La Breizhou Académie fait le point transferts

La Breizhou tente de vous éclairer pour son mercato.

L’année 3 Antonetti correspond à la neuvième année de l’ère Dréossi au Stade Rennais, mais surtout il s’agit de l’année 2 de ce nouveau cycle du SRFC. La première année a permis aux jeunes de prendre davantage leurs responsabilités et permet aujourd’hui à Totonetti de s’appuyer sur un bloc défensif intéressant (meilleur défense de L1 en titre, mais titre qui ne devrait pas être conservé cette année).

À l’inverse, les lacunes évidentes du secteur offensif sont censées être comblées par les diverses arrivées du mercato. Faisons donc le point, espérons-le G, comme Granite, Galette-saucisse, Groovy ou encore Gare Montparnasse.

Les départs

Le mercato n’avait même pas vraiment commencé qu’il pouvait nous inquiéter avec le départ de La Douch’. Principal artisan avec Captain Kader de la solidité défensive retrouvée à Rennes, le gardien de but a fait le choix du cœur en rejoignant le PSG. Un choix vraiment à la con pour lui, puisque le voilà devenu remplaçant du Qatar Saint-Germain et il aura bien du mal à déloger l’international italien Sirigu. Ça sent la grosse désillusion, le départ dans un an, mais espérons-le pour lui une victoire en coupe de la ligue pour avoir une première ligne à la catégorie « palmarès » sur son CV.

Autre cadre parti, Sylvain Marvellous devenu plutôt la Marvouille puisqu’il est passé de cadre offensif et meilleur joueur de l’équipe en 2010 à cadre de l’infirmerie et intermittent du spectacle. On retiendra de lui une bonne 2e mi-temps contre Toulouse. Voilà. On lui souhaite quand même une bonne continuation à Liverpool, ah non tiens, Newcastle finalement, qui semble avoir trouvé le meilleur moyen de ne pas le blesser : le garder sur le banc.

Ces deux joueurs sont partis gratuitement. On peut saluer l’esprit très pro de La Douch’, resté très impliqué sur le terrain malgré son départ, et malgré même une bonne vieille gastro qui ne l’aura pas empêché d’être titularisé à Saint-Etienne pour la seule victoire du SRFC au printemps (la saison, pas Pinault-Printemps-la Redoute).

Autre joueur parti gratuitement : Bira Dembélé. Un des seuls jeunes lancés par Guy Lacombe lors de son passage très oubliable à Rennes n’a pas joué une seule seconde avec Anto. Il termine son contrat sur une relégation de la réserve en CFA et rejoint Sedan.

Dans la série arrière-centre reconverti arrière-gauche bien qu’il ne franchisse pas la ligne médiane, demandé par un de ses anciens entraîneurs, nous avons également Samy Soup’à rien, parti rejoindre Carteron à Dijon, un an après y avoir été prêté. Un départ sans regret pour lui sans doute, et plus certainement pour les Rennais qui ne manqueront pas de se rendre à son prochain jubilé Route de Lorient pour la 38e Journée de championnat.

Cette date devrait également correspondre au départ en retraite de notre Pépé Jéjé, qui n’a pas obtenu la prolongation qu’il espérait. Parti la tête haute, un peu trop d’ailleurs, et la bouche proférant quelques insultes adressées à ses ex-dirigeants, Pépé Jéjé va pouvoir démontrer ces qualités de grand joueur un jour, homme invisible un autre en Haute-Savoie, où il retrouvera Olivier Sorlin, autre ex-Rennais.

Enfin dernier départ, et probablement le plus triste pour les supporters Rouges-et-Noirs celui de leur véritable mascotte, non pas Erminig, mais Fab’un rein Lemoine, accomplissant un rêve de jeunesse en rejoignant les Verts. Un départ qui rappellera à certains celui d’Etienne Didot, si ce n’est que le Fabuleux n’a pas été poussé vers la sortie par son coach, et que Didot n’avait pas le charisme d’une chaussette. Reste que nous sommes tristes d’avoir perdu un joueur exemplaire à bien des niveaux, et qu’il y a comme un goût de belle histoire inachevée qui aurait fait un superbe scénario pour le futur Breizhywood, le Hollywood breton en partenariat avec Breizh Cola. Mais ce n’est pas la première fois que le SRFC rate en quelques sortes un rendez-vous avec l’histoire.

