Avant de commencer son académie, Hristo tenait d’abord à souhaiter à ses lecteurs une bonne année 2012, qu’elle soit prolifique en putes, Nuts, drogues dures et autre sports d’hiver. Quant à ses lectrices, Hristo ne leur souhaite qu’une chose pour cette nouvelle année, c’est de rencontrer Hristo.

La trêve hivernale fût longue pour tout le monde (sauf pour les anglais), Hristo en est conscient, c’est pourquoi il avait pensé, après en avoir parlé avec Fernando, écrire quelque chose pour Noël histoire de faire patienter ses lecteurs, comme certains académiciens ont fait.

Ni une ni deux, Hristo a pris son téléphone pour passer deux ou trois coups de fil et a sauté dans la Seat Marbella bleue de Maman direction le centre sportif Joan Gamper pour une interview fesses-à-face avec le vice-capitaine catalan Xavi, entre deux séances d’entrainement. Une heure et trois godets plus tard, l’interview dans le magnéto en poche, Hristo s’est pressé de rentrer chez lui pour coucher tout cela sur le papier. Hristo a donc ouvert sa fenêtre (pour l’inspiration), s’est servi un verre de cognac (pour le goût) et s’est installé à son bureau pour retranscrire tout ça sur papier et l’envoyer à la rédaction d’Horsjeu.net.

Hristo avait presque terminé, il en était au passage où le vice-capitaine blaugrana expliquait que le succès du club incombait plus à Hristo qu’à Guardiola, lorsque soudain un ornithorynque mutant géant est entré par la fenêtre de Hristo pour lui voler les 25 pages qu’il avait déjà couchées sur le papier ainsi que le magnétophone qui avait enregistré l’interview. Malédiction.

Voilà donc pourquoi l’académie n’a rien fait pour les fêtes. Fernando, lui, n’a aucune excuse, blamez-le, fouettez-le, crachez-lui dessus, il aime ça.

Pour la peine Hristo vous offre une interview très intéressante du maestro.

Bref le match du soir est un huitième aller de la Coupe du Roi d’Espagne, le très respectueux Juan Carlos 1er, opposant nationalistes catalans et indépendantistes basques. Franco s’est retourné trois fois dans sa tombe lors du tirage au sort. La dernière confrontation avait accouché d’une goleada 8-0 en faveur des Catalans. En cas de qualification, un Clasico pourrait bien avoir lieu. José Mourinho a bu 4 bouteilles de Tequila lors du tirage au sort.


Les compos :

Barcelone

La presse avait annoncé un Valdes et un Messi grippé. Pour le premier cela s’est avéré vrai, le deuxième avait seulement la diarrhée. Un sachet de Smecta, une ou deux piquouzes et le tour était joué pour l’argentin. En dehors de ces deux joueurs l’effectif était au complet pour ce match de Coupe, seul Abidal, laissé au repos, a pu se la couler douce à la maison en mangeant quelques chips et en se faisant lustrer le poireau par la douce Hayet.

C’est donc le 3-3-1-3 que Guardiola a choisi d’aligner pour commencer le match histoire d’annoncer la couleur d’entrée de jeu et de prendre les basques à la gorge comme Emile Louis le faisait à la grande époque avec les petits trisomiques. Pinto, més que un gardien de Coupe, gardera les cages catalanes. La défense à trois est composée de Mascherano à gauche, Piqué dans l’axe et Puyol à droite.

Au milieu de terrain, l’inamovible Busquets fera office de sentinelle et de soutien à la défense catalane sur les phases défensives, Xavi à droite et son pendant à gauche Thiago auront pour rôle de gérer les phases de transitions. Fabregas, placé dans un rôle d’électron libre fera ce qui lui chante, tout comme Cuenca et Pedro, qui eux, alterneront les positions et se baladeront  sur le front gauche de l’attaque pour faire diversion et laisser le champ libre au coureur de fond Alves, placé lui sur côté droit de la ligne offensive.

 

Début de rencontre :

 

Fin de rencontre :

 

Osasuna

Côté basque, le coach Mendilibar sait déjà que la soirée va être longue. C’est pourquoi, comme très souvent, il aligne un 4-5-1 sur phase défensive se muant en 4-4-2 à deux récupérateurs en phase offensive. Le but : en prendre le moins possible et garder les fesses au frais.

Dans ses rangs, le sévillan Lolo dans l’axe de la défense, le canterano catalan Damia au poste de latéral droit et le récupérateur Nekounam. La « star » de l’équipe, Raul Garcia, est absente, ce qui ne changera certainement pas le philosophie du match.


