils font un peu tout pour se mettre dedans. Mais je critiquais surtout la défense sur le 3e but, les mecs tournent le dos, se jetent dans la feinte de messi pas exceptionnelle pour le coup et lui laisse 4 mètres sur le côté…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.