Ah, j’allais oublier un départ. Celui tant attendu d’Abdoul Camaranal. Bien sûr, du côté de la Breizhou, nous sommes très déçus d’avoir perdu notre joueur fétiche. Mais nous pensons que c’était la meilleure solution pour lui d’être connu ailleurs qu’en Bretagne, et donc de décrocher sa première sélection dans le onze anal, qu’il mérite tant.

Les faux départs

C’était un peu les craintes des supporters rennais après les départ précipités d’Asamoah Gyan en fin de mercato estival dernier, mais ni Captain Kader, ni Yann M’Vila n’ont quitté le club pendant l’intersaison. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir eu des propositions, mais les joueurs sont impliqués dans le projet rennais. Resté après avoir obtenu la revalorisation salariale souhaitée, ils sont tous les deux les exceptions au salary cap local, et doivent s’imposer le premier en tant que leader d’une défense très légèrement modifiée, et le deuxième en tant que leader technique. Les rumeurs parlent d’offre allant jusqu’à 35M€ refusés par le SRFC. Gageons qu’il fasse une bonne saison, et un excellent Euro pour pouvoir en tirer un prix encore supérieur dans un an, car il est acquis qu’il partira briller sous d’autres cieux.

Autre faux départ important, celui de John Verhoek, grand attaquant hollandais, parti en prêt à ADO Den Haag. Ça sentirait au premier abord le vrai départ, mais Pierre Dréossi a dit « qu’on comptait encore sur lui » et aucun montant d’option d’achat n’a été transmis. Le joueur a quant à lui annoncé qu’il avait demandé à être prêté en Hollande plutôt qu’en France, ce qui tend à croire qu’on ne s’en est pas totalement débarrassé et qu’on pense qu’un prêt lui était bénéfique. Rappelons que John a quand même marqué le premier but 2011-2012 du SRFC en match amical. Bon sérieusement, on ne pense pas le revoir un jour, mais on n’est pas sûrs de l’avoir réellement vu non plus.

Deux autres prêts sont à signaler. Celui du jeune Franck Julienne au Havre, attaquant de formation qui est pour l’instant remplaçant en Haute-Normandie, et Johan Carasso, le gars qui pense prétendre à une place de numéro 1 en ligue 1 depuis 2 ans et qui du coup se retrouve numéro 2 en ligue 2. Là aussi, intéressant scénario pour Breizhywood, mais dans un registre plus comique.

Enfin, on ne savait pas vraiment où le foutre, mais Ladji Badiane n’a pas été conservé par Dijon, où il était en prêt, et Rennes n’a pas voulu le conserver non plus. Il est parti au final à Laval. De notre côté, on ne l’avait plus vu depuis Pierre Dréossi entraîneur et presque complètement oublié. À signaler qu’il a quand même gagné quelque chose avec Rennes (suffisamment rare pour être souligné) : champion des réserves françaises avec Kembo-Ekoko en 2007.

Les fausses arrivées

Elles sont surtout au nombre de deux, et tout le monde les connaît déjà. On ne va pas ressortir toutes les rumeurs de l’été (Park, Ilunga, Samaras) et les runnings gags estivaux (Marek Cech, le gars qu’on annonce à Rennes depuis 6 ans maintenant).

Tout avait commencé rapidement avec Jérémy Morel. Ça faisait au moins 3 ans que l’arrière gauche merlu voulait quitter le club du génial Christian Gourcuff, ce génie. C’est sûr que le Père Cricri devait l’avoir un peu mauvaise de voir ce pur produit de la formation morbihanaise rejoindre un club qu’il méprise tant, et qui lui rend pas trop mal d’ailleurs.