Les buts :

Barcelone, 13ème : suite à un débordement d’Alves côté droit, le brésilien repique dans l’axe à hauteur de la surface pour servir Xavi à l’entrée de cette dernière. Ce dernier contrôle puis décale FABREGAS seul sur le côté gauche de la surface. Sans contrôler le ballon Cesc ouvre son pied et place le ballon petit filet opposé, comme un symbole de Thierry Henry.

Barcelone, 18ème : plein axe, aux 30 mètres, Xavi s’empare du ballon et sert FABREGAS à l’entrée de la surface placé entre Pipo et Bimbo (Sergio et Lolo). L’espagnol pénètre dans la surface après avoir contrôlé le ballon puis lobe le gardien un brin avancé, comme un symbole d’Eric Cantona.

Barcelone, 72ème : après de multiples incursions dans la surface adverse en moins d’une minute, le ballon se retrouve dans les pieds de Fabregas sur le côté droit de la surface occupé par 9 basques mais le catalan ajuste son centre sur la tête de MESSI qui dépose le ballon dans le but adverse.

Barcelone, 90ème : 90min16s : au micro de Canal, Lilian Gatounes annonce « on sent Messi un peu moins bien, il a été bon plus tôt dans le match mais là on le voit plus, on voit qu’il est grippé ». 90min57s. Xavi avec la balle à 35 mètres de la cage basque sert MESSI à l’entrée de la surface qui contrôle, se retourne et frappe du gauche petit filet opposé. Merci Lilian, c’est toi le meilleur.

 

Les notes :

PINTO /3 : être gardien remplaçant au FC Barcelone, un boulot aussi épuisant que de manger des chips en tongs devant Alerte à Malibu. Et le bougre a prolongé jusqu’en 2013. La good life comme dirait K-Maro.

PIQUE /4 : taulier d’une défense à trois qui est allée au charbon comme durant une finale de Ligue des Champions. Que ce soit dans ses interventions au sol ou aériennes, Piquenbauer a dominé de la tête, du cul, de la bite et des épaules le pauvre Lekic qui n’a pas touché un ballon du match. Pleine bourre depuis deux mois le gazier pourrait très prochainement retrouver le titre très officieux de « meilleur défenseur du monde »

MASCHERANO /4 : le Masche ne baisse jamais de rythme ce qui doit être usant pour son vis-à-vis. Damia, le latéral gauche adverse, ne s’est même pas aventuré à quelques montées sachant que l’Argentin rodait en face de lui. Bref, le Masche est monstrueux et même meilleur qu’à son poste de formation. Oui Javier Mascherano fait partie des tous meilleurs défenseurs centraux du monde

PUYOL /4 : Hristo était en train de prendre ses notes sur son petit calepin Super Conquérant, quand par deux fois, il entendit le commentateur crier « Puyol ! Puyol ! ». Le vieux briscard, pour la déconne, s’en fût allé défier Riesgo, au quart d’heure de jeu, en un-contre-un, avec ses genoux pourris et ses cheveux gras ! Bien entendu le résultat de sa frappe fût gaguesque mais on ne changera pas la mentalité du garçon et c’est tant mieux.

BUSQUETS /3 : quand Sergio passe presque inaperçu pendant 90 minutes, il n’y a pas 36 explications, c’est que les mecs autour de lui ont fait un boulot monstrueux car Sergio ne passe jamais à côté d’une rencontre. Derrière lui une défense à trois monstrueuse, à sa gauche un Thiago se découvrant des qualités de récupérateur et à sa droite un Xavi au sommet de son art dans l’animation. Bon ben il restait plus qu’au grand Sergio à se branler la nouille.

XAVI /5 : Doux Jésus. Quoi de plus beau pour fêter cette nouvelle année qu’un début en fanfare du joueur le plus intelligent de la planète football, un peu comme pour démontrer que les prochains résultats du ballon d’or seront bel  et bien biaisés par une presse se paluchant sur un duel qui n’a pas lieu d’être.  « Et un, et deux, et trois caviars », tel pourrait être le slogan du soir pour résumer, très brièvement, la performance du maestro.

THIAGO /3 : quand Nekounam a eu la mauvaise idée de le retenir sur une action anodine puis de pousser le ballon lorsque l’arbitre eut sifflé pour que l’espagnol ne joue pas rapidement le coup-franc, Thiago, comme un symbole de catalan, est allé réclamé le carton jaune pour l’iranien, il l’obtint. Le petit apprend rapidement de ses aînés, c’est bien. En dehors de ça une grosse présence à la récupération qui l’a malheureusement bridé dans son rôle de créateur.

FABREGAS /5 (remplacé par KEITA à la 85ème) : més que une putain de recrue. 6 mois déjà que l’ex-Gunners est revenu au bercail et le bilan de sa première partie de saison parle largement en sa faveur. Des stats de fou, des buts à la pelle et une intégration qui laisse penser qu’il n’a en fait jamais quitté la capitale catalane. Messi absent, le gonze a pris ses responsabilités et s’est mué en patron de la ligne d’attaque comme rarement il l’avait fait depuis son retour. Un nouveau patron est en train de naître.

ALVES /3 : il semble s’épanouir sur cette aile droite comme la jeune pucelle prend du plaisir avec son canard vibrant lorsqu’elle est dans son bain. Le Brésilien n’a plus à se soucier des tâches défensives qui le bridaient quelque peu lorsqu’il était encore défenseur. Il est désormais loin le temps où c’était le brésilien qui dédoublait avec son pote Navas. Désormais c’est Puyol qui dédouble pour Dani, changement de statut oblige.

CUENCA /2 (remplacé par ALEXIS à la 75ème) : Fernando n’est pas d’accord avec Hristo. Lui pense qu’il faut prolonger le garçon (son contrat se termine cet été) car c’est un excellent joueur en devenir. Hristo, lui, pense que certes il peut devenir un très bon joueur mais sur une période relativement courte, puis se faner d’un coup d’un seul, un peu comme Pedro (qu’il faudra d’ailleurs pensé à se débarrasser tant qu’il possède une valeur marchande honorable). Et sa performance du soir n’a pas réellement convaincu Hristo, malgré quelques fulgurances par-ci par-là.

PEDRO /1 (remplacé par MESSI à la 60ème) : sa belle frappe à la 35ème du gauche ne sauvera pas la mièvrerie désolante de sa prestation. Qu’est-il donc arrivé au Pedro de la saison dernière qui enquillait les buts comme Hristo écrase les petits chatons lorsqu’il est au volant de sa Seat Marbella ? Qu’est-il donc arrivé au Pedro de la saison dernière qui se battait comme un beau diable sur chaque ballon perdu comme Hristo court après ses « filles » lorsque l’une d’elle veut se carapater ? Hristo le pense crâmé pour jouer à Barcelone.

 

Remplaçants :

MESSI (remplace PEDRO à la 60ème) : deux buts, une occasion qui frôle le poteau et une frappe poussant Riesgo à une parade monumentale, le tout en une demi-heure avec la chiasse au cul. En attendant son ballon d’or, ça le fait plutôt pas mal.

ALEXIS (remplace CUENCA à la 75ème) : ce joueur va être d’une préciosité rare sur la fin de saison, lui qui a dû jouer 10 matchs depuis le début de la saison. Quand les défenseurs adverses seront crâmés, lui sera pleine bourre. Le chilien a bien entendu coché la date du 22 avril 2012 sur son calendrier.

KEITA (remplace FABREGAS à la 85ème) : la CAN approche, Hristo s’en lèche déjà les babines.

 

Une victoire 4-0 propre, nette et sans bavure qui va permettre à Guardiola d’envoyer sa jeune mais ô combien talentueuse garde au fin fond du pays basque pour le match retour.

Hristo Mario, qui vous offre les images du match

Prochaine rencontre dimanche pour le derby sur la pelouse de l’Espanyol où vous retrouverez Fernando Nandrolonas

Analos Besos Moustachos

 

Hristo est désormais on the web :

Hristo ayant troqué son Atari 500 pour le tout dernier IBM 5100 de 1983 comprenant le lecteur cassette et une mémoire vive de 8ko (c’est le vendeur qui le lui a dit lorsque Hristo a sorti le chéquier), Hristo est désormais gaillard informatiquement parlant.
C’est pourquoi Hristo a décidé de créer son propre compte Twitter, même s’il ne sait pas s’en servir.
Hristo est aussi sur facebook, où une page spéciale Blaugrana Académie est désormais disponible.
Alors si tu es beau (ou belle), jeune, riche et intelligent(e) et que tu like le FC Barcelone et la Blaugrana Académie, viens poquer Hristo mais pas trop fort quand même (Hristo n’a aucune idée du sens de la phrase qu’il vient d’écrire mais le service web-marketing lui a dit que c’était une tactique géniale, comme un symbole du 3-4-3 de Guardiola).
Et même si tu es moche, vieux (ou vieille), pauvre et complètement abruti(e), tu peux quand même cliquer sur les liens ci-dessous pour que l’éditeur, ce bel homme, puisse enfin se payer une nouvelle voiture.