Mais c’était pour mieux nous duper. S’il est acquis que Morel aurait rejoint Rennes faute de mieux, il a suffi que l’OM se pointe pour qu’il le rejoigne somme toute assez logiquement. Nous, on se consolera en le voyant se faire piquer sa place par Djimi Traoré, pourtant l’un des pires arrières gauches entrevus à Rennes ces dernières années. Mais il faut s’attendre à ce que Deschamps privilégie la carte du gros latéral physique, même si c’est surtout Rennes à qui on prête cette image.

Le deuxième cas est très différent. Ça fait 2 ou 3 ans maintenant qu’on drague à chaque mercato Mevlut Erding. Pour une fois, le Turc avait fini par répondre favorablement à nos avances, jusqu’à ce que les Qarisiens se rendent compte qu’ils disposaient en effet d’un autre bon attaquant dans leur effectif que Kévin Gameiro. Pour peu que le Turc ne convainque pas grand monde dans les mois à venir, et pour peu que Leonardo obtienne enfin son attaquant Serie A, la rumeur Erding va reprendre cet hiver, et il n’est pas impensable que l’on finisse par conclure. Que la force de Jean-Claude Dusse soit avec nous.

Les vraies arrivées.

Ça sonnait comme une évidence et ça semblait acquis depuis un moment, c’est enfin fait, Julien Féret rejoint l’effectif pro rennais, son club formateur. Présenté comme un joueur à la maturité tardive, son arrivée réorganise le milieu de terrain, puisque l’on passe dès lors à un milieu à 3 ou 5 avec sentinelle, à un milieu avec 10. Autre utilité à sa venue, avoir enfin un bon tireur de CPA, ce qui n’est pas une mauvaise idée quand on a des défenseurs comme Mangane, voire Kana-Biyik, pas maladroit quand il s’agit de placer un bon coup de boule. Les Nancéiens nous ont prévenus qu’il ne fallait pas attendre un monstre de régularité. Mais on vient de dire kénavo à Pépé Jéjé, monstre d’irrégularité, et spécialiste en hibernation footballistique, donc ça devrait aller.

Deuxième arrivée censée remédier à notre manque d’imagination offensive, l’international burkinabé Jonathan Pitroipa (prononcez Pis-trois-pas) a déjà marqué les esprits en réalisant 8 matches de haute volée. Fin dribbleur, comme annoncé, on l’a aussi découvert plus intéressant dans la finition que prévu, en marquant déjà 4 buts, dont deux lors des principales affiches de ce début de saison (PQSG et Etoile Rouge à Belgrade). Si on se permet encore quelques réserves sur la régularité du joueur durant les mois à venir, on note qu’à l’inverse de nos ailiers/milieux offensifs formés au club, le joueur ne semble pas connaître de blessures majeures.

L’apport de ces joueurs est indéniable, et d’ailleurs personne n’aurait vraiment eu l’idée de contester ces arrivées tant les profils correspondent aux problèmes rencontrées durant toute la saison précédente. La principale préoccupation qui nous animait au début de ce mercato était le poste de gardien de but. Alors qu’on s’attendait à l’arrivée d’un gardien plutôt réputé de L1 (Ruffier, Ospina), le staff a opté pour une carte jeune avec Benoit Costil. Ajoutant une touche rock n’roll très old-school à un effectif qui se partageait plutôt entre hip-hop et bagad, Billy est surtout connu pour avoir été sacré meilleur gardien de ligue 2. Comme « Stiv » Elana ou encore « Stève » Mandanda mais lui, en L1. Bref, ça a dû faire peur aux fines bouches qui ont surtout vu « ligue 2 », ceux qui parfois s’ennuient vraiment le vendredi soir et le lundi soir se doutaient qu’il ne s’agissait pas d’une mauvaise pioche. En tous cas, Billy aura réussi un début de saison assez convaincant, et il est à signaler qu’il connaît très bien Revel, gardien des entraîneurs de Rennes et Plancoëtin (Plancoët est un peu à la Bretagne ce qu’Evian est à la France, si ce n’est que la Plancoët sert essentiellement à couper le Ricard), qui fut sa doublure lors de son prêt à Vannes.

Restaient ensuite les deux dossiers à gérer après les retournements de situation « jack-baueriens » du mercato.

Le dossier de l’arrière gauche capable de centrer du pied gauche plus de deux fois dans le match tout d’abord. Si on a craint le pire lorsque le nom d’Illunga, le Kabila du football, a été évoqué, et si on a encore beaucoup ri quand on nous a reparlé de Marek Cech (même si c’est un peu lourd de la faire tous les ans), les Rennais ont encore opté pour une carte jeune en obtenant le transfert de Chris « Kung-fu » Mavinga, latéral formé à Paris, post-déformé à Liverpool, prêté par la suite à Genk en Belgique flamande. International U20 français, le jeune gaucher a pour l’instant montré des qualités de tacleurs et d’intéressants appels lors de ses titularisations, et à l’inverse, on se permet d’avoir quelques réserves sur son placement défensif et sa qualité de centre (tout n’est pas à jeter, mais il y a du déchet) et plus certainement de finisseur. L’avantage de ce choix est que l’on aurait mal vu Jérémy Morel accepter de jouer les intérimaires du couloir gauche ou KTC s’abonner au banc de touche.

Enfin dernier dossier, géré cette fois-ci dans l’urgence en raison d’un revirement de la direction qarisienne, Youssouf Hadji a signé chez nous peu avant la date limite. On connaît tous ce joueur pour l’avoir vu évoler un an et demi chez nous, tantôt côté droit, tantôt côté gauche. Il s’y sera plus illustré comme un bon professionnel pouvant dépanner que comme un super joueur, il est vrai. Néanmoins, son retour gagnant à Nancy, où il a été reconverti attaquant de pointe nous invite à plus de réjouissances. Son bilan comptable est plutôt encourageant (30 buts lors des 3 dernières saisons, soit une moyenne de 10 buts par an. Pour rappel, notre meilleur buteur en a marqué 9 l’an dernier), son profil technique et son très bon jeu de tête offre une nouvelle solution à Totonetti, et sa complémentarité avec Julien Féret est déjà toute trouvée ou presque. Dernier avantage non-négligeable dans sa venue, sa polyvalence, son âge, et sa valeur marchande (international marocain, comme El-Arabi par exemple) laisse présager que les risques d’échec sont moindres et que la venue du grantattaquant qu’on attend depuis plus d’un an n’est que partie remise aux prochains mercatos.

Les petiots qu’on pourrait découvrir

Etant donné que la CFA a fini relégable et lanterne rouge de son groupe, il ne faut pas s’attendre à voir tout de suite des nouveaux Yann M’Vila et Yacine Brahimi. Néanmoins, cette relégation doit être prise avec un certain recul. Tout d’abord, il y a une volonté du centre de formation de réduire le nombre d’aspirants chaque année, et de « jeuniser » un peu plus la réserve dans le sens d’une accélération de la formation et de la mise à disposition du groupe pro. Ajoutons à cela que les nombreuses blessures subies par l’effectif pro ont amené certains éléments de la CFA à gonfler les rangs des pros au lieu de l’inverse habituelle.

L’équipe réserve a vu 3 renforts offensifs débarquer cet été : Yacine Qasni, ex-parisien, qui aurait un profil de pivot, Abdoulaye Sané, qui n’est heureusement pas le petit frère des deux Bordelais, et surtout Cheik Fantamady Diarra, Malien de 19 ans, qui semble être le plus prometteur des 3. Jean-Bryan Boukaka complète l’attaque de la CFA (2). Pas grand chose à en dire pour l’instant, c’est surtout qu’on voulait vous faire découvrir son nom.

Les possibilités pour Anto au milieu étant nombreuses, on passera plus rapidement sur cette zone. Etant le plus âgé de l’équipe et ayant signé pro (un an +2 en option) Quentin Rouger, qui peut aussi jouer ailier tâchera de continuer sa progression et de faire mieux que son prédecesseur, Gaëtan Caro, qui n’a donc pas été conservé après cet échec. On dit aussi le plus grand bien d’Axel N’Gando, mais à part un cas de galette-saucisses avariées chez les pros, et sachant que les milieux de terrains ne sont pas ou presque plus concernés par la CAN, il faudra sans doute attendre un petit moment avant de le voir.