8 thoughts on “La Blaugrana Académie note Barça-Osasuna (4-0)

  1. Qualifier Mascherano de faire « partie des tous meilleurs défenseurs centraux du monde » après un match comme celui là, c’est aussi gaguesque qu’une frappe de 30 mètres de Puyol.

    Désolé, mais tu ne me le feras pas avaler. Et pourtant, j’adore vraiment ce joueur, mais un peu de mesure dans le jugement ne ferait pas de mal pour le coup.

  2. Ah mais t’en fais pas, de la mesure il y en a. Si t’arrives à me citer plus de 5 mecs meilleurs que les 3 centraux actuels vas-y te gêne pas mais hormis Thiago Silva et Kompany je vois pas. Ah si j’avais un ami avec qui je jouais il y a deux ans qui tenait bien la baraque derrière mais va savoir ce qu’il est devenu.

    Et ce n’est pas après un match comme celui-là que je donne cette opinion mais après une période d’un an et demi de l’argentin à Barcelone. Quand Puyol était sur une patte c’est lui qui a tenu la baraque, quand Piqué avait la tête dans le fion de sa colombienne c’est lui qui a tenu la baraque, quand Abidal avait sa foie-meur c’est lui qui a tenu la baraque pour au final faire le doublé de l’an dernier et gagner déjà trois trophées cette saison. Le gazier a plus progressé en un an et demi que depuis son arrivée en Europe.

  3. Totalement d’accord concernant El Jefecito. Je l’ai toujours trouvé énormissime dans tous les domaines défensifs et ce, malgré sa taille peu avantageuse. Des facultés à défendre debout avec un pressing constant, puissant… Une vitesse de réaction avec des putains de tacles éclair aussi magnifiques qu’efficaces, une bonne relance même si elle ne vaut pas celle de Piqué mais le petiot progresse… A Liverpool déjà il était merveilleux, mais là il est un exemple d’humilité, de disponibilité, d’adaptation… Bref le gars c’est patron qui mériterait le brassard carrément.

    Bref, comme le dit Hristo je vois pas de défenseurs au dessus à part Stéphane Mbia. Y en a d’autres aussi, Thiago Silva la référence aujourd’hui, les autres barcelonais, Hummels, Vertonghen, Vidic quand même, bref y a l’essentiel.

    Sinon je vais pas m’étendre sur le match, Xavi, ce bel homme, cet esthète a une nouvelle fois démontré qui il était et surtout s’impose au milieu de façon totalement naturelle ce qui était encore un peu flou en début de saison. Il aligne les méchantes performances, renvoyant encore les jeunes à leurs révisions, il est encore bon pour des années ce qui nous donnera le temps de commander le marbre à temps pour sa statue à l’entrée du Camp Nou. Més que une légende.

  4. C’est sur que juger le niveau d’un défenseur central quand l’équipe a gagner 4-0…

    Après j’ai toujours aimé Mascherano et j’étais déçu quand je l’avais vu rejoindre le Barca qui n’avait pas spécialement besoin de lui (l’équilibre des forces, un mec qui aurait éventuellement pu gêner le milieu du Barca si il était en face…)

    Mais bon, on pourra voir si il domine son sujet quand un jour la défense du Barca verra des attaquants arriver en nombre pas en bout de course et déjà paniqué à l’idée de peut-être réussir à en mettre un..

  5. Mexes, pour le fun. Je rêve aussi d’un nouveau Christanval, Sakho ? Yanga Mbiwa ?

    Sinon, vendre Cuenca et Pedro, pourquoi faire ? Se payer un Diego fort lent ?

    Bonne année à tous les (ans)culés.

    PS : merci pour l’acad Clasico à 4 mains « HristoNando ». Faîtes nous un petit bilan de mi-saison, on vous en voudra pas.

    PS2 (pour pas flooder): entre un ballon d’or pour « Xavi, joueur le plus intelligent de la planète » et un troisième consécutif pour le roi des nains, mon cœur balance…

    PS3 (nan nan, c’est pas du flood): XAVI, LE FAISEUR DE ROI, c’est peut être la bonne solution. Ou pas, j’en sais rien, suis bourré la, je vais me coucher.

    Des bisous busquetiens

  6. >Oxianor
    Un bilan mi-saison? Bof franchement je suis pas très chaud. Parce que d’une part des équipes ont des matchs en moins, que la première journée n’a pas encore été jouée et puis qu’un bilan à mi-saison c’est pas vraiment un bilan sachant que 9 années sur 10 à cette période de l’année Barcelone est soit 1er soit 2ème, qualifié en 1/8ème de C1 et en 1/8ème de Copa. C’est surtout durant la deuxième partie de saison que les inconnues commencent à entrer dans l’équation.
    Mais bon si Fernando veut s’y atteler…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.