Enfin en défense, tous les espoirs sont permis pour Dimitri Foulquier, passé pro rapidement malgré son jeune âge (18 ans) et déjà apparu dans le groupe l’an dernier (à Monaco). C’est en fait la doublure de Romain Danzé qui reste à identifier. Si la logique voudrait que l’on se dirige vers un Mavinga côté gauche et KTC à droite en cas d’absence de notre vice-capitaine, un pépin supplémentaire (genre KTC en arrière central pour remplacer les départs à la CAN, une blessure ou suspension qui pousse au bricolage) nous ferait alors savoir qui de Foulquier ou de Jebbour (de deux ans son ainé) aurait aujourd’hui les faveurs d’Antonetti.

Concernant la défense centrale, on attend de voir le reste de la saison. Le fait est que Captain Kader ne sera pas à Rennes en janvier, mais en Guinée, et que John Boye pourrait également en être avec la sélection ghanéenne. À priori, le principal espoir du coach est un retour d’Onyekachi Apam, blessé depuis son arrivée il y a plus d’un an mais qui est bien (oui oui) toujours dans l’effectif rennais.

Roazh Takouer.

10 thoughts on “La Breizhou Académie fait le point transferts

  1. ça remet les neurones en place après avoir entendu un parisien s’exclamer « tu te rends compte! Ils mettent une saucisse dans une CRÊPE! » ya pas à dire.
    Et contrairement à toi, pour avoir maté le match contre Montpellier, j’avais trouvé que Mavinga était plutôt meilleur que KTC défensivement. Après peut-être que le naufrage collectif m’avais un peu trop pissé dans les yeux.

  2. Jolie présentation de notre nouvelle équipe, même si tu aurais pu toucher un mot sur Vincent Pajot. Il n’est certes pas une nouvelle recrue mais après son très bon prêt à Boulogne la saison passée il intègre cette saison l’effectif pro et semble déjà très prometteur à son poste de milieu défensif-relayeur (international espoir, déjà un but en deux matches au SRFC).
    Pas encore un futur M’Vila mais une excellente solution de remplacement dans l’entrejeu Rennais.
    En tout cas un effectif bien plus étoffé que la saison dernière, un bon mercato malgré l’absence du grantatakan.

  3. Un petit mot sur notre belle recrue du milieu de terrain : Stéphane Dalmat, le vrai (celui de Seedorf), qui est revenu de son covoiturage à Tours de l’année dernière. Il est meilleur que son sosie qui n’a pas fait illusion l’année dernière.

    Nous n’avons pas réussi à nous dépêtrer de la coupe de Mandjeck, mais en contrepartie, la barbe sans moustache de M’Vila a disparu, ce qui est un moindre mal.
    Cette barbe m’avait rendu aveugle, à tel point que, fort désappointé, j’en braille à Yann : « Bouh ! Caca ! ».

  4. J’avoue que le patronyme de Boukaka ne manque pas de me donner l’eau à la bouche. Ça donne envie d’aller voir jouer la CFA tiens.

  5. Belle équipe au final, j’aime bien. N’y aurait-il pas un trou générationnel dans la formation à la Rennaise??? Ca fait longtemps qu’on n’a pas vu un petit jeune pousser un ancien sur le banc…

  6. Bon résumé.

    Deux remarques pour la dernière partie cependant :
    – quitte à parler des 93 (N’Gando et Foulquier), autant citer le milieu de terrain Abdoulaye Doucouré qui me semble le plus prometteur des trois, et qui a déjà signé pro
    – Foulquier lui n’est pas pro, même si Anto l’a déjà incorporé plusieurs fois dans le groupe

  7. Pyb my ride : c’est normal, à force de voir les petits jeunes les pousser sur le banc, ya plus d’anciens